Ouvrir le menu principal

Sainte-Justine (Québec)

municipalité du Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Justine.

Sainte-Justine
Sainte-Justine (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale Les Etchemins
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Christian Chabot
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Justinien, ienne
Population 1 820 hab. ()
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ nord, 70° 21′ ouest
Superficie 12 640 ha = 126,4 km2
Divers
Code géographique 28045
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Sainte-Justine

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Justine

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte administrative de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Sainte-Justine

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte topographique de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Sainte-Justine
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Sainte-Justine est une municipalité du Québec (Canada) au sud-est de Québec, au cœur des Appalaches, à la frontière des États-Unis. Il se situe dans la municipalité régionale de comté des Etchemins, dans la région de Chaudière-Appalaches.

GéographieModifier

Dans la MRC : Les Etchemins.

Municipalités limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le nom de Sainte-Justine évoque Marie-Justine Têtu (1833-1882), fille du lieutenant-colonel de la milice et marchand de Québec, Charles-Hilaire Têtu. Il fait aussi référence à Justine de Padoue, martyre du Ier siècle.

HistoireModifier

 
L'église de Sainte-Justine en 1920

On attribue une des premières vagues de colonisation de Sainte-Justine aux moines Trappistes qui sont venus s’y installer le 24 juin 1862 à la suggestion du curé de Sainte-Claire. Des colons de cette paroisse ont aidé les Trappistes à faire le voyage qui se faisait en partie à pieds, le canton de Langevin venant à peine d’être ouvert à la colonisation, et à ériger leur premier abri.

En 1867, la construction du monastère de Notre-Dame de la Trappe du Saint-Esprit est terminée. Il accueillera une soixantaine de religieux en provenance de l’Europe et du Canada. En l’absence de soutien d’une maison-mère et devant les difficultés de recrutement, le 22 octobre 1872, la Trappe du Saint-Esprit sera dissoute et le monastère ainsi que le terrain sur lequel il a été bâti sont vendus. Le premier curé de Sainte-Justine (de 1868 à 1885) était le seul moine à être resté après la vente. Il s’agit de Père Henri de Brie.

Le site historique des Pères Trappistes rend hommage aux fondateurs du premier établissement trappiste au Bas-Canada.

ChronologieModifier

  • 1er janvier 1870 : Fondation de la municipalité du township de Langevin.
  • 27 janvier 1892 : Le township de Langevin devient la paroisse de Sainte-Justine.
  • 12 juin 1993 : Sainte-Justine change son statut pour celui de municipalité.

DémographieModifier

Évolution démographique
1871 1881 1891 1901 1911 1921 1931 1941 1951
4065716099591 5421 6661 8221 7801 904
1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996
1 9801 9721 9711 9111 9452 0202 0351 9061 939
2001 2006 2011 2016 - - - - -
1 8841 8251 8451 820-----

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[1].

Sainte-Justine
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Marcel Morissette Voir
2005 Voir
2009 Denis Beaulieu Voir
2013 Voir
2017 Christian Chabot Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Personnalités liées à la municipalitéModifier

Attraits touristiquesModifier

  • Site historique des Pères Trappistes
  • La chapelle du Sacré-Cœur et la chapelle Ste-Anne

Notes et référencesModifier

  1. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  2. Ian Bussières, « Marche bleue: La ville était Nordiques », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2016).

AnnexesModifier