Saint-Palais (Cher)

commune française du département du Cher

Saint-Palais
Saint-Palais (Cher)
Église de Saint-Palais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Terres du Haut Berry
Maire
Mandat
Aurélie-Elisabeth Chabenat
2020-2026
Code postal 18110
Code commune 18229
Démographie
Population
municipale
611 hab. (2019 en diminution de 3,17 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 00″ nord, 2° 25′ 15″ est
Altitude Min. 164 m
Max. 310 m
Superficie 26,12 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Martin-d'Auxigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Palais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Palais
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Saint-Palais
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Palais

Saint-Palais est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

Le territoire communal est arrosé par le ruisseau de Saint-Palais.

Cette commune est située à environ 3 kilomètres (au nord) de Saint-Martin d'Auxigny, 15 kilomètres (au nord) de Bourges et une centaine de kilomètres (au sud) d'Orléans.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Palais est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (26,1 %), terres arables (23 %), prairies (19,8 %), cultures permanentes (12,6 %), zones agricoles hétérogènes (12,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,1 %), eaux continentales[Note 3] (2,2 %), mines, décharges et chantiers (1,2 %)[6].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeursModifier

Le territoire de la commune de Saint-Palais est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et le risque industriel[7]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[8].

Risques naturelsModifier

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Saint-Palais.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[9]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 97,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (90 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 324 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 305 sont en en aléa moyen ou fort, soit 94 %, à comparer aux 83 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[10],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 2018 et 2019 et par des mouvements de terrain en 1999[7].

Risques technologiquesModifier

La commune est exposée au risque industriel du fait de la présence sur son territoire d'une entreprise soumise à la directive européenne SEVESO[11].

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[12].

Centre du cercle inscritModifier

Sur la commune se trouve le centre du plus grand cercle entièrement inclus dans le territoire de France continentale, le cercle inscrit. Ce point, près du lieu-dit les Combles, est à 291,3 km des trois points « rentrants » du territoire suivants :

Ce point est l'endroit de France continentale situé le plus loin de la frontière la plus proche.

LocalisationModifier

  Méry-ès-Bois Achères  
N
O    Saint-Palais    E
S
Allogny Saint-Martin-d'Auxigny Quantilly

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Paladius au XIIIe siècle et en 1327[13].

HistoireModifier

Au Moyen Âge, le château est libéré en 1149 par la milice de la commune de Bourges alors qu’il était occupé par Renaud de Graçay[14].

HéraldiqueModifier

  Blason
D'argent à trois chevrons de gueules au chef du même
Détails
adoptées le 30 septembre 1987 par le conseil municipal

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1813 Sylvain Gadoin    
1813 1816 François Bandin    
1816 1837 Sylvain Gadoin    
1837 1840 Pierre Lecompte    
1840 1846 Pierre Sennedot    
1846 1848 François Chameron    
1848 1857 Etienne Leprat    
1857 1865 François Chameron    
1865 1871 Charles Chameron    
1871 1876 Eugène Benoit    
1876 1878 Jacques Blais    
1878 1897 Eugène Debeaune    
1897 1903 Victor Lecompte    
1903 1904 Jean Auclin    
1904 1909 Alphonse Sennedat    
1909 1919 Jules Vilpellée    
1919 1924 Léon Lagrange    
1924 1934 Jules Vilpellée    
1934 1962 Pierre Desmoulières    
1962 1977 Roger Debeaune    
1977 mars 2001 Jean-Paul Fuscien    
mars 2001 mai 2020 Bernard Ozon[15]   Retraité d'une entreprise publique
mai 2020 En cours Aurélie-Elisabeth Chabenat[15],[16]   Cadre administrative et commerciale d'entreprise

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2019, la commune comptait 611 habitants[Note 4], en diminution de 3,17 % par rapport à 2013 (Cher : −3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
521614705705812800851925964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0301 1011 1951 1721 0151 0111 002926928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
870870810656594603598581544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
561536486587602609617631624
2014 2019 - - - - - - -
636611-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Saint-Palais », sur Géorisques (consulté le )
  8. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  9. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  10. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  11. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque industriel.
  12. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  13. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3 - page 1568 - (ISBN 2600028846).
  14. André Chédeville, « Le mouvement communal en France aux XIe et XIIe siècles, ses éléments constitutifs et ses relations avec le pouvoir royal » in Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (directeurs), Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (XIIe – XVIIIe siècles) : Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély les 24-25 septembre 1999, publiés par la Société des antiquaires de l'Ouest in Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest et des Musées de Poitiers, 5e série, tome VIII (2002), à Poitiers. (ISBN 2-9519441-0-1), p. 15.
  15. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. « http://chsprod.hypotheses.org/yvan-craipeau-andre-essel » (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :