Salvo D'Acquisto

Salvo d'Acquisto (15[1] ou le [2] à Naples à Fiumicino[3]) est un membre des carabiniers italiens pendant la Seconde Guerre mondiale. Il reçut à titre posthume la médaille d'or de la valeur militaire après s'être désigné volontaire pour être fusillé par les Allemands afin d'épargner 21 personnes qui devaient l'être en représailles.

Salvo D'Acquisto
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 22 ans)
FiumicinoVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Na 36 - Vanvitelli (d)
Lycée Giambattista Vico
Ente Religioso Istituto Salesiano Sacro Cuore (d)
Conservatoire San Pietro a Majella de NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Étape de canonisation
Arme
Grades militaires
Conflit
Tessiture
Distinctions
Fête

BiographieModifier

Salvo D'Acquisto est né à Naples en . Il est l'aîné de huit enfants, dont trois moururent en bas âge et un autre enfant. Il quitta l'école à l'âge de 14 ans, comme il était de coutume pour la classe ouvrière des garçons de l'époque, son père travaillant dans une usine chimique[4].

Il se porte volontaire pour rejoindre les Carabiniers en 1939 et part pour la Libye l'année suivante, quelques mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir été blessé à la jambe, il reste avec sa division jusqu'à ce qu'il contracte le paludisme. Il retourne alors en Italie en 1942 où il rentre à l'école des officiers. Il en sort diplômé avec le grade de vice-sergent et est affecté à un avant-poste à Torrimpietra, un petit centre rural sur la Via Aurelia, non loin de Rome.

Le , Benito Mussolini est renversé et le nouveau gouvernement italien négocie secrètement avec les Alliés pour changer de camp. Un armistice est officiellement annoncé le 8 septembre.

DécèsModifier

Vers le , éléments de la 2. Fallschirmjäger-Division[5] allemande campa près d'une ancienne installation militaire précédemment utilisée par la Garde des finances, à proximité de Palidoro, frazione de Fiumicino qui était dans la juridiction territoriale de la gare de Torrimpietra. Le , des soldats allemands inspectèrent des caisses de munitions abandonnées lorsqu'il y eut une explosion, au cours duquel deux soldats furent tués et deux autres blessés.

 
Tombe de D'Acquisto dans la basilique Santa Chiara de Naples.

À la suite de cet événement, le commandant de détachement allemande exigea la coopération des Carabiniers, actuellement sous le commandement temporaire de D'Acquisto. Le lendemain matin, D'Acquisto, ayant recueilli quelques informations, tenta en vain d'expliquer que l'explosion était accidentelle, mais les Allemands insistèrent sur leur version des faits et exigèrent des représailles, selon l'ordre du Feldmarschall Kesselring publié quelques jours avant.

Le , les Allemands procèdent à des perquisitions et arrêtent 22 résidents locaux. Une escouade armée emmène de force D'Acquisto de force à la Torre di Palidoro, une ancienne tour de guet, où les prisonniers étaient rassemblés. Pendant l'interrogatoire, les Allemands exigèrent à nouveau de connaître les noms des responsables; D'Acquisto maintenant sa version des faits, fut insulté et battu par ses geôliers. Des civils furent également interrogés.

Lorsque D'Acquisto apprit que des prisonniers creusaient une fosse commune en vue de leur exécution, il décida d'avouer le crime présumé, déclara qu'il était seul responsable de ces "meurtres" et innocenta les civils, exigeant leur libération sur le champ. Quelques civils, dont Angelo Amadio (17 ou 18 ans[6]), assista à l'exécution par un peloton d'exécution du jeune D'Acquisto, âgé de 22 ans.

Ses restes sont conservés dans la basilique Santa Chiara de Naples, dans la première chapelle sur la gauche, près de l'entrée.

Honneurs et hommagesModifier

 
Statue de Salvo D'Acquisto, situé en face de la gare de Cisterna di Latina, en Italie.
 
Plaque commémorative de Salvo d'Acquisto.

Il est considéré comme un martyr catholique et a été proposé pour la béatification par le Saint-Siège. Le , le pape Jean-Paul II déclare lors d'un discours aux carabiniers italiens: «L'histoire des carabiniers italiens montre que les sommets de la sainteté peuvent être atteints dans l'accomplissement fidèle et généreux des devoirs de l'Etat. Je pense ici à votre collègue, le sergent Salvo D'Acquisto, qui a reçu une médaille d'or pour sa bravoure militaire, dont la cause de béatification est en cours.»

Un film, Salvo D'Acquisto (1974), a été réalisé sur son histoire, réalisé par Romolo Guerrieri et mettant en vedette Massimo Ranieri[7] En 2003, une mini-série télévisée a été réalisée par Alberto Sironi, Beppe Fiorello (en) jouant le personnage de Salvo D'Acquisto[8].

En 1975, un timbre-poste italien fut émis en son honneur. Le portrait fut peint par l'artiste italien Silvano Campeggi (en)[9].

De nombreux monuments honorent sa mémoire, notamment dans sa ville natale de Naples[10], sur la Via Aurelia près de Rome[11] et devant la gare de Cisterna di Latina, dans la province de Latina.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Convegno su "La figura del Servo di Dio Salvo D'Acquisto, Vice Brigadiere dei Carabinieri" », Arma dei Carabinieri (consulté le )
  2. (it) « Salvo D'Acquisto », Arma dei Carabinieri (consulté le )
  3. (it) Enrico Gregori, « 23 settembre 1943 Viene fucilato il brigadiere dei carabinieri Salvo D'Acquisto », Il Messaggero,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  4. Fr. Alexander Lucie-Smith, « The incredible sacrifice of Salvo D’Acquisto », Catholic Herald,‎ (lire en ligne)
  5. page 44 Carlo Gentile - ITINERARI DI GUERRA: LA PRESENZA DELLE TRUPPE TEDESCHE NEL LAZIO OCCUPATO 1943-1944
  6. « E' morto Angelo Amadio, ultimo testimone del sacrificio di Salvo D'Acquisto (Angelo Amadio, last witness to the sacrifice of Salvo D'Acquisto, is dead », Il Messaggero,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Salvo D'Acquisto sur l’Internet Movie Database
  8. (en) Salvo D'Acquisto sur l’Internet Movie Database
  9. Arma dei Carabinieri – Home – L'Editoria – Pubblicazioni – Francobolli – V. Brig. Salvo d'Acquisto
  10. « Monuments to The Four Days of Naples & Salvo d'Acquisto » (consulté le )
  11. Alessandro Portelli, « Myth and Morality in the History of the Italian Resistance: the Hero of Palidoro », History Workshop Journal, vol. 74, no 1,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier