Ouvrir le menu principal

Salustiano Olózaga

avocat, diplomate, homme politique
Salustiano Olózaga
Salustiano Olózaga.jpg
Salustiano Olózaga.
Fonctions
Ambassadeur d'Espagne en France
-
Président du Conseil des ministres
20 -
Ambassadeur d'Espagne en France
-
Gouverneur civil de la province de Madrid (d)
Sénateur espagnol
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Panthéon des hommes illustres (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Salustiano de OlózagaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Salustiano de Olózaga y AlmandozVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions
Mausoleo conjunto PHI (Madrid) 01.jpg
Vue de la sépulture.

Salustiano Olózaga, né le à Oyón et mort le à Enghien-les-Bains, est un militaire, écrivain, avocat et homme d'État espagnol.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Il étudie la philosophie à Saragosse et à Madrid (où il étudie également le droit). Membre la Milice nationale et libéral convaincu, il participaeen tant qu'officier à la surveillance de la formation des Cortes de Cadix. Il s'exile à Saint-Jean-de-Luz pour fuir la politique répressive de Ferdinand VII après les révoltes de 1831. Il est amnistié et revient en Espagne en 1833.

Carrière politiqueModifier

Sous le gouvernement de Mendizabal, il occupe la fonction de gouverneur civil de Madrid, avant d'être élu député de cette ville puis de Logroño à plusieurs reprises entre 1836 et 1873. Il participe à l'élaboration de la Constitution espagnole de 1837 après la mutinerie de La Granja de San Ildefonso, convaincu de la nécessité d'en finir avec les affrontements que la Constitution de 1812 et le Statut royal de 1834 avait créés. Pour cette raison, il est nommé précepteur de la jeune Isabelle II.

Opposé sur de nombreux points avec la régente Marie-Christine de Bourbon et soutenant clairement Baldomero Espartero dans son opposition avec cette dernière, il participe activement à la chute de Marie-Christine. Lorsque Espartero accède au pouvoir en 1840, il est nommé ambassadeur à Paris, où il tente de concilier les positions officielles espagnoles avec les intrigues de Marie-Christine en exil. Après la chute d'Espartero, alors qu'Isabelle II est déclarée majeure, il est nommé président du Conseil des ministres et ministre d'État (en charge des Affaires étrangères) le 20 novembre 1843. Il doit faire face aux fausses accusations du réactionnaire Luis González Bravo qui soutenait qu'il avait essayé d'obtenir la dissolution des Cortes en faisant usage de violence et d'intimidation auprès de la reine. Cette situation l'oblige à fuir de nouveau en France le suivant.

Revenu en Espagne en 1847, il est nommé membre de l'Académie royale d'histoire en 1853. En 1870, il est de nouveau ambassadeur à Paris, où il assiste à la chute du Second Empire, et à son retour dans la péninsule il adopte une posture extrêmement critique envers les modérés et les réactionnaires. En 1871, il est nommé membre de l'Académie royale espagnole et revient occuper son poste d'ambassadeur en France, où il meurt en 1873.

Il est inhumé dans le panthéon des Hommes illustres à Madrid.

AnnexesModifier