Servan de Culross

(Redirigé depuis Saint Serf)

Serf ou Saint Serf (latin : Servanus) est un évêque écossais de la fin du VIIe siècle.

Une vie légendaireModifier

Sa Vita du XIIIe siècle est un conte fantastique émaillé d'événements merveilleux.

Selon ce récit, le père de Servan est un certain Obeth fils d'Eliud, roi de Canaan et sa mère, une fille du roi d'Arabie nommée Alpia. Après la mort de son père alors qu'il est âgé de sept ans, Servan est censé avoir étudié auprès de Magonius évêque d'Alexandrie avant de devenir évêque de Canaan. Il traverse la mer Rouge à gué puis il devient pendant sept ans patriarche associé à Jacob de Jérusalem avant d'être élu lors une vacance du siège, pape de Rome ! Ensuite, après une nouvelle période de sept années il abandonne Rome franchit les Alpes et traverse le pas de Calais à pied sec. Il arrive en Écosse à l'époque d'Adomnan avec une suite de sept mille soldats du Christ et se serait installé à Culross. C'est là qu'il convainc un roi des Pictes nommé « Brude fils de Dargart », c'est-à-dire Bruide mac Derile de lui concéder un endroit pour bâtir un monastère. Avec l'aide d'Adomnan il fonde une autre communauté monastique sur une île du Loch Leven, près de Kinross. D'autres lieux sont associés à Servan, une grotte à Dysart sur la rive nord du Firth of Forth et Dunning dans le Strathearn où il est censé être mort un 1er juillet.

L'intérêt de ce récit merveilleuxModifier

  • De nombreuses manières, Servan est rattaché à la Bible (Obeth, Éliud) :son auteur connaissait les Écritures.
  • Il est associé aux deux premiers sièges de la chrétienté : Rome et Alexandrie (en Égypte, patrie du monachisme).

Un personnage mystérieuxModifier

Dans son ouvrage sur les mères des saints, l'irlandais Oengus le Céli Dé (vers 800) attribue à Serf comme mère Alma une fille du roi des pictes et comme père un certain Proc originaire de Canaan ou d'Égypte. Le maintien de la tradition d'une origine moyenne orientale du père de Serf est peut-être liée à l'influence de la faction favorable à Rome lors du conflit avec le christianisme celtique. L'association de Serf avec les contemporains Adomnan et Brude Mac Derile est cohérente[1]. William Forbes Skene cite également la mention dans le cartulaire de Saint-Andrews de la donation de l'île du Loch Leven à St Servanus et au Culdee. Au XIe siècle le roi Macbeth d'Écosse et son épouse Gruoch font encore des donations à l'église de Saint-Serf et à la communauté qu'il a fondé[2].

C'est toutefois ce même personnage qui a été anachroniquement considéré comme le père nourricier et spirituel de Kentigern de Glasgow (mort en 612) dans sa Vita.

Notes et référencesModifier

  1. (en) William Forbes Skene Chronicles Of The Picts,Chronicles Of The Scots, And Other Early Memorials Of Scottish History. H.M General Register House (Édimbourg, 1867). Reprint par Kessinger Publishings's (2007) (ISBN 1432551051) Chroniques selon le manuscrit de 1280 p. 201 « Brude fitz Dergert XXXI ane. En quel temps veint Sains Servanus en Fife »
  2. (en) William Forbes Skene Celtic Scotland Volume II : Church and Culture. David Douglas (Edinburgh 1877) Reprint par Forgotten Book Classic Reprint Series (ISBN 978-144008274-0) p. 255-259.

SourceModifier

  • (en) Ann Williams, Alfred P. Smyth, D P Kirby A Bibliographical Dictionary of Dark Age Britain (England, Scotland and Wales c.500-c.1050). Seaby London (1991) (ISBN 1 852640472) « Serf » p. 213.