Ouvrir le menu principal

Saint-Léger-sur-Dheune

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.

Saint-Léger-sur-Dheune
Saint-Léger-sur-Dheune
La mairie de Saint-Léger-sur-Dheune.
Blason de Saint-Léger-sur-Dheune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Chagny
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Daniel Lériche
2014-2020
Code postal 71510
Code commune 71442
Démographie
Gentilé Léodégariens
Population
municipale
1 567 hab. (2016 en augmentation de 0,9 % par rapport à 2011)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 48″ nord, 4° 38′ 13″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 477 m
Superficie 12,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sur-Dheune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sur-Dheune
Liens
Site web www.stlegerdheune.fr

Saint-Léger-sur-Dheune est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

 
Rue principale de Saint-Léger-sur-Dheune (D 978).
 
Saint-Léger-sur-Dheune - canal du Centre et voie verte.

Communes limitrophesModifier

Accès et transportsModifier

Saint-Léger-sur-Dheune est traversée par la Départementale 978 Autun - Couches // Mercurey - Chalon-sur-Saône.

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

Située dans la vallée de la Dheune, le canal du Centre traverse la commune.

ClimatModifier

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[1], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car cette commune est située entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[2]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[3]


HistoireModifier

1793 : Saint-Léger-sur-Dheune, dans le contexte révolutionnaire, change de nom et devient Léger-la-Dheune[4].

5 avril 1805 : Napoléon Ier, en route pour Milan pour y ceindre la couronne de fer, fait une halte à Saint-Léger-sur-Dheune, où il est accueilli en début d'après-midi par trois retentissantes détonations (celle de canons du dernier modèle mis au point par les Fonderies du Creusot). Seront présentés à l'Empereur, en présence de toutes les notabilités et de la population, plusieurs vétérans (certains mutilés), dont J.-B. Denis, ex-maréchal-des-logis du régiment de Noailles, ayant pris part à la guerre de l'indépendance américaine (et ayant notamment assisté à la prise de Yorktown par le comte de Rochambeau)[5].

Village agricole et viticole (la vigne a presque disparu à l'époque contemporaine), Saint-Léger-sur-Dheune s'est transformée en bourgade au début du XIXe siècle avec le creusement du canal du Centre mis en eau en 1793 et plus tard (1861-1867) l'arrivée du chemin de fer Nevers - Chagny.

Se développent alors des activités commerciales et industrielles comme des tuileries, des plâtreries à partir d'une carrière de gypse à Charrecey et l'exploitation de charbon de 1830 à 1900[6].

La population triple presque en un siècle (1786 : 915 habitants - 1836 : 1 755 habitants - 1891 : 2 395 habitants) pour décliner ensuite avec les évolutions économiques comme l'abandon des activités en perte de rentabilité (mines, vignoble) et le déclin de la navigation marchande sur le canal.

Après un point bas en 2000 avec 1 330 habitants, le bourg retrouve une certaine croissance démographique (2007 : plus de 1 500 habitants) avec des activités nouvelles (ateliers de mécanique et de chaudronnerie, transport) et aussi une ouverture au tourisme et la création d'une halte nautique pour la navigation de plaisance sur le canal du Centre ainsi qu'une voie verte pour cycliste sur le chemin de halage de Chagny à Digoin[7].

Politique et administrationModifier

Tendances politiquesModifier

Administration municipaleModifier

Listes des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1983 Pierre Chamagne   Docteur
mars 1983 mars 1989 Jean-Claude Pitaud    
mars 1989 juin 1995 Jean-Jacques Chini    
juin 1995 en cours Daniel Leriche DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalitéModifier

La commune fait partie du Grand Chalon.

Instance judiciaire et administrativeModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 1 567 habitants[Note 1], en augmentation de 0,9 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8588711 1101 3731 4921 7551 8561 8951 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9362 1291 9922 1652 3682 4512 4852 4142 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0161 8561 8881 9381 7531 6501 5331 4531 432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4641 4391 4331 4591 4241 3211 4611 4801 555
2016 - - - - - - - -
1 567--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramides des âgesModifier

EnseignementModifier

SantéModifier

SportsModifier

AssociationsModifier

CultesModifier

Écologie et recyclageModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
 
Saint-Léger-sur-Dheune - église romane.

L’église de style roman remonte sans doute au XIIe siècle, son clocher octogonal du XVe siècle est en forme de mitre pour rappeler que St Léger à qui l'église est dédiée était évêque d'Autun à 30 km. Elle a été agrandie au milieu du XIXe siècle et restaurée à la fin du XXe siècle : elle contient un intéressant retable en bois sculpté daté de 1522[12], dont les volets latéraux, sur le thème de la vie de saint Laurent, sont dus à Grégoire Guérard, un peintre hollandais actif entre 1512 et 1538, ainsi que des vitraux décoratifs (martyre de saint Léger, saint François de Sales...)[13].

La mairie actuelle surmontée d'un petit clocheton a été installée dans une ancienne maison de « vignerons bourguignons » en 1932-1933.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D’argent à la fasce de gueules fretté d’or, accompagnée de trois molettes d’éperon de cinq rais de sable.

 
Saint-Léger-sur-Dheune - canal du Centre et halte nautique.
 
Saint-Léger-sur-Dheune - canal du Centre.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  2. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  3. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  4. À l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire dont le nom se rapportait à la religion ou à l'Ancien Régime. Source : E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  5. « Quand le lieutenant Napoléon Bonaparte visitait Le Creusot et... », article de H. Chazelle paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 60 de Noël 1984, page 2.
  6. http://www.montceau-les-mines.com/saint-berain.html
  7. http://www.stleger.info/les72StLeger/region6/71e.htm
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Qui fut dérobé mais fut retrouvé en Suisse. Source : « Sauvons-les ! », article du chanoine Denis Grivot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 29 de mars 1976, pages 9 à 11.
  13. http://www.stleger.info/les72StLeger/region6/71e.htm et http://www.pastourisme71.com/fiches_eglises_a_imprimer/St-Leger-sur-Dheune_PRTL_2011.pdf

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier