Saint-Liboire

municipalité du Québec (Canada)

Saint-Liboire
Saint-Liboire
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Les Maskoutains
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Claude Vadnais
2017-2021
Constitution 1856
Démographie
Gentilé Liboirois, Liboiroise
Population 3 062 hab. ()
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 00″ nord, 72° 46′ 00″ ouest
Superficie 7 520 ha = 75,2 km2
Divers
Code géographique 2454072
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Liboire
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Liboire
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Liboire
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Liboire
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Liboire (aussi accepté: St-Liboire, anciennement: Saint-Liboire-de-Bagot[1]) est une municipalité du Québec située dans la MRC des Maskoutains en Montérégie[2].

ToponymieModifier

Bien que le nom puisse faire référence à Liboire du Mans, il « honore le souvenir de l'abbé Liboire-Henri Girouard (1798-1876), curé de Saint-Hugues (1830-1834), de Marieville (1834-1852) et de Saint-Simon-de-Bagot (1852-1876), qui participe activement à la fondation de la paroisse »[3].

GéographieModifier

 
Dans la MRC : Les Maskoutains.

Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

 
Inondation à Saint-Liboire (1947)

Avant la fondation de Saint-Liboire, le territoire actuel du village est inclus dans la seigneurie de Ramezay accordée à Claude de Ramezay vers 1710.

Le village est fondé en 1857 dans le but d'offrir de nouvelles terres agricoles à défricher et à exploiter aux colons catholiques issus de la région de Saint-Hyacinthe.

Il devient le chef-lieu du Comté de Bagot, ce qui en fait le village où les assemblées politiques du comté ont lieu.

De plus, deux instances judiciaires ont subsisté parallèlement pendant la décennie 1870 à Saint-Liboire. Ces instances sont la Cour de Circuit et la Cour de Magistrat pour le comté de Bagot.

Au fil des années, le village est peuplé de gens se disant "nationalistes canadiens français" dans les premières décennies du vingtième siècle à travers les écrits d'intellectuels canadiens français comme Henri Bourassa.

Puis, ils deviendront, entre les années 1930 et 1960, "autonomistes et anti-communistes" sous l'influence de Maurice Duplessis, alors à la tête du gouvernement de la province de Québec.

Ils resteront d'ailleurs fidèles à l'Union nationale même après la mort du chef charismatique et malgré certaines irrégularités dans le déroulement de la campagne électorale de 1960 dans le comté de Bagot envers le candidat libéral.

Le village s'est ensuite majoritairement identifié aux référendums de 1980 et de 1995 en faveur de l'indépendance du Québec.

En 2020, la fête de la famille a été annulée à cause de la pandémie du COVID-19.

DémographieModifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
2 2872 5942 8292 8953 0513 062

Langue maternelle (2016)

Langue Population Pct (%)
Français 3000 98,85 %
Anglais 15 0,49 %
Autres langues 20 0,66 %

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers.[6]

Saint-Liboire
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 Martine Gagné Voir
2005 Sylvain Gauvreau Voir
2009 Denis Chabot Voir
2013 Voir
2017 Claude Vadnais Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Suggestion de lectureModifier

Les historiens seront intéressés par la lecture du livre Centenaire de Saint-Liboire, 20- : album-souvenir, 1857-1957 de Dollard Boucher et Armand Laliberté. Le livre est disponible à la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.

Le livre fait une synthèse de l'histoire du village, du fonctionnement de son système scolaire, municipal et de comté. Par le biais de publicités d'époque, il est facile de connaître certains services et métiers présents dans le village en 1957.

L'ouvrage n'est pas entièrement neutre puisque les auteurs se permettent des jugements de valeurs typiques de l'époque (Voir la Grande Noirceur) et se fondent parfois sur certains récits oraux de villageois.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier