Ouvrir le menu principal

Saint-Porquier

commune française du département de Tarn-et-Garonne

Saint-Porquier
Saint-Porquier
Le bourg de Saint-Porquier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Beaumont-de-Lomagne
Intercommunalité Communauté de communes Terres des Confluences
Maire
Mandat
Xavier Prévedello
2015-2020
Code postal 82700
Code commune 82171
Démographie
Gentilé Saint-Porquiérains
Population
municipale
1 407 hab. (2016 en diminution de 0,21 % par rapport à 2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 20″ nord, 1° 10′ 41″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 101 m
Superficie 15,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative de Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Porquier

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Porquier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Porquier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Porquier

Saint-Porquier est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située en Bas-Montauban sur l'ancienne route nationale 113, entre Grisolles et Castelsarrasin.

Communes limitrophesModifier

Saint-Porquier est limitrophe de quatre autres communes.

 
Carte de la commune de Saint-Porquier et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Porquier[1]
Castelsarrasin La Ville-Dieu-du-Temple
 
Cordes-Tolosannes Escatalens

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le canal latéral à la Garonne, la Garonne et son affluent le Ruisseau de Rafié ainsi que le Ruisseau de Larone un affluent du Tarn.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 570 hectares ; son altitude varie de 73 à 101 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Accès par la SNCF en gare de Castelsarrasin, par l'autoroute A62 et les ancienne route nationale 113 et route nationale 123.

ToponymieModifier

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-Porquier[3].

Ses habitants sont appelés les Saint-Porquiérains[4].

HistoireModifier

Le village de Saint-Porquier était muré en 1359, quand, de concert avec les bourgeois d'Escatalens et les moines gardiens du château abbatial, Jean Ayméric, chef des routiers de Cordes, pilla les maisons bâties en dehors des fossés de la place[5].

Le , le village a été concerné par un violent orage, causant la fermeture du canal du Midi pendant près de deux semaines, sur 7 km entre Montech et Saint-Porquier.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[6],[7].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de la deuxième circonscription de Tarn-et-Garonne de la communauté de communes Terres des Confluences et du canton de Beaumont-de-Lomagne (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Porquier faisait partie du canton de Montech) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes des Terrasses et Plaines des deux cantons.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
Mairie de Saint-Porquier.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Alain Molinié PS  
mars 2014 janvier 2015 André Laborie    
14 février 2015 en cours Xavier Prévedello    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 1 407 habitants[Note 1], en diminution de 0,21 % par rapport à 2011 (Tarn-et-Garonne : +5,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 4971 4471 4221 4211 4301 4371 4611 439
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4081 3541 3781 2361 2241 1721 1891 1011 101
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1011 0519918442 3182 271902889894
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8808788778318971 0231 2711 4101 407
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 33 41 37 39 40 32 35 34
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

ÉconomieModifier

Viticulture : Lavilledieu (IGP).

EnseignementModifier

Saint-Porquier fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivitésModifier

Activités sportivesModifier

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclageModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église de Saint-Porquier.
  • L'église paroissiale Saint-Clair, inscrite au titre des monuments historiques[15].

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  5. Firmin Galabert, Désastres causés par la guerre de Cent Ans au pays de Verdun-sur-Garonne à la fin du XIVe siècle.
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/082/082023.html.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. Notice no PA00095886, base Mérimée, ministère français de la Culture