Saint-Pierre-des-Landes

commune française du département de la Mayenne

Saint-Pierre-des-Landes
Saint-Pierre-des-Landes
L'église du bourg de Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ernée
Maire
Mandat
Joannick Lebon
2020-2026
Code postal 53500
Code commune 53245
Démographie
Gentilé Pierrots-Landais
Population
municipale
915 hab. (2018 en diminution de 2,76 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 27″ nord, 1° 01′ 41″ ouest
Altitude Min. 113 m
Max. 219 m
Superficie 40,90 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ernée
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Landes
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Landes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Landes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Landes
Liens
Site web www.saint-pierre-des-landes.mairie53.fr

Saint-Pierre-des-Landes est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 915 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Bas-Maine.

GéographieModifier

Le Couesnon prend sa source sur le territoire de la commune.

Sur la butte qui culmine à 216, au sud immédiat du hameau de Chatenay, se trouve le tripoint entre les bassins de la Loire et de la Vilaine (golfe de Gascogne) et le Couesnon (Manche)[2].

Communes limitrophes de Saint-Pierre-des-Landes[3]
La Chapelle-Janson (35) (sur 200 mètres),
Luitré (35)
La Pellerine Larchamp,
Ernée
Luitré (35)   Ernée
Juvigné Juvigné Juvigné

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 869 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ernée », sur la commune d'Ernée, mise en service en 1996[10] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 847,7 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, dans le département d'Ille-et-Vilaine, mise en service en 1945 et à 56 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[14], à 12,1 °C pour 1981-2010[15], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[16].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Pierre-des-Landes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[17],[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (98,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (98,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49 %), prairies (48,1 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %), zones urbanisées (1,3 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

ToponymieModifier

Le gentilé est Pierrot-Landais.

HistoireModifier

Une épidémie d'angine diphtérique sévit en 1862-1863. Le fléau éclata à Luitré, puis dans les communes de Juvigné et de Saint-Pierre-des-Landes. L'épidémie tua d'abord deux cents personnes, et jeta tant de terreur que « la population entière de Saint-Pierredes-Landes se rendit processionnellement et pour la première fois de mémoire d'homme en pèlerinage à la chapelle de Charnay près d'Ernée ». Du canton de Chailland, la diphtérie se propagea à celui d'Andouillé, atteignit plus de trois cents malades. Le docteur Henri-Pierre Trideau s'employa à lutter contre cette épidémie.

C'est à la ferme du Domaine que se tint le quartier général de la Résistance du pays d'Ernée jusqu'au (Pierre Le Donné, Romain Gilles, René Justin, Georges Delhommel…)

La famille Rousseau (Michel et sa femme, Françoise Paris) a accueilli le Réseau de Pierre Le Donné, de nombreux réfractaires au STO après , puis de jeunes résistants actifs. Ils ont également accueilli pendant quelque temps des familles juives, ce qui leur a valu le titre de Justes parmi les nations en 2009. Ils avaient mis de leurs enfants en pension au collège Saint-Joseph d'Ernée afin de les protéger des risques de leurs activités patriotes.

Les combattants du réseau séjournèrent au « Domaine ». Michel Rousseau participait à des transports nocturnes d'armes parachutées. Le , il devait en remettre à ses camarades de la « Forêt-Noire », organisés en maquis voisin entre Larchamp et La Chapelle-Janson. La Milice rennaise s'empara du campement et Michel Rousseau échappa à la capture…

Lui et sa famille vécurent sous la menace des révélations que leurs camarades torturés pouvaient faire aux Allemands. Ceux-ci ne parlèrent pas, mais l'attente fut longue car les Américains piétinait en Normandie. Ils arrivèrent à Saint-Pierre-des-Landes le soir du .

Cette famille a fini la guerre ruinée par les accueils généreux qu'elle avait opérés tout au long de la guerre… Ce n'est qu'en 2009 que Yad Vashem leur a reconnu le titre de Justes parmi les nations.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
en cours en 1981 mars 2001[24] Pierre Trouvé    
mars 2001[25] mars 2014 Louis Gauffre SE  
mars 2014[26] mai 2020 Viviane Hameau SE Retraitée
mai 2020[27] En cours Joannick Lebon SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[27].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2018, la commune comptait 915 habitants[Note 6], en diminution de 2,76 % par rapport à 2013 (Mayenne : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,78 %). Saint-Pierre-des-Landes a compté jusqu'à 2012 habitants en 1866.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8561 5681 9631 8401 7911 8371 8371 9251 896
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9571 9732 0121 9631 9391 9911 9101 9421 901
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8301 8011 7061 5481 5481 5461 4251 4621 349
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3181 2321 0991 011979946964967969
2013 2018 - - - - - - -
941915-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église de Mégaudais.
  • Le château de Mégaudais, en bordure de la nationale 12. Parc du XIXe siècle.
  • Le château de Fontenailles, sur la départementale 158.
  • L'église du bourg de Saint-Pierre, reconstruite au XIXe siècle.
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Mégaudais.
  • La source du Couesnon.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Il fut un très grand résistant, participant à la cache de vols d’armes, à la fabrication de vraies fausses cartes d’identité, à l’évasion de résistants et de réfractaires au STO. Il cacha 13 enfants juifs au collège de l'Immaculée de Laval, comme Jean-Marie Houdoux et Sacha Distel. Ce dernier, né le 29 janvier 1933 à Paris, y était enregistré sous le nom d’Alexandre Ditel. Il avait comme correspondante madame Chaboche, à la Baconnière : c’est elle qui a élevé l’enfant. Il l’appelait « sa marraine ». Arrêté, interrogé par la Gestapo, Constant Dumaigné n’a jamais parlé, même sous la torture. Il fut déporté de Compiègne le 6 avril vers Mauthausen sous le matricule 62287, puis à Melk, Mauthausen, Dachau où il fut libéré le 29 avril 1945.[réf. nécessaire]
  • Auguste Trideau, prêtre originaire de la commune, capitaine pendant la Grande Guerre, résistant sur Ernée qui sauva des aviateurs alliés[réf. nécessaire].
  • Françoise Paris-Rousseau et Michel Rousseau, agriculteurs, résistants à la ferme du Domaine, Justes parmi les nations en 2009.
  • Pierre Le Donné, garagiste du Bas de Ville à Ernée, premier chef du réseau de Résistance qui installa son QG à la ferme du Domaine de Saint-Pierre-des-Landes de 1942 au .,Justes parmi les nations en 1997.
  • Eugène Plet, né en 1952, originaire de Saint-Pierre-des-Landes, coureur cycliste professionnel 1976 à 1981.

HéraldiqueModifier

  Blason
Écartelé en sautoir: au 1er d'azur au coq hardi d'or, barbé, crêté et membré de gueules, aux 2e et 3e d'argent à la branche de bruyère fleurie au naturel, au 4e d'azur au léopard d'or[33].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2018.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 483
  2. « Le tripoint » sur Géoportail..
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 juillet 2021)
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 17 juillet 2021)
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 17 juillet 2021)
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le 17 juillet 2021)
  10. « Station Météo-France Ernée - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 17 juillet 2021)
  11. « Orthodromie entre Saint-Pierre-des-Landes et Ernée », sur fr.distance.to (consulté le 17 juillet 2021).
  12. « Station Météo-France Ernée - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 17 juillet 2021).
  13. « Orthodromie entre Saint-Pierre-des-Landes et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le 17 juillet 2021).
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juillet 2021)
  15. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juillet 2021)
  16. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juillet 2021)
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 11 mai 2021)
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. « Commune par commune... », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2015).
  25. « Le maire Louis Gauffre ne se représentera pas en mars », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2015).
  26. « Viviane Hameau a été élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 avril 2014).
  27. a et b « Municipales. Joannick Lebon accède à la mairie de Saint-Pierre-des-Landes », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 janvier 2021).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Le site des villes du Pays de l'Ernée - Histoire : autres villes : St-Pierre-des-Landes » (consulté le 19 août 2010).
  33. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=17864

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :