Ouvrir le menu principal

Saint-Martin-du-Bois (Maine-et-Loire)

ancienne commune française du département de Maine-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-du-Bois
Saint-Martin-du-Bois (Maine-et-Loire)
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Segré
Commune Segré-en-Anjou Bleu
Statut Commune déléguée
Maire délégué André Bellier
2016-2020
Code postal 49500
Code commune 49305
Démographie
Gentilé Boscovien
Population 963 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 24″ nord, 0° 44′ 27″ ouest
Altitude 62 m
Min. 17 m
Max. 83 m
Superficie 21,73 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2016
Commune(s) d’intégration Segré-en-Anjou Bleu
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Martin-du-Bois

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Martin-du-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Martin-du-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Martin-du-Bois

Saint-Martin-du-Bois est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Elle est depuis le [1] intégrée à la nouvelle commune de Segré-en-Anjou Bleu.

GéographieModifier

Commune angevine du Segréen, Saint-Martin-du-Bois se situe à l'est d'Aviré, sur les routes D 216, Andigné, et D 78, Aviré / Chambellay[2].

Son territoire se trouve sur l'unité paysagère du Plateau du Segréen[3].

La rivière l'Oudon marque sa limite sud-ouest.

HistoireModifier

Le village s'est développé autour de son église, le long des routes de Chambellay et de Montreuil-sur-Maine. Les maisons actuelles les plus anciennes datent des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, mais la première église du village fut construite au XIe siècle.

À la Révolution, Saint-Martin-du-Bois fut instituée chef-lieu de canton. Celui-ci comprenait les communes Chambellay, La Jaille-Yvon, Louvaines, Montguillon et Saint-Martin-du-Bois, rejointes en 1791 par Aviré et Saint-Sauveur-de-Flée. En 1801, ce canton disparait, et la commune fait partie depuis du canton de Segré[4].

Jusqu'en 1985, une carrière de granite était exploitée près du château de Danne.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Administration actuelleModifier

Depuis le Saint-Martin-du-Bois constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou Bleu et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2016 en cours André Bellier[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienneModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[6] (?) François Bellier    
mars 2001 décembre 2016 André Bellier[7] SE Agriculteur retraité[8]
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrativeModifier

La commune était membre de la communauté de communes du Canton de Segré[9], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen, jusqu'à son intégration dans Segré-en-Anjou Bleu.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 963 habitants, en augmentation de 11,72 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0551 0041 0501 0801 0511 0931 0621 0781 104
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0831 1151 1441 0591 0681 0291 0481 0461 045
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0301 031960852817807782787815
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
786766670691671684771896963
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (49,8 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,6 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 15,9 %, plus de 60 ans = 20,1 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 11,1 %, plus de 60 ans = 28,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Martin-du-Bois en 2008 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
3,3 
9,9 
75 à 89 ans
12,8 
9,4 
60 à 74 ans
12,7 
15,9 
45 à 59 ans
11,1 
22,4 
30 à 44 ans
22,0 
15,1 
15 à 29 ans
15,8 
26,6 
0 à 14 ans
22,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

ÉconomieModifier

Sur 79 établissements présents sur la commune à fin 2010, 43 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 4 % du secteur de l'industrie, 4 % du secteur de la construction, 41 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[16].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Château du PercherModifier

Article détaillé : Château du Percher.

Situé à mi-chemin entre le bourg et la Mayenne, le château du Percher est composé d'un bâtiment principal en équerre, construit entre 1495 et 1515 à l'emplacement d'un château plus ancien, par Pierre et Guillaume de Tinténiac. Ses façades lui ont valu un classement au titre des Monuments Historique dès 1922, suivies par sa toiture et sa chapelle[17]. Il appartient à la même famille depuis 1752[18].
47° 42′ 42″ N, 0° 42′ 17″ O

Château de DanneModifier

Article détaillé : Château de Danne.

Le château de Danne a été construit en 1826 sur les plans de l'architecte Leblond pour les bâtiments et sur ceux de J. Chevalier pour les jardins. Il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1980.
Selon Célestin Port, il succède à un manoir plus ancien, situé près de l'actuel colombier. Il fut rasé au XVIIe siècle, remplacé par une demeure plus grande. Il ne reste plus de cette seconde époque de construction que le colombier[19].
47° 41′ 37″ N, 0° 45′ 13″ O

Autres monumentsModifier

  • Le bourg de Saint-Martin présente des maisons des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.
  • L'église Saint-Martin-de-Tours date quant à elle de 1878, à la place d'un précédent édifice détruit en 1875, dont la construction s'échelonna du XIe au XVe siècle et dont subsiste le clocher du XIVe siècle[20]. Le presbytère a conservé des parties plus anciennes, peut-être du XVe siècle, repris plus tard aux XVIIe et XVIIIe siècles[21].
  • La demeure Saint-Nicolas, du XVe ou du XVIe siècle, fut remanié au XVIIIe[22].
  • Le château de la Lizière fut construit au XIXe siècle, à l'emplacement d'un manoir du XVe[23].
  • Le manoir du Ponceau date du XVe ou XVIe siècle, et a été remanié au XXe[24].
  • Le manoir de la Chartenay a été construit dans le deuxième quart du XVIe siècle par la famille Richaudeau. Il possède une chapelle Sainte-Croix datée de 1539. C'est aujourd'hui une ferme d'élevage bovin[25].
  • Le logis du Coudray est un manoir des XVe et XVIe siècles, remanié les siècles suivants. La chapelle pourrait être plus ancienne. Le logis comprend une tourelle d'encorbellement et un campanile[26].

Personnalités liées à la communeModifier

  • René Goupil[4] (1608-1642) : né à Saint-Martin-du-Bois, missionnaire français et premier martyr nord-américain de l'Église catholique.
  • Docteur Théodore Fougeray, né le 14 décembre 1811 à Angers et mort le 21 octobre 1894 à Saint-Martin-du-Bois, à l'âge de 83 ans. Bienfaiteur de la commune qui finança la fontaine qui apportait l'eau aux habitants du village. La pompe est toujours sur la place de l'église qui porte son nom. Théodore est le 9e d'une famille de 10 enfants. Père : Aimé Fougeray (né le 8 juin 1777 à Chanzeaux, décédé le 28 avril 1863 à l'âge de 85 ans), Capitaine de l'armée royale, chevalier de Saint Louis, maire de Chanzeaux (49). Théodore Fougeray, son épouse (Sophie Chotard) et son frère Casimir Fougeray ont été inhumés dans le cimetière de la commune.
  • Jean Arthuis, homme politique, y est né le 7 octobre 1944.
  • Charles Baussan[4] (1860-1955), écrivain.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. a et b « Arrêté no DRCL-BCL-2016-126 en date du 28 septembre 2016 », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 67,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Martin-du-Bois (49), consulté le 24 octobre 2012.
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 158 — Données consultables sur WikiAnjou.
  4. a b et c Présentation de la commune de Saint-Martin-du-Bois, Notice no IA49001946, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Conseil municipal », sur Mairie de Segré-en-Anjou Bleu (consulté le 1er septembre 2019).
  6. Journal officiel de la République française, 15 avril 1981.
  7. Ouest-France, André Bellier, réélu dans une ambiance sereine, article du 2 avril 2014.
  8. Saint-Martin-du-Bois sur Le Monde, consulté le 9 novembre 2016.
  9. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Segré (244900593), consulté le 17 septembre 2013.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Évolution et structure de la population à Saint-Martin-du-Bois en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 septembre 2012).
  15. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 21 septembre 2012)
  16. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Martin-du-Bois (49), consultées le 20 mai 2013.
  17. Notice no IA49001962, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Château du Percher sur le site du ministère de la Culture.
  19. Notice no IA49001963, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no IA49001948, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Notice no IA49001951, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no IA49001952, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Notice no IA49001964, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no IA49001961, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Notice no IA49001966, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Notice no IA49001965, base Mérimée, ministère français de la Culture.