Saison 14 de New York, unité spéciale

La quatorzième saison de New York, unité spéciale, ou La Loi et l'Ordre : Crimes sexuels au Québec, (Law and Order: Special Victims Unit), série télévisée américaine, est constituée de vingt-quatre épisodes, diffusée du au sur NBC.

Saison 14 de New York, unité spéciale
Description de l'image New York, unité spéciale.jpg.

Série New York, unité spéciale
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Diff. originale
Nb. d'épisodes 24

Chronologie

DistributionModifier

Acteurs principauxModifier

Acteurs récurrentsModifier

Membres de l'Unité spécialeModifier

Avocats de la défenseModifier

  • Reg E. Cathey : avocat de la défense Barry Querns (épisodes 1, 2 et 17)
  • Jason Cerbone : avocat de la défense Lorenzo Desappio (épisode 1)
  • Elizabeth Marvel : avocate de la défense Rita Calhoun (épisodes 3, 8 et 18)
  • Steve Rosen : avocat de la défense Michael Guthrie (épisode 3)
  • David Pittu : avocat de la défense Linus Tate (épisode 7)
  • Laurine Towler : avocate de la défense Melissa Braxton (épisodes 7 et 20)
  • Tony Campisi : avocat de la défense Steve Roth (épisode 11)
  • Renée Elise Goldsberry : avocate de la défense Martha Marron (épisode 11)
  • Nia Vardalos : avocate de la défense Minonna Efron (épisode 12)
  • Andre Braugher : avocat de la défense Bayard Ellis (épisode 13)
  • Jeffrey Tambor : avocat de la défense Lester Cohen (épisode 16 et 21)
  • Greg Germann : avocat de la défense Derek Strauss (épisode 17)
  • Ned Eisenberg : avocat de la défense Roger Kressler (épisode 18)

JugesModifier

Substituts du procureurModifier

Bureau des Affaires InternesModifier

FBIModifier

NYFDModifier

NYPDModifier

Entourage de l'Unité spécialeModifier

Liste des épisodesModifier

Épisode 1 : Une réputation à défendre (1/2)Modifier

Titre original
Lost Reputation
Numéro de production
296 (14-01)
Code de production
E1401
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Alors que l'enquête autour des morts suspectes de l'escort-girl mineure Maggie Murphy et l'ancien gouverneur Fletcher continue, le capitaine Cragen se réveille un matin chez lui au côté du cadavre de Carissa, une hôtesse travaillant pour le compte de son proxénète et ancien futur mari, Bart Ganzel. Confus et dérouté, il s'aperçoit que ses mains sont tachées du sang de la défunte tandis que l'arme du crime, un couteau, traine dans un lavabo de son appartement. En effet, elle a été égorgée. Rapidement, sur place, après avoir appelé la police, Benson lui conjure de ne rien dire aux policiers sans la présence de son avocat. Au moment où elle lui propose de l'accompagner à l'hôpital avec eux pour prélever les empreintes de la morte sur lui, Benson est empêchée par le substitut chargé des Affaires internes, Paula Foster, qui lui explique qu'elle est chargée de l'investigation autour du meurtre de Carissa. Aussitôt, Benson lui assure que son chef est innocent et qu'il est tombé dans un traquenard. Cependant, l'Unité spéciale est isolée de cette nouvelle affaire les touchant de près car leur capitaine intérimaire, Steven Harris, leur exige plutôt d'enquêter sur un inconnu qui tripoterait les masseurs qui s'occupent de lui. De plus, Benson et son équipe ont l'interdiction de parler entre eux de la culpabilité ou non de Cragen car Foster leur adjure de collaborer avec elle en cas de futur procès s'il est prouvé qu'il a bien donné la mort à Carissa. Désorienté et quasi amnésique, Cragen n'a aucune idée du déroulement de la veille. Interrogé en compagnie de son avocat par Foster devant une caméra, il lui confie qu'il a accepté de rencontrer Carissa dans un restaurant car elle a voulu lui faire part de ses soupçons sur Amaro qui, selon elle, lui aurait proposé d'aller dans un hôtel pour la protéger d'une certaine menace qu'elle craignait pour sa vie. Ensuite, planant, elle l'aurait raccompagné chez lui puis il a eu blackout. Néanmoins, malgré sa protestation pour certifier qu'il ne l'a pas tuée, toutes les preuves démontrent qu'il a bien couché avec elle avant de la tuer. Son corps comporte son ADN sur son dos griffé et son sexe. Quant au couteau, le manche contient celui de Cragen... En outre, le médecin-légiste Warner a également trouvé un fort taux d'alcoolémie dans son sang mais aucune trace d'une drogue, comme le GHB, dans son organisme. Certains qu'il a été piégé par Ganzel ou Wilson, deux maquereaux qui se livrent une guerre impitoyable car le premier lui a pris toutes ses hôtesses, Benson et son équipe refusent de croire que leur supérieur a tué Carissa. D'autre part, lors de son interrogatoire mené par Foster, ce dernier est contraint de lui indiquer qu'elle voulait lui dévoiler des secrets sur la mort de Fletcher ainsi que le faux harcèlement sexuel d'Amaro donc. Or, il lui assure qu'il sait très bien qu'elle mentait sur son comportement. Pendant ce temps, lors d'un soir où il profite de son temps libre avec sa femme Maria et leur fille Zara, Amaro reçoit la visite surprise de Delia Wilson qui lui souffle qu'il doit se méfier de Ganzel et de son garde du corps Cassidy, qui n'est d'autre qu'un ancien flic infiltré dans son réseau d'escort pour prouver ses dérives vers la prostitution. D'après ses dires, ils ont entrainé Cragen dans un piège pour faire lui porter le chapeau car Carissa était d'abord l'une de ses "filles" et que Ganzel cherche à lui nuire pour devenir l'unique maquereau de la ville. Surtout, elle lui sous-entend que Cragen le balancera à Foster car il sait que Carissa le draguait en permanence et qu'elle l'a contacté à plusieurs reprises avant qu'il n'accepte son invitation dans un restaurant. Dès lors, déjà suspicieux envers Cassidy qui aurait perdu sa loyauté de policier, Amaro est de plus en plus sûr de l'implication de l'ex partenaire de Benson dans le meurtre de Carissa pour obéir à Ganzel. Parallèlement, émue de revoir Cassidy 13 ans après son départ de l'Unité spéciale, Benson apprend qu'il est l'indic de Foster qui monte un dossier solide contre Ganzel pour prostitution et trafic sexuel.

Finalement, trahi par l'ADN de Carissa retrouvé sur lui ainsi que l'arme du crime, Cragen est inculpé et emprisonné pour son meurtre à Riker's Island. Poursuivie pour proxénétisme, Wilson et son avocat Exley rencontrent Benson et Foster, qui collaborent ensemble pour enquêter sur la mort de l'escort-girl Carissa, pour leur lever le voile sur des photos compromettantes du capitaine avec plusieurs hôtesses de son service. Anéantie de découvrir la vie intime de son chef de longue date, Benson est persuadée qu'elles sont truquées pour salir le visage de la police de New York. Or, Wilson propose un marché à Foster et Benson. Si la juge abandonne les plaintes et le procès contre elle, ses travailleuses du sexe ne témoigneront pas contre Cragen dont la sexualité est, d'après leur vérité, basée sur des jeux sado-masochistes. Des révélations qui risquent d'entacher sa carrière et l'image de l'Unité spéciale. Convaincue de son innocence, Benson doit faire face aux soupçons de Foster qui lui reproche de ne pas le connaître personnellement pour être aussi dubitative sur sa culpabilité. Conséquemment, Benson et son équipe sont sûrs que Wilson se venge de Ganzel en le blâmant pour les meurtres de Maggie et de Carissa. Bouleversé par la mort de la seconde, Ganzel confesse à Fin et Rollins qu'il était fou d'elle, ce que garantit Cassidy, et que Wilson est fautive des nombreux meurtres dans l'unique but de le salir. De son côté, de plus en plus nerveux car il est questionné par Foster sur sa relation avec la défunte qui le fait passer pour un agresseur sexuel, Amaro est le seul à croire que celui-ci et son garde du corps Cassidy ont des rôles à jouer dans le meurtre de Carissa, ce que confirme l'ancienne complice de Wilson, Iris, qui signale aux enquêteurs que Carissa était l'une des protégées de Wilson et la préférée du gouverneur Fletcher. Selon sa théorie, après avoir changé de service, elle l'aurait assassiné sous les ordres de Ganzel pour faire croire que Wilson est coupable puis celle-ci l'aurait tuée en retour pour obtenir sa vengeance... Censée témoigner contre sa boss pour proxénétisme, Iris ne se présente pas au Grand Jury. Inquiets, Fin et Rollins se rendent à son domicile où ils tombent sur son cadavre. Elle s'est suicidée...

[2]

Épisode 2 : Une réputation à défendre (2/2)Modifier

Titre original
Above Suspicion
Numéro de production
297 (14-02)
Code de production
E1402
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Blessé par le départ de sa femme et de leur fille pour Washington, convenu que Ganzel se cache derrière les nombreux meurtres reliés à la guerre qu'il livre à Wilson et vivant mal les soupçons de harcèlement sexuel qui pèsent sur lui, Amaro contraint Cassidy à lui avouer pour qui il travaille. Sous la menace, Cassidy lui apprend que Carissa a appelé Ganzel sur son portable le soir de sa mort en utilisant un numéro privé. De plus, Cassidy lui révèle qu'elle s'est servie de lui, en prétextant qu'il lui a fait des avances, pour approcher Cragen et le droguer pour le raccompagner chez lui. Pendant son temps, en compagnie de son avocat Querns, Ganzel détecte par hasard un micro dissimulé dans l'un des murs de son appartement, ce qui chamboule la mission d'infiltration de longue date de Cassidy et de son supérieur, le substitut des Affaires Internes Paula Foster. À deux doigts d'être démasqué, Cassidy le convainc de collaborer avec la police en levant le voile sur le visage de ses agresseurs employés par Wilson. Cependant, Ganzel accepte également de témoigner contre elle lors du Grand Jury mais à une condition. S'il le fait, il veut une immunité complète sur ses activités illégales, soit l'abandon de l'enquête de Foster à son sujet et son business douteux de trafic sexuel. Au moment où Benson et Cassidy s'apprêtent à emmener Ganzel au commissariat pour lui assurer une protection avant son témoignage, ils sont témoins d'une tentative de vol de la voiture du proxénète. Alors que Benson parvient à rattraper l'un des deux voleurs, le second pointe son arme sur Cassidy qui riposte pour protéger son boss. Lorsqu'un véhicule de police débarque, une jeune policière vise essentiellement l'ancien flic infiltré et lui somme de baisser son revolver. Malgré ses protestations pour lui proclamer qu'il est en mission, elle l'abat à bout portant sous les yeux choqués de Benson. Hospitalité d'urgence, Cassidy survit car l'officier de police, Gonzalez, n'a pas tiré dans son cœur. Inquiète pour lui, Benson signale au détective Cole Draper des Affaires Internes et à son capitaine intérimaire Harris que celle-ci est bizarrement venue à toute vitesse devant l'appartement de Ganzel. Malgré le refus de Draper de croire qu'il s'agit d'un coup monté, Harris l'autorise à fouiller dans la vie intime de Gonzalez pour voir si elle est corrompue ou pas. En effet, interrogée par Amaro et Rollins qui lui font croire que Cassidy est décédée, elle leur explique que son propre sergent lui a montré une photo de lui en lui exigeant qu'elle le prenne en flagrant délit de vol de voiture. En d'autres mots, manipulée par son chef, elle était persuadée qu'il était un criminel dangereux au point d'ouvrir le feu sur lui afin d'obtenir une promotion pour devenir lieutenant. Arrêté pour corruption comme Gonzalez, son supérieur apparaît dans les nombreuses écoutes enregistrées à l'insu de Ganzel. D'ailleurs, en rendant visite à l'un des braqueurs, Fin comprend qu'il a reçu un appel d'une personne lui demandant de braquer une voiture située en bas de Ganzel. Désormais, l'Unité spéciale comprend que le proxénète a compris que Cassidy était un flic sous couverture et, en faisant du chantage au sergent qui est l'un de ses clients, qu'il a élaboré un faux vol pour le faire tuer par une recrue naïve de la police.

Entre-temps, toujours poursuivie pour proxénétisme et les meurtres maquillés en accident ou suicide de Maggie Murphy, Iris Petersen et d'Anya Solar, Wilson annonce à la juge qu'elle se défendra toute seule en cas de procès qui risque d'être annulé puisque tous les témoins de la partie adverse, menée par Paula Foster, sont décédés. Quant à Ganzel, sur le point de quitter le sol américain, Ganzel est intercepté par Fin et Rollins et il est finalement inculpé pour trafic sexuel, proxénétisme et tentative de meurtre. Conséquemment, dans l'attente d'un jugement, il est obligé de résider chez lui avec un bracelet électronique. Pour mettre un terme à son business, Foster et Benson font écouter les innombrables écoutes à son avocat loyal, Querns, où Ganzel l'insulte en tenant des propos racistes et homophobes. Dégoûté, après avoir étouffé ses affaires douteuses pour lesquels il sera également jugé, Querns prend la décision de le faire parler tout en dissimulant un micro dans son portable. Tout compte fait, Querns lui manifeste qu'il ne sera plus son avocat et, soudainement, Ganzel lui confesse qu'il a tué Carissa car elle voulait le quitter pour son amant, Cassidy. Son plan était de la photographier en mauvaise posture avec le capitaine Cragen, drogué et inconscient dans son lit, avant de la massacrer pour se venger de son infidélité. Trahi par son conseiller, ses aveux blanchissent immédiatement Cragen qui est définitivement libéré de prison. Néanmoins, Benson est surprise quand Foster lui avise qu'il est certes innocent pour le meurtre de Carissa mais qu'il est maintenant accusé de viols et d'agressions par de nombreuses escort-girls de Delia Wilson, dont il a payé leur présence pour avoir de la simple compagnie en aucun cas sexuelle...

[3]

Épisode 3 : Des mots qui blessentModifier

Titre original
Twenty-Five Acts
Numéro de production
298 (14-03)
Code de production
E1403
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Warren Leight et Julie Martin
Audiences
Invités
Résumé détaillé
Comme Cragen est toujours suspendu, le commandement de la brigade échoit au capitaine Harris. Ce dernier décide de réorganiser ses équipes, Benson et Rollins se retrouvent ainsi à travailler ensemble. Ils sont chargés d'enquêter sur une affaire d'agression sexuelle. Jeune romancière auteur d'un roman érotique au succès phénoménal, Jocelyn Paley aurait été violée par Adam Cain, l'animateur de télévision qui vient de la recevoir dans son émission. Après un dîner où elle l'a allumé, comme lors de son passage à la télévision, elle l'a rejoint dans son appartement pour faire l'amour. Aussitôt, Cain l'a violentée car il pense qu'elle aime être soumise. Pourtant, elle l'a supplié d'arrêter à plusieurs reprises, en vain. En la violant, il l'a étouffée avec sa ceinture qu'il a serrée autour de son cou. Les inspecteurs recueillent le témoignage de la victime hospitalisée et s'apprêtent à enregistrer sa plainte. Mais, à la grande surprise des policiers, et malgré ses ecchymoses autour du cou et des blessures au niveau des parties génitales, Paley refuse de porter l'affaire devant les tribunaux et rejette la faute sur son assistante qui l'a découverte en sang dans sa chambre d'hôtel. Inquiète, celle-ci a aussitôt appelé l'unité spéciale. Persuadée qu'elle prendra du temps pour se rendre compte qu'elle a été violée, Benson lui donne sa carte. De son côté, interrogé par Fin et Munch, réputé pour être un dragueur avec les femmes qui travaillent avec lui, ce dernier avoue qu'elle était consentante et qu'elle est adepte de jeux sado-masochistes, inspirés de son best-seller, comme lui. Elle aurait simplement voulu reproduire en vrai au mot près un passage torride de son bouquin avec lui. Donc leur rapport était certes violent mais, selon, bien consenti. Avant Paley, l'une de ses collègues a subi la même agression identique mais, promue par lui pour éviter qu'elle ne le dénonce, refuse de parler. Le lendemain, à une soirée d'inauguration de son livre, Cain s'invite, lui porte un toast et, parce qu'elle a parlé à la police, la viole une seconde fois dans l'ascenseur. Tétanisée, elle se rend chez Benson et raconte son second viol. Elle est résolue à témoigner contre lui. Pendant ce temps, Harris présente le nouveau substitut du procureur à l'unité spéciale : Rafael Barba. Réputé pour gagner les procès les plus difficiles, il se montre froid et dur avec Paley pour qu'elle ne lui cache rien sur sa vie privée ou, sinon, la défense la creusera avant eux pour la compromettre devant la cour. Or, en enquêtant sur elle à l'université où elle a étudié, Amaro découvre un secret inavouable qui risque bien de discréditer ses accusations et, surtout, sa réputation...
Commentaires
Première apparition du nouveau substitut du procureur, Rafael Barba, incarné par Raúl Esparza et dernière apparition du juge Walter Bradley, joué par Peter McRobbie.

[5]

Épisode 4 : Code-barresModifier

Titre original
Acceptable Loss
Numéro de production
299 (14-04)
Code de production
E1404
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Ed Zuckerman
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Alors que Cragen reprend son poste de capitaine de l'unité spéciale après avoir été blanchi d'un meurtre d'une prostituée, celle-ci est appelée sur la scène d'un accident de voiture particulièrement violent. Une limousine a été percutée par un camion et le chauffard a pris la fuite. Quant aux passagers, un certain Jonas Dworkin et une jeune femme, ils sont toujours vivants. Au moment où elle s'apprête à être hospitalisée, Benson et Rollins remarquent un code-barre imprimé sur son cou. À l'hôpital, interrogé par les enquêteurs, la rescapée, d'origine colombienne, affirme qu'elle s'appelle Pilar Jones et qu'elle était en train de faire l'amour avec l'homme d'affaires qui l'accompagnait. Visiblement terrifiée, elle rejette leur aide pour la protéger et leur certifie que la marque qu'elle porte était une simple blague. De son côté, également alité, ce dernier raconte à Amaro et Fin qu'ils étaient tous les deux consentants d'autant plus qu'elle est majeure. Concernant le code-barre, selon lui, il était trop occupé à la reluquer pour l'apercevoir et s'interroger sur sa provenance... Dès lors, les policiers sont dans une impasse car ils refusent d'expliquer comment ils se sont retrouvés ensemble dans cette voiture mais le conducteur est rapidement appréhendé. Ivre lors du crash, il a préféré fuir plutôt que de les secourir et confie aux inspecteurs le passeport de Pilar, donc une prostituée qu'il aurait récupérée près d'une station de métro, qu'elle lui aurait donné pour ne pas se le faire voler lors d'une passe. Malheureusement, comme le chauffeur, Wiggins, et ses passagers se taisent, et malgré le fait que Benson suspecte un réseau d'esclavage sexuel derrière cette affaire de code-barres, Pilar est libre de sortir de l'hôpital. Ses papiers prouvent qu'elle a 18 ans, qu'elle s'appelle Pilar Morenas et qu'elle est de la Colombie. Intriguée que Wiggins les possède, Benson pense que son maquereau le lui a envoyé pour qu'il puisse obtenir la libération de la jeune fille car ils sont en ordre. Résolue à lui porter secours, Benson tente de la raisonner en lui demandant de ne pas retourner chez son mac mais une autre femme, également marquée au cou, la récupère à bord d'une limousine. Avant de partir, celle-ci, une dénommée Sofia, prévient Benson que c'est impossible de les sauver... Peu de temps après, près d'une berge, une inconnue portant le même tatouage numéroté est découverte morte. Elle a été battue à mort. Son autopsie démontre qu'elle a été violée et massacrée avant de décéder. Surtout, elle était enceinte.

Réinterrogé, et menacé de purger une lourde peine de prison pour complicité dans cette affaire de réseau de prostitution voire de meurtre car il a sans doute escorté la défunte vers ses clients, Wiggins confesse à Amaro qu'un certain Lou le paye pour qu'il récupère ses prostituées à des stations de métro pour ensuite les emmener vers des clients qui les payent pour des faveurs sexuelles dans sa limousine ou une chambre d'hôtel. De plus, comme il ne l'a jamais rencontré en personne, il a intercepté le passeport de Pilar dans un restaurant pour démontrer à la police qu'elle est bien américanisée donc libre de circuler sur le sol américain. Après avoir convaincu ce prénommé Lou qu'il est apte à devenir son nouveau chauffeur, Fin parvient à s'infiltrer dans son réseau et escorte une de ses prostituées, Anna, vers son client. Brutalisée lors de son rapport sexuel, Fin lui propose de la ramener chez elle pour voir où habite Lou. Effrayée qu'il la raccompagne alors qu'elle est obligée de rentrer en métro, elle accepte sa proposition. Après les avoir suivis, Rollins et Benson attendent d'obtenir un mandat pour démanteler ce réseau de trafic sexuel d'êtres humains dont les victimes, de jeunes femmes, sont utilisées comme esclaves sexuelles toutes marquées au cou d'un code-barre. Malheureusement, au dernier moment, leur intervention musclée pour arrêter les proxénètes, Michael Pappas et son fils Lou, est avortée par l'intervention de l'agent Alexandrea Eames de la Sécurité Intérieure. De fait, leur affaire de prostitution empiète sur une enquête qu'elle mène sur un probable attentat qui peut se dérouler à New York, perpétré par un terroriste jusqu'ici sans visage, et l'arrestation des Pappas peut la caboter car ils ont le même falsificateur de visas pour leurs prostituées d'origine étrangère que le poseur de bombes qu'elle n'a pas réussi à identifier...
Commentaires

Première apparition de l'inspecteur Alexandra Eames de la série New York, section criminelle dans cette saison. Après avoir passé 11 ans parmi la section criminelle au côté de son coéquipier Robert Goren, elle a décidé de la quitter lorsqu'il a pris sa retraite. Depuis, elle travaille pour la Sécurité Intérieure afin de lutter contre le terrorisme international.

De plus, interprétée par Jamila Velazquez, la prostituée Pilar Morenas apparaît également dans les épisodes 15 et 23 de la saison 16. Elle travaille désormais pour un autre maquereau, Johnny D.

[7]

Épisode 5 : Les Enfants perdusModifier

Titre original
Manhattan Vigil
Numéro de production
300 (14-05)
Code de production
E1405
Première diffusion
Réalisation
Jean de Segonzac
Scénario
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Après s'être disputé avec son ex Laurie dont il est séparé, un père de famille, un promoteur immobilier nommé David, emmène son petit garçon, Wyatt, à un match de sport. En chemin, dans le métro, David est distrait par un billet de banque qu'un inconnu a fait tomber près de lui. En le ramassant, il se rend compte que ce dernier kidnappe son enfant sous ses yeux mais, en raison de la foule, il les perd de vue. Alors que l'unité spéciale se rend sur place pour récolter les premières informations auprès de David et de son ex, Benson aperçoit une gigantesque fresque sur un mur représentant un autre petit garçon, Hector, qui a disparu depuis 13 ans. Chargée de cette affaire avec Munch, elle n'a jamais pu le retrouver et la police a conclu que son père l'a enlevé pour disparaître de force à l'étranger. Dès lors, contrairement à leur supérieur, et hantés par ce cold case, Benson et son collègue sont convaincus que les deux disparitions sont perpétrées par le même ravisseur qui rôderait dans ce même quartier. Pourtant, l'enquête s'avère être compliquée car les inspecteurs ne possèdent qu'une photo floue du ravisseur, prise par une caméra de surveillance dans le métro, dont le look a été décrit par David. Soupçonné par son ex de le retenir en otage car il réclamait une garde alternée plus longue, celui-ci apprend aux enquêteurs qu'il a déjeuné avec Wyatt dans une boulangerie où travaille sa nouvelle petite copine. Elle leur confirme qu'un homme louche avec des lunettes noires et une casquette les observait sans être vu par son copain et son fils. De plus, le porte-monnaie de Wyatt est retrouvé dans une poubelle devant un magasin où le vendeur leur confie que leur criminel a acheté une teinture pour les cheveux du petit garçon. Une autre caméra de surveillance leur démontre qu'il est désormais blond et que l'inconnu le force à le suivre dans un tunnel... En parcourant tous les dossiers d'enfants disparus remontant à des décennies, l'unité spéciale remarque que seul Hector a été aperçu avec les cheveux blonds par des témoins. Or, il était brun avant d'être kidnappé. Ravagée par sa disparition, sa mère met Benson, à qui elle ne pardonne pas d'avoir abandonné l'enquête sur Hector qui a été bâclée en 1999, sur la piste d'une lettre que lui a envoyée un auxiliaire de police, Stephen Lomatin, à l'occasion de son 13ème anniversaire. Retrouvée dans les archives de la police, cet officier l'encourage à relancer son cas auprès de sa hiérarchie mais, postée à l'attention de Benson par la mère d'Hector qui pensait que l'auteur était un pédophile, elle ne lui est jamais parvenue. Prise de remords et de regrets, Benson est déterminée à retrouver son unique enfant.

En pleine course contre la montre pour sauver Wyatt, les enquêteurs s'aperçoivent que Lomatin était déjà très actif en participant aux recherches d'Hector. Suspecté d'être impliqué dans ces disparitions, d'autant plus qu'il a retrouvé la casquette de Wyatt dans un parc, il leur explique qu'il s'implique émotionnellement dans ces affaires de rapt non résolus au point d'avoir dressé chez lui un immense tableau représentant tous les kidnappings d'enfants, dont celui d'Hector, évaporés dans la nature depuis les années 1980. Un véritable collectionneur qui s'acharne à reconstituer leurs dernières journées, les indices et même à acheter leurs habits ou des objets, dont les lunettes du ravisseur, qui lui font penser aux enfants ou au pédophile. Écarté de l'enquête par une vidéo qui le montre en train d'acheter des antidépresseurs dans une pharmacie au moment de l'enlèvement de Wyatt, et défendu par la mère d'Hector qui le considère comme l'unique policier qui a tout fait pour son chagrin au fil des années, il expose des preuves à Rollins qui certifient que des incendies d'immeubles ont toujours eu lieu près des endroits où tous les enfants vivaient. Donc un pédophile pyromane qui brûlerait leurs cadavres dans des bâtiments qu'il détruit volontairement par le feu. Or, concernant Hector, il y a bien eu un brasier mais il s'est déroulé avant qu'il ne disparaisse. En outre, une fuite d'eau s'est ensuite déroulée dans le sous-sol du même bâtiment détruit par les flammes. De fait, ils s'intéressent à un concierge, Lewis Hodda, qui s'est occupé de sa reconstruction, ainsi que plusieurs buildings, tous mystérieusement calcinés puis rénovés par le grand-père et le père de David...
Commentaires
Il s'agit du 300ème épisode. Réalisateur du tout premier épisode, Jean de Segonzac est de retour derrière la caméra. De plus, cet épisode s'intéresse à une affaire non résolue datant de 1999, soit l'année du lancement de la série.

[9]

Épisode 6 : Une proie facileModifier

Titre original
Friending Emily
Numéro de production
301 (14-06)
Code de production
E1406
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Kevin Fox
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Lors d'un voyage scolaire à New York organisé par leur école, deux sœurs mineures, Emily et son aînée Taylor, sont accostées par une inconnue, Wendi, qui propose à Taylor de venir s'éclater à une soirée étudiante pour se vider la tête, loin de l'ennui de leur excursion. D'abord réfractaire à emmener Emily avec elle, et après avoir reçu l'adresse de la fête par mail envoyé par Wendi sur son téléphone, Taylor n'a pas d'autre choix que de la garder près d'elle. Une fois arrivées chez les étudiants, alors que Taylor flirte avec des garçons majeurs, Emily la perd de vue et se fait approcher par un jeune homme charmant, Peter, qui la prend sous son aile tout au long de la nuit. De plus, elle y retrouve également Wendi qui lui propose à boire et Peter lui sous-entend qu'elle n'est d'autre que sa sœur. Le lendemain, une camarade de classe de Taylor reçoit une photo d'elle nue avec un étudiant au lit et elle devient aussitôt virale. Alertée par la disparition des Culphers, l'unité spéciale reçoit l'adresse de la party où Rollins et Fin retrouvent Taylor en compagnie d'un majeur dans un lit et ce dernier est aussitôt arrêté pour détournement de mineurs. Désormais consciente qu'Emily est portée disparue, elle vérifie son portable où elle découvre une vidéo prise par Emily où elle filme en secret son enlèvement avant d'être enfermée dans un coffre de voiture. Malheureusement, elle n'a pas réussi à dévoiler le visage de son ravisseur. En inspectant son téléphone, Rollins lève le voile sur un virus qu'elle a reçu par mail, celui de Wendi donc, qui s'avère être un logiciel malveillant permettant à des criminels de pénétrer dans ses données personnelles, que ce soit des photos ou des informations qu'elle a publiées sur tous ses réseaux sociaux. Dès lors, il s'agit d'une façon de séduire une personne en sachant par avance tout de ses loisirs ou de ses passions pour mieux la piéger et la capturer. Culpabilisant de ne pas avoir veillé sur elle, Taylor raconte aux enquêteurs qu'une certaine Wendi l'a invitée à cette fête et qu'elle portait un bracelet particulier à son poignet tandis que son coup d'un soir explique à Fin et Amaro qu'il a vu la disparue avec un quidam plus vieux que lui, le fameux Peter, qu'il connaît peu et qu'il s'est incrusté en ramenant de l'alcool. Grâce à une reconnaissance faciale sur des sites pédopornographiques à partir d'une photo d'Emily, l'unité spéciale est choquée de tomber sur une vidéo en direct où elle est maquillée comme une poupée dans une pièce sans fenêtres où son ravisseur, un pédophile insaisissable qui sévit sur le Darknet pour que la police ne retrouve pas son adresse IP, la retient en otage pour se livrer à des viols devant des spectateurs avides de pédophilie. Leur unique indice est un bracelet similaire à celui de Wendi, décrit par Taylor. Grâce à un hacker spécialisé dans la fermeture de ce genre de sites internet qui pénètre dans l'hébergement de ses vidéos pour mieux connaître le profil de leur pédophile, Cragen et ses hommes réussissent à reconstituer son parcours constitué de plusieurs victimes qui ont été séquestrées de la même façon qu'Emily. Une fois adultes, Peter les relâche et, détruites et paumées, finissent prostituées ou meurent d'overdose. Rusé, il leur fait croire que leur famille ne se préoccupe pas de leur rapt pour qu'elles pensent qu'il est le seul à les aimer et les chérir. L'une d'entre elles, désormais photographe pour une marque de lingerie, transmet en douce le nom de famille de Wendi à Rollins et les enquêteurs se rendent comptent que celle-ci n'est pas la sœur de Peter mais sa première proie qui, une fois majeure, est devenue sa complice et maquerelle qui lui fournit des filles mineures pour qu'il les viole en direct sur le Darknet...

Alors que l'enquête se complique en raison de la perversité de Peter qui brouille sa localisation et l'arrivée des parents Culphers qui mettent la pression sur l'unité spéciale pour que leur fille soit sauvée le plus vite possible, Rollins reçoit la visite surprise de sa petite sœur, Kim, qui débarque chez elle à l'improviste et prend la décision de l'héberger dans son appartement. En apercevant des bleus sur sa cuisse, Rollins comprend que son ex Jeff continue à la frapper mais Kim nie les faits. Rapidement, sa cadette chamboule son quotidien en se droguant chez elle avec un dealer ou en se faisant arrêter pour conduite en état d'ivresse. Inquiète pour son poste, Rollins la couvre jusqu'à ce qu'elle surprenne son ancien conjoint, Jeff, en train de faire l'amour avec elle sur son canapé. Furieuse, Rollins le somme de partir immédiatement en pointant son arme à feu sur lui...

[11]

Épisode 7 : L'Amour d'une mèreModifier

Titre original
Vanity's Bonfire
Numéro de production
302 (14-07)
Code de production
E1407
Première diffusion
Réalisation
Michael Slovis
Scénario
Gwendolyn Parker et Warren Leigh
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Dans un parc de New York, une petite fille, Tessa, est enlevée au moment où ses parents, Josie et Braydon Leddy, sont distraits par leurs téléphones. Rapidement, en inspectant leur contenu vidéo et photographique, l'unité spéciale remarque un homme louche en train de la regarder et d'autres mères le reconnaissent car elles ont déjà signalé sa présence à la police. Il s'agit d'un délinquant sexuel et il est identifié puis arrêté. Malheureusement, ce dernier s'avère être innocent et affirme aux enquêteurs qu'il a simplement aidé Tessa à descendre d'un toboggan avant qu'une femme blonde dotée d'une robe noire ne la récupère. Or, sa mère est brune et l'inconnue est bien présente dans des vidéos prises par le couple d'autant plus étrange qu'elle possède le même sac que Josie ainsi qu'une poussette identique à celle des Laddy. Interrogé, Braydon certifie aux enquêteurs qu'il n'a pas de maîtresse qui pourrait être capable d'enlever son enfant tandis que Josie ne la reconnait pas. Seule la nourrice de Tessa les informe que la kidnappeuse est une photographe qui passe son temps dans le parc où elle emmène Tessa et qu'elle lui a offert une photo encadrée d'elle et de l'enfant. Par chance, le site de la ravisseuse est inscrit au dos et elle s'appelle Dia Nobile. Alors que la police débarque chez elle, Benson et Amaro sont étonnés de la voir aussi peu soucieuse des faits qui lui sont reprochés et la menottent dans une chambre d'enfant conforme à celle de Tessa chez les Laddy. Instable, Dia leur assure qu'elle est sa fille et leur demande de vérifier son affirmation en lisant son acte de naissance. De leur côté, après avoir récupéré Tessa en très bonne santé, les Laddy jurent qu'elle est leur enfant et qu'ils ont eu recours à une mère porteuse pour l'engendrer avec le sperme de Braydon en raison de la fertilité de Josie. Pour prouver leurs dires, ils acceptent de confier leurs papiers d'arrangement avec la femme en question, une certaine Erin Murphy, encadrés par leur avocat, Wendell Finney. En prison, Dina réitère qu'elle est la mère biologique de Tessa à Fin et Rollins et que le même Finney a exigé qu'elle cède ses droits parentaux en signant des documents relatifs à sa naissance. Pourtant, décédé depuis, sa collègue révèle à l'unité spéciale qu'il n'était pas spécialisé dans ce genre d'affaires et, dès lors, il est démontré qu'il les a falsifiés pour faire croire à Dia que Tessa allait lui être retirée pour quelque temps. En fin de compte, il a dupé les Laddy en les convainquant qu'une dénommée Erin Murphy, qui n'existe pas, a voulu leur confier son bébé, Tessa donc, après avoir été payé comme promis par Braydon. En d'autres mots, il leur a vendu Tessa en récupérant l'argent des Laddy qui pensaient l'avoir remis à Murphy, inventée par Finney.

En quelques jours, l'affaire devient explosive car Dia et les Laddy se confrontent devant la juge des Affaires familiales pour obtenir la garde de Tessa. Déterminée à la récupérer, Dia lui atteste que Finney est leur cousin et qu'elle est victime d'un traquenard qu'il a fomenté car il l'a poussée à signer ses documents qu'il a trafiqués et, de leur côté, le couple proclame également qu'il est tombé dans un piège tendu par leur avocat qui leur a menti sur cette arrangement financier entre eux et une fausse mère porteuse pour mieux les escroquer et réussir à éloigner Tessa de Dia. Stupéfaite de les voir s'écharper à la Cour, la juge place temporairement la petite aux Services Sociaux pour mieux démêler le vrai du faux. Finalement, Dia confie aux inspecteurs que le père de Tessa n'est d'autre qu'un doyen, Kent Webster, dont il était l'amant il y a quelques années. Marié à une femme atteinte d'une tumeur au cerveau et père d'une adolescente, en apprenant qu'il allait devenir père, il l'aurait contrainte d'abandonner leur enfant en signant des papiers d'adoption pour étouffer sa fidélité avec l'aide d'une connaissance de son entourage, Finney. Questionné, Webster nie les faits mais sa secrétaire lui souffle devant Benson et Amaro que Dia l'attend chez lui alors qu'il leur prétendait qu'il n'a plus de nouvelles d'elle depuis la fin de leur liaison... Incontrôlable, Dia agresse sa famille en leur promettant que Kent est toujours fou d'elle et qu'il va les quitter pour élever Tessa avec elle... Une situation de plus en plus tendue car Dia dévoile des textos érotiques à Rollins que lui envoie fréquemment Kent qui maintient aux inspecteurs qu'il ne couche plus avec elle...

[13]

Épisode 8 : Cours très particuliersModifier

Titre original
Lessons Learned
Numéro de production
303 (14-08)
Code de production
E1408
Première diffusion
Réalisation
Alex Chapple
Scénario
Julie Martin et Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Un soir agité, un vieil homme se rend à l'unité spéciale où tous les enquêteurs sont débordés et, déboussolé, il a tout juste le temps d'approcher Amaro qui, stressé, lui propose de s'installer à son bureau pour l'attendre. Perdu face au marasme ambiant, il prend une carte de l'inspecteur et, sans se faire remarquer par les policiers, rentre chez lui où il commet l'irréparable. En effet, le lendemain, appelés sur place, Amaro et Benson le découvrent pendu dans son salon avec une lettre à ses côtés dans laquelle un certain "Curt" lui reproche de l'avoir agressé sexuellement quand il était son élève dans une école prestigieuse, le Manor Hill Academy. Ancien professeur d'anglais à la retraite, pris de remords, Harold Lassiter a signé "Je suis désolé" en haut des reproches écrits de Curt avant de se suicider. Son autopsie démontrera qu'il s'est bien donné la mort et que sa victime ne l'a pas assassinée avant de maquiller son meurtre en suicide. Grâce à un ami de Fin qui a étudié dans cet établissement, les enquêteurs parviennent à identifier Curt et, surpris d'apprendre son décès et désormais en charge d'une association pour victimes d'abus sexuels, celui-ci confirment à Amaro et Benson que, lors des cours de théâtre, Lassiter le tripotait tout en prétextant de le masser pour le déstresser. Effondré depuis des années, sa psychologue l'aurait conseillé d'écrire une lettre amère pour canaliser ses blessures pour affronter ses démons mais il a fait le choix de la lui envoyer pour essayer de le culpabiliser... Surtout, il leur apprend qu'il a détruit sa jeunesse et ses rêves d'adolescence car, comme ses camarades, il a cru en lui comme il était très affectueux et admiré. Désormais, selon lui, il mène une vie misérable à cause des attouchements de Lassiter. Afin de savoir si l'école était au courant de ses penchants pédophiles, le duo d'inspecteurs le convainc de réunir d'anciens élèves lors de l'une de ses réunions pour rescapés d'agressions sexuelles. En écoutant ceux qui ont bien voulu témoigner face à eux, uniquement des hommes traumatisés ou anéantis par leur viol ou autres caresses interdites, Amaro et Benson les entendent en train de dénoncer d'autres professeurs, dont Lassiter, qu'ils accusent de les avoir touchés ou violés. De leur côté, l'ami d'enfance de Fin qui l'a aidé à retrouver Curt lui raconte, ainsi qu'à Rollins, que Lassiter l'a bien massé avant d'aller plus loin mais qu'il s'est défendu contre lui pour le repousser. Surtout, étant boursier quand il était adolescent, il a décidé de se taire pour ne pas perdre sa place dans une académie prestigieuse où les places sont restreintes pour les enfants issus de classe populaire comme lui. Choquée d'apprendre qu'un vaste réseau pédophile scolaire sévit entre les murs de Manor Hill, Benson et son équipe influence Barba pour qu'il lance une procédure judiciaire pour incriminer les professeurs pédophiles.

Or, il s'avère que la plupart sont décédés depuis des années. Seuls deux vivent toujours mais l'un a pris sa retraite en Thaïlande tandis que le second, interrogé par Rollins et Fin, est sénile. Dès lors, sous l'influence de Benson, Barba décide d'attaquer l'école pour dissimulation de crimes pédophiles. En d'autres mots, l'unité spéciale et le substitut du procureur suspectent la direction et son Conseil d'avoir protégé ses professeurs aux penchants déviants pour ne pas entacher sa réputation. Mais leur enquête se complique encore plus quand un enseigné retraité, Mr. Tompkins, se rend à l'unité spéciale où il explique à Amaro et Benson qu'il a eu des rapports sexuels consentis avec quelques élèves à peine majeurs dans les années 1970 et 80. Questionné sur ses aveux, il leur exprime sa peur d'être accusé à son tour par ces amants aujourd'hui adultes qui, à l'époque, ont peut-être pu manquer de discernement entre abus sexuel et consentement. Enfin, il leur assure qu'il n'est pas pédophile mais bien un homosexuel qui a toujours eu des relations avec eux entre adultes consentants. Soutenu par les victimes de ses collègues, qui affirment aux inspecteurs qu'il ne les a jamais agressés sexuellement, Tompkins nie avoir été courant des viols qui se sont déroulés sous les toits de l'école et que ses liaisons avec de jeunes étudiants faisaient partie de sa vie privée. En l'écoutant témoigner, Curt et deux autres victimes certifient à Barba et Benson qu'il ne fait pas partie des agresseurs qui, comme leur rappelle le substitut, ne peuvent pas être inculpés car ils sont morts, en mauvaise santé mentale ou exilé à l'étranger. Conscients de cet échec, les anciens élèves réclament en échange donc des excuses publiques de la direction de Manor Hill pour cicatriser et tenter de vivre normalement. De plus, l'un d'entre eux, Vincent, confie à Barba qu'un enseignant lui a transmis la gonorrhée en le violant puis que son père a prévenu l'ancien directeur, tous les deux morts depuis, qu'un pédophile enseignait dans son établissement et qu'il a volé l'innocence de son fils. Aucune réponse de l'académie en retour... Déterminés à briser l'omerta régnant dans celle-ci, Barba et Benson font face au nouveau proviseur et au président du Conseil entourés de leur avocate, Rita Calhoun. D'après eux, il n'y a jamais eu de viols ni d'attouchements sexuels sous leur responsabilité et il est hors de question de présenter des excuses à de jeunes hommes qui profèrent de graves accusations pour pallier leur parcours scolaire chaotique...

[15]

Épisode 9 : L'Emprise de la nuitModifier

Titre original
Dreams Deferred
Numéro de production
304 (14-09)
Code de production
E1409
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Julie Martin et Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Après avoir perdu son travail de chauffeur de bus et sombré dans l'alcool, un homme, Craig Rasmussen, craque et abat sa belle-mère, sa femme et deux de ses collègues. Muni de plusieurs armes à feu, il entame alors une équipée macabre à travers New York et ses environs, changeant régulièrement de voiture et éliminant toutes les personnes qui ont le malheur de croiser son chemin. Le FBI et la police d’État font appel à l'unité spéciale pour l'arrêter, car la seule personne qui pourrait permettre de le retrouver est Jeannie, une prostituée vieillissante, droguée et alcoolique que Craig fréquente régulièrement depuis 25 ans. Dès lors, une course contre la montre commence pour stopper la folie meurtrière de Rassmussen. En quadrillant la secteur malfamé où Jeannie travaille, l'unité spéciale et le FBI parviennent à l'arrêter au moment où l'un de ses clients la ramène parmi ses collègues. Interrogée, celle-ci refuse de croire que son plus vieux client depuis ses débuts dans la prostitution est un tueur de masse devenu incontrôlable. De plus, elle leur raconte également que Rassmussen l'a récupérée avec une voiture qu'elle ne connaissait pas et qu'il l'a ramenée dans un motel connu pour les passes. Fauché, il n'a obtenu qu'une masturbation de la part de Jeannie qui, humiliée, l'a aussitôt abandonné pour revenir sur son trottoir habituel. Après son départ, Rassmussen a abattu ses voisins de chambre et une autre prostituée qui était avec eux avant de récupérer leur argent et fuir à bord d'un nouveau véhicule.... Dès lors, l'unité spéciale et le FBI, supervisé par l'agent Caltwell, sont certains qu'il va revenir vers elle pour obtenir une faveur sexuelle qu'il pourra enfin mieux payer.

Alors que Fin et Rollins sont sur le terrain avec le FBI pour le traquer en suivant sa série de crimes gratuits, Amaro et Benson se prennent d'affection pour Jeannie d'autant plus que Benson la connaît car, en débutant comme patrouilleuse, elle s'était interposée une fois entre elle et Rassmussen qui la battait au début des années 1990. Connue de la justice et la police, Jeannie s'obstine à penser qu'il est un homme bien et innocent. Lorsqu'elle voit la photo de sa collègue qu'il a tuée dans sa chambre d'hôtel voisine et celles des autres morts, elle se rend compte qu'il est devenu fou et incontrôlable. De fait, influencée par Benson et Amaro qui la considèrent avant tout comme une victime cabossée par la vie et son métier, elle accepte de porter un mouchard dans un autre crucifix autour du cou, à la place du sien, pour servir de leurre pour le piéger en échange d'une somme d'argent que lui promet le FBI. Relâchée, en attendant un coup de téléphone de Rassmussen pour obtenir un rendez-vous, elle cherche à se faire pardonner auprès de son prêtre pour ses péchés mais également de sa mère et de sa fille qui semblent être dégoûtées par son métier. En l'écoutant, Amaro et Benson comprennent qu'elle est croyante, grand-mère, qu'elle n'a pas le droit d'approcher sa petite-fille et qu'elle est abandonnée ainsi que rabaissée par ses proches. Seul son fils militaire lui parle encore mais il ignore comment elle gagne sa vie. Touchés par sa situation, le duo d'enquêteurs tentent de la persuader d'abandonner la prostitution pour qu'elle recolle les morceaux avec sa famille...

[17]

Épisode 10 : Péché de faiblesseModifier

Titre original
Presumed Guilty
Numéro de production
305 (14-10)
Code de production
E1410
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Kevin Fox
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Quelques jours avant Noël, alors que les enquêteurs de l'unité spéciale fêtent entre collègues au poste de police ou en famille, un prêtre, le Père Chris Shea, offre des cadeaux à des enfants démunis en ville. Puis il est passé à tabac par deux inconnus près de sa voiture au moment où une petite fille, Sofia, lui offrait une carte de vœu à l'intérieur du véhicule. Obéissant à l'homme de l'église, elle s'est enfuit tandis qu'un autre homme est venu le sauver et parvient à faire fuir les agresseurs. Blessé et inconscient, Shea est hospitalisé. À la suite d'un malentendu, son défenseur est pris pour le coupable, clame qu'il lui a sauvé la vie et prétend que son beau-frère est flic mais, refusant de le croire, un policier l'arrête aussitôt. Aussitôt interpellé par son ex Teresa qui débarque au commissariat pour l'avertir de l'arrestation de son frère Sam, refusant de croire qu'il a changé comme elle prétend, Fin décide de s'occuper de son cas. Actuellement en liberté conditionnelle fraîchement débarqué, il risque de retourner en prison immédiatement. Proclamant son innocence, il lui la réitère et lui annonce qu'il a vu une petite fille fuir la scène du crime où une caméra de surveillance l'a bien filmée rejoindre Shea dans sa voiture ainsi que Sam en train d'accourir vers sa voiture. Innocenté, il peut sortir de prison mais le remplaçant de Barba, un substitut du procureur qui remplace Barba en congé, s'oppose à sa libération car il a enfreint sa conditionnelle. En effet, il aurait dû appeler la police pour porter secours au Père et non s'interposer entre lui et ses bourreaux. De plus, Amaro retrouve le cadeau de Sofia dans sa voiture et, réveillé, celui-ci affirme aux enquêteurs que Sam ne lui a rien fait. Selon lui, Sofia est venue le rejoindre car elle a oublié de lui faire don de son présent. Ravi, il lui a fait un câlin pour la remercier chaleureusement. En outre, influencé par son sens du pardon, il ne porte pas plainte contre ses assaillants. Mais le nouveau substitut les soupçonne de lui avoir mis la pression pour libérer le proche de Fin et, au grand détriment du fils de Sam et de sa sœur, obtient son incarcération. Agacé, Fin s'acharne à l'annuler coûte que coûte pour qu'il passe Noël avec sa famille.

En enquêtant sur Shea, l'unité spéciale remarque qu'il a été muté plusieurs fois, exerçant d'abord au Guatemala puis,à son retour en Amérique, dans une vieille église à Saint-Horatio où le Monseigneur Menendez leur confie que Shea est ensuite arrivé à New York par manque de place dans la sienne. Mère de Sofia, secrétaire de Menendez, Rita Santiago leur proclame qu'il était avec sa fille car Shea s'est pris d'affection pour elle. Mais il ne l'a jamais touchée ou agressée sexuellement. Interrogée à son tour, l'enfant prend sa défense et leur certifie qu'il ne l'a jamais fait du mal. Quant à Sam, elle confirme qu'il a veillé sur lui et, une fois de plus, l'exclut des agresseurs de Shea qui parlent espagnols. Pendant ce temps, Warner parvient à déceler trois empreintes sur sa voiture dont deux étrangères. L'une d'entre d'elle est celle d'un certain Adam qui, une fois arrêté, leur confesse que, enfant, il a été abusé sexuellement et qu'il a cru que Shea était un pédophile car il serrait Sofia dans ses bras. Balancé par ce dernier, aussitôt emmené en cellule, son complice, Enrique, leur affirme que le Père a violé sa sœur Angelica dix ans plus tôt lorsqu'ils étaient paroissiens à St-Horatio et qu'il l'a forcée à avorter. Un témoignage crédible d'autant plus que Benson et Amaro ont vu Menendez donner un ticket de voyage à Shea à l'hôpital pour qu'il quitte New York... Dès lors, Enrique et son ami ont voulu la venger en le tabassant à mort. Ils sont emprisonnés pour agression. Après avoir reconnu Enrique lors d'un tapissage, suspecté d'être un pédophile, Shea se défend de toute accusation de viol sur Angelica. Détruite dans sa chair, celle-ci est désormais en cure de désintoxication et regrette que son frère sache ce qu'elle a enduré. Au poste de police, lors d'un second tapissage, elle reconnaît bien Shea mais jure aux enquêteurs qu'il n'est pas son violeur... Au contraire, il l'a aidée pour son avortement mais renonce à dénoncer celui qui l'a agressée sexuellement. Dès lors, l'unité spéciale s'intéresse aux secrets du Père Shea qui, bien qu'innocent, connaît son identité mais le secret de la confession l'empêche de la dévoiler...
Commentaires
Accusé de pédophilie, le Père Chris Shea, interprété par Denis O'Hare, est déjà apparu dans l'épisode 21, Dernière confession, de la série New York, section criminelle.

[19]

Épisode 11 : Coupable idéaleModifier

Titre original
Beautiful Frame
Numéro de production
306 (14-11)
Code de production
E1411
Première diffusion
Réalisation
Jean de Segonzac
Scénario
Peter Blauner
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Un soir, dans le comté de Suffolk, une jeune mère de famille, Jesse, s'apprête à rendre visite à son ex-copain violent, Tommy, chez lui mais, en arrivant, elle le découvre mort, une balle dans la poitrine. Quelques minutes avant, des voisins ont appelé la police pour les avertir qu'un couple se dispute violemment près de chez eux. A leur arrivée, alors que Jesse clame son innocence, elle l'arrête aussitôt. Chargée de l'affaire, la procureure Pam Janes est pressée de la boucler en condamnant rapidement Jesse Sturgis pour meurtre sans préméditation. Mais son cas est également examiné par l'unité spéciale car il s'avère qu'elle a subi un viol quelques semaines avant la mort de Tommy. En sortie avec des amies dans un bar, elle s'est enivrée puis, seule, elle a appelé son amant, un proche de Tommy, un ancien policier devenu détective privé. Selon elle, au moment où Michael Provo l'a raccompagnait chez elle, ils ont commencé à faire l'amour puis sa femme lui a passé un coup de fil en plein acte sexuel. Découvrant qu'il est marié et également père, elle l'a supplié d'arrêter mais il l'a violée, tabassée et jetée de la voiture tout en la menaçant de la tuer si elle raconte son viol à son copain qui l'a maltraitait. Dès lors, pendant que Jesse est emprisonnée et son enfant placé dans une famille d'accueil en attendant son jugement pour le meurtre de Tommy, James et Barba vont se battre pour respectivement la condamner et prouver qu'elle a été violée. En fait, convaincue que Jesse n'a pas tuée son ancien conjoint, Benson, Barba et leurs hommes vont tenter de relier le viol de Jesse et le décès de Tommy en enquêtant sur Michael Provo, qu'il soupçonne de l'avoir abattu pour accuser Jesse afin qu'elle ne porte pas plainte contre lui pour viol. A l'hôpital, interrogée par Benson et Amaro, faisant semblant d'être confuse, elle avait d'abord accuser un Noir de l'avoir contrainte de monter dans sa voiture avec un pistolet mais leur entretien a été avorté par l'interruption de Tommy. Peu de temps après, après avoir renoncé à porter plainte, et convaincue qu'elle a bien été agressée sexuellement car elle lui a demandé d'arrêter de la pénétrer, elle leur a désigné son violeur : il s'agit bien de Provo.

Malheureusement, ce dernier est un informateur entouré de nombreux contacts dans la justice et la police dont la procureure Pam James qui compte sur lui pour avoir des informations permettant de gagner des procès. Même si elle met la pression à l'unité spéciale et Barba pour qu'ils le suspectent pas de viol, Benson et ses collègues vont démonter le dossier du meurtre de Tommy pour démontrer que Jesse est tombée dans un guet-apens orchestré par Provo qui, selon elle, s'est vanté plusieurs fois de pouvoir piéger n'importe qui avec de fausses preuves. En inspectant la chronologie du soir de la mort de Tommy, ils remarquent plusieurs incohérences dont l'absence d'empreintes sur l'arme à feu retrouvée à côté de son cadavre ou de poudre sur les mains de Jesse. De plus, toujours emprisonnée, elle explique à Benson qu'elle n'a uniquement appelé les urgences mais la police, contactée par plusieurs témoins obscurs... Une course contre la montre s'amorce pour établir son innocence d'autant plus que James et Barba continuent à lutter l'un contre l'autre à travers deux procès simultanés, se déroulant à Suffolk et New York en même temps pour meurtre sans préméditation et viol respectivement...

[21]

Épisode 12 : Un homme peut en cacher un autreModifier

Titre original
Criminal Hatred
Numéro de production
307 (14-11)
Code de production
E1411
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Ed Zuckerman
Audiences
Invités
Résumé détaillé
Olivia Benson et son équipe enquêtent sur des agressions survenues dans des bars pour homosexuels. Charles Murphy, l'une des victimes, ne souhaite pas porter plainte car il est marié et refuse de révéler au grand jour sa bisexualité. Comme les précédentes victimes qui renoncent également à témoigner en raison de leurs désirs homosexuels refoulés, charmé par un jeune inconnu, ce dernier l'a suivi dans une chambre d'hôtel où ils ont commencé à faire l'amour avant qu'il ne le ligote, le viole et vole son porte-feuilles. Dès lors, les enquêteurs soupçonnent leur prédateur sexuel de choisir spécifiquement des hommes qui dissimulent leur homosexualité à leurs proches, femme comme enfants. L'affaire se complique lorsque l'une des victimes trouve la mort dans un hôtel. Une opération sous couverture dans les bars gays de la ville est mise en place mais le violeur s'avère insaisissable. Interrogée par Benson et Amaro, la veuve du défunt leur confie qu'elle avait accepté les pulsions homosexuelles de son mari qui ne pouvait pas les contrôler. Amoureuse de lui, tout comme il était fou d'elle, elle l'a autorisé à fréquenter d'autres hommes pour les assouvir. Finalement, d'abord hésitant à parler car son épouse et leurs enfants ignorent tout de sa bisexualité, Murphy avoue à l'unité spéciale qu'il avait déjà vu son agresseur dans un club de strip-tease et celui-ci s’appelait Dirk. Aussitôt sur place, Rollins et Fin collaborent avec le gérant qui leur affirme que Dirk s'appelle Jeremy Jones et qu'il était strip-teaseur. Or, le trouvant louche, il l'a renvoyé. Finalement, l'unité spéciale et le SWAT mettent un terme à son parcours criminel en débarquant par surprise chez lui, dans son appartement rempli d'objets de luxe. Accompagné de son petit ami Mason, il est emmené au commissariat mais Jones nargue les inspecteurs tandis que Mason le décrit comme un gigolo qui couche avec des femmes riches qui lui offrent des cadeaux. Alors que Benson et Amaro tentent de lui faire découvrir que Jones lui ment et qu'il dépouille ses proies pour le couvrir de présents, Mason est sceptique : ils font fausse route sur lui. En examinant le dossier, le procureur Barba pense que l'affaire sera facile à plaider. Mais l'avocate du prévenu se montre particulièrement douée et l'interdit juridiquement d'appeler Mason à la barre car il est marié à son client. Or, une loi interdit le conjoint de témoigner contre son époux...

[23]

Épisode 13 : Abus de faiblesseModifier

Titre original
Monster's Legacy
Numéro de production
308 (14-13)
Code de production
E1413
Première diffusion
Réalisation
Jean de Segonzac
Scénario
Warren et Leight et Julie Martin
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Professeur de gymnastique d'origine russe pour jeunes garçons à qui il donne des cours particuliers, Alexei Belyakov est violemment poignardé au postérieur par un individu sur le parking de la salle de sport. Hospitalisé, Belyakov révèle à Benson et Amaro qu'il est un homme à femmes et qu'il a couché avec la mère de l'un de ses élèves dont le mari, pour se venger, l'a accusé d'agression sexuelle sur leur enfant. De plus, après avoir renvoyé un garçonnet finalement peu doué, son père a violemment agressé Belyakov et son fils confie aux enquêteurs que l'enseignant ne l'a jamais tripoté. Victime de rumeurs pédophiles, son parent explique que le concierge, un certain Johnny Dubcek, lui a raconté que Belyakov aimait beaucoup les minots et qu'il les attaquait sexuellement... Or, tous les écoliers sous sa responsabilité nient les faits et le présentent comme un instit sévère mais pas du tout prédateur sexuel. Trahi par ses empreintes sur le pic à glace et des traces de sang de Belyakov sur ses habits, fraîchement sorti de prison où il a été enfermé pour plusieurs délits, Dubcek confirme que c'est bien lui qui l'a mutilé car, selon lui, Belyakov a des penchants déviants envers les mineurs et qu'il filme ses viols à l'aide d'une caméra. En inspectant le contenu vidéo, l'unité spéciale comprend que Belyakov est bien innocent et qu'il a pris la décision d'enregistrer tous ses cours pour faire taire les ragots sur ses envies pédophiles. Finalement arrêté pour tentative de meurtre, lors de son transfert vers Rikers, Dubcek se jette sur son voisin pour l'étrangler avant d'être intercepté. En apprenant ce coup de folie, les inspecteurs apprennent qu'il a voulu le tuer car il était menotté à un violeur d'enfants... Abandonnée par ce dernier aussitôt incarcéré pour son comportement violent, sa mère malade confesse à l'unité spéciale qu'il a une vie chaotique depuis son adolescence car il a été violé dans un camp de vacances par son coach, Martin Schultz, qu'il a rencontré dans une maison de quartier. Interrogé, désormais âgé, celui-ci explique aux enquêteurs que beaucoup de jeunes garçons marqués par l'absence de leur père, comme Johnny, l'ont vu comme une figure paternelle et qu'il a accepté de l'incarner pour les consoler. D'après lui, en aucun cas, il ne les a touchés ou violés. Persuadée qu'il est un sociopathe qui a passé son temps à l'analyser lors de leur rencontre, Benson convainc Cragen qu'il est dangereux et qu'il faut trouver d'autres victimes comme Dubcek pour l'emprisonner avant qu'il ne repasse à l'acte. Malheureusement, toutes ses proies sont devenues des criminels détruits par leur viol et elles sont toutes en prison... Puis elles n'auront sans doute pas envie de s'humilier en leur racontant leur agression sexuelle par peur de ne plus être considérés comme des hommes... L'un d'entre eux est un condamné à mort, Reggie Rhodes, et il n'a plus que quelques jours avant d'être exécuté.

Secondée par l'avocat de la défense Bayard Ellis, Benson le rencontre dans le couloir dans la mort mais, traumatisé par son enfance désastreuse, Rhodes refuse de leur parler de son viol par Schultz. En enquêtant sur son meurtre, qui a eu lieu lors d'un cambriolage chez un père de famille qu'il a massacré, le duo se rend compte que le défunt, Danforth, est un pédophile. Comme Dubcek, Rhodes s'en prend physiquement aux violeurs d'enfants pour expier ce qu'ils ont subi dans le passé. Surtout, son procès a été expéditif et son avocat commis d'office ignore tout de son agression sexuelle et du profil de sa victime. En d'autres mots, le jury qui l'a condamné à mort n'a jamais été au courant de ces circonstances atténuantes, celles d'un adolescent qui a tué son agresseur car, effectivement, Rhodes certifie à Benson que Schultz le violait lorsqu'il a passé son été dans son camp avant de fuir. Protégé par Danforth qui l'a recueilli chez lui tout en lui proposant des petits boulots, ce dernier en a profité pour le violer à son tour avant d'organiser des tournantes avec d'autres inconnus... Tout compte fait, Rhodes s'est révolté contre Danforth en le tuant pour mettre fin à son calvaire, un mobile caché à ceux qui l'ont jugé... Bouleversés par cette adolescence infernale et cauchemardesque, Benson et Ellis vont se rendre compte que, lors de son audience, son passé a été étouffé par une substitut arriviste qui, influencée par son procureur, s'est montrée négligente avec Rhodes pour se faire un nom. Conséquemment, Rhodes a été condamné pour un crime gratuit alors que le jury aurait pu comprendre ses motivations au point de lui obtenir une peine de prison moins lourde. Alors que son exécution approche, Benson et Ellis vont devoir exposer cette faute professionnelle au grand jour pour lui sauver la vie tandis que le reste de l'unité spéciale s'acharne à mettre Schultz, devenu entretemps le tuteur légal d'un orphelin qui vit avec lui, définitivement sous les verrous...
Commentaires
Incarnant une ancienne victime d'un pédophile dans cet épisode, l'acteur Peter Scanavino devient un acteur phare de la série dès la saison 16 où il incarne la nouvelle recrue de l'Unité Spéciale, l'inspecteur Dominick Carisi Jr.

[25]

Épisode 14 : La Preuve par cinqModifier

Titre original
Secrets Exhumed
Numéro de production
309 (14-14)
Code de production
E1414
Première diffusion
Réalisation
Laura Belsey
Scénario
Warren et Leight et Julie Martin
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Suspecté d'être un violeur et tueur en série insaisissable dans les années 1980 jusqu'à un accident de voiture qui l'a rendu paraplégique à vie, Brian Traymor a purgé ces-jours ci une peine de trois mois pour possession de cocaïne à Miami. Entre-temps, depuis l'inculpation du pédophile Lewis Hodda qui a permis de clôturer plusieurs affaires non classées, Munch a travaillé quelques mois dans les archives du Bureau consacré aux meurtres non résolus. Grâce l' arrestation de Traymor, la Banque d'ADN a permis de détecter son ADN sur deux cadavres sur cinq de femmes violées et tuées dans plusieurs villes dont le coupable n'a jamais été retrouvé. Pourtant, il opère de la même façon en ligotant ses proies, les violant, les étouffant avec des gants en latex avant de les étrangler. Dès lors, Traymor est sur le point d'être arrêté pour viols et meurtres au moment de sa libération de prison à Miama. Cependant, alors qu'ils procèdent à son rapatriement à New York pour être interrogé, Amaro et Benson sont étonnés de voir l'agent du FBI Dana Lewis, une vieille connaissance de Benson, les devancer pour le ramener à New York. En effet, le FBI est également sur son dos en enquêtant sur ces cold case mais elle accepte de collaborer avec l'unité spéciale pour pouvoir coincer Traymor. Travaillant à l'époque pour le responsable équipement pour une équipe de basket à la fin des années 80, Traymor a pu profiter de la fascination de ses victimes pour les sportifs qu'il côtoyait pour les draguer, les violer et les tuer. De ville en ville, à chaque fois qu'un tournoi s'y jouait, il passait à l'acte. Alors qu'il nie connaître ses cinq victimes, Traymor finit par en avouer quatre tout en se vantant mais certifie à Benson et Amaro qu'il n'a jamais connu et fait du mal Kira, la dernière femme morte. Déterminée à le faire avouer, Lewis souffle à Cragen qu'il n'ose pas confesser son viol et meurtre car elle était enceinte et elle obtient le droit de le questionner à son tour sur Kira. Finalement, manipulé par la profileuse, seul avec elle, il craque puis déclare l'avoir violée et étranglée.

Malgré ses aveux, cette affaire se brouille car les parents de Kira assure qu'elle n'aurait jamais suivie un inconnu et qu'elle n'aimait pas le basket, contrairement à la colocataire d'une autre victime qui reconnaît bien Traymor sur une photo. En outre, à la recherche de son ADN dans deux cartons dans le Bureau des cold case qui contient des ongles de Kira et des gants en latex abandonnés par son violeur, Rollins et Munch sont surpris de voir qu'un des deux est vide et qu'un inspecteur, un certain O'Reilly, est le dernier à l'avoir eu dans ses mains. Quant au second, il est perdu parmi toutes les autres boîtes dédiées aux meurtres non résolus... Enfin, à l'unité spéciale, Amaro et Benson font connaissance avec l'ancien petit ami de Kira, Noah, qui s'avère être proche de l'agent Lewis qu'il n'a pas revue depuis une vingtaine d'années. Petit à petit, étonné par son silence autour de sa proximité avec le compagnon de la défunte, Amaro émet des doutes sur la culpabilité de Traymor concernant le viol et meurtre de Traymor. De plus en plus suspicieux, il finit par penser que Lewis joue double jeu avec les enquêteurs...
Commentaires
Dernière apparition de l'agent du FBI Dana Lewis, interprété par Marcia Gay Harden, dans la série.

[27]

Épisode 15 : Légitime défianceModifier

Titre original
Deadly Ambition
Numéro de production
310 (14-15)
Code de production
E1415
Première diffusion
Réalisation
Jim McKay
Scénario
Peter Blauner et Kevin Fox
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Après une séance de tir d'entraînement avec ses collègues où elle se distingue d'eux par sa précision et sa dextérité, Rollins rentre chez elle où elle a la surprise de trouver sa sœur Kim, le visage dissimulé derrière d'épaisses lunettes noires, à l'intérieur de son appartement. Surprise de la voir, Rollins apprend que son petit ami violent, Jeff Parker, la frappe et qu'elle est désormais enceinte de lui. Inquiète, Rollins décide de l'héberger chez elle d'autant plus que son conjoint sait qu'il va être père et, comme elle a fui la Géorgie sans rien lui dire, qu'il s'apprête à débarquer à New York pour la retrouver. Pourtant, toujours amoureuse de lui, Kim lui demande de ne pas aggraver sa situation qui, selon elle, n'a rien d'alarmante. Le lendemain, au courant du danger qui entoure Kim, ses collègues prennent la décision d'avertir Parker, déjà en ville, de ne plus l'approcher sous peine de le renvoyer en prison mais, furieux et menaçant, celui-ci retrouve les Rollins dans un magasin pour enfants où l'inspectrice s'interpose entre eux et lui assure que c'est la dernière fois qu'il reçoit un avertissement sérieux de ne plus la voir. Après avoir rempli un formulaire juridique solide avec Kim démontrant que Parker possède une arme à feu et qu'il la bat, elles obtiennent une injonction d'éloignement de la part du juge Linden et cette mesure administrative est ensuite remise à Parker par Benson et Fin. S'il l’enfreint, il retournera immédiatement en prison. Après avoir assisté à une réunion de joueurs anonymes où elle fait part de sa relation toxique avec Kim, Rollins retourne au poste de police où elle voit qu'Amaro déjeune avec sa petite sœur. Comprenant qu'elle l'attendait, elle exige à Kim qu'elle retourne dans son appartement le temps qu'elle s'absente avec Amaro pour prendre le témoignage d'une victime d'un livreur de pizzas qui viole ses clientes. À son retour, devant son domicile, Rollins entend Kim crier à l'aide et défonce sa porte, fermée par la chaîne, puis elle surprend Parker en train de la violenter. Armée, l'enquêtrice lui adjure de se retirer mais Kim lui annonce qu'il a son pistolet sur lui. Alors qu'il a tout juste le temps de le dégainer, Rollins l'abat froidement. Il s'agit d'un cas de légitime défense.

Or, au grand détriment de l'unité spéciale, le lieutenant Tucker des Affaires Internes s'empare de cette affaire pour enquêter sur Rollins afin de savoir si elle s'est bien défendue contre lui. Pour cela, elle doit voir une psychiatre, le docteur Olivet, et elle est obligée d'être représentée par une représentante, Didi Denzler. Comme elle leur affirme, elle n'est pas anxieuse ni tétanisée par son geste qui lui a sauvé la vie ainsi que celle de sa sœur. Démise temporairement de ses fonctions, en attendant la fin de l'enquête qui semble être sur le point d'innocenter la détective, elles s'installent chez Fin car elles n'ont plus le droit de revenir dans l'appartement de Rollins. De son côté, pour innocenter Amanda qui proclame que Parker la violait, Kim refuse de faire un kit de viol pour ne pas blesser son futur bébé et affirme à Amaro qu'il n'était pas en train de la violer. Pour clarifier s'il s'agit bien de légitime défense, Tucker interroge séparément les deux sœurs qui confirment, à travers des récits similaires, l'agressivité de Parker et le besoin de Rollins de se défendre en lui tirant dessus. Malheureusement, un peu plus tard, Kim se rend dans le bureau de Tucker où elle lui confie que, dans le passé, Amanda s'est montrée agressive avec son ancien petit ami lorsqu'elle l'a surpris en train de lui faire l'amour dans son appartement au point de le menacer de mort avec son arme de service pour qu'il parte. D'après elle, si elle le revoyait en sa compagnie, elle n'hésiterait à ouvrir le feu. Réinterrogée par Tucker, celle-ci certifie à demi-mot ses détails et, en colère, pousse Kim à lui expliquer pourquoi elle l'a trahie au près des Affaires Internes qui peuvent lui retirer son badge. Dès lors, la cadette lui indique qu'elle doit toucher une assurance-vie au nom de Parker sur lequel figure sa signature... accompagnée de la sienne. Comme il a été abattu, Kim veut faire croire qu'il a été victime d'un accident pour, selon elle, devenir riches avec sa sœur. Hallucinée et choquée par son plan qui risque de coûter sa carrière, Rollins se rend chez Tucker et, grâce à des preuves matérielles, lui assure que Kim a falsifié l'assurance-vie pour l'incriminer mais, résolu à la faire tomber pour assassinat, il lui sous-entend qu'elle l'a tué pour rembourser ses dettes de jeu. Quelques heures plus tard, lui faisant croire qu'elle est désolée pour elle, Kim confesse au lieutenant qu'Amanda a eu l'idée de souscrire l'assurance-vie au nom de son conjoint pour pouvoir toucher le jackpot après l'avoir assassiné puis maquillé son meurtre en accident. Déterminée, Kim modifie donc sa première version en faisant tomber sa sœur pour accident, soit un assassinat aux yeux des Affaires Internes, pour s'enrichir. Après avoir compris que Kim prétend qu'elle n'a plus agit en légitime défense, et qu'elle a été piégée, Rollins est arrêtée par Tucker pour le meurtre de Jeff Parker sous les yeux de ses collègues impuissants...

[29]

Épisode 16 : Compte sur moi...Modifier

Titre original
Funny Valentine
Numéro de production
311 (14-16)
Code de production
E1416
Première diffusion
Réalisation
Jean de Segonzac
Scénario
Gwendolyn Parker
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Repérée dès l'âge de 9 ans pour sa chanson Count on me, la chanteuse Micha Green a désormais 19 ans et, grâce à son tube phare, elle s'apprête à devenir une superstar de la musique et elle fait la une des médias people depuis qu'elle est en couple avec Caleb Bryant, une star de la pop. Après un enregistrement d'un nouveau single ensemble, ce dernier la frappe violemment au visage lorsqu'elle le surprend avec une autre femme dans le studio. Hospitalisée, tuméfiée et défigurée, Micha le dénonce auprès de l'équipe de l'unité spéciale d'autant plus qu'il a essayé de l'obliger à faire une fellation mais elle a réussi à se débattre, ce qui l'a rendu encore plus brutal avec elle. De son côté, Amaro et Fin arrêtent son compagnon pour tentative d'agression sexuelle, violence conjugale et strangulation au premier degré. Pourtant, témoins de son agression, un ingénieur du son et des choristes refusent de témoigner contre lui par peur d'être radiés du monde de la musique. Quant au producteur de Micha, Brass, il avoue n'avoir rien vu et concède tout de même que leur couple bat de l'aile. À son domicile, alors que son agent s'inquiète des répercussions de l'affaire sur la vente de son premier album, Benson et le substitut Barba parviennent à la convaincre de porter plainte en lui faisant comprendre qu'il n'est pas désolé pour son comportement et qu'il préfère se pavaner à des fêtes avec d'autres filles. Malheureusement, influencée par son agent et son producteur qui veulent qu'elle ne brise pas sa carrière en train de naître que ce soit dans la chanson ou la publicité, elle retire sa charge contre Caleb et n'écoute pas l'avertissement de Benson : son petit ami a beau s'excuser, il recommencera à la frapper. Très vite, l'affaire devient médiatique à la télévision et sur les réseaux sociaux qui annoncent que Micha annule les poursuites contre Caleb pour se retirer ensemble du monde juridique pour réparer leur couple en privé. Déterminée à l'arrêter avant qu'il ne donne la mort à Micha, Benson convainc Barba de le poursuivre pour violence conjugale sans la coopération de la chanteuse. Finalement, soutenu par son avocat et persuadé par Barba qu'il peut perdre son public pour les coups et blessures qu'il a infligé à sa compagne, Bryant accepte de plaider coupable devant le juge pour se faire pardonner et obtenir une peine suspendue de cinq ans accompagnée de travaux généraux. De plus, il est interdit de l'approcher.

Cependant, l'affaire dérape lorsqu'il s'excuse publiquement à la télévision et offre une bague de réconciliation à Micha. De plus, en zoomant sur une photo qu'il a publié sur son Twitter, Benson reconnaît le lit de Micha. Il a donc enfreint l'interdiction d'être avec elle et, accompagnée d'Amaro, le menotte au domicile de la pop star qui s'excuse auprès de lui, lui déclare sa flemme et certifie à Benson qu'elle l'a invité chez elle. Au grand détriment de l'unité spéciale qui craint qu'il ne la tabasse à mort, Bryant obtient un dernier avertissement de la juge qui exige qu'il respecte sérieusement sa sentence et une nouvelle peine suspendue de 30 jours. À la sortie du tribunal, entouré de ses gardes du corps, Bryant nargue Benson et Amaro qui, ce dernier, le fouille pour trouver de l'herbe sur lui et interpelle à son arrestation... En cellule, moqueur, Bryant lui souffle que toutes les femmes veulent être dominées par leur mari quitte à se faire tabasser. Il est finalement relâché... De son côté, Benson craint que Micha décède sous les coups de son conjoint manipulateur mais la victime est follement amoureuse de lui...

[31]

Épisode 17 : La Ligne jauneModifier

Titre original
Undercover Blue
Numéro de production
312 (14-17)
Code de production
E1417
Première diffusion
Réalisation
Michael Smith
Scénario
Ed Zuckerman et Aaron Tracy
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Alors que l'officier de police Brian Cassidy répète son audition avec le substitut Barba à l'occasion du procès du proxénète Bart Ganzel, pour qui il a travaillé en tant que garde du corps, Amaro est approché par une jeune femme, Heather, qui lui raconte qu'elle a été violée par un policier dont elle a reconnu le visage sur la une d'un journal : il s'agit de Cassidy. Intrigués par son accusation, soupçonnant Ganzel de l'avoir payée pour entacher Cassidy, Amaro et Munch décident de se rendre chez lui pour qu'il leur donne sa version. Gêné par leur arrivée à son domicile, ce dernier tente de leur fermer la porte au nez mais les deux inspecteurs sont surpris de voir Benson en petite tenue chez lui... Le lendemain, interrogé au poste de police, Amaro lui explique que la prétendue victime est une ancienne esclave sexuelle qui l'accuse de l'avoir violée lorsqu'il était sous couverture. Après l'avoir reconnue sur une photo, Cassidy lui réplique qu'il avait infiltré la maison close de son maquereau français, Laroche, qui l'aurait poussé à la violer dans sa chambre mais, selon lui, il ne l'a pas touchée. Furieux, Cassidy s'en va sous les yeux de Benson qui apprend dès lors que son amant, et ancien collègue, est suspecté d'agression sexuelle. Dès lors, les Affaires Internes s'emparent de cette affaire tandis que l'unité spéciale décide tout de même d'enquêter en douce sur Heather sans l'interroger, interdiction imposée par la hiérarchie. Professeure de pole-dance, celle-ci s'avère être proche du directeur de l'école, Bobby Navarro, où elle enseigne. Agressif avec Fin et Rollins, il leur sous-entend qu'elle est irréprochable au travail mais des photos intimes publiées sur Facebook démontrent qu'ils sont très proches. Petit délinquant, il a été déjà arrêté pour fraude notamment et il est réputé pour être un flambeur qui croule sous les dettes de jeu. Surtout, son casier judiciaire démontre qu'il utilisait de faux noms pour des chèques en bois et l'un d'entre eux figure sur le registre des visites rendues à... Bart Ganzel. Persuadée qu'il a été acheté par le proxénète pour piéger Cassidy, Benson se rend avec Amaro dans le bureau de Barba qui connaît déjà le lien entre les deux criminels. Démis de l'affaire par les Affaires Internes, il la suit de près et avertit Benson que, malgré leur probable pacte financier pour détruire la réputation de Cassidy, l'officier est toujours accusé de viol. En effet, Heather a décrit une cicatrice située près de son sexe, dont seule Benson avait connaissance, puis Laroche et une autre ancienne esclave sexuelle l'ont vu l'entrainer dans la chambre en question. Désormais au courant de la liaison de Benson avec lui, Barba demande à Amaro si le témoignage de la victime est crédible et il lui affirme qu'elle l'était. Il y aura donc un procès pour agression sexuelle et Cassidy est défendu par l'avocat Barry Querns face au substitut de Westchester, Derek Strauss.

Libéré sous caution, obligé de rendre son passeport pour ne pas fuir, Cassidy réitère son innocence auprès de Benson qui doute de plus en plus de lui. Pour regagner sa confiance, il lui annonce qu'il l'a bien emmenée dans sa chambre uniquement pour la protéger de Laroche, réputé pour violenter ses esclaves sexuelles avec des sacs de jus d'orange si elles ne lui obéissent pas. Il a simplement parler avec elle au lieu de la violer comme le désirait Laroche. Lors de l'interrogatoire d'Heather, son avocat la suspecte d'avoir comploté contre son client avec Navarro et Ganzel puis poursuivit financièrement la ville pour son viol mais, en larmes, elle nie les faits et exige que justice soit faite pour son agression sexuelle. Quant à l'autre esclave qui aurait vu Cassidy l'entrainer dans une pièce pour l'agresser sexuellement, devenue entre-temps une professionnelle pour aider les prostituées soumises à leur mac, elle confesse qu'elle ne les a pas vus en plein rapport sexuel et encore moins les avoir entendus. Pour défendre la réputation de Cassidy, Querns prend la décision d'appeler Amaro à la barre car il a lui-même été sous couverture dans le passé, quand il travaillait pour les STUPS, avant d'arriver à l'unité spéciale. Une stratégie pour lui faire dire qu'un flic infiltré doit enfreindre la loi pour survivre quitte à violer une esclave sexuelle s'il ne veut pas être démasqué par sa cible. Pour le faire craquer, afin qu'il assure qu'un policier en infiltration doit braver l'interdit contrairement à ce qu'il prétend, Querns lui rafraichit la mémoire en présentant à la cour, en plein procès, la sœur d'un seigneur d'un cartel, Cynthia, avec qui il a couché pour, selon l'avocat, piéger ce dernier. Perturbé de la revoir, Amaro lui indique qu'il l'aimait et qu'il a eu un rapport sexuel avec elle par amour mais, après l'arrestation de son frère, il a dû disparaître dans la nature pour sa sécurité. Rapidement, Amaro découvre que, 10 ans auparavant, lors de mission, il l'a mise enceinte et qu'il est désormais père d'un petit garçon, Gilberto, dont le beau-père, un dealer de drogues, l'utilise comme mule pour faire circuler discrètement sa came...

[33]

Épisode 18 : À un détail prèsModifier

Titre original
Legitime Rape
Numéro de production
313 (14-18)
Code de production
E1418
Première diffusion
Réalisation
Jonathan Herron
Scénario
Kevin Fox et Peter Blauner
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Journaliste sportive à l'avenir prometteur, Avery Jones cherche à s'entretenir avec Benson après une intervention à la télévision. Alors qu'elle lui sous-entend qu'elle a été violée par un collègue de travail, leur entretien est rapidement avorté par deux fans qui souhaitent prendre un selfie avec elle. Gênée d'être vue avec une enquêtrice, elle part subitement et Benson a tout juste le temps de lui donner son numéro de portable pour qu'elle la recontacte. Alors que la jeune femme retourne à son appartement, elle découvre des photos compromettantes d'elle, avec Benson lors de leur rendez-vous ou bien avec un présentateur télé avec qui elle couche, dans une enveloppe accompagnée d'une menace. Terrifiée, Avery contacte immédiatement Benson et Amaro. Elle pense que le harceleur est son caméraman, Rick Purcell, qui l'aurait violée six semaines auparavant après leur travail qu'ils font ensemble. Alors qu'ils apprennent qu'il n'a pas utilisé de préservatif et qu'elle a consulté un rendez-vous chez un médecin pour vérifier si elle a une maladie sexuelle, d'autant plus qu'elle a gardé les draps dans lesquels elle a été agressée sexuellement, Fin et Rollins partent à la rencontre de ce dernier pour l'interroger afin qu'il donne sa version des faits. Selon lui, elle était consentante et leur informe qu'elle entretient une liaison avec le présentateur sportif Jason Hollis. De son côté, Barba fait comprendre à Jones que Purcell est obsédé par elle et qu'elle peut mettre à son harcèlement en portant plainte contre lui. Interrogé par Fin et Rollins, Hollins leur confie que Purcell l'a également harcelé en lui envoyant une vidéo de lui et Jones en train de faire l'amour dans une chambre d'hôtel pour lui faire du chantage. En la visionnant dans le bureau de Barba, convaincue par les enquêteurs et l'avocat que Purcell est prêt à tout pour détruire sa vie intime uniquement pour se l'approprier, Avery accepte de porter plainte pour harcèlement et viol pour mettre un terme à ses machinations perverses. Peu de temps après, pensant qu'elle est stérile, Jones apprend qu'elle est enceinte de Purcell. Quant à Hollis, il ne peut être le père car il a subi une vasectomie. Rassurée par Benson, en larmes, elle lui souffle son dégoût pour son agresseur et le fait qu'elle puisse porter son enfant...

Quelques mois plus tard, après avoir démissionné et exposé médiatiquement sa liaison avec Hollis, Jones est désormais sur le point d'accoucher. Lors des premiers jours de son procès, alors que les enquêteurs de l'unité spéciale témoignent en faveur de la victime, Purcell exige au juge de devenir son propre avocat. Diplômé de droit, il renvoie celui qui le défend et obtient gain de cause. Particulièrement rusé avec les témoins, il les discrédite tous, que ce soit Hollis qu'il soupçonne d'avoir profité sexuellement de Jones pour lui offrir un poste avantageux ou Benson qu'il suspecte d'inculper des innocents sans preuve. Mise à mal, elle explique que beaucoup de femmes violées acceptent finalement d'élever leur enfant issu de leur viol. Manipulateur et retors, Hollis souhaite mettre la pression à Jones en lui faisant dire qu'elle a voulu avoir un rapport sexuel avec lui pour tomber enceinte. Pour cela, pour se défendre, il émet l'hypothèse qu'il s'agit d'un cas de viol légitime. En d'autres mots, aidé par un député et obstétricien engagé contre l'anti-avortement des femmes victimes de viols, une théorie consistant à supposer qu'un violeur ne peut pas concevoir un enfant lorsqu'il viole une personne car ses ovules se bloquent lors de l’agression sexuelle...

[35]

Épisode 19 : Petite terreurModifier

Titre original
Born Psychopath
Numéro de production
314 (14-19)
Code de production
E1419
Première diffusion
Réalisation
Alex Chapple
Scénario
Julie Martin et Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Alors qu'Amaro évoque son métier de policier à la classe de son fils Gilberto, qui ignore pour l'instant qu'il est son père, ce dernier est appelé par Benson pour prendre en charge une affaire de maltraitance. En effet, en inspectant le corps d'une petite fille de 10 ans qui se plaignait d'avoir mal, l'infirmière d'une école primaire est choquée de découvrir une énorme bosse sur sa tête ainsi que des ecchymoses sur son ventre. De plus, elle a la côte brisée. Interrogée par Benson, placée à la Protection de l'enfance, la jeune Ruby Mesner affirme qu'elle s'est blessée après avoir été violemment poussée par un «monstre» dans les escaliers de son immeuble. De son côté, peu inquiète, sa mère Viola raconte à Amaro que leur nounou, Irina, est la dernière à l'avoir vue car elle a emmené son grand frère, Henry, à l'école tout en lui précisant que Ruby allait bien avant qu'elle ne parte. Immédiatement questionnée par Fin et Rollins pendant qu'elle s'occupe d'un bébé d'une autre famille vivant également dans la même résidence, Irina leur explique qu'elle était dans la buanderie au moment où elle a entendu l'enfant tomber dans les marches. Considérant qu'elle n'était pas gravement blessée, elle a préféré ne pas alerter Viola qui prenait sa douche au moment de sa chute... Quant à Henry, un adolescent taciturne, il débite aux enquêteurs qu'il ignorait tout de son accident car il était en train de manger à table... Tout compte fait, l'unité spéciale déduit qu'Irina semble être la plus proche des enfants des Mesner qui s'avèrent être très occupés par leur métier respectif. Pourtant, en parcourant le dossier médical de Ruby, les inspecteurs remarquent qu'elle subit des maltraitances car elle a été hospitalisée plusieurs fois pour d'autres blessures plus ou moins graves. Réinterrogé, Henry confie à Amaro et Benson que le "monstre" en question que désigne sa petite sœur n'est d'autre que leur baby-sitter Irina qui les déteste au point de devenir violente avec Ruby. Cependant, Irina est défendue par ses autres employeurs qui considèrent qu'elle n'a jamais fait de mal à leurs progénitures tandis qu'un ami de Henry, Toby, révèle à Fin qu'il ne peut pas la supporter. En fouillant la chambre de l'ado, Amaro met la main sur deux étranges boîtes qui contiennent des allumettes sectionnées et leurs embouts découpés. Au commissariat, menacée d'expulsion car sa situation est illégale, Irina informe Fin et Rollins que Ruby surnomme son aînée le "monstre" car il l'exècre, ce que confirment Henry et Viola aux policiers. Défendu par sa mère et son père qui minimisent sa haine envers sa cadette, qui l'a donc poussé à la faire basculer dans les escaliers tout en considérant qu'il s'agissait d'un jeu "expérimental" pour voir si elle allait survivre ou non, son comportement n'alerte ni ses parents ni la conseillère principale de son école primaire qui atténuent tous sa violence qui s'extériorise de plus en plus. De plus, par peur qu'il ne soit étiqueté à son jeune âge, les Mesner refusent catégoriquement qu'il soit évalué par un psychiatre et ils ont pris le choix de traiter son agressivité par des médicaments avec l'accord de la conseillère et de leur médecin. Un traitement qu'il a arrêté car, selon Viola et Rom, ils l'assommaient au point de le rendre méconnaissable... Dès lors, son cas divise l'unité spéciale et la représentante de l'enfance Pippa Cox qui, peu convaincue qu'il ne mette la vie de sa sœur en danger, prend la décision de continuer à le laisser vivre avec sa famille au lieu de le placer dans un centre pour mineurs. Déterminés à le séparer de Ruby, les détectives essayent de convaincre les Mesner qu'il ne sera pas poursuivi judiciairement s'ils acceptent qu'il parle à un thérapeute mais, paniqués de le perdre, ils rejettent leur offre. Pour eux, effrayés à l'idée qu'un spécialiste leur annonce que leur fils est dangereux et mentalement atteint, ils sont les seuls à pouvoir lui parler et, pensant qu'il exprima sa jalousie envers Ruby par sa méchanceté, à le guérir de sa déviance en lui faisant part de leur amour à son égard tout en étant certains qu'il a compris qu'il doit bien se comporter avec sa sœur. En outre, étant une mère irréprochable comme son époux, Viola leur promet qu'elle ne laissera plus jamais seul Henry avec Ruby...

Malheureusement, au moment où elle couve Henry, ce dernier s'emporte contre elle et, prétextant qu'il n'est pas fatigué, lui mutile la main avec un couteau qu'il a réussi à prendre dans un tiroir cadenassé par son père. Encore une fois, à l'hôpital, elle se rejette la faute sur elle-même et confesse à Benson qu'elle peut parfois détester son garçon quand il se montre méchant et diabolique avec elle ou Ruby qu'il méprise toutes les deux. Chez les Mesner, alors que Tom réprimande Henry pour avoir blessé son épouse, Henry lui vomit sa haine pour sa mère et qu'elle est fautive pour ce qui s'est passé. Au moment où Tom recouche Ruby qui s'est réveillée à cause de la furie explosive d'Henry, Rollins s'aperçoit qu'il redevient calme en sa présence et ce dernier lui demande s'il peut tenir son arme à feu... De plus en plus sûrs qu'ils ont affaire à une probable bombe à retardement, l'unité spéciale contacte le docteur Huang, qui travaille désormais pour le FBI, pour qu'il s'entretienne avec lui en tête à tête. Après leur discussion où Henry détruit violemment une figurine avec un autre jouet pour exprimer son sens de la dualité, il est formel : Henry ne ressent aucune émotion ni de l'empathie. Malgré des parents chaleureux et aimants, il a tout d'un psychopathe qu'il faut enfermer à tout prix avant qu'il ne passe sérieusement à l'acte...

[37]

Épisode 20 : Entre les mursModifier

Titre original
Girl Dishonored
Numéro de production
315 (14-20)
Code de production
E1420
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Julie Martin et Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Lors d'une soirée de bizutage dans une fraternité réputée, à Tau Omega, une étudiante fraîchement arrivée, Lindsay, est influencée par une autre femme, Alyson, de draguer un certain Travis et de photographier son pénis. Ivre, voulant être acceptée par ses camarades, elle le fait dans une chambre et Travis l'embrasse avant de la tripoter sans son accord. Alors qu'elle tente de le repousser, il invite ses deux amis, Wesley et Carter, sur le lit et ils la violent ensemble. Traumatisée et en larmes, Lindsay est sur le point de se jeter du toit avant qu'un jeune homme, Joe, la rattrape in extremis. Hospitalisée, elle raconte son viol à Lindsay, tout en nommant ses agresseurs par leur prénom, tandis que sa mère confirme à Benson qu'elle l'a appelée en pleurs pour lui dire qu'elle a subi un viol. Rapidement, les deux enquêteurs remarquent la présence du chef de la sécurité du campus à son chevet et il l'a incitée à prendre une douche pour nettoyer les traces de marqueur sur son corps. Or, Benson et Rollins sont certaines qu'il a voulu effacer les preuves de son viol pour que tout kit soit impossible à prélever. Interrogée, Alyson présente Lindsay comme une fille coincée qui voulait perdre sa virginité avec Trevor tandis que ce dernier et ses deux copains nient les faits en prétextant qu'elle voulait coucher avec eux. Pour se défendre, Trevor révèle un selfie sexy qu'elle lui a envoyé le lendemain de son agression sexuelle via Snapchat... Discréditée, extrêmement naïve, elle explique à Rollins qu'elle pensait qu'elle plaisait à Trevor qui lui a écrit par texto pour lui dire qu'il voulait d'elle. Surtout, elle lui montre qu'elle est victime d'un lynchage sur le forum de la fraternité où elle est représentée dans des dessins pornographiques et traitée de "salope". Détruite et humiliée, refusant de porter plainte en raison de cette intimidation qui la fait passer pour une nymphomane et une menteuse, elle confie à Rollins qu'une dénommée Renée Clark a subi un viol un an auparavant et qu'elle a fini à l'asile psychiatrique. Malheureusement, la directrice prévient Rollins et Benson qu'elle a fait le choix de se traiter par des électrochocs pour oublier son agression sexuelle... Finalement, d'abord peu coopérative, elle leur affirme que le même Trevor l'a violée et que la direction de campus n'a rien fait pour la soutenir ni pour renvoyer son bourreau. En d'autres mots, la doyenne et le chef de la sécurité l'ont manipulée en lui faisant croire qu'il s'agissait d'un simple rapport sexuel et qu'elle est fragile psychologiquement car elle provient d'une famille dysfonctionnelle, donc peu crédible.Seule la conseillère d'orientation semble montrer une once d'humanité en confessant à l'unité spéciale que la fraternité est surnommée "l'usine du viol". Paradoxalement, sous pression de sa hiérarchie qui veut éviter tout scandale sexuel, elle a prévenu Renée que si elle portait plainte, personne ne le croira car elle est issue d'une classe populaire tandis que Trevor est fortuné et que ses avocats pourront l'enfoncer. Dépressive, abandonnée par tous et persuadée qu'elle est fautive, Renée a essayé de se suicider et le chef de la sécurité, Leo Barth, l'a internée de force dans une asile pour la faire disparaître...

Face à cette omerta, Barba prévient les enquêteurs qu'il est difficile d'inculper Travis et ses amis car ses victimes étaient alcoolisées donc elles risquent de ne pas être fiables aux yeux du jury en cas de procès. Leur unique moyen de trouver des preuves irréfutables est de démasquer d'autres victimes qui se cachent sur le campus. Après une campagne organisée par les inspecteurs pour leur faire comprendre qu'elles ne doivent pas culpabiliser car leurs agresseurs sont les seuls fautifs et qu'ils doivent respecter leur refus de ne pas coucher avec eux, Benson et Rollins sont approchées par Alyson qui leur confesse qu'elle a également été violée dans le passé par Trevor ainsi que par Joe, qui a sauvé Lindsay de son suicide. Conséquemment, d'autres étudiantes dévoilent à l'unité spéciale qu'elles sont été agressées par Trevor et par ses amis mais qu'elles ont préféré de se taire car la sécurité leur a fait comprendre qu'elles manquent de discernement dû à l'alcool. Quant à Joe, il annonce à Fin et Amaro qu'Alyson est sortie avec lui après son viol et que Leo Barth l'a convié à lui demander de sortir avec lui, également par texto, pour qu'elle pense qu'il s'agissait d'un simple rapport sexuel... Déterminé à faire condamner cette école pour avoir étouffé tous ses viols, et résolu à faire plonger l'administration pour complicité de viol, Barba prend la décision de convoquer le Grand Jury pour briser la loi du silence encouragée par la doyenne et le chef de la sécurité qui continuent à minimiser toutes ses accusations d'agression sexuelle. Réticentes à témoigner, Alyson et surtout Renée acceptent de prendre la parole pour dénoncer la doyenne, la sécurité et la conseillère d'orientation qui ont réussi à les culpabiliser en prenant la défense de Travis qui continue à violer les jeunes filles impunément. Contente d'être enfin crue par des policiers, Renée décide d'arrêter les électrochocs pour retourner à Tau Omega pour montrer à son agresseur qu'elle est toujours debout... De son côté, de plus en plus salie et rejetée par ses camarades qui l'accusent de mentir, Lindsay renonce à porter plainte et s'isole avant de se donner la mort...
Commentaires
Victime d'un viol sur son campus, le personnage de Renee Clark, interprétée par Skyler Day, réapparaît dans l'épisode Fin de la plaisanterie, épisode 15 de la saison 15, où elle proteste contre un acteur comique accusé d'agressions sexuelles sur des étudiantes.

[39]

Épisode 21 : La Fosse aux lionsModifier

Titre original
Traumatic Wound
Numéro de production
316 (14-21)
Code de production
E1421
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Gwendolyn Parker et John P. Roche
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Lors d'un concert de rock avec ses amis Brit et Jake dans une petite salle comble, une lycéenne, Gabby, profite de la soirée jusqu'à ce que quelqu'un lui arrache le t-shirt et la pousse dans la foule surexcitée. Sans défense, traînée au sol par plusieurs spectateurs, elle est violée par des inconnus. Arrivée sur place, pendant que Gabby est hospitalisée, l'unité spéciale interroge Brit et Jake qui expliquent aux enquêteurs que tout s'est passé très vite et qu'ils l'ont vue s'éloigner malgré elle car un pogo l'a entraînée loin d'eux. De plus, il n'y a aucun témoin en raison du monde qui a préféré profiter de la musique plutôt que de séparer les agresseurs de Gabby et, pris de panique, certains jeunes hommes se sont enfuit de la scène du crime avant que la police les empêche de disparaître dans la nature. Vétéran de la guerre d'Irak, chargé de la sécurité du show musical, Frank Patterson narre aux enquêteurs qu'au moment où il a réalisé ce qui arrivait à la jeune fille, il est arrivé bien trop tard pour la secourir rapidement. Malgré les nombreuses griffures retrouvées sur son corps, il n'y a aucune trace de sperme en elle pour retrouver tout de suite ses bourreaux. Comme le théorise le substitut Barba aux inspecteurs, il faudra des mois pour analyser les nombreuses contusions mélangées sur Gabby pour les identifier. En outre, en l'absence de témoignages ou d'indices concrets, à cause d'un matériel vidéo de surveillance trop confus, leur affaire s'avère compliquée car il s'agit d'un gang-bang qui s'est déroulé parmi une foule déchaînée et personne n'a rien vu ou presque. Ses amis Jake et Brit mettent les enquêteurs sur la piste de plusieurs spectateurs qu'ils ne connaissent pas, dont ils vu des tatouages bien précis ou une coupe de coiffure particulière, qui ont tenté d'approcher Gabby. Interceptés après avoir pris la fuite lorsque la police est venue le soir de son viol, ces derniers nient les faits ou se vantent d'avoir abusé d'elle car, selon eux, elle les a allumés en exhibant ses seins nus. Toujours hospitalisée, entourée de son père, Gabby parvient à les reconnaître en faisant défiler plusieurs photos de l'unité spéciale et reconnaît aussi le videur, Frank, qui était sur elle tout en la fixant des yeux. Alors qu'il essayait de prendre la fuite en voyant Amaro et Rollins s'approcher de lui, il est finalement menotté et emmené au commissariat où Amaro se rend compte qu'il est fragile psychologiquement car il a une peur bleue d'être enfermé. Surtout, ses souvenirs sont vagues et Rollins en profite pour lui faire dire qu'il a violé Gabby. Quasi amnésique, ce dernier la croit et passe aux aveux. Lors d'un tapissage, Gabby le désigne lui et les autres suspects comme ses agresseurs. Toujours traumatisée, consolée par Benson qui lui promet qu'elle s'en remettra un jour, Gabby retourne auprès de son père.

Pourtant, alors qu'il est incarcéré avec les autres violeurs, Patterson hallucine et agresse un officier de la police sous les yeux d'Amaro. En l'écoutant délirer, ce dernier comprend qu'il souffre de stress post-traumatique depuis qu'il est revenu de l'Irak. En effet, ancien soldat, celui-ci croit revivre la guerre lorsqu'il est enfermé dans des espaces clos ou qu'il aperçoit l'absence de la lune dans le ciel. Convaincu qu'il est innocent, reprochant à Rollins de l'avoir influencé en manipulant sa mémoire fragmentée pour lui faire dire qu'il a participé au viol, Amaro convainc ses partenaires de le réinterroger pour le forcer à se souvenir de la soirée en question. Dès lors, gagnant sa confiance en lui racontant son expérience dans l'armée, l'inspecteur comprend que Patterson a eu peur d'un feu d'artifice sur la scène qu'il a interprété comme étant une bombe et qu'il s'est précipité sur Gabby, qui se faisait violer, pour la secourir car il pensait qu'il s'agissait d'une camarade de guerre qu'il a perdue en Irak. Sans s'en rendre compte, il a mis fin à son gang bang tandis que Gabby, également perdue dans ses souvenirs brumeux, pense toujours qu'il l'a violée. Enfin, Patterson se souvient d'un jeune homme pâle avec un t-shirt de rap qui se tenait derrière elle pour lui arracher le haut et la jeter dans la foule. Un détail qui pousse les enquêteurs à enquêter sur les prétendus amis de Gabby, qu'elle ne connait peu en fin de compte, qui ne semblent pas être irréprochables dans son agression sexuelle...

[41]

Épisode 22 : Blessures du passéModifier

Titre original
Poisoned Motive
Numéro de production
317 (14-22)
Code de production
E1422
Première diffusion
Réalisation
Arthur W. Forney
Scénario
Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Après avoir démantelé un important réseau de prostitution avec ses collègues, Rollins est sollicitée par la presse et les médias pour qu'elle pose avec la proxénète, Mme Chang, devant le commissariat et leurs caméras. Après l'avoir mise dans une voiture de police pour la transférer en prison, Rollins est soudainement abattue par un tireur embusqué sous les yeux de ses coéquipiers et des journalistes. Pendant que Fin s'occupe de l'emmener directement à l'hôpital pour stopper son hémorragie, Benson et Amaro foncent sur le toit de l'immeuble où se trouvait le sniper mais, malheureusement, il s'est déjà enfui. Hospitalisée, uniquement blessée à l'épaule, Rollins tente de récupérer de ses forces tandis que ses partenaires inquiets pour sa santé tentent d'identifier l'inconnu qui souhaitait sa mort. Leur unique indice est la balle qui a traversé son corps, impossible à connaître son origine en raison de son état. Dès lors, afin de retrouver le criminel, l'Unité spéciale est persuadée que la maquerelle chinoise a payé un tueur à gages pour éliminer Rollins, responsable de son arrestation. En effet, lors de son enquête sur ses activités illégales, elle a reçu plusieurs menaces qu'elle a cachées aux autres policiers ainsi que celles du dealer de sa sœur Kim, Earl, qui lui en veut d'avoir tué l'un de ses meilleurs clients et parallèlement petit ami de sa cadette, Jeff. Tout compte fait, deux fausses pistes qui ne débouchent sur rien car les suspects ont tous les deux des alibis comme les bookmakers à qui elle doit de l'argent. Leurs investigations prennent une nouvelle tournure lorsqu'un autre flic se fait tirer dessus en pleine rue par la même arme à feu, dont la balistique démontrera qu'elle est sophistiquée et rare. En se rendant au chevet de la victime avec Rollins, Fin rencontre son ancienne cheffe des Stups, le lieutenant Toni Howard, qui lui révèle qu'il s'agit de son propre fils, gravement amoché par le tir qui provoque son décès. Face à cette série d'attaques ciblées, Benson déduit que quelqu'un s'en prend ouvertement à l'entourage de Fin, dont son associée Rollins puis maintenant à son ex supérieure. Désormais, l'Unité spéciale épluche son passé d'infiltré dans la brigade des stupéfiants pour lever le voile sur des dealers qui pourraient se venger contre lui. Aussitôt, accompagné d'Amaro, Fin rend visite à son vieux équipier, Luis, devenu invalide depuis qu'il s'est interposé entre lui et un baron de la drogue, Escobar, dans le passé. En d'autres mots, depuis qu'il s'est sacrifié pour lui, Luis est handicapé et ce dernier lui reproche de l'avoir abandonné et ignoré jusqu'à maintenant, lui divulguant au passage que sa femme est décédée d'un cancer. En outre, il lui présente sa fille de 25 ans, Gloria, qui postule pour travailler dans la police. De ce fait, Benson interroge la petite amie d'Escobar, dont elle a eu un enfant, mais celle-ci lui assure qu'il ne peut pas louer les services d'un tueur depuis sa cellule pour punir Fin de son incarcération, ce qui s'avère être un mensonge car il a appelé un junkie, Pearly, peu de temps avant la tentative de meurtre contre Rollins. Furieux car ce drogué lui a certifié qu'il a renoncé à une tâche proposée par Escobar,Fin le confronte violemment en prison avec Amaro pour lui faire avouer qu'il est le commanditaire des attentats contre les policiers. Au moment où ils disjonctent en essayant de l'éborgner, le directeur leur proclame que sa conjointe, Ana, a été tuée d'une balle dans la tête en ville où elle se promenait avec le petit garçon d'Escobar...

À la suite de ses larmes sincères en apprenant la nouvelle, Fin est certain qu'il n'est pas lié à cette série de crimes de sang-froid. Aujourd'hui lieutenant pour une section spécialisée dans la lutte anti-terroriste, Alexandra Eames apporte ses expertises à l'Unité spéciale pour résoudre cette délicate enquête devenue une course contre la montre pour stopper le sniper insaisissable. En parcourant les notes de Luis à son domicile, Amaro et Fin remarquent qu'il est troublé en les écoutant dire que le tireur possède une arme qui a été utilisée lors d'une fusillade à laquelle il a participé contre des trafiquants qui ont démasqué son infiltration parmi eux dans les années 1990, avant qu'il ne perde son emploi de métier dû à sa blessure à la jambe. Plus tard, en buvant un verre avec lui, Luis lui remet étonnamment le pistolet en question qu'il a réutilisé pour tirer sur ces cibles avant de passer aux aveux au poste de police. Chagriné du manque de reconnaissance de Fin à son égard alors qu'il lui a sauvé la vie au prix de sa santé physique déclinante, bouleversé par la mort de sa femme qu'il n'a pas pu guérir car il a perdu son emploi, Luis a voulu décimer tous ceux qu'il considère fautifs de sa situation familiale et économique. Cependant, remise de ses blessures, Rollins doute de lui en rappelant à ses collègues qu'il n'a pas pu fuir hâtivement le toit à partir duquel le sniper a tiré sur elle car Luis est invalide...

[43]

Épisode 23 : Une autre vieModifier

Titre original
Brief Interlude
Numéro de production
318 (14-23)
Code de production
E1423
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Peter Blauner, Kevin Fox et Pedro Garcia
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Lors d'un concert, une jeune femme, Ariel, est accostée par le chanteur d'un groupe et une autre femme qui dansent avec elle. Rapidement, sentant les effets de l’ecstasy que lui a donné l'inconnue, Ariel s'excuse et quitte la salle où se déroule le festival de musique. Le lendemain, dans un parc situé derrière la demeure du maire de la ville, en manque, une joggeuse promenant son bébé surprend ses deux dealers en train de fouiller dans les poches de la fêtarde, retrouvée inconsciente dans une barque échouée sous un petit pont. Dès lors, appelée sur place, l'unité spéciale se rend compte que l'affaire s'avère compliquée car la victime a été dépouillée de tous ses papiers, tel que sa carte d'identité ou de crédit, permettant de l'identifier. De plus, ses vêtements ont été déchirés et son corps est recouvert de morsures ou d'ecchymoses dont des lésions vaginales. Hospitalisée en raison d'une blessure profonde sur le crâne, elle est plongée dans le coma. Son ADN n'est pas répertorié dans les données de la police et elle n'est pas déclarée portée disparue dans les cas de disparitions non élucidées. À l'hôpital, le médecin-légiste Warner annonce à Amaro et Benson qu'elle a sans doute été violée et qu'elle a détecté de l’ecstasy dilué dans son sang. En outre, elle leur indique qu'elle a une hernie recousue avec de l'acier inoxydable, ce qui est rare en Amérique, et qu'ils doivent rechercher dans les fichiers de l'Immigration pour l'identifier avant de leur préciser qu'elle a probablement deux enfants qu'ils doivent prévenir pour leur mère qui a donc subi une agression sexuelle et meurtrière. De leur côté, Rollins et Fin parviennent à faire craquer la joggeuse qui leur confie qu'elle connaît bien les deux trafiquants de drogue, dont un certain Jaspar, car ils lui fournissent des médicaments pour lutter contre le stress dû à sa maternité. Finalement arrêtés dans le parc, et emmenés au poste de police, ils rejettent la faute l'un sur l'autre en prétextant aux enquêteurs qu'ils vendent des pilules fournis par des ordonnances tout en leur certifiant qu'ils n'ont pas violé la victime. Ils l'ont simplement pillée mais Jaspar leur souffle qu'il a vu une carte magnétique, d'un hôtel dont il a retenu le nom et le numéro, à côté d'elle qu'il n'a pas dérobée. Finalement, à l'intérieur de sa chambre, Benson et Amaro la découvrent entièrement saccagée. Parmi de nombreux vêtements de luxe, ils mettent la main sur son passeport canadien. Elle s'appelle Ariel Randolph. Son téléphone portable et sa tablette ont été arrachés à leurs prises. En inspectant son historique internet qu'elle a parcouru sur l'ordinateur de l'hôtel, Benson remarque qu'elle fréquente régulièrement Facebook et qu'elle répertorie tous les concerts de musique se déroulant à New York. En cliquant sur un lien vidéo en direct, qui prouve qu'elle contacte régulièrement la même personne, elle active par erreur un visio avec les deux enfants d'Ariel, des petits garçons vivant au Canada, qui lui demandent où se trouve leur mère...

Il s'avère donc que la victime est une blogueuse musicale et une animatrice de podcast qui parcourent les festivals de musique à New York. Elle est mariée à un homme mûr de 20 ans son aînée et qu'elle est mère de famille. Or, en raison de son quotidien de fêtarde qu'elle mène en ville, il semble que ses proches, qui s'apprêtent à venir à New York, se savent rien de sa double vie déballée par les journaux à sensation. Quant à l'inconnu qui a cambriolé sa chambre, filmé par la caméra de surveillance de l'hôtel, il détenait probablement un double de sa carte magnétique. En analysant le relevé téléphonique de sa chambre, l'unité spéciale remonte à deux hommes qu'elle appelait fréquemment. Monteur et ingénieur de son pour ses podcasts, le premier informe les enquêteurs qu'il l'a vue pour la dernière fois une semaine avant son agression pour monter son dernier podcast tandis que le second, le directeur d'une école, leur confesse qu'elle se renseignait auprès de lui pour inscrire ses enfants dans son établissement. Ils ne savent rien à propos du viol d'Ariel. Tout compte fait, Warner déclare à Amaro et Benson qu'elle a retrouvé trois ADN différents sur son corps à des endroits bien précis : des morsures sur sa poitrine, de la salive dans le cou et de la peau sous ses ongles. Elle a donc rencontré trois hommes qui, probablement, l'ont accostée de près voir violée. Ils cherchent donc un trio de potentiels coupables. Après avoir confié à Amaro que sa femme lui cachait ses envies de s'éclater loin de lui après avoir accouché à deux reprises, afin de renouer avec sa jeunesse en faisant la fête comme une adolescente, l'époux d'Ariel lui fait part de sa jalousie car elle se photographiait avec des hommes plus jeunes que lui avant de poster publiquement ses photos sur Facebook. En les parcourant, sur l'une d'entre elles, il identifie un homme auprès d'Ariel lors d'une soirée festive. Il s'agit du chanteur qui a dansé avec elle le soir de son agression. Or, en venant l'interroger à son domicile, Fin et Rollins sont surpris par l'arrivée d'une jeune femme en tenue sexy dont ils reconnaissent le visage. Il s'agit du directeur de l'école où Ariel voulait que ses enfants étudient une fois arrivés sur le sol américain...

[45]

Épisode 24 : Sans identitéModifier

Titre original
Her Negotiation
Numéro de production
319 (14-24)
Code de production
E1424
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Julie Martin et Warren Leight
Audiences
Invités
Résumé détaillé

Alors que l'équipe de l'Unité spéciale passe du bon temps en famille ou entre collègues lors d'un week-end bien mérité, le détective Rollins en profite pour s'amuser avec son chien dans un parc mais son jour de repos est soudainement interrompu par des cris de deux femmes touristes qui pourchassent un individu, un certain William Lewis, qu'elles accusent d'exhibition sexuelle d'autant plus qu'il leur aurait tenu des propos obscènes. Leur témoignage est encore plus crédible lorsqu'une photographe, Alice Parker, l'a pris en photo au moment même où il leur dévoilait son sexe et elle l'a également étendu faire des propositions salaces. Aussitôt arrêté, Rollins le ramène au commissariat et elle se rend compte qu'il est impossible de l'identifier formellement car, selon lui, il s'est brûlé les doigts sur une plaque chauffante. Dès lors, Rollins a un mauvais pressentiment sur cet homme louche et appelle toute l'équipe en renfort. Rapidement, d'abord dubitatifs face à cette affaire de trouble à l'ordre public qui met fin à leurs activités personnelles, les enquêteurs vont comprendre qu'ils font face à un prédateur sexuel extrêmement intelligent. Pendant que Cragen interroge Parker qui lui confie ses photographies de Lewis en train de se dénuder devant les étrangères tout en lui écrivant les cochonneries qu'il leur a prononcées, Fin et Rollins s'entretiennent avec elles pour voir si les paroles de Parker concordent avec la leur. Quant à Benson et Amaro, ils confrontent Lewis qui, nargueur et rusé, leur garantit qu'elles ont mal interprété son geste. En d'autres mots, selon sa version, il grattait simplement son entre-jambe et elles ont cru voir son sexe. Concernant Parker, il leur sous-entend qu'elle est obsédée par lui car il fait son footing dans le même environnement où elle exerce sa profession. De plus, il leur explique qu'il est un marginal qui passe de ville de ville en enchainant les petits boulots et les foyers pour dormir. D'ailleurs, le dernier en date envoie une photographie de sa carte d'identité à l'Unité spéciale et cette preuve confirme qu'il se nomme bien William Lewis. Étonnés par sa faculté de répondre à toutes leurs questions sans être perturbé, Benson et Amaro sont persuadés qu'ils sont tombés sur un type insaisissable, dangereux et qui n'hésite pas à charmer ses interlocuteurs pour mieux les tromper avec ses mensonges. Afin de laisser du temps aux inspecteurs pour fouiller dans son passé, le substitut du procureur Barba tente de le faire condamner pour exhibition mais, secondé par son avocate Vanessa Mayer qui semble être proche de lui, Lewis plaide non coupable. Tout compte fait, avec l'accord du juge qui rappelle à Barba qu'il était prêt à le laisser en liberté s'il purgeait une peine mineure pour son fait grave, ce dernier parvient à obtenir sa libération. Astucieux, Lewis s'avère être doué pour échapper à toute identification de son ADN. Pour le faire condamner, car elle lui a soufflé que Lewis était un exhibionniste récidiviste, Cragen se rend chez Parker pour la convaincre de témoigner contre lui lors de son audience. Or, visiblement déboussolée, celle-ci lui ferme la porte au nez car Cragen ignore que Lewis s'y cache derrière, une arme à feu braquée sur elle... Le lendemain, l'Unité spéciale est alertée par sa voisine qui l'a trouvée ligotée à son lit, battue, violée et marquée au fer... Avant d'être hospitalisée, Parker affirme à Benson que son agresseur n'est d'autre que Lewis. En inspectant l'appartement de la victime, les détectives sont choqués par le désordre et le nombre d'objets qu'il a utilisés pour la torturer, que ce soit avec des cintres ou des mégots de cigarette. Après avoir mis la main sur des cannettes de bière dans son foyer, où un délinquant sexuel connu par les policiers leur révèle que Lewis lui a également calciné la main dans le restaurant où ils travaillaient, semblables à celles décelées chez Parker, Fin et Rollins l'interceptent en pleine rue et, chalengeur, Lewis ne s'oppose pas à son arrestation.

Questionné par Amaro et Benson, malgré ses empreintes étalées partout dans le domicile de Parker, Lewis se proclame une nouvelle fois innocent. Agacée, Benson le provoque pour qu'il leur montre sa perversité et, excité, il se prend au jeu. D'un air sérieux et paradoxalement amuseur, à travers des questions qu'il lui pose qui retrace les innombrables sévices qu'il lui aurait fait subir, Lewis lui insinue qu'il l'a bien fait souffrir et violer jusqu'à ce qu'elle le supplie de la tuer. Malheureusement, leur discussion est avortée par l'arrivée de son avocate. Cependant, Barba déclare à Benson qu'il n'a pas fait d'aveux concrets mais plutôt des suppositions irrecevables en cas de procès. Leur unique chance de l'inculper est d'encourager Parker de le reconnaître lors d'un tapissage mais il est finalement annulé quand Lewis est transporté à l'hôpital à la suite d'une tentative de suicide. Face au juge, sa défense théorise qu'il est irresponsable de ses actes comme le doit notifier une expertise psychiatrique en cours, ce qui révulse Barba et les enquêteurs de l'Unité qui sont persuadés qu'il fait tout pour éviter la justice comme le démontre son casier judiciaire. En effet, après avoir levé le voile sur son parcours chaotique où il a changé plusieurs fois de nom de famille, Lewis a été accusé à de multiples reprises de viols et de meurtres dans le passé. Néanmoins, à chaque fois, il a été blanchi car les plaintes ont été abandonnées par ses victimes. Chanceux, il a plusieurs fois récidivé tout en finissant libre avant de recommencer... Cette fois-ci, Cragen charge ses hommes de le mettre sous les verrous une fois pour toutes...

[47]

Notes et référencesModifier

  1. a et b https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-x-factor-survivor-the-middle-adjusted-up-the-neighbors-adjusted-down/150388/
  2. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  3. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  4. https://web.archive.org/web/20121013180840/http://tvbythenumbers.zap2it.com/2012/10/11/wednesday-final-ratingsthe-x-factor-survivor-the-neighbors-no-adjustments-for-arrow/152524/
  5. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  6. https://web.archive.org/web/20121021000925/http://tvbythenumbers.zap2it.com/2012/10/18/wednesday-final-ratings-modern-family-survivor-animal-practice-adjusted-up-csi-adjusted-down-plus-unscrambled-fox-ratings/153617/
  7. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  8. https://web.archive.org/web/20121028025946/http://tvbythenumbers.zap2it.com/2012/10/25/wednesday-final-ratings-the-middle-guys-with-kids-criminal-minds-law-and-order-svu-adjusted-up-world-series-game-1-final-numbers/154656/
  9. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  10. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-survivor-the-neighbors-modern-family-csi-30-rock-guys-with-kids-supernatural-adjusted-down/155554/
  11. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  12. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-the-middle-law-order-svu-csi-adjusted-up/157759/
  13. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  14. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-csi-adjusted-up/158879/
  15. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  16. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-chicago-fire-rises-to-tie-series-debut-the-x-factor-dips-the-middle-arrow-down/160552/
  17. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  18. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-law-order-svu-and-nashville-adjusted-up/163578/
  19. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  20. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-peoples-choice-awards-the-neighbors-suburgatory-i-get-that-a-lot-adjusted-down/164851/
  21. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  22. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-american-idol-super-bowls-greatest-commercials-adjusted-down/167554/
  23. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  24. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratingssupernatural-criminal-minds-modern-family-the-neighbors-suburgatory-adjusted-down/168476/
  25. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  26. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-csi-suburgatory-law-order-svu-adjusted-down/169419/
  27. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  28. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-the-middle-survivor-guys-with-kids-criminal-minds-law-order-svu-adjusted-down/170285/
  29. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  30. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-chicago-fire-american-idol-suburgatory-adjusted-down/171202/
  31. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  32. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-arrow-supernaturel-american-idol-survivor-whitney-adjusted-down/174318/
  33. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  34. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-american-idol-survivor-whitney-and-chicago-fire-adjusted-down/175358/
  35. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  36. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-modern-family-american-idol-survivor-adjusted-up/176417/
  37. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  38. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-survivor-american-idol-svu-adjusted-up/179530/
  39. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  40. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/tv-ratings-wednesday-american-idol-csi-criminal-minds-survivor-hit-lows-soft-premiere-for-family-tools-nashvillie-ties-chicago-fire/180654/
  41. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  42. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-modern-family-american-idol-the-voice-family-tools-survivor-supernatural-adjusted-up/181625/
  43. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  44. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-chicago-fire-modern-family-american-idol-criminal-minds-nashville-adjusted-down-adjusted-up/182915/
  45. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )
  46. https://tvbythenumbers.zap2it.com/sdsdskdh279882992z1/wednesday-final-ratings-masterchef-modern-family-criminal-minds-how-to-live-with-your-parents-adjusted-down/183884/
  47. AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S14 » (consulté le )