Saint-Loup-Terrier

commune française du département des Ardennes

Saint-Loup-Terrier
Saint-Loup-Terrier
La mairie.
Blason de Saint-Loup-Terrier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Intercommunalité Communauté de communes des crêtes préardennaises
Maire
Mandat
Christian Belloy
2020-2026
Code postal 08130
Code commune 08387
Démographie
Population
municipale
180 hab. (2018 en augmentation de 5,88 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 37″ nord, 4° 37′ 01″ est
Superficie 15,3 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Attigny
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Loup-Terrier
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Saint-Loup-Terrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Loup-Terrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Loup-Terrier

Saint-Loup-Terrier est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

GéographieModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Loup-Terrier est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,6 %), prairies (37,7 %), forêts (16,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

La commune de Saint-Loup-Terrier est née de la fusion, en 1828, des deux communes de Saint-Loup-aux-Bois et de Terrier.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1879 Collet[8]    
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Poulain    
mars 2008 En cours
(au 24 mai 2020)
Christian Belloy[9],[10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
LR[11] Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 180 habitants[Note 3], en augmentation de 5,88 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290311302334594539635640659
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
582529517507509503490421396
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
369307278265261220223218203
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018
166156167154160161162170180
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Loup, classée parmi les monuments historiques en 1984[16], possède notamment des fresques et une belle voûte lambrissée du XVIe siècle (inaccessible au visiteur), et de belles boiseries du XVIIIe siècle dans la sacristie.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Loup-Terrier se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix d’argent chargée, en pointe, d’une molette d’éperon de sable, cantonnée en chef de deux fleurs de lys d’or à l’écusson d’azur, brochant en cœur, à la colombe fondante d’argent tenant la sainte ampoule de gueules [19].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Almanach Matot-Braine, Reims, 1879, p292.
  9. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  11. http://www.herve-mariton.fr/elus-signataires/
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Église Saint-Loup », notice no PA00078501, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie Ardennaise ou histoire des Ardennais, Paris, 1830, vol.1, p. 143 [1]
  18. Marie-Catherine-Zélie de Romance, née à Sery, mariée à l'église de Saint-Loup-aux-Bois, le 26 juillet 1723, et par contrat reçu au château de Terrier, à Charles de Monfrabeuf, chevalier, lieutenant au régiment de la Reine-Dragons, de la paroisse de Templeux-la-Fosse, à qui elle apporta les seigneuries de Thénorgues et de La Malmaison. (cf: La famille des Portes, dans Revue historique ardennaise, Paris : Alphonse Picard & fils, t.13, 1906, p. 31)
  19. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=12297

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Histoire de Saint-Loup-Terrier (Ardennes), composée et imprimée par l'abbé L. Alexandre, curé de la paroisse, Saint-Loup-Terrier, 1894 — In-8°, cartonné par l'auteur, orné de vues de la mairie, de l'église et des châteaux de Saint-Loup et de Terrier. Tiré à 300 exemplaires.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier