Ouvrir le menu principal

Sainte-Anne-sur-Vilaine

commune française d'Ille-et-Vilaine

Sainte-Anne-sur-Vilaine
Sainte-Anne-sur-Vilaine
Le château de Port de Roche,

sur les bords de la Vilaine.

Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Bain-de-Bretagne
Intercommunalité Bretagne porte de Loire Communauté
Maire
Mandat
Jean-Michel Gaudichon
2014-2020
Code postal 35390
Code commune 35249
Démographie
Gentilé Saintanais, Saintanaises
Population
municipale
1 008 hab. (2016 en augmentation de 0,2 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 53″ nord, 1° 49′ 27″ ouest
Altitude 13 m
Min. 2 m
Max. 85 m
Superficie 28,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Vilaine

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Vilaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Vilaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Vilaine
Liens
Site web www.sainte-anne-survilaine.com

Sainte-Anne-sur-Vilaine est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Elle fait partie du canton de Bain de Bretagne et de l’arrondissement de Redon.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à 10 km de la RN 137 appelée « Route des Estuaires » et approximativement à mi-chemin entre les deux grandes agglomérations que sont Rennes et Nantes, soit à environ 40 min de la première et 50 min de la deuxième.

Géologie, relief, hydrographieModifier

L'altitude de la commune varie entre 2 et 85 mètres[1]. La commune est bordée par la Vilaine et la Chère.

Voies de communication et transportsModifier

Ces deux moyens de transports permettent aux habitants de se déplacer dans les grandes agglomérations.

ÉconomieModifier

La commune possède une boulangerie, une supérette, une crêperie et un café multi-services (bar, tabac, presse, pizzas à emporter, station essence, point poste).

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1881. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 1 008 habitants[Note 1], en augmentation de 0,2 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : +5,55 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
1 3541 4171 4441 4511 4281 4081 4351 2741 300
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1 2281 2131 1251 023981880846797737
1999 2006 2007 2008 2013 2016 - - -
7799369599829921 008---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune dispose d'une école primaire privée[6].

Les collège et lycée les plus proches sont à Bain-de-Bretagne ou Redon[7].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Loto, concours de belote, vide-grenier...

SantéModifier

Il n'y a pas de médecin à Sainte-Anne-sur-Vilaine.

SportsModifier

La commune compte un club de football.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sainte-Anne-d'Auvers en 1627.[réf. souhaitée]

HistoireModifier

 
Le mémorial inauguré le 7 septembre 2002.

La commune a été créée en 1880, par démembrement de la commune de Grand-Fougeray, sous le nom de Sainte-Anne. Sainte-Anne devient officiellement Sainte-Anne-sur-Vilaine en 1971[1]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un avion américain est abattu par les Allemands. Une stèle a été érigée en 2002 en mémoire de cet événement, en présence, notamment, du consul des États-Unis pour le Grand Ouest[8].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Julien Lefeuvre    
1997 2014 Marcel Renaud    
2014 En cours Jean-Michel Gaudichon[9] DVD Fonctionnaire

Culture locale et patrimoineModifier

 
L’église Sainte-Anne.

Lieux et monumentsModifier

  • Le château de Port de Roche, sur les bords de la Vilaine a été construit de la fin du XVIIe au début du XVIIIe siècle par Guischardy[10].
  • L’église Sainte-Anne a été bâtie de 1832 à 1846 sur des plans de Louis Richelot[11].
  • Le moulin de Belle née, de type moulin-tour, a été construit en 1832 et est en état de fonctionnement ; il est géré par l'Association de Sauvegarde du Moulin de Belle Née (ASMBN).
  • Le pont de Port-de-Roche composé de trois travées de 25 m. Ce pont est le premier pont français en acier, appelé alors "métal Bessemer", construit pour l'Exposition universelle de 1867 dans le prolongement du pont d'Iéna, à Paris, et démonté après l'exposition, transporté et remonté sur la Vilaine. Le pont a été conçu par Émile Cheysson, ingénieur des ponts et chaussées, et construit par la société Henri Joret et Cie[12].
  • Chapelle Sainte-Anne et fontaine, achevée en février 1940[8].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Chapelle Sainte Anne, commune de Sainte-Anne sur Vilaine (35390)
  • Samuel Nathan Blatchford (en) est un militaire américain, Indien navajo le plus décoré des États-Unis (28 décorations). Le bombardier B17 à bord duquel il se trouvait en qualité d'opérateur-radio a été abattu au-dessus de Sainte-Anne-sur-Vilaine le 16 septembre 1943. Samuel Blatchford était l'un des quatre rescapés de l'équipage et le dernier survivant. Le mémorial du Tertre-Pluton a été dessiné et créé par Jean-Claude Bourgeon qui l'a édifié avec l'aide du sculpteur Ray Boterf et des employés communaux. Il a été inauguré avec la participation de 17 Américains le 7 septembre 2002 par Samuel Blatchford, le commandant Christopher Moffett de l'ambassade des États-Unis, Gary Clement, consul, Michel Lugez, président de l'association du Mémorial américain et d'anciens Résistants.
  • Marcel Leclerc, commissaire de police et préfet de police, est né à Sainte-Anne en 1935. Il est issu d'une famille d'agriculteurs du village de la Hordrais. Marcel Leclerc a été chef de la brigade Antigang et a passé 37 ans au ministère de l'Intérieur occupant diverses fonctions.
  • François Dollier de Casson, historien de Montréal.[pourquoi ?]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Notice Cassini
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école primaire privée Saint-Gabriel de Sainte-Anne-sur-Vilaine
  7. [1]
  8. a et b Site officiel de la commune.
  9. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  10. Notice no IA00007660, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IA00007653, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Bernard Marrey, Les ponts modernes 18e-19e siècles, p. 180, Picard Éditeur, Paris, 1990 (ISBN 2-7084-0401-6)