Ouvrir le menu principal

Saint-Maurice-Montcouronne

commune française du département de l'Essonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.

Saint-Maurice-Montcouronne
Saint-Maurice-Montcouronne
L’hôtel de ville.
Blason de Saint-Maurice-Montcouronne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Dourdan
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Limours
Maire
Mandat
William Berrichillo
2017-2020
Code postal 91530
Code commune 91568
Démographie
Gentilé Saint-Mauriciens
Population
municipale
1 573 hab. (2016 en diminution de 3,26 % par rapport à 2011)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 53″ nord, 2° 07′ 27″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 157 m
Superficie 9,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Maurice-Montcouronne

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Maurice-Montcouronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-Montcouronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-Montcouronne
Liens
Site web mairie-saint-maurice-montcouronne.fr

Saint-Maurice-Montcouronne (prononcé [sɛ̃ moʁisǝ mɔ̃kuʁɔn] Écouter) est une commune française située à trente-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Mauriciens[1].

GéographieModifier

SituationModifier

Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 7,6 % 68,78
Espace urbain non construit 3,6 % 32,56
Espace rural 88,9 % 808,91
Source : Iaurif-MOS 2008[2]

Saint-Maurice-Montcouronne est située à trente-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[3], point zéro des routes de France, vingt-quatre kilomètres au sud-ouest d'Évry[4], dix-sept kilomètres au nord-ouest d'Étampes[5], neuf kilomètres à l'ouest d'Arpajon[6], dix kilomètres au nord-est de Dourdan[7], treize kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[8], dix-sept kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[9], vingt kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], vingt-six kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[11], trente-deux kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[12].

HydrographieModifier

La commune est traversée par la rivière la Rémarde et le ruisseau de Prédecelle à l'est de la commune y a son point de confluence.

Relief et géologieModifier

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Saint-Maurice-Montcouronne est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique atténué, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le . La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. Toutefois, située à proximité du centre urbain et sans présence de vastes espaces de culture, l'ensoleillement de la commune s'établit à 1 798 heures annuellement, comme sur l'ensemble du nord du département. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Saint-Maurice-Montcouronne.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[13],[14].


Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par la ligne 06 de la société de transport Transdev Rambouillet.

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

ToponymieModifier

Montcouronne sur la commune de Saint Maurice-Montcouronne est aussi une hauteur, « le Mont de Couronne », peut-être dénudé, suffisamment solitaire, en tout cas, pour avoir été le siège d'un ermitage[15].

La commune est instituée en 1793, pendant la Révolution française, sous le nom de Saint-Maurice, la mention Montcouronne est ajoutée en 1937[16].

HistoireModifier

Le nom de Saint-Maurice s’est enraciné sur un « Mont couronné », butte sur laquelle fut sans doute implanté un établissement religieux dédié au culte de Saint-Maurice, martyrisé en 286 avec sa légion à Agaune (Suisse). Pendant la Révolution, le nom jugé trop clérical, est remplacé par celui de Montgraviers[17]. Le village retrouve le nom de Saint-Maurice au XIXe s. mais ce n’est qu’en 1937 qu’on lui accole de nouveau le vocable de Montcouronne.

Des vestiges de forges et d’ateliers métallurgiques importants, d’époque médiévale, et de fours de potiers, remontant au IXe s., ont été retrouvés près de la Rémarde.

La première seigneurie, celle des Saint-Germain, apparaît dans les textes en 1282. Saint-Maurice relevait de la châtellenie de Montlhéry et possédait les droits de haute, moyenne et basse justice et de tabellionage. La justice était rendue dans une maison sise au no 1 de la rue Bourguignette surnommée "l’audience", qui abritait également la prison et le cabinet du tabellion (notaire).

Politique et administrationModifier

 
Position de Saint-Maurice-Montcouronne en Essonne.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[18], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis la mise en place du département à son arrondissement d'Etampes[16], mais a été rattachée le à l'arrondissement de Palaiseau afin d'adapter les limites des arrondissements à la structuration des intercommunalités du département[19].

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la troisième circonscription de l'Essonne.

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Dourdan-Nord de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du département de l'Essonne, elle intègre le canton de Saint-Chéron[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune rejoint le canton de Dourdan.

IntercommunalitéModifier

La commune a rejoint fin 2002 la communauté de communes du pays de Limours.

Tendances et résultats politiquesModifier

Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours :


Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :


Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :


Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :


Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours :


Élections municipales

Résultats des deuxièmes tours :


Référendums 

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[36].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1983 Jacques Bourges    
1983 1995 Marie-Christine Du Luart    
1995 juin 2011[37] Jean Bonnemaison DVD Retraité
Démissionnaire
septembre 2011[38] décembre 2017[39],[40] Serge Zumello DVD Démissionnaire
décembre 2017[41] En cours
(au 17 décembre 2017)
William Berrichillo SE Cadre dirigeant d'entreprise

JumelagesModifier

La commune de Saint-Maurice-Montcouronne n'a développé aucune association de jumelage[Quand ?].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2016, la commune comptait 1 573 habitants[Note 1], en diminution de 3,26 % par rapport à 2011 (Essonne : +5,07 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422410389397361358320352345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304310342342355338321291328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340333325278304297280224251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2733207159171 2791 3601 5491 5771 604
2013 2016 - - - - - - -
1 5961 573-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Pyramide des âges en 2009
Pyramide des âges à Saint-Maurice-Montcouronne en 2009 en pourcentages[45].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,1 
1,8 
75 à 89 ans
3,6 
10,9 
60 à 74 ans
10,8 
24,0 
45 à 59 ans
23,0 
21,9 
30 à 44 ans
25,7 
16,8 
15 à 29 ans
13,9 
24,6 
0 à 14 ans
23,0 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[46].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

EnseignementModifier

Les élèves de Saint-Maurice-Montcouronne sont rattachés à l'académie de Versailles.

En 2010, elle dispose de l'école primaire Simone Soumier[47].

SportsModifier

Pour les randonneurs, la commune est traversée par le GR de Pays du Hurepoix, qui relie la vallée de la Bièvre, à celle de l'Essonne, via l'Yvette, l'Orge, et la Juine[48].

Lieux de culteModifier

 
L'église Saint-Maurice.

La paroisse catholique de Saint-Maurice-Montcouronne est rattachée au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Maurice[49].

MédiasModifier

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

ÉconomieModifier

Emplois, revenus et niveau de vieModifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 27 085 €, ce qui plaçait la commune au 212e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au dix-neuvième rang départemental[50].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Saint-Maurice-Montcouronne - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Saint-Maurice-Montcouronne - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[51],[52],[53]

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Les berges de la Rémarde, la pelouse calcicole et les bois qui entourent le village ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[54].

  • L’église Saint-Maurice
Le plus ancien bâtiment de la commune. L’église, dont la nef date du XIIe s., présente un plan rectangulaire à nef unique, fermé par un chevet plat; elle fut dévastée puis remaniée à plusieurs reprises.
Les murs de la nef, sont dotés de contreforts extérieurs pour supporter la voûte d’ogive. Les ouvertures de la nef sont étroites et couvertes d’un arc brisé, par contre celles du chœur, sont de style gothique flamboyant et appartiennent aux travaux de 1485. La cloche, qui est la plus ancienne de la CCPL, porte l’inscription "Je fus faite pour ton église l’an 1485 au nom de Saint Maurice". Le clocher à contreforts et baies géminées est couvert d’un toit en bâtière.
Le chœur abrite un ensemble de boiseries en chêne de 1770 et le retable du maître-autel est orné d’une Crucifixion de 1680. Ils ont échappé à l’installation pendant la Révolution d’une société de lessivage de terres salpêtrées qui causa de grands dommages à l’église.
Dans les années 1890, Madame Eudoxie Dervillé contribue à la mise en valeur de l’édifice en offrant un vitrail de St Maurice à cheval, le pavage en marbre du chœur, et en se faisant édifier un somptueux tombeau en marbre de Carrare à l’imitation de ceux du Moyen Âge.
  • Maison dEudoxie Dervillé
Située 8 rue de la Fontaine au Saule. Édifiée à la fin du XIXe s., la maison modeste au départ s’agrandit rapidement d’une aile en équerre, précédée d’une terrasse. L’architecture est tout à fait classique mais la façade sur jardin présente un décor très intéressant associant décoration de style néogothique, fresques représentant un homme et une femme du Moyen Âge et frise de céramique à décors végétaux entrelacés. La porte d’entrée est soulignée de voussures avec décor en feuilles de choux et pinacles.
Une tourelle hors-œuvre abrite l’escalier et est éclairée par une fenêtre surmontée d’un dais de style gothique flamboyant.
Dans le jardin, deux surprises : une source insérée dans une rocaille et une chapelle coiffée d’un clocheton.
  • Maison à la Belle-Étoile
Autre maison à ne pas manquer. De plan carré, le bâtiment s’enorgueillit d’une grande abside semi-circulaire avec bandeau d’étage. Particularité, l’inscription placée au centre de l’abside "l’an III Macrouteil/Bastie par Brustelle en 1795".
  • Le lavoir communal
Financé, en souvenir de sa mère, par Stéphane Dervillé, président du conseil d’administration de la compagnie des chemins de fer PLM et gérant de la Banque de France.
Construit vers 1900, durant le mandat du maire Maxime Duhamel, il est alimenté par la Fontaine des Saules. Cet édifice de plan carré, à la particularité d’être un lavoir fermé. Il est éclairé côté rue par des arcades en plein cintre fermées par des huisseries métalliques et sur les autres côtés par des petites fenêtres.
Son toit en pavillon, s’orne à l’angle sud-ouest d’une grenouille jouant de la mandoline, juchée sur un pilier. Est-ce pour comparer, avec humour, les chants des lavandières aux croassements de l’animal ? :Quatre autres grenouilles de céramique associées à des motifs végétaux sont perchées au faîte des murs latéraux.
Des maximes moralisatrices, en lettres gothiques peintes, font le tour du lavoir rappelant que "Avenandise (politesse) et netteté (propreté) valent mieux que gaste (ravageuse) beauté" ou encore "Ne geignez pas sur vos maris, tous les linges sales ne se lavent pas ici" et même pour inciter les blanchisseuses à plus d’efficacité "Le battoir besogne mieux que la langue".
  • Pont lieutenant Conty (anciennement pont de la folleville)
Ce pont de sept arches semble un peu disproportionné par rapport au flux de la Rémarde. Mais au XVIIe s., lors de sa construction le ruisseau présentait un cours beaucoup plus imposant. Le Président de Lamoignon et ses nombreux visiteurs pouvaient ainsi rejoindre le château de Baville sans problème.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, lors de la bataille de France, neuf soldats du 3e régiment de zouaves périrent en ce jour[Quand ?] pour retarder l’avancée des troupes allemandes, une action héroïque qui a retardé l’avance des forces écrasantes d’un ennemi mieux armé et plus nombreux avec de faibles moyens. Ils ne cessèrent le combat que faute de munitions, près de 4 heures après le début du combat. Grâce à ce sacrifice héroïque, des milliers de soldats purent ainsi échapper à la capture[réf. nécessaire].
Une cérémonie émouvante pour le 73e anniversaire de cette bataille  fut célébrée en présence du fils du lieutenant Conty qui commandait à l’époque le 3e régiment de zouaves.

Personnalités liées à la communeModifier

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Saint-Maurice-Montcouronne :

HéraldiqueModifier


Les armes de Saint-Maurice-Montcouronne se blasonnent : Écartelé : au un, d'or à une roue de moulin de gueules ; au deux, d'azur à un mont de six coupeaux d'or surmonté de douze besants du même ordonnés en couronne ; au trois, d'azur au glaive et à la balance de justice posés en croix latine, le tout d'or ; au quatre, d'or à une poterie de gueules ; au chef de gueules chargé d'une croix tréflée d'or[55].

Les grandes armes ajoutent : une couronne murale d'or maçonnée de sable ; soutien : à dextre trois épis de blé d’or et à senestre une branche de sinople fruitée de gueules, les tiges passées en sautoir en pointe et nouées de gueules.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  2. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  3. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  4. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  5. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  6. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  7. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  8. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  9. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  10. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  11. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  12. Orthodromie entre Saint-Maurice-Montcouronne sur le site lion1906.com Consulté le 21/11/2012.
  13. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  14. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  15. Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  16. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. D'après cette page > 1793 - an XIII NMD> vue 23, page de droite.
  18. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  19. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de l'Essonne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 4-9 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  20. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  21. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  22. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  23. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  24. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  25. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  26. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  27. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  28. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  29. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 13/04/2010.
  30. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  31. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  32. « Essonne (91) - Saint-Maurice-Montcouronne », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, Ministère de l'intérieur (consulté le 11 décembre 2017).
  33. « Essonne : trois communes ont élu leur nouveau maire ce dimanche », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2017).
  34. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 23/08/2009.
  35. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/08/2009.
  36. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 09/06/2009.
  37. « Le premier adjoint nommé maire par intérim », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2017) « A 76 ans, l'élu a claqué la porte du dernier conseil municipal, le 28 juin. Un coup de tête? « Ça fait longtemps que je disais que j'allais partir. Après onze ans de loyaux services, j'en avais assez de porter la mairie à bout de bras », explique l'intéressé. (...) Ce jour-là, le maire est mis en minorité par ses conseillers ».
  38. « Le premier adjoint élu maire », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2017).
  39. « Saint-Maurice-Montcouronne : le maire Serge Zumello démissionne », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2017).
  40. Nolwenn Cosson, « Deux membres de la majorité briguent la mairie de Saint-Maurice-Montcouronne : À la suite de la démission du maire Serge Zumello, en octobre dernier, de nouvelles élections municipales sont organisées ce dimanche dans la commune », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2017).
  41. « Saint-Maurice-Montcouronne : William Berrichillo élu maire », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ « C’est bien William Berrichillo (SE), qui a été élu vendredi soir maire de Saint-Maurice-Montcouronne (1 584 habitants) par 15 voix contre 4 en conseil municipal ».
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  45. Pyramide des âges à Saint-Maurice-Montcouronne en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 07/08/2012.
  46. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  47. [PDF]Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  48. GR de Pays du Hurepoix
  49. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 02/12/2009.
  50. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  51. « %5CCOM%5CDL_COM91568.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 10/06/2010.
  52. « %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 20/05/2010.
  53. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  54. Carte des ENS de Saint-Maurice-Montcouronne sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 14/02/2013.
  55. « Bulletin municipal n°49 sur le site officiel de la commune. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 22/11/2012.