Saliha

chanteuse tunisienne

Saliha (arabe : صليحة), de son vrai nom Salouha Ben Ibrahim Ben Abdelhafidh[1], née en 1914 à Nebeur dans le gouvernorat du Kef et décédée le à Tunis, est une chanteuse tunisienne.

Saliha
Image dans Infobox.
Portrait de Saliha chantant sur scène.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
صليحةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Salouha Ben Ibrahim Ben AbdelhafidhVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Période d'activité
Enfant
Tombs in the Djellaz cemetery 15082020 003.jpg
Vue de la sépulture.

Artiste passionnée et authentique, elle demeure à travers ses chansons attachée à son terroir et à ses origines campagnardes[2].

BiographieModifier

JeunesseModifier

La recherche d'un travail oblige son père Ibrahim, originaire de Souk Ahras en Algérie, et sa mère à quitter leur région pour Mateur[1] avant de gagner la capitale Tunis[3]. Saliha et sa sœur aînée Eljia sont alors placées comme filles au pair dans une famille bourgeoise[2], celle de Mohamed Bey (frère de Moncef Bey) dont la maison reçoit alors les grands artistes et où les princesses apprennent à chanter et jouer aux différents instruments.

En côtoyant cet environnement artistique, Saliha commence à développer ses capacités en imitant les chants des princesses avec une note bédouine. Son contact avec le milieu artistique continue lorsqu'elle part travailler en 1927 dans la maison d'une chanteuse professionnelle, dénommée Badria, rue El Bacha à Tunis ; son don au chant y est découvert pour la première fois par l'avocat Hassouna Ben Ammar[4]. La mort subite de ses deux jeunes frères et le divorce de ses parents sont des épreuves difficiles pour elle. Alors que sa sœur aînée suit son père, Saliha préfère rester avec sa mère[1]. Lorsqu'on la marie très jeune, elle pense se reconstruire et se stabiliser en fondant une famille mais son couple vole en éclats malgré trois maternités dont une seule fille survivra[3],[2].

ConsécrationModifier

C'est alors qu'elle rencontre Béji Sardahi, oudiste et directeur d'un orchestre réunissant notamment Ibrahim Salah au kanoun et Kaddour Srarfi au violon. Il l'intègre dans sa troupe musicale sous le pseudonyme de Soukeina Hanem[2] et lui compose quelques chansons en tunisien. C'est en 1938 qu'elle apparaît pour la première fois sur scène[1]. À l'occasion de l'inauguration de Radio Tunis, elle chante au Théâtre municipal de Tunis lors d'un concert retransmis en direct sur les ondes de la radio. Puis, elle croise le chemin de Mustapha Sfar, fondateur de La Rachidia, qui lui fait intégrer l'institution[1] marquée alors par la présence de Chafia Rochdi[2].

 
Saliha au sein de la troupe de La Rachidia.

Il est alors convenu qu'elle touche une rémunération mensuelle et bénéficie d'un logement dont le loyer est pris en charge par La Rachidia. En contrepartie, elle s'engage à ne chanter qu'au profit de La Rachidia. Les musiciens Khemaïs Tarnane, Mohamed Triki et Salah El Mahdi la prennent alors sous leurs ailes et lui composent une série de chansons dont les paroles sont écrites par d'illustres poètes appartenant à Taht Essour. Dès le départ, ces chansons sont des succès tels qu'Abdelhamid Ben Aljia déclare : « Saliha et La Rachidia ne font plus qu'un »[3]. Encensée par la critique[2], elle affronte dans le même temps une succession d'échecs affectifs. Elle déserte finalement La Rachidia pour entreprendre un nouvel itinéraire artistique plus conforme à ses aspirations.

Toutefois, dans sa quête mouvementée, elle reste indifférente aux conseils de ses médecins lui demandant de garder le lit. Fin 1957, elle chante au Kef en compagnie de Ridha Kalaï. En descendant de la scène, elle s'effondre et doit se faire opérer. Elle reste clouée au lit durant trois mois mais, malgré une convalescence inachevée, décide de revenir à la chanson en dépit de l'avis contraire de ses médecins[3].

Fin de vieModifier

Usée par la maladie et après des années de gloire, Saliha se produit pour la dernière fois en public le au Théâtre municipal de Tunis, lors d'un concert qui regroupe des chanteurs des pays du Maghreb. Épuisée et éprouvée par une grave maladie incurable, elle ne peut se tenir debout et s’appuie sur une chaise. Quinze jours plus tard, après une deuxième opération[3], elle s'éteint le à l'âge de 44 ans dans une clinique de Tunis. Sa mort est un événement national : son cortège funèbre, après avoir quitté le domicile de sa fille, la chanteuse Choubeila Rached, se rend entouré d'une foule de près de 20 000 personnes[3].

HommagesModifier

En 1957, le président Tunisien Habib Bourguiba apprend que l'étoile de la Rachidia est malade, il lui rend hommage en assistant à un de ses concerts et en la félicitant.

La Poste tunisienne émet le un timbre postal à son effigie dans le cadre d'une série philatélique comprenant aussi Ali Riahi et Kaddour Srarfi.

À l'occasion du centenaire de sa naissance, le chef d'orchestre Amina Srarfi organise le un spectacle musical au Théâtre municipal de Tunis[5]. Des festivités ont également lieu à l'espace El-Kasbah du Kef à partir du [6].

RépertoireModifier

Titre Nom original Poète/parolier Compositeur
Touness elyoum brat تونس اليوم برات Ahmed Kheireddine Salah El Mahdi
Ya khdoud et-toffah ياخدود التفّاح Belhassen Ben Chedly Salah El Mahdi
Om lahsan ghannat
أم الحسن غنّات Arbi Kabadi Khemaïs Tarnane
Mridh fani مريض فاني Othmane El Gharbi Salah El Mahdi
Aàïoun soud عيون سود Mohamed Marzouki Mohamed Triki
Ya khil salem يا خيل سالم inconnu[7] inconnu[7]
Men frag ghzali من فراق غزالي inconnu[7] inconnu[7]
Bakhnoug
بخنوق inconnu[7] inconnu[7]
Kif dar kass el hobb كيف دار كاس الحب Hédi Dhab Khemaïs Tarnane
Habbitha ma lgit menha manja حبّيتها ما لقيت منها منجى Mohamed Marzouki Salah El Mahdi
Na wejjemel frida نا والجمال فريدة inconnu[7] inconnu[7]
Sag najàek sag ساق نجعك ساق inconnu[7] inconnu[7]
Aàordhouni zouz sbaya عرضوني زوز صبايا inconnu[7] inconnu[7]
Nenni ahna mnam ننّي أهنى منام Hédi Laâbidi Khemaïs Tarnane
Fel ghorba fenani
في الغربة فناني inconnu[7] inconnu[7]
Chargi gheda bezzine شرق غدا بالزين inconnu[7] inconnu[7]
Màa el àazzaba مع العزّابة inconnu[7] inconnu[7]
Rabbi àatani kol chay bekmalou ربّي عطاني كل شي بكمالو Belhassen Ben Chedly Khemaïs Tarnane
Dar el falak دار الفلك Abdelmajid Ben Jeddou Salah El Mahdi
Ya khlila ياخليلة Ali Ameur Salah El Mahdi
Wadaàouni وادعوني inconnu[7] inconnu[7]
Ya khaïna ياخاينة Ahmed Kheireddine Khemaïs Tarnane
Hozt-al-baha حزت البها Othmane El Gharbi Khemaïs Tarnane
Yalli boodek dhayaà fekri يلّي بعدك ضيّع فكري Jalaleddine Naccache Khemaïs Tarnane
Sag najàak ber-ranna ساق نجعك برنّة Kaddour Srarfi Kaddour Srarfi
Hajr el Habib هجر الحبيب Mustapha Agha Khemaïs Tarnane
Awtari-w-oudi أوتاري و عودي Ahmed Kheireddine Salah El Mahdi
Ya laimi àazzine يا لايمي على الزّين Jalaleddine Naccache Mohamed Triki
Ghzali nafar غزالي نفر Mohamed Marzouki Khemaïs Tarnane
Mouhal kelmet ah محال كلمة آه Ahmed Kheireddine Khemaïs Tarnane

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Tahar Melligi, « Saliha. La plus grande chanteuse de tous les temps »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur archives.lapresse.tn, .
  2. a b c d e et f Hamadi Abassi, « Mridh fanî taâl biya dâya. Saliha »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saisonstunisiennes.com, .
  3. a b c d e et f Ali Ouertani, « Une étoile hors du temps »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur archives.lapresse.tn, .
  4. Boudhina 1996.
  5. « Saliha honorée par Amina Srarfi »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur mosaiquefm.net, .
  6. « Centenaire de Sliha : le coup d'envoi du programme des festivités prévu le 29 mai à l'espace El-Kasbah au Kef - Fethi Ajmi »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tap.info.tn, .
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Il s'agit d'une chanson traditionnelle.

BibliographieModifier

  • Mohamed Boudhina, Saliha : 1914-1958, Hammamet, Mohamed Boudhina, (ISBN 9973260597).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :