Ouvrir le menu principal
Foot-Ball Club Juventus
Saison 1935-1936

Généralités
Président Drapeau de l'Italie Giovanni Mazzonis
Entraîneur Drapeau de l'Italie Virginio Rosetta
Résultats
Championnat 5e
35 points (13V-9N-8D)
46 buts pour, 33 contre
Coupe Quarts-de-finale
(2V-0N-1D)
6 buts pour, 4 contre
Meilleur buteur Drapeau de l'Italie Guglielmo Gabetto (22)

Championnat :
Drapeau de l'Italie Guglielmo Gabetto (20)

Coupe:
Drapeau de l'Italie Guglielmo Gabetto (2)
Drapeau de l'Italie Giovanni Varglien (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


Chronologie

La saison 1935-1936 du Foot-Ball Club Juventus est la trente-quatrième de l'histoire du club, créé trente-neuf ans plus tôt en 1897.

Le club turinois prend part ici à la 36e édition du championnat d'Italie (7e de Serie A), ainsi qu'à la seconde édition de la Coupe d'Italie (en italien Coppa Italia).

Sommaire

HistoriqueModifier

Ayant inscrits records sur records pendant plus d'une demi-décennie, le Foot-Ball Club Juventus quintuple champion en titre, sait cette année qu'il devra batailler pour entendre garder son scudetto.

En effet, le club du Piémont, désormais le plus soutenu de toute la péninsule, et l'un des plus titrés (le second derrière Genova 1893) arrive à la fin de sa période dorée, avec son cycle du Quinquennat d'or, période qui fut nommée ainsi à la suite des cinq championnats gagnés entre les saisons 1930-1931 et 1934-1935. De profonds changements interviennent au cours de cette nouvelle saison, qui s'annonce comme difficile.

En effet, la direction se retrouve veuve d'Edoardo Agnelli, président depuis son rachat du club en 1923, qui s'était beaucoup investit dans la société, et décédé soudainement en juillet 1935 d'un accident d'avion à 43 ans.

C'est un ancien joueur du club, Giovanni Mazzonis, qui prend donc pour cette nouvelle saison les rênes du club à la place d'Agnelli. Sur le banc, l'intérim en place depuis la deuxième mi-saison de l'année précédente, composé de Carlo Bigatto et Benedetto Gola, est également remplacé par le capitaine bianconero Virginio Rosetta[1], qui devient le troisième entraîneur-joueur de l'histoire du club, après l'écossais Billy Aitken.

Rosetta laisse donc logiquement son brassard de capitaine détenu depuis 6 ans à Luis Monti, l'un des rares principaux protagonistes du Quinquennio d'oro encore dans l'effectif, et également seul oriundo resté au club[2].

Côté effectif, la Juventus doit faire peau neuve à la suite du départ de nombreux de ses joueurs cadres, et sort de son centre de formation un jeune défenseur talentueux, Pietro Rava. En attaque arrive également le frère aîné de Felice Borel, Aldo Borel I, ainsi qu'Umberto Menti.

La Juventus débute donc à l'automne 1935 sa Serie A, plus aussi sûre de sa force qu'auparavant, mais tout de même confiante.

 
Les bianconeri au 5e rang en Serie A et éliminé en quarts-de-finale de la Coupe d'Italie.

La Vieille Dame débute sa nouvelle saison le dimanche à domicile lors d'une rencontre contre les sudistes de Palerme, et ne manquent par leur entrée en compétition en s'imposant 3-1, grâce à un doublé de Borel II puis un but de Menti. Pour le Derby de Turin de la semaine d'après contre Torino, les deux équipes se séparent sur le score nul de deux buts partout (réalisations de Varglien II et Monti). Après un début de saison plutôt convaincant, l'effectif juventino commence à partir de la 4e journée une série de quatre matchs nuls d'affilée, avant de subir une véritable déroute à l'extérieur contre l'Ambrosiana-Inter 4 buts à 0 à Milan. Les bianconeri se ressaisissent ensuite avec trois victoires et un nul avant la fin de l'année 1935. Le , pour son premier match de l'année, la Juventus se déplace à Brescia pour battre les lombards 1 but à 0 (but de Gabetto). Deux semaines plus tard lors de la première confrontation de la phase retour, les palermitains se vengent et battent Madame un but à rien sur leurs terres. La Juve n'arrive ensuite plus à enchaîner les victoires, avec des résultats en dents de scie, mais le 15 mars pour le compte de la 23e journée, l'effectif turinois bat l'Ambrosiana 1-0 avec un but de Serantoni. Deux semaines plus tard, le club bianconero est battu chez lui au Stadio Benito Mussolini contre la Roma par 3 buts à 1 malgré un but juventino de Gabetto (la Juve n'avait plus perdue à domicile depuis la saison 1931-1932[3]). Le 26 avril, la Juventus remporte sa plus grosse victoire de la saison en allant s'imposer 7 buts à 2 contre le Sampierdarenese à Turin (quadruplé de Gabetto, doublé de Varglien II et un but de Varglien I). Pour le dernier match de la saison comptant pour la 30e journée, les piémontais se déplacent à Alexandrie mais sont défaits 3 à 2 au Stadio del Littorio (buts bianconeri de Gabetto).

Guglielmo Gabetto finit cette saison avec son compteur de 20 buts inscrits en Serie A, second meilleur buteur de la compétition, mais les 35 points inscrits par le FBC Juventus (seulement 13 victoires, 9 nuls et 8 défaites) ne permettent à la Vieille Dame de ne terminer qu'à la 5e place, plus mauvaise performance du club depuis l'instauration de ce championnat à tour unique.

L'effectif à pourtant cette saison l'occasion de se racheter, avec la participation du club à la Coupe d'Italie, jouée pour la première fois depuis 9 ans. Les turinois débutent le tournoi en seizième-de-finale en s'imposant 4 buts à 1 à Sanremo en Ligurie (buts de Monti, Gabetto et Varglien II). Au tour suivant, la Juve se déplace à nouveau et s'impose sur le plus petit des scores grâce à Diena contre son rival milanais de l'Ambrosiana-Inter, mais est arrêtée en quarts par la Fiorentina qui les battent à Turin 3 à 1 (malgré une réalisation juventina de Varglien II).

L'après Edoardo Agnelli fut en réalité plus dur que prévu, le club n'étant plus décisif sur tous les fronts, et son stade n'étant plus une forteresse imprenable.

Toujours dans une période de Nazio-Juve, à noter également que deux bianconeri (Alfredo Foni et Pietro Rava) remportèrent avec l'équipe italienne olympique la médaille d'or aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin.

Déroulement de la saisonModifier

Résultats en championnatModifier

  • Phase aller
dimanche
1re journée
Juventus 3 - 1 Palerme Stadio Benito Mussolini, Turin
15h30
Arbitre : Sassi
Borel II   39e   47e (pen.)
Menti   62e
  56e Palumbo
dimanche
2e journée
Torino 2 - 2 Juventus Stadio Filadelfia, Turin
15h30
Arbitre : Bevilacqua
Galli   26e
Silano   49e
  28e Varglien II
  32e Monti
dimanche
3e journée
Juventus 2 - 1 Lazio Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Scorzoni
Borel II   35e   80e   38e Visentin
dimanche
4e journée
Genova 1 - 1 Juventus Stade Luigi-Ferraris, Gênes
15h00
Arbitre : Mazzarini
Libonatti   41e   56e Borel II
dimanche
5e journée
Juventus 0 - 0 Bologne Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Gianelli
dimanche
6e journée
Fiorentina 1 - 1 Juventus Stadio Giovanni Berta, Florence
14h30
Arbitre : Scotto
Scagliotti   55e   21e Varglien I
dimanche
7e journée
Juventus 0 - 0 Bari Stadio Benito Mussolini, Turin
14h30
Arbitre : Salvatori
dimanche
8e journée
Ambrosiana-Inter 4 - 0 Juventus Arena du Milano, Milan
14h30
Arbitre : Dattilo
Mascheroni   10e
Meazza   13e   72e   79e
dimanche
9e journée
Juventus 3 - 0 Triestina Stadio Benito Mussolini, Turin
14h30
Arbitre : Levrero
Gabetto   42e   82e   89e
dimanche
10e journée
Roma 1 - 1 Juventus Campo Testaccio, Rome
14h30
Arbitre : Scorzoni
D'Alberto   71e   57e Cason
dimanche
11e journée
Naples 0 - 1 Juventus Stadio Partenopeo, Naples
14h30
Arbitre : Pizziolo
  69e (csc) Fenoglio
dimanche
12e journée
Juventus 3 - 1 Milan Stadio Benito Mussolini, Turin
14h30
Arbitre : Sassi
Cason   55e (pen.)
Menti   60e
Borel I   65e
  81e Moretti
mardi
13e journée
Sampierdarenese 0 - 1[4] Juventus Stadio del Littorio, Gênes
14h30
Arbitre : Scarpi
  88e Gabetto
dimanche
14e journée
Brescia 0 - 1 Juventus Stadio Comunale, Brescia
14h30
Arbitre : Barlassina
  4e Gabetto
dimanche
15e journée
Juventus 4 - 0 Alexandrie Stadio Benito Mussolini, Turin
14h30
Arbitre : Mazzarini
Foni   34e
Gabetto   60e
Monti   62e
Cason   70e (pen.)
  • Phase retour
dimanche
16e journée
Palerme 1 - 0 Juventus Stadio Littorio, Palerme
14h30
Arbitre : Caironi
De Manzano   68e
dimanche
17e journée
Juventus 2 - 1[5] Torino Stadio Benito Mussolini, Turin
14h30
Arbitre : Ciamberlini
Gabetto   7e
Cason   41e
Bo   26e
dimanche
18e journée
Lazio 3 - 0 Juventus Stadio Nazionale del P.N.F., Rome
14h30
Arbitre : Scotto
Guarisi   20e
Levratto   81e
Piola   45e
dimanche
19e journée
Juventus 4 - 0 Genova Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Scarpi
Gabetto   3e   54e   59e
Borel I   36e
dimanche
20e journée
Bologne 2 - 1 Juventus Stadio Littoriale, Bologne
15h00
Arbitre : Mazzarini
Schiavio   26e
Ottani   36e
Gabetto   42e
dimanche
21e journée
Juventus 0 - 0 Fiorentina Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Scorzoni
dimanche
22e journée
Bari 1 - 1 Juventus Stadio della Vittoria, Bari
15h00
Arbitre : Dattilo
Ferrero   8e Varglien II   12e
dimanche
23e journée
Juventus 1 - 0 Ambrosiana-Inter Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Ciamberlini
Serantoni   62e
dimanche
24e journée
Triestina 1 - 0 Juventus Stadio Littorio, Trieste
15h00
Arbitre : Pizziolo
Chizzo   44e
dimanche
25e journée
Juventus 1 - 3 Roma Stadio Benito Mussolini, Turin
15h00
Arbitre : Scotto
Gabetto   27e   3e Cattaneo
  12e   73e Di Benedetti
dimanche
26e journée
Juventus 2 - 2 Naples Stadio Benito Mussolini, Turin
15h30
Arbitre : Gianelli
Serantoni   32e
Varglien II   78e
  30e (csc) Monti
  77e Busoni
dimanche
27e journée
Milan 2 - 1 Juventus Stadio San Siro, Milan
15h30
Arbitre : Scarpi
Arcari   41e
Spinola   82e
  86e Gabetto
dimanche
28e journée
Juventus 7 - 2 Sampierdarenese Stadio Benito Mussolini, Turin
15h30
Arbitre : Bevilacqua
Gabetto   10e   12e   40e   88e
Varglien II   32e   83e
Varglien I   59e
  63e Busini
  72e Cappellini
dimanche
29e journée
Juventus 1 - 0 Brescia Stadio Benito Mussolini, Turin
15h30
Arbitre : Zelocchi
Gabetto   60e
dimanche
30e journée
Alexandrie 3 - 2 Juventus Stadio del Littorio, Alexandrie
15h30
Arbitre : Gonani
Croce   8e
Riccardi   45e
Busani   49e
  46e   73e Gabetto

ClassementModifier

Classement final 1935-1936 Pts MJ V N D BP BC Dif
  1. Bologne 40 30 15 10 5 39 21 +18
2. Roma 39 30 16 7 7 32 20 +12
3. Torino 38 30 16 6 8 49 33 +16
4. Ambrosiana-Inter 36 30 14 8 8 61 34 +27
  5. Juventus 35 30 13 9 8 46 33 +13

Résultats en coupeModifier

  • 16e-de-finale
jeudi Sanremese 1 - 4 Juventus Stadio comunale, San Remo
14h30
Arbitre : Mazzarini
Ferrari   55e   33e Monti
  37e   76e Gabetto
  38e Varglien II
  • 8e-de-finale
jeudi Ambrosiana-Inter 0 - 1 Juventus Arena du Milano, Milan
15h30
Arbitre : Dattilo
  79e Diena
  • Quarts-de-finale
dimanche Juventus 1 - 3 Fiorentina Stadio Filadelfia, Turin
17h00
Arbitre : Scarpi
Varglien II   16e   75e Perazzolo
  83e Scagliotti
  86e Comini

Matchs amicauxModifier

mercredi Juventus 4 - 2[6] Biellese
Buteurs inconnus Buteurs inconnus
dimanche Genoa 1 - 2 Juventus
Buteur inconnu Buteurs inconnus
lundi Biellese 1 - 0 Juventus
Buteur inconnu
jeudi Faul Viterbo 0 - 5 Juventus
Buteurs inconnus
jeudi Juventus 6 - 1 Biellese
Buteurs inconnus Buteur inconnu

Trofeo Medaglia d'oro CaimiModifier

dimanche Ambrosiana-Inter 0 - 0[7] Juventus

Effectif du clubModifier

ButeursModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Nommé le .
    Cfr. (it) STAGIONE 1934-1935 IL CALENDARIO COMPLETO DELLA JUVENTUS PARTITE UFFICIALI, AMICHEVOLI E TORNEI MINORI
  2. Il est le premier et l'un des deux seuls capitaines de l'histoire du club, avec Omar Sívori, à avoir été international avec une autre sélection que la Squadra Azzurra.
  3. Entre le (Juventus 1-2 Lazio) et le (Juventus 1-3 Roma).
  4. Rencontre originellement prévue le 29 décembre, puis annulée pour cause d'impraticabilité du terrain.
  5. 600e match de championnat de l'histoire du club.
  6. (it) STAGIONE 1935-1936 PARTITE AMICHEVOLI E TORNEI MINORI
  7. (it) La Storia dell'Inter — Stagione 1935/36