Ouvrir le menu principal

Saint Sébastien (Le Pérugin, Ermitage)

peinture religieuse, du Pérugin, datant de 1493 - 1494 environ, et conservée au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Sébastien (homonymie).
Saint Sébastien
Pietro Perugino cat32.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Huile sur bois
Dimensions (H × L)
53,3 × 39,5 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
ГЭ-281Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Saint Sébastien (en italien : San Sebastiano) est une peinture religieuse, du Pérugin, datant de 1493 - 1494 environ, et conservée au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Sommaire

HistoireModifier

ThèmeModifier

Le thème représenté est selon l'Iconographie chrétienne le martyre de saint Sébastien un saint romain, qui aurait été tué lors des persécutions de Dioclétien au début du IVe siècle. Il est souvent représenté dans les arts, attaché à un poteau ou à une colonne, le corps transpercé de flèches. Ce thème a été souvent traité par Le Pérugin et son entourage ainsi que par de nombreux peintres.

DescriptionModifier

Saint Sébastien est représenté en buste sur un fond foncé, regardant vers le ciel, auréolé d'un trait fin doré, une flèche plantée dans le cou, comportant la signature de l'artiste « P[I]E[T]RUS PERUSINUS PINXIT » .

La rotation de la tête et la bouche légèrement entrouverte permettent de voir une fine dentition, une particularité unique dans la série des saint Sébastien du Pérugin.

AnalyseModifier

Le saint est représenté en buste (inhabituel chez l'artiste, ce qui a fait penser à une éventuelle mutilation du tableau original). Le corps nu dont la beauté, idéale et équilibrée sort de l'obcurité comme si elle émergeait d'une niche suggère les représentations inspirées des statues antiques. Son expression semble demander le réconfort du martyre dans le monde divin supérieur, selon un schéma déjà employé par l'artiste. La flèche est le seul élément faisant référence au martyre, tandis que l'expression du saint exclut tout témoignage de souffrance, en faveur d'une attitude légèrement mélancolique.

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Vittoria Garibaldi, Perugino, in Pittori del Rinascimento, Scala, Florence, 2004 (ISBN 888117099X)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier