Saint-Laurent-des-Mortiers

ancienne commune française du département de la Mayenne

Saint-Laurent-des-Mortiers
Saint-Laurent-des-Mortiers
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Château-Gontier
Statut Commune déléguée
Maire délégué Agnès Taunais
Code postal 53290
Code commune 53231
Démographie
Gentilé Laurentais
Population 179 hab. (2017)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 19″ nord, 0° 32′ 50″ ouest
Altitude Min. 41 m
Max. 82 m
Superficie 10,06 km2
Élections
Départementales Azé
Historique
Date de fusion 2019
Commune(s) d'intégration Bierné-les-Villages
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 15.svg
Saint-Laurent-des-Mortiers
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 15.svg
Saint-Laurent-des-Mortiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Laurent-des-Mortiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Laurent-des-Mortiers

Saint-Laurent-des-Mortiers est une commune déléguée française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 179 habitants[Note 1].

Depuis le , Saint-Laurent-des-Mortiers est intégré dans la commune nouvelle de Bierné-les-Villages née de la fusion avec Argenton-Notre-Dame, Bierné et Saint-Michel-de-Feins[1].

La commune fait partie de la province historique de l'Anjou (Haut-Anjou)[2].

GéographieModifier

La commune est située dans le Sud-Mayenne.

ToponymieModifier

Le cartulaire du Geneteil de 1120 évoque déjà le nom de Capellanus Sancti Laurentii de Morteriis ; le nom changera peu ensuite. Sous la Révolution, « Saint-Laurent » disparaît : la commune porte uniquement le nom des Mortiers en 1794[3].

« Saint-Laurent » est le vocable de l'église, d'après Laurent de Rome, un des premiers martyrs chrétiens du IIIe siècle ; ce nom signe souvent une église ancienne du haut Moyen Âge. Pour « Mortiers », deux hypothèses sont évoquées : l'importance du lieu, cour royale attestée en 1283, avec présence d'un président à mortier jamais attestée ; l'autre signification est la boue en raison des marais et étangs autour de la forteresse sur le ruisseau de Savesnière.

HistoireModifier

La commune faisait partie de la sénéchaussée angevine de Château-Gontier dépendante de la sénéchaussée principale d'Angers depuis le Moyen Âge jusqu'à la Révolution française.

Dès 1307, elle est identifiée sous le nom de Saint Laurentz des Mortiers dans le chartrier de la Roé. En 1283 elle est dotée d'une cour royale, deuxième cour de l’Anjou avec Angers à laquelle sont rattachés des notaires de Château-Gontier, Bazouges, Saint-Denis-d'Anjou, Craon, Pommerieux, Saint-Gault, Quelaines, Villiers, Maisoncelles, Bouère, Préaux, La Bazouge-de-Chemeré, Parné[3].

Cette partie de l'Anjou n'est pas épargnée par la guerre de Cent Ans avec prise, reprise et destruction de sa forteresse.

Les combats de la chouannerie sont la cause de l'incendie de la nef de l'église[4].

En 1790, lors de la création des départements français, une partie du Haut-Anjou est intégrée au département de la Mayenne sous l'appellation d'usage de Mayenne angevine.

Le préfet de la Mayenne approuve le la fusion des communes d'Argenton-Notre-Dame, Saint-Michel-de-Feins, Saint-Laurent-des-Mortiers et Bierné pour créer la commune de Bierné-les-Villages le [5].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Administration actuelleModifier

Depuis le , Saint-Laurent-des-Mortiers constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Bierné-les-Villages et dispose d'un maire délégué.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 mai 2020 Henri Boivin[6] SE Agriculteur
mai 2020 En cours Agnès Taunais [7] SE Gestionnaire d'assurances
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienneModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Avril 1945 Mars 1965 Auguste Boivin[8]   Agriculteur
Mars 1965 Juin 1995 Henri Boivin[8] SE Agriculteur,(fils du précédent)
Juin 1995[8] décembre 2018 Henri Boivin[9] SE Agriculteur (fils du précédent)
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

En 2017, la commune comptait 179 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Saint-Laurent-des-Mortiers[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
531420582628589614576588559
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
517485511481533506503481466
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
450450450374383359310320315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2016
265243199183204188197196184
2017 - - - - - - - -
179--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Logis seigneurial de la Juquaise en lieu et place de l'ancienne forteresse de Brullon[13].
  • Église Saint-Laurent d'origine romane, le mur méridional présente des chaînages en arêtes de poisson et plusieurs ouvertures romanes. une pierre de proclamation est installée sur un chapiteau gallo-romain, la nef brûle quand des chouans cherchent à enfumer des bleus réfugiés dans le clocher[4].
  • Forteresse du Heyaume, en contre-bas du village entourée de fossés et d'étangs sur le ruisseau de Savesnière, elle a complètement disparu depuis 1830. Le clocher de l'église aurait servi de tour de guet et l'église de chapelle castrale ; elle est prise par les Anglais en 1427 pendant que Jacques de Scépeaux est à la messe puis reprise par le sire de Retz ; D'Arondel dévaste la fortification en 1433 et 1437 ; à la fin du XVIIIe siècle les habitants ont le droit de prendre les pierres des ruines pour construire leurs maisons[3],[4].

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Deux prêtres martyrs de la Révolution sont honorés par des plaques apposées à la façade de l'église :

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

RéférencesModifier

  1. « recueil des actes administratifs » [PDF].
  2. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 391
  3. a b et c Angot, Alphonse, (1844-1917), Auteur., Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne., t. 3, Mayenne, J. Floch, (OCLC 493010484, lire en ligne), Saint-Laurent-des-Mortiers.
  4. a b et c Pays de Chateau-Gontier, « Saint Laurent des Mortiers », sur www.chateaugontier.fr (consulté le 29 octobre 2018).
  5. « Recueil des actes administratifs du 19 novembre 2018 » [PDF], sur le site de la préfecture de la Mayenne (consulté le 8 décembre 2018).
  6. « Bierné-les-Villages. Marie-Noëlle Tribondeau est élue maire de la commune nouvelle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 décembre 2019).
  7. « Municipales à Bierné-les-Villages. Marie-Noëlle Tribondeau a été réélue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er juin 2020).
  8. a b et c « Henri Boivin se représente pour un 4e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 juillet 2014).
  9. Réélection 2014 : « Saint-Laurent-des-Mortiers (53290) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 juillet 2014).
  10. Date du prochain recensement à Saint-Laurent-des-Mortiers, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 .
  13. « La Juquaise », sur www.juquaise.com (consulté le 29 octobre 2018).
  14. « Les prêtres angevins morts à Nantes », Revue de Bretagne,‎ , p. 101-108 (lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :