Ouvrir le menu principal

Saison cyclonique 2018-2019 dans l'océan Indien sud-ouest

Les comores

Saison cyclonique 2018-2019 dans l'océan Indien sud-ouest
Trajectoire des cyclones.
Trajectoire des cyclones.
Dates
Début officiel 15 novembre 2018
Fin officielle 30 avril 2019 - 15 mai 2019 (Maurice)
Début de l'activité 13 septembre 2018
Fin de l'activité 1er mai 2019
Dégâts
Dommages >2,311 milliard, record $
Morts 1 382 (saison la plus meurtrière)
Blessés indénombrable
Faits marquants
Le plus intense Kenneth (934 hPa)
Le plus coûteux Idai (environ 2 milliards $, record)
Le plus meurtrier Idai (1303, record)
Nombre d'événements
Dépression tropicale ou subtropicale Tempête tropicale ou subtropicale Ouragan de catégorie 1 Ouragan de catégorie 2 Ouragan de catégorie 3 Ouragan de catégorie 4 Ouragan de catégorie 5 Total
0 4 1 1 2 7 0 15
Chronologie

La saison cyclonique 2018-2019 dans l'océan Indien sud-ouest devait s'étendre officiellement du 15 novembre 2018 au 30 avril 2019, à l'exception de l'île Maurice et des Seychelles, dont la saison se terminerait le 15 mai 2019. Ces dates délimitent traditionnellement la période de l'année durant laquelle la plupart des cyclones tropicaux et subtropicaux se forment dans le bassin qui est à l'ouest de 90° E et au sud de l'équateur. La formation de cyclones dans ce bassin est surveillée par le Centre météorologique régional spécialisé cyclones de La Réunion.

Le premier système, la dépression tropicale Un, est apparu le . Le cyclone le plus coûteux et le plus meurtrier fut Idai qui frappa Madagascar, le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe, faisant plus d'un millier de morts et 2,3 milliards de $ de dégâts. Le système le plus intense sera Kenneth.

Nom des tempêtesModifier

Dans le sud-ouest de l'océan Indien, les dépressions tropicales et les dépressions subtropicales dont la vitesse du vent est estimée à au moins 65 km/h par le Centre Météorologique Spécialisé Régional de La Réunion (RSMC La Réunion) se voient généralement assigner un nom. Cependant, ce sont les centres sous-régionaux de conseil pour les cyclones tropicaux de l'île Maurice et de Madagascar qui nomment les systèmes. Le Centre de l'île Maurice nomme une tempête si elle s'intensifie en une tempête tropicale modérée entre 55° E et 90° E. Si au contraire un cyclone s'intensifie en une tempête tropicale modérée entre 30° E et 55° E, le Centre sous-régional de Madagascar attribue le nom approprié à la tempête.

À partir de la saison 2016-17, les listes de noms dans le sud-ouest de l'océan Indien seront alternées sur une base triennale. Les noms de tempêtes ne sont utilisés qu'une seule fois, de sorte que tout nom de tempête utilisé une année sera retiré de la rotation et remplacé par un nouveau nom pour la saison 2020-21. Les noms inutilisés devraient être réutilisés dans la liste pour la saison 2020-21[1].

Cyclones
3 Alcide
TT Bouchra
4 Cilida
TT Desmond
TT Eketsang
4 Funani
4 Gelena
4 Haleh
3 Idai
4 Joaninha
4 Kenneth
1 Lorna
Inc. Maipelo
Inc. Njazi
Inc. Oscar
Inc. Pamela
Inc. Quentin
Inc. Rajab
Inc. Savana
Inc. Themba
Inc. Uyapo
Inc. Viviane
Inc. Walter
Inc. Xangy
Inc. Yemurai
Inc. Zanele

DéroulementModifier

Le premier système, la dépression tropicale Un, est apparu dès le 13 septembre 2018. Puis rien avant le mois de novembre alors que le cyclone intense Alcide frôle Agaléga et la tempête tropicale Bouchra qui restera en mer.

Au mois de décembre, le 15, une nouvelle période d'activité débute avec le cyclone Kenaga qui s'est formé dans le bassin australien et entra dans le bassin de l'océan Indien sud-ouest en s'intensifiant pour devenir un cyclone intense. Vient ensuite Cilida qui se forme dans le bassin et s'intensifie extrêmement rapidement pour devenir un cyclone tropical intense.

S'ensuivit une période de repos cyclonique jusqu'au 15 janvier, où deux modestes tempêtes tropicales modérées nommées Desmond et Eketsang se formèrent à quelques jours de différence dans le canal du Mozambique et s'y dissipèrent. Eketsang a tout de même tué 27 personnes à la suite d'inondations sur Madagascar. Ensuite, 7 cyclones tropicaux intenses vont se succéder, constituant un record. Les deux premiers, Funani et Gelena, vont impacter Rodrigues, surtout le second qui occasionnera 35 millions de roupies de dégâts.

À la mi-mars, vient Haleh qui restera en mer, puis Idai qui restera dans les mémoires. Il n'était pas très puissant ni très grand, mais très lent et transporteur de centaines de milliards de tonnes d'eau, provoquant des pluies et des inondations au Mozambique qui font plus de 1 000 morts et 1 milliard de $US de dégâts, ce qui en fait le cyclone le plus meurtrier et le plus coûteux de l'histoire du Mozambique et du bassin indien sud-ouest tout entier.

Vers le 20 avril, Kenneth, frappa le Mozambique une nouvelle fois. C'est la deuxième fois dans l'histoire du bassin que le Mozambique est, en une saison, frappé par deux cyclones tropicaux intenses. En même temps, parallèlement à Kenneth, en mer à l'autre bout du bassin, un autre système, Lorna devient un cyclone tropical malgré un fort cisaillement du vent en altitude mais n'affectera aucune terre avant de se diriger vers le pôle Sud.

Cyclones tropicauxModifier

Tempête tropicale modérée UnModifier

Un
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (10-min), 1004 hPa (mbar)

Le 13 septembre, une tempête tropicale s'est formée au sud-ouest de Diego Garcia[2]. Le système a suivi une trajectoire ouest-sud-ouest, s'organisant lentement sur des eaux marginales comprises entre 26 et 27 °C et un cisaillement du vent modéré. Le 16 septembre, la dépression tropicale a commencé à s’affaiblir après avoir connu des conditions défavorables. Le 17 septembre, le centre de la Réunion et le JTWC ont émis leurs derniers avertissements et le système s'est dissipé[3]. Dans l'analyse post-tempête, le système a été transformé en tempête tropicale modérée mais toujours sans nom[4].

Cyclone tropical intense AlcideModifier

Alcide
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 165 km/h (105 mph) (10-min), 965 hPa (mbar)

Le 5 novembre, une dépression tropicale s'est bien formée à l'est-nord-est de Madagascar. Le système s'est déplacé généralement vers l'ouest-sud-ouest dans des conditions plus favorables au cours des heures suivantes avant de devenir la tempête tropicale modérée Alcide plus tard dans la journée[5]. Le 7 novembre à h UTC, Alcide est devenu un cyclone tropical[6].

Le 8 novembre à h UTC, le cyclone s'est intensifié pour devenir un cyclone tropical intense, frôlant à 10 km au nord Agaléga avec des vents soutenus de 165 km/h[7]. Cependant, il fut rétrogradé au rang de cyclone tropical 6 heures plus tard en raison de la température plus froide de la surface de la mer et de conditions généralement moins favorables. Alcide a continué à affaiblir alors qu'il entamait une boucle anticyclonique à l'est de la pointe nord de Madagascar, tombant au niveau de tempête tropicale à h UTC le 9 novembre.

Le système s'est rapidement détérioré par la suite, devenant une dépression tropicale à h UTC le 11 novembre et Météo-France a mis fin aux avis à midi ce jour-là[8],[9].

Forte tempête tropicale BouchraModifier

Bouchra
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 95 km/h (60 mph) (10-min), 990 hPa (mbar)

Un faible système dépressionnaire s'est développé le 1er novembre dans la zone de responsabilité de Météo-France de l'océan Indien équatorial et s'est lentement déplacé vers l'Est au cours des jours suivants, tout en montrant peu de signes d'intensification. Tard le 9 novembre, alors que la dépression initiale développait le cyclone Gaja dans le golfe du Bengale (bassin de l'océan Indien nord), la structure du système s'est suffisamment organisé pour être générer une autre perturbation tropicale[10].

Peu après, le système a franchi le 90e méridien est et est entré dans la région australienne, où il fut classé par le centre de Jakarta comme dépression tropicale le 10 novembre, heure locale[11],[12]. Plus tard le même jour, le JTWC a estimé que la dépression en développement avait atteint le statut de tempête tropicale sur l'échelle de Saffir-Simpson et il lui a attribué la désignation non officielle de 04S[13]. Quelques heures plus tard, à 10 h UTC, le système est revenu vers l’ouest pour entrer dans le bassin du sud-ouest de l’océan Indien, où il a reçu le nom de Bouchra de Météo-France[14]. Il s'est intensifié en douze heure en tempête tropicale sévère.

Au cours des jours suivants, Bouchra a lutté contre des conditions atmosphériques de plus en plus défavorables et a connu un affaiblissement progressif, poursuivant sa trajectoire dans une boucle cyclonique lente juste à l'ouest de la frontière avec la région australienne. Après plusieurs jours, le système est rentré dans la région australienne tard le 12 novembre. À ce stade, le système s'était considérablement affaibli par rapport à son intensité maximale et n'était plus qu'une dépression tropicale.

Le système oscilla ensuite jusqu'au 19 novembre à la frontière entre les zones couvertes par Météo-France et le Bureau of Meteorology australien avant de se dissiper.

Cyclone tropical intense KenangaModifier

Kenanga
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 185 km/h (115 mph) (10-min), 942 hPa (mbar)

Le 14 décembre, une dépression tropicale s'est bien formée au sud-ouest de Sumatra dans la région australienne. Après une période de renforcement, il a reçu le nom de Kenanga alors qu’il se dirigeait vers le sud-ouest. Poursuivant sur cette trajectoire, le système est entré dans le bassin du sud-ouest de l'océan Indien le 16 décembre tout en devenant un cyclone tropical intense au cours des trois jours suivants.

À partir du 20 décembre, Kananga s'est affaibli en se dirigeant vers le sud-ouest et s'est dissipé après le 22 décembre au milieu de l'océan[15].

Cyclone tropical intense CilidaModifier

Cilida
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 215 km/h (130 mph) (10-min), 940 hPa (mbar)

Dès le 16 décembre, le centre des cyclones tropicaux de la Réunion a commencé à suivre une zone de perturbation dans sa zone de responsabilité. Celle-ci s'est déplacée vers le sud-est pour devenir une dépression tropicale le 19 décembre à h UTC. Le système s'est renforcé pour devenir la tempête tropicale modérée Cilida six heures plus tard[16].

Le 20 décembre au matin, Cilida est devenu un cyclone tropical en se dirigeant vers le sud-ouest[17]. La Réunion fut mise en en pré-alerte cyclonique à partir de 18 heures, heure locale[18].

Le 21 décembre à 18 h UTC, le cyclone est passé en catégorie 4 de l'échelle de Saffir-Simpson avec des vents soutenus sur 1 minute de 240 km/h et des rafales à 300 km/h (cyclone tropical intense dans l'échelle locale)[19]. Du côté de Maurice, l'île est passée en alerte de classe I dans la nuit du 20 au 21 décembre, et en alerte II le 21 à 16 h[20].

Le 23 décembre, Cilida est passée entre Rodrigues et l'île Maurice tout en perdant de son intensité et en se dirigeant vers le sud-est. Le 24 décembre, le système est devenu post-tropical et Météo-France a terminé les bulletins de suivis[21]

Tempête tropicale modérée DesmondModifier

Desmond
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (10-min), 995 hPa (mbar)

Une dépression tropicale s'est formée le 17 janvier dans le canal du Mozambique. Elle s'est intensifiée pour devenir une tempête tropicale modérée et a reçu le nom de Desmond. Le système a atteint son intensité maximale avec des vents de 65 km/h et une pression de 995 hPa avant de toucher la côte et faire 230 sans abris et détruire 54 maisons au Mozambique[22]. Le système s'est dissipé le 22 janvier.

Tempête tropicale modérée EketsangModifier

Eketsang
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (10-min), 993 hPa (mbar)

Une dépression tropicale s'est formée le 22 janvier au sud-est de Madagaskar. Le lendemain, le système s'est intensifié pour devenir la tempête tropicale modérée Eketsang, atteignant son intensité maximale avec des vents soutenus de 75 km/h sur 10 minutes et une pression centrale minimale de 993 hPa dans le canal du Mozambique. La tempête a frappé la côté ouest de Madagascar et a fait 27 morts, principalement à cause des glissements de terrain[23]. Le système s'est dissipé le 24 janvier en passant sur le centre de l'île.

Cyclone tropical intense FunaniModifier

Funani
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 195 km/h (120 mph) (10-min), 940 hPa (mbar)

Une perturbation tropicale s'est formée près de 12° 42′ S, 70° 00′ E le 4 février. Se dirigeant vers le sud-est, elle est rapidement passée de dépression à tempête tropicale le lendemain, prenant le nom de Funani. Le 6 février, le système est devenu un cyclone tropical puis un cyclone tropical intense le 7 février au nord-est de Rodrigues. Tournant ensuite vers le sud-ouest le cyclone a accéléré et diminué d'intensité pour devenir post-tropical à 30° 24′ S, 76° 54′ E le 9 février et se dissipé le lendemain[24].

La menace que présentait le cyclone a mené à l'annulation de 6 vols à destination et en partance de Rodrigues[25].

Cyclone tropical intense GelenaModifier

Gelena
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 205 km/h (125 mph) (10-min), 942 hPa (mbar)

Une dépression tropicale est apparue le 4 février à 11° 27′ S, 58° 06′ E et s'est dirigé vers l'ouest-sud-ouest. Elle est devenue une tempête tropicale, puis un cyclone, le 6 février sous le nom de Gelena en effectuant un changement de cap vers le sud-est. Le cyclone est devenu intense le 9 février, en passant à plusieurs centaines de kilomètres au nord de l'île Maurice, puis frôla la côte sud de Rodrigues le 10 février. Par la suite, le système se dirigea rapidement vers le sud-est tout en perdant rapidement de son intensité. Le 14 février, il n’était plus qu'une dépression post-tropicale en dissipation[26].

Gelena a été la deuxième tempête à toucher l’île de Rodrigues en une semaine, après Funani. Le cyclone a apporté des vents violents qui ont détruit 90 % du réseau électrique de l'île ce qui a forcé le gouvernement mauricien à distribuer 35 millions de roupies (1,02 million $US) pour réparer les dégâts[27].

Cyclone tropical intense HalehModifier

Haleh
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 175 km/h (110 mph) (10-min), 945 hPa (mbar)

Le 28 février, la dépression tropicale 10 s'est formée dans le centre-sud de l'océan Indien, au sud des Maldives. Le 2 mars, le système s'est renforcé pour devenir la tempête tropicale modérée Haleh, avant de s'intensifier dans une tempête tropicale violente plus tard dans la journée. Le 3 mars, Haleh est devenu un cyclone tropical et se trouvant dans des conditions favorables, il a continué de s'intensifier pour atteindre son intensité maximale le 4 mars en tant que cyclone tropical intense, équivalent à la catégorie 4 dans l'échelle de Saffir-simpson, avec des vents soutenus sur une minute de 215 km/h[28].

Le 5 mars, Haleh est entré dans une zone aux conditions hostiles caractérisées par une faible température de surface de la mer et un cisaillement du vent vertical moyen. Le système est rapidement redescendu à un cyclone tropical de catégorie 1 puis s'est progressivement affaiblie au cours des deux jours suivants Haleh a finalement dégénéré en dépression post-tropicale le 7 mars[28]. Sa trajectoire ayant toujours été loin des terres, il n'a causé aucun dommages connu.

Cyclone tropical intense IdaiModifier

Idai
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 195 km/h (120 mph) (10-min), 940 hPa (mbar)
Article détaillé : Cyclone Idai.

La dépression tropicale 11 s'est formée le 4 mars sur la côte est du Mozambique et a dérivé très lentement vers le nord-est, atteignant le Mozambique plus tard dans la journée. Le 6 mars, le Joint Typhoon Warning Centre (JTWC) a commencé à émettre des bulletins. Le 7 mars, la tempête s'est dirigée ouest-sud-ouest, tout en conservant son identité tropicale même en restant sur terre. Le 8 mars, elle a fait demi-tour vers l'est et tôt le lendemain a émergé dans le canal du Mozambique. Plus tard le même jour, le système s’est transformé en tempête tropicale modérée et a reçu le nom Idai.

Le 10 mars, Idai a commencé à s'intensifier rapidement, se transformant en un cyclone tropical près de Madagascar, et le système a alors tourné en direction du sud-ouest. Le lendemain, la tempête s'est intensifiée pour devenir le septième cyclone tropical intense de la saison et a bientôt atteint un premier pic d'intensité en tant que cyclone tropical de avec des vents soutenus sur 10 minutes de 175 km/h[29]. Le 12 mars, Idai a commencé à s'affaiblir, alors que le système subissait un cycle de remplacement du mur de l'œil. Le 13 mars, il a commencé à accélérer vers l'ouest puis a rencontré des conditions favorables et a atteint son maximum d'intensité le 14 mars vers h UTC à 195 km/h sur 10 minutes et 205 km/h sur 1 minute, ainsi une pression centrale minimale de 940 hPa, soit l'équivalent de la catégorie 3 dans l'échelle de Saffir-Simpson[29].

Le 15 mars à h UTC, le CMRS de La Réunion a annoncé qu’Idai avait touché terre près de Beira, au Mozambique, avec des vents soutenus de 10 minutes à 165 km/h. Idai s'est ensuite rapidement affaibli en entrant sur les terres et a dégénéré en dépression tropicale plus tard dans la journée. Par la suite, Idai s'est lentement déplacé tout en déversant de grandes quantités de pluie, ce qui a entraîné des inondations générales. Tard le 16 mars, le système a dégénéré en dépression qui a continué à continué à déverser des pluies dans la région. Le 17 mars, le reste d’Idai s'est à nouveau tourné vers l'est, pour finalement revenir dans le canal de Mozambique une deuxième fois le 19 mars.

Idai a fait plus de 1 000 morts et détruit de grandes zones au Mozambique, au Malawi et les pays limitrophes faisant pour au moins 2 milliards $US de dégâts.

Cyclone tropical intense SavannahModifier

Savannah
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 165 km/h (105 mph) (10-min), 962 hPa (mbar)

Le 13 mars, le CMRS La Réunion a commencé à suivre une dépression tropicale venant du bassin australien à 10° 32′ S, 97° 04′ E. Elle est rapidement devenue la tempête tropicale Savannah le lendemain tout en se dirigeant vers le sud-ouest. Le 15 mars, le système fut rehaussé à cyclone tropical puis à cyclone tropical intense le 17 mars. À partir du 18 mars, Savannahah a commencé à faiblir et le 19 est passé à tempête tropicale avant de se dissiper le 20 mars[30]. Elle n'a affecté aucune terre du bassin sud-ouest de l'océan Indien mais a causé des dommages et des pertes de vies dans le bassin australien.

Cyclone tropical intense JoaninhaModifier

Joaninha
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 185 km/h (115 mph) (10-min), 939 hPa (mbar)

Le 18 mars, la dépression tropicale 13 s'est formée à l'est de Madagascar. Après quelques jours à dériver vers l'ouest puis le sud-est, le système s'est intensifié pour devenir la tempête tropicale modérée Joaninha le 22 mars au nord-ouest de l'île Maurice. Le 24 mars à h UTC, le système est devenu un cyclone tropical[31].

Le 25 mars, Joaninha a augmenté d'intensité avec des vents soutenus sur 10 minutes de 150 km/h et des rafales de plus de 200 km/h selon le CMRS La Réunion[31]. Selon le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) les vents soutenus sur une minute étaient de 105 nœuds (194 km/h), ce qui est l'équivalent de la catégorie 3 dans l’échelle de Saffir-Simpson[32]. Le cyclone se dirigeait alors vers le sud-est en direction de l’île de Rodrigues tout en se trouvant dans une situation très favorable à une certaine intensification[33]. En fin de journée, le CMRS La Réunion a rehaussé Joaninha au niveau de cyclone tropical intense.

Le 26 mars, le centre du système est passé à environ 80 km au nord-est de l'ile Rodrigues en fin de matinée alors que ses vents soutenus sur 10 minutes étaient de 185 km/h avec des rafales à 260 km/h[34]. L'intensité dans l'échelle de Saffir-Simpson est passée à la catégorie 4[35]. Selon les rapports du Mauritius Meteorologcial Services, la plus forte rafale relevée sur l'île fut de 184 km/h à Patate Théophile faisant des dégâts importants, en plus d'inondations de maisons reliées aux pluies diluviennes (jusqu'à 200 mm)[36],[37]. La quasi-totalité des foyers se sont retrouvés sans électricité, 400 habitants de l'île durent se rendre dans des refuges et 40 personnes furent blessées[38],[39].

Le 28 mars en fin de journée, le système était toujours intense avec un pression centrale de 949 hPa à 22° 00′ S, 67° 48′ E tout en se dirigeant vers le sud. Joaninha devait faiblir graduellement par la suite en se dirigeant vers le pôle Sud. Le 30 mars à h UTC, le CMRS La Réunion a déclaré qu’Idai était devenu une dépression post-tropical à 1 530 km à l'est-sud-est des côtes réunionnaises[31].

Cyclone tropical intense KennethModifier

Article principal : Cyclone Kenneth.

Kenneth
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 215 km/h (130 mph) (10-min), 934 hPa (mbar)

Le 21 avril, Le CMRS de la Réunion de Météo-France a lancé des avis sur la perturbation pour la tropicale 14, située au nord-est de Madagascar. Le système a dérivé vers l'ouest tout en s'organisant. Tôt le 23 avril, il est devenu une dépression tropicale et à 12 h UTC, cette dernière s'est transformée en une tempête tropicale modérée, baptisée Kenneth, puis tôt le 24 avril, un cyclone tropical.

Approchant du Mozambique, il a atteint une intensité équivalente à un ouragan de catégorie 3 dans l'échelle de Saffir-Simpson[40],[41]. Vingt-quatre heures plus tard, Kenneth causait de nouveaux dégâts et inondations juste un mois après le passage du cyclone Idai dans la région[42]. Le lendemain, Kenneth a atteint son intensité maximale, devenant un cyclone tropical intense de catégorie 4, en commençant à affecter la côte du Mozambique, touchant la côte, donnant des vents soutenus sur une minute de 220 km/h, juste au nord de Pemba[42]. Cela a fait de Kenneth le système tropical le plus intense de l'histoire écrite du Mozambique[43] et seulement la seconde fois que deux tempêtes l'ont touché au cours de la même saison à l'intensité de cyclone tropical[44].

Kenneth s'est ensuite affaibli extrêmement rapidement malgré l'environnement atmosphérique relativement favorable et le relief plat du nord du Mozambique. Les vents maximums soutenus du système sur dix minutes sont passés de 205 km/h à seulement 65 km/h en dix heures[45]. Le 26 avril, Kenneth est devenue une simple dépression tropicale, tout en continuant son mouvement vers le sud et le CMRS a cessé d'émettre des bulletins, laissant le soin au service météorologique du Mozambique de la suivre. Le 27 avril, la dépression a commencé à se diriger vers le nord, donnant des orages au large des côtes du pays.

Kenneth a tué au moins 50 personnes (7 aux Comores et 43 au Mozambique) et blessé au moins 276 personnes[46]. Au Mozambique, Kenneth a causé des dommages généralisés dans la ville de Pemba, notamment de graves pannes de courant et de nombreux arbres ont été abattus.[47]. Le bilan provisoire publié le 28 avril par l'Institut mozambicain de gestion des situations d'urgence parle de plus de 23 000 sans-abri et de près de 35 000 habitations partiellement ou totalement détruites dans le nord du pays mais les risques d'inondations avec les pluies diluviennes pouvait augmenter ce décompte[48]. L'ONU déclare qu'elle va débloquer 13 millions de fonds d'urgence pour venir en aide à la population[49].

Cyclone tropical LornaModifier

Lorna
 
Image satellite.
 
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 150 km/h (90 mph) (10-min), 964 hPa (mbar)

Le 21 avril, la dépression tropicale 15 s’est formée au sud-est des Maldives[50]. Le système s’est déplacé vers le sud-est, avant de virer vers le sud-sud-est le 22 avril, tout en se raffermissant lentement. Le lendemain, le système s’est intensifié en tempête tropicale modérée Lorna[51], faisant de la saison 2018-2019 la saison des cyclones la plus active enregistrée dans le sud-ouest de l’océan Indien depuis le début des satellites et surpassant le record précédent établi par la saison 1993-1994.

Lorna a repris sa direction sud-est le 24 avril, tout en continuant à s’organiser. Le 25 avril, elle s’est intensifiée pour devenir une forte tempête tropicale[52] Le même jour, Lorna a commencé à interagir avec une dépression tropicale plus petite à l’est, dans le bassin de la région australienne, avant d’absorber le système plus faible tôt le lendemain.

Le 26 avril, le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) a fait passer Lorna au statut de cyclone de catégorie 1 dans l'échelle de Saffir-Simpson, tandis que le système a commencé à virer vers le sud. Peu après, il a rencontré un cisaillement vertical relativement fort et une baisse constante de la température de la mer alors qu’il poursuivait sa trajectoire vers le sud, ce qui a entraîné l’arrêt de sa tendance à l’intensification graduelle.

Cependant, de façon un peu inattendue et contredisant les prévisions du CMRS de la Réunion et de la JTWC, le système a développé un œil clairement défini et s’est rapidement intensifié le 28 avril. Par conséquent, le CMRS a transformé le système en cyclone tropical[53], tandis que le JTWC a fait passer Lorna au statut de catégorie 1 sur l’échelle Saffir-Simpson pour la deuxième fois. Le 29 avril, Lorna est devenue une dépression post-tropicale qui devait devenir extratropicale le lendemain en continuant vers le pôle sud[54].

Chronologie des événementsModifier

RecordsModifier

  • Cette saison sera celle de tous les records, battant celle de 1993-94 :
  • Saison la plus meurtrière (1382 morts)
  • Saison la plus coûteuse de l'histoire du bassin (plus de 2 milliards de $ de dégâts)
  • Plus grand nombre de tempêtes (15)
  • Plus grand nombre de cyclones tropicaux (11)
  • Plus grand nombre de cyclones tropicaux intenses (10)[55]

Notes et référencesModifier

  1. (en) Regional Association I Tropical Cyclone Committee, « Tropical Cyclone Operational Plan for the South-West Indian Ocean » [PDF], Organisation météorologique mondiale, (consulté le 3 mai 2018).
  2. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  3. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  4. « Saisons cycloniques archivées : Tempête Tropicale Modérée 01 », Météo-France, (consulté en 19 décembre 2018 2018).
  5. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  6. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  7. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  8. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  9. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien) » [PDF], Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  10. « Bulletin sur l'activite cyclonique et les conditions meteorologiques tropicales sur le sud-ouest de l'ocean Indien », Météo-France La Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  11. (en) « Current Tropical Cyclone Basin Activity », Meteorology, Climatology and Geophysical Agency, (consulté le 19 décembre 2018).
  12. « Trajectoire prévue de Bouchra » [archive du ] [PDF], sur Météo-France La Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  13. « Tropical Cyclone 04S Warning #1 » [archive du ], Joint Typhoon Warning Center, (consulté le 19 décembre 2018).
  14. « Bulletin d'analyse à propos de Bouchra #2 » [PDF], Météo-France La Réunion, (consulté le 19 décembre 2018).
  15. Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, « Depression post-tropicale (EX-KENANGA) à 00 UTC », Météo-France, (consulté le 19 décembre 2018).
  16. Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, « CILIDA : 16/12/2018 AU 19/12/2018 », Météo-France, (consulté le 19 décembre 2018).
  17. Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, « Cyclone tropical (Cilida) Bulletin 10/5/20182019 », Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (Sud-ouest océan Indien), Météo-France, (consulté le 20 décembre 2018).
  18. Météo-France, « CILIDA : Pré-alerte cyclonique à la Réunion et Classe I à Maurice », sur http://www.cycloneoi.com, (consulté le 26 décembre 2018).
  19. Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, « CILIDA : 16/12/2018 AU 21/12/2018 », Météo-France, (consulté le 19 décembre 2018).
  20. « Cyclone Cilida : l'île Maurice touchée ce dimanche », Actualités météo, La Chaîne météo, (consulté le 26 décembre 2018).
  21. Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, « Depression post-tropicale (EX-CILIDA) à 12 UTC », Météo-France, (consulté le 19 décembre 2018).
  22. (pt) Hélia Chopo, « Mais de 400 famílias afectadas pela tempestade "Desmond" em Sofala », O PAÍS,‎ (lire en ligne).
  23. « Madagascar : 27 morts suite au fortes pluies et à la Tempête EKETSANG », Cyclone Ocean Indien,‎ (lire en ligne).
  24. « FUNANI : 03/02/2019 AU 10/02/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 22 mars 2019).
  25. « Cyclone Funani : Air Mauritius annule six vols de Rodrigues », Le Mauricien,‎ (lire en ligne).
  26. « Gelena : 04/02/2019 AU 14/02/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 22 mars 2019).
  27. (en) « Mauritian government set to disburse funds to cylone-affected community », Africa Daily Voice,‎ (lire en ligne).
  28. a et b « Haleh : 28/02/2019 AU 07/03/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 22 mars 2019).
  29. a et b « IDAI : 04/03/2019 AU 16/03/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 22 mars 2019).
  30. « SAVANNAH : 13/03/2019 AU 19/03/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 22 mars 2019).
  31. a b et c « JOANINHA : 18/03/2019 AU 30/03/2019 », Trajectoire des système tropicaux, Centre des cyclones tropicaux de la Réunion, (consulté le 30 mars 2019).
  32. JTWC, « Tropical Cyclone 22S (JOANINHA) Warning NR 015 », (consulté le 25 mars 2019).
  33. CMRS La Réunion, « Numéro 17/13/20182019 Cyclone tropical 13 (Joaninha) » [PDF], Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (sud-ouest océan Indien), Météo-France, (consulté le 25 mars 2019).
  34. CMRS La Réunion, « Numéro 21/13/20182019 Cyclone tropical 13 (Joaninha) » [PDF], Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique (sud-ouest océan Indien), Météo-France, (consulté le 26 mars 2019).
  35. JTWC, « Tropical Cyclone 22S (JOANINHA) Warning NR 019 », (consulté le 26 mars 2019).
  36. « Cyclone intense JOANINHA : Rafale de 184 km/h relevée à Rodrigues », (consulté le 26 mars 2019).
  37. (en) « Tropical Cyclone Joaninha slams Indian Ocean island of Rodrigues », Al Jazeera,‎ (lire en ligne).
  38. « JOANINHA toujours cyclone tropical intense fait de la résistance », Cycloneoi.com,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2019).
  39. « Joaninha : Quatre blessés et une quinzaine de familles sans-abri à Rodrigues », IMazPress,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2019).
  40. (en) Joint Typhoon Warning Center, « Tropical Cyclone 24S (Kenneth) Warning 008 » [archive du ], Naval Meteorology and Oceanography Command, (consulté le 28 avril 2019).
  41. CMRS la Réunion, « Cycloe tropical intense 14 (Kenneth): Avertissement 10 » [archive du ] [PDF], Météo-France, .
  42. a et b (en) Jonathan Belles, « Tropical Cyclone Kenneth to Bring Feet of Rain, Damaging Winds to Mozambique Weeks After Idai Brings Humanitarian Crisis », The Weather Channel,‎ (lire en ligne).
  43. (en) Brandon Miller, « Cyclone Kenneth: Thousands evacuated as Mozambique is hit with the strongest storm in its history », Cable News Network,‎ (lire en ligne).
  44. (en) « Tens of thousands evacuated as Cyclone Kenneth hits Mozambique », Al-Jazeera News,‎ (lire en ligne).
  45. CMRS la Réunion, « Dépression 14 sur terre (Ex-Kenneth): Avertissement 14 » [archive du ] [PDF], Météo-France, .
  46. (en) « Mozambique, Comoros - Tropical Cyclone KENNETH Update (UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, GDACS, media) (ECHO Daily Flash of 10 May 2019) », sur reliefweb.int (consulté le 21 juillet 2019)
  47. (en-GB) « Mozambique lashed by storm rains », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2019).
  48. Agence France-Presse, « Cyclone Kenneth: le Mozambique redoute des inondations «dévastatrices» », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2019).
  49. « Cyclone Kenneth: 13 millions de dollars de l’ONU pour le Mozambique et les Comores », sur Linfo.re (consulté le 29 avril 2019)
  50. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique : Dépression tropicale 15 », (consulté le 28 avril 2019).
  51. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique : Tempête tropicale modérée 15 (Lorna) » [PDF], (consulté le 28 avril 2019).
  52. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique : Forte tempête tropicale 15 (Lorna) » [PDF], (consulté le 28 avril 2019).
  53. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique : Cyclone tropical 15 (Lorna) » [PDF], (consulté le 28 avril 2019).
  54. « Bulletin d'analyse et de prévision cyclonique : Cyclone post-tropical 15 (Lorna) » [PDF], (consulté le 29 avril 2019).
  55. (en) « 2018–19 South-West Indian Ocean cyclone season », dans Wikipedia, (lire en ligne)

Lien externeModifier