Ouvrir le menu principal

Saint-René Taillandier

historien, homme de lettres et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taillandier (homonymie).
Saint-René Taillandier
Saint-René Taillandier - Le Monde illustré - 8 mars 1879 2.jpg
Gravure par Tourfaut sur un dessin de Bocourt d’après une photographie d’Ernest Ladrey dans Le Monde illustré du 8 mars 1879.
Fonctions
Ministre de l'Éducation nationale
-
Fauteuil 33 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Décès
(à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
René Gaspard Ernest Taillandier
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Enfant
Georges Saint-René Taillandier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université de Strasbourg (d) (depuis ), Revue des deux Mondes (depuis ), université de Montpellier (depuis ), Sorbonne (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinction

René Gaspard Ernest Taillandier, dit « Saint-René Taillandier[1] », né le à Paris, où il est mort le , est un historien, homme de lettres et homme politique français.

BiographieModifier

Fils de Zélie Lebeuf et de René Taillandier, avoué près le Tribunal civil de la Seine, auteur de diverses poésies, d’un poème sur la Guerre d’Espagne (1824, in-8°), de quelques épitres et pièces de circonstance[2], et d’un poème en l’honneur de la délivrance de la Grèce, l’Helléniade[3], Taillandier sortit du lycée Charlemagne en 1836, avec le prix d’honneur de philosophie au grand concours[4]. Il obtint ensuite une licence en droit et une autre ès lettres[4], avant d’aller compléter ses études supérieures à l’université d'Heidelberg[2], où il entra en relation avec le philosophe Schelling[5]. Nommé, dès 1841, suppléant de littérature à l’université de Strasbourg[2], il obtint, deux ans plus tard, en 1843, son doctorat ès lettres, avec deux thèses : De Summa Providentia ; Scott Erigène et la philosophie scolastique[4], pour devenir, aussitôt après, suppléant[2], puis, en 1846[2], titulaire de la chaire de littérature française à la faculté des lettres de Montpellier[2]. Appelé à Paris, à la fin de 1863, pour suppléer Saint-Marc Girardin dans la chaire de poésie française à la Sorbonne[2], il fut nommé professeur d’éloquence française en 1868[2] après un cours remarqué sur Molière.

Au mois de janvier 1870, il est nommé secrétaire général du ministère de l’Instruction publique par le ministre Segris[2], puis ministre de l’Instruction publique par délégation à Bordeaux jusqu’en 1871. Devenu conseiller d’État en service ordinaire hors sections, et membre du Conseil supérieur de l’enseignement secondaire spécial, il est élu membre de l’Académie française en 1873 , en remplacement du P. Gratry[6].

Décoré de la Légion d’honneur en décembre 1850[2], connu pour avoir été un observateur attentif de la scène littéraire, non seulement en France, mais aussi en Allemagne et en Europe centrale, Saint-René Taillandier a été, à partir de 1843, un des plus assidus collaborateurs de la Revue des deux Mondes, à laquelle il a fourni diverses séries d’études d’histoire, de philosophie, de littérature française contemporaine et surtout sur l’Allemagne et les pays du Nord[2]. Il fut même sur le point de sacrifier son titre de professeur en Sorbonne à cette revue, lorsque, sous le Second Empire, il fut un moment menacé d’avoir à opter entre la collaboration qu’il lui apportait et sa chaire[4]. Le dernier qu’il ait écrit dans cette revue, paru quelques jours avant sa mort, est une étude sur Victor de Laprade[5]. Ses ouvrages d’histoire littéraire sont pour la plupart composés d’articles parus initialement dans la Revue des deux Mondes, où cet esprit vaste et souple avait mis à contribution presque toutes les littératures de l’Europe[4].

Ayant abandonné sa chaire depuis deux ans pour mettre en œuvre les nombreux matériaux qu’il avait accumulés[4], Saint-René, qui se plaignait, quelque temps avant sa mort, de douleurs dans la poitrine, succomba à une angine de poitrine, à six heures du soir, en rentrant chez lui, 20 rue Saint-Benoit, où son frère, l’abbé Henri Taillandier, curé de Saint-Augustin, qui l’attendait, put lui donner une dernière absolution[6]. Un autre de ses frères, Édouard Taillandier a écrit quelques brochures politiques ou économiques[2].

Notes et référencesModifier

  1. Pseudonyme créé à l’imitation de celui de Saint-Marc Girardin.
  2. a b c d e f g h i j k et l Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Paris, , 1888 p. (lire en ligne), p. 1721.
  3. Argus, « Chronique », La Semaine des familles : revue universelle illustrée,‎ , p. 783 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018).
  4. a b c d e et f « Nécrologie », Polybiblion : revue bibliographique universelle, E. de Boccard, t. 9e,‎ , p. 265-6 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018).
  5. a et b « L’Académie française vient de perdre un de ses membres », L’Union littéraire des poètes et des prosateurs,‎ , p. 66 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018).
  6. a et b Louis Lambert, « Mort de M. Saint-René Taillandier », Le Gaulois : littéraire et politique, no 3776,‎ 11e année, p. 1 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018).

Principaux ouvragesModifier

  • Béatrice, poème, (lire en ligne).
  • Scot Érigène. Thèse pour le doctorat, présentée à la Faculté des lettres de Paris, .
  • Histoire de la jeune Allemagne. Études littéraires, (lire en ligne).
  • Études sur la révolution en Allemagne, , 2 vol. (lire en ligne).
  • Allemagne et Russie, études historiques et littéraires, .
  • Le Poète du Caucase, Michel Lermontoff, .
  • Histoire et philosophie religieuse. Études et fragments, .
  • Littérature étrangère. Écrivains et poètes modernes, .
  • La Comtesse d'Albany, .
  • Maurice de Saxe. Étude historique, d'après les documents des Archives de Dresde, .
  • Pierre Corneille : étude historique, , 2 vol.
  • Tchèques et Magyars. Bohême et Hongrie. XVe – XIXe siècle, Didier, (lire en ligne).
  • Le général de Berthier, Montpellier, de Gras, , 7 p., in-8° (lire en ligne).
  • Drames et romans de la vie littéraire. La comtesse d'Ahlefeldt, Henri et Charlotte Stieglitz, Henri de Kleist, .
  • La Serbie. Kara-George et Milosch, .
  • Le Général Philippe de Ségur, sa vie et son temps, (lire en ligne).
  • Dix ans de l'histoire d'Allemagne. Origines du nouvel empire d'après la correspondance de Frédéric-Guillaume IV et du baron de Bunsen (1847-1857), .
  • Les Renégats de 89. Souvenirs du cours d'éloquence française à la Sorbonne, .
  • Le Roi Léopold et la Reine Victoria : écrits d'histoire contemporaine, , 2 vol..
  • Études littéraires. Un poète comique du temps de Molière : Boursault, sa vie et ses œuvres. La Renaissance de la poésie provençale, .

BibliographieModifier

  • Luc Fraisse, Les Fondements de l'histoire littéraire, de Saint-René Taillandier à Lanson, Genève-Paris, Champion, « Romantisme et modernités », 2002.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :