Saint-Sever-de-Rustan

commune française du département des Hautes-Pyrénées

Saint-Sever-de-Rustan
Saint-Sever-de-Rustan
Mairie (pavillon des Hôtes de l'abbaye).
Blason de Saint-Sever-de-Rustan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Intercommunalité Communauté de communes Adour Madiran
Maire
Mandat
Jean-Pierre Curdi
2014-2020
Code postal 65140
Code commune 65397
Démographie
Gentilé Rustanais
Population
municipale
173 hab. (2017 en augmentation de 8,81 % par rapport à 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 09″ nord, 0° 13′ 30″ est
Altitude Min. 179 m
Max. 385 m
Superficie 9,52 km2
Élections
Départementales Canton du Val d'Adour-Rustan-Madiranais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Sever-de-Rustan
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Sever-de-Rustan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sever-de-Rustan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sever-de-Rustan

Saint-Sever-de-Rustan est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Rustanais.

GéographieModifier

 
Localisation de Saint-Sever-de-Rustan dans le département des Hautes-Pyrénées.
 
Vue en hiver.

LocalisationModifier

Située sur l'Arros, Saint-Sever (prononcer saint sevé) est une commune au nord du département des Hautes-Pyrénées, limitrophe du département du Gers.

Communes limitrophesModifier

 
Carte de la commune de Saint-Sever-de-Rustan et des proches communes.


Communes limitrophes de Saint-Sever-de-Rustan[1]
Sénac Montégut-Arros
(Gers)
Moumoulous,
Fréchède
Mansan   Mazerolles
Peyrun Laméac Bouilh-Devant

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

 
Pont sur l'Arros.

La rivière de l'Arros (affluent droit de l'Adour) traverse la commune du sud au nord au centre du bourg.
Le ruisseau de Lanénos traverse la commune du sud au nord et forme une partie de la limite ouest avec les communes de Peyrun, Sénac et Mansan.
Le ruisseau de Lurus, affluent droit de l'Arros, traverse la commune du sud au nord.
Le ruisseau de Savaric, affluent droit du Lurus, traverse la commune d’est en ouest et forme une partie de la limite sud-est avec la commune de Bouilh-Devant.
Le ruisseau du Busquet traverse la commune d’est en ouest et forme une partie de la limite nord avec le département du Gers.

ClimatModifier

Le climat est tempéré de type océanique dû à l'influence proche de l'Océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Voies de communication et transportsModifier

Cette commune est desservie par les routes départementales D 6, D 14 et D 27.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 91[2].
Parmi ces logements, 72.0 % sont des résidences principales, 15.7 % des résidences secondaires et 12.3 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

 
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Saint-Sever-de-Rustan
 
Rue du village.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

  • S. Seueri Russitanensis, latin (1022, Marca, Histoire de Béarn) ;
  • Monasterium sancti Severi confessoris, in valle Rostanensi, in loco Abiciaco situm, in episcopatu Tarbensi, in comitatu Bigorritano, latin (1087, Cartulaire Saint-Victor Marseille) ;
  • Abbate de Sancto Severo de Rosta, latin et gasc. (entre 1153 et 1190, cartulaire Berdoues) ;
  • Forto de Sent Scever, latin et gascon (ibid.) ;
  • Apud Sanctum Severum, monachi Sancti Severi, latin (1235, cartulaire Berdoues) ;
  • Sencever, (1285, montre Bigorre) ;
  • de Sancto Severio de Rostano, latin (1300, enquête Bigorre) ;
  • De Sancto Severo, latin (1342, pouillé Tarbes) ;
  • De Sancto Severio, latin (1379, procuration Tarbes) ;
  • Sent Seuer, (1429, censier Bigorre) ;
  • Saint-Sever, 1737, 1738, 1740-1743 ; Saint-Sever de Rostain, 1739 ; Saint-Sever de Rustan, 1744-1789 (registres paroissiaux) ;
  • Saint-Sever-de-Rustan, (1790, Département 1 et 2 ; 1806, Laboulinière) ;
  • St Sever de Rustan, (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Étymologie : du gascon Sent Sever, du latin Sanctus Severus (= austère).

Nom occitan : Sent Sever d'Arrostanh.

HistoireModifier

Le site est peuplé dès le Néolithique.
À l'époque gallo-romaine, le domaine s'appelait Albiciacum (du nom d'un romain nommé Albius).
Severus (Saint Sever) († vers 502), grand propriétaire issu de famille noble, prêtre d'une paroisse de Bigorre dont Grégoire de Tours louait le soin porté à faire l’aumône et la charité, est sanctifié[4]. Ses reliques sont apportées dans l'église de Rustan qui changea de nom à la suite de cette déposition de reliques. Son tombeau attirait de nombreux pèlerins et des moines bénédictins y édifient l'abbaye en 800.
En 1022, on note que le village est nommé S. Seueri Russitanensis[5].
La bastide est fondée à proximité de l'abbaye en 1297[6]. Avec son marché et sa justice, elle prétend au titre de ville ce qui lui fait valoir le sobriquet de Bourgès (bourgeois).
C'est l'apogée du développement de la ville.
Mais les guerres de religion mettent un terme à la prospérité de la cité. En 1573, l'abbaye ainsi que la bastide sont ravagées par le capitaine protestant Lysier, fils d'un charcutier de Montauban, qui pille tout ce qui est précieux et détruit le reste.
Au XVIIIe siècle, l'abbaye prend son aspect et sa taille actuels.
Pendant la Révolution, la ville s'appelle Rostaing.

Cadastre napoléonien de Saint-Sever-de-RustanModifier

Le plan cadastral napoléonien de Saint-Sever-de-Rustan est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[7].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2001 Robert Laurent    
mars 2001 En cours Jean-Pierre Curdi    

Rattachements administratifs et électorauxModifier

 
La Poste.

Historique administratifModifier

Sénéchaussée de Toulouse, élection d'Astarac, chef-lieu de canton en 1790, Rabastens (depuis 1801)[8].

IntercommunalitéModifier

Saint-Sever-de-Rustan appartient à la communauté de communes Adour Madiran créée en qui a la particularité de réunir 72 communes de Bigorre et Béarn.

Services publicsModifier

La commune de Saint-Sever-de-Rustan dispose d'une agence postale.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11]. En 2017, la commune comptait 173 habitants[Note 1], en augmentation de 8,81 % par rapport à 2012 (Hautes-Pyrénées : -0,14 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510455441519561569529517523
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
517510450516530530412408303
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
304288243220217205209195194
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2017
159142119140137150157173173
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et sociétéModifier

EnseignementModifier

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[14].

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'abbaye et monument aux morts.

L’abbaye bénédictine de Saint-Sever, fondée vers l'an 800 et rattachée à Cluny au IXe siècle est aujourd'hui un lieu d'expositions et de concerts. Elle a été classée à l'inventaire de monuments historiques en 1914. Elle se caractérise par une architecture monumentale qui tient plus du palais que de l'abbaye. Le cloître de l'abbaye a été acheté par la ville de Tarbes au XIXe siècle et se trouve actuellement dans le jardin Massey.
Les maisons à colombages associent le bois, la brique crue, la brique cuite et les galets bruns de l'Arros.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'azur à 3 fleurs de lys mal ordonnées d'or.
Commentaires : Confirmation de la mairie : blason attribué à la bastide de St Sever par Philippe le Bel en 1297 à condition que les fleurs de lys soient mal ordonnées.

Voir aussiModifier

 
Le monument aux morts municipal.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier