Saint-Just-d'Ardèche

commune française du département de l'Ardèche

Saint-Just-d'Ardèche
Saint-Just-d'Ardèche
Blason de Saint-Just-d'Ardèche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Intercommunalité Communauté de communes du Rhône aux Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
Brigitte Pujuguet-Guigue
2020-2026
Code postal 07700
Code commune 07259
Démographie
Gentilé Saint-Justois
Population
municipale
1 688 hab. (2019 en augmentation de 0,66 % par rapport à 2013)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 19″ nord, 4° 36′ 42″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 115 m
Superficie 10,44 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Pierrelatte
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourg-Saint-Andéol
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Just-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Just-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Just-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Just-d'Ardèche
Liens
Site web saintjustdardeche.fr

Saint-Just-d'Ardèche (précédemment Saint-Just jusqu'en 2011) est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est à la confluence de l’Ardèche et du Rhône, et est le lieu de rencontre de trois départements et trois régions : Ardèche (région Auvergne-Rhône-Alpes), Gard (Languedoc-Roussillon, région Occitanie) et Vaucluse (PACA).

Les habitants sont les Saint-Justois et les Saint-Justoises.

GéographieModifier

SituationModifier

Saint-Just-d'Ardèche a la particularité d'être proche de quatre départements (Ardèche, Vaucluse, Gard et Drôme) et trois régions (Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et Occitanie) : la commune se trouve à l'extrémité sud du département de l'Ardèche (c'est le second village le plus méridional du département, juste derrière Saint-Sauveur-de-Cruzières) ; elle est limitrophe du Gard à 1,5 km côté sud et du Vaucluse côté est ; et la Drôme est à 4,2 km au nord-est[1],[2].

Le village est exposé au sud et est situé en haut d'un coteau de la vallée de l'Ardèche[1]. La limite sud de la commune est marquée par la rive gauche de la rivière Ardèche, et la limite Est par la rive droite du fleuve Rhône[1],[2].

Au nord par la D 86 (ancienne nationale 86) se trouvent Bourg-Saint-Andéol (9 km à vol d'oiseau), Montélimar (34 km, dans la Drôme), Valence (83 km, préfecture de la Drôme) et Lyon (185 km). Au sud-est se trouvent Pont-Saint-Esprit (dans le Gard, 7 km), Orange (dans le Vaucluse, 29 km) et Avignon (dans le Vaucluse, 53 km), Nîmes (72 km par la route, plus long mais plus rapide en empruntant l'autoroute) et enfin Marseille (142 km)

TransportsModifier

Voies routièresModifier

La D 86 (ancienne nationale 86) traverse la commune du nord au sud[1] ; elle longe la rive droite (côté ouest) du Rhône, avec au nord Montélimar (34 km, dans la Drôme), Valence (83 km, préfecture de la Drôme) et Lyon (185 km) ; et vers le sud Pont-Saint-Esprit (7 km au sud-est, dans le Gard) et au-delà à Nîmes par la D6086.

La N 7 passe sur la commune voisine Lapalud, et l'entrée-sortie la plus proche pour la A7 est à 16 km sur Bollène[1],[2].

TrainsModifier

La ligne de fret SNCF de Givors à Grézan traverse la commune avec un flux quotidien assez important de trains de marchandises.

Jusqu'à 1976, une ligne voyageurs desservait la gare de Saint-Just - Saint-Marcel.

AvionModifier

Les deux aéroports internationaux les plus proches de Saint Just d'Ardèche se situent respectivement à 127 km (Marseille Provence) et 128 km (Montpellier Méditerranée) en empruntant les autoroutes A7 (pour Marseille) et l'A7 et A9 (pour Montpellier).

L' aéroport de Nîmes-Alès-Camargue, situé sur la commune de Garons (30) se trouve à 93 km mais n'a qu'un nombre limité de vols et liaisons aériennes.

HydrographieModifier

La rivière Ardèche marque la limite sud de la commune, et le fleuve Rhône marque la limite est ; ces deux cours d'eau importants confluent sur la commune voisine Pont-Saint-Esprit à 7 km au sud-est, dans le département du Gard. Le ruisseau du Merlançon, petit cours d'eau saisonnier affluent de l'Ardèche, prend naissance sur la commune voisine Saint-Marcel-d'Ardèche et sert de limite ouest à la commune de Saint-Just avant de confluer en limite sud de commune[1],[2].

On retrouve plusieurs lônes le long du Rhône et des vestiges des casiers qui servaient à conserver une voie navigable assez profonde à l'époque où le fleuve était utilisé pour la navigation jusqu'à l'avènement du canal de Donzère-Mondragon.

Les plaines du village sont très sujettes aux inondations du fait de leur situation entre l'Ardèche et le Rhône.

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

Quartier la Favette au nord du pont cassé. Selon des bribes d'histoires, l'origine du nom du quartier viendrait d'une dame qui avait comme nom de famille "La Favet" et qui habitait une ancienne bergerie transformée en mazet.[réf. nécessaire]

Communes limitrophesModifier

Saint-Just-d'Ardèche est limitrophe de huit communes, dont deux dans le Vaucluse et trois dans le Gard[1] :

Géologie et reliefModifier

La géologie de Saint-Just-d'Ardèche est constituée majoritairement de terres alluvionnaires (apports de l'Ardèche et du Rhône) Sur les coteaux et le plateau du Plan, ce sont les galets et l'argile qui prônent.

Saint-Just-d'Ardèche est dans une zone de plaines fertiles ou poussent des arbres fruitiers et des céréales formées par d'anciens îlots alluvionnaires maintenant asséchés au fil du temps et du déplacement de l'Ardèche vers le sud. Sur le plateau (70 à 100 mètres d'altitude), la culture viticole est reine.

Forêts et boisModifier

Saint-Just-d'Ardèche possède des ripisylves le long des berges de l'Ardèche et du Rhône et quelques bois épars de moins d'un hectare pour la plupart.

ClimatModifier

Climat méditerranéen avec beaucoup de mistral et, pour la rivière Ardèche, des crues d'épisodes cévenols très violentes.

L'été y est sec et chaud avec quelques orages violents. La température la plus élevée fut enregistrée le avec 43 °C.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Just-d'Ardèche est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pierrelatte, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (43,8 %), zones agricoles hétérogènes (38 %), eaux continentales[Note 3] (7,5 %), zones urbanisées (6,3 %), forêts (4,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

HistoireModifier

La TèneModifier

Au lieu-dit les Plantades (1,3 km au sud-ouest du bourg et à 600 m de la rivière Ardèche[10]), des sondages (R. Gilles) et des prospections (F. Perrin , G. Leclère) ont collecté un abondant mobilier de la Tène finale[11].

AntiquitéModifier

À l'époque de l'Antiquité romaine, le site de Saint-Just-d'Ardèche (alors appelé Vicaria Lagernatus[12], francisé en « Lagernate »[13]) se trouve dans la partie sud de la civitas des Héduens, proche de la civitas de Nîmes[14]. Il est sur la voie de Valérien[15] et est peut-être un des points de départ de la route de l’étain[13]. On a trouvé sur la commune des vestiges d'habitat romain : des traces de carrelages antiques dans plusieurs maisons en 1930[réf. nécessaire], un atelier de céramique et d'amphores de la fin du Ier siècle av. J.-C.[16] à 1 km au nord-ouest du village[12] et un réseau d'eau[réf. nécessaire]. C'était une colonie romaine, dont les terres ont été données à un centurie (soldat romain).[réf. nécessaire]

Atelier de poterie de Saint-Just

L'atelier de poterie antique se trouve à 1 km au nord-ouest de Saint-Just, en rive gauche (côté Est) du Merlançon[17], à la hauteur du Serre de la Font (lieu-dit indiqué sur la commune voisine Saint-Marcel)[18],[n 1]. Il est installé sur des sols bruns calcaires faits de dépôts éoliens constituant un mélange limono-sableux-argileux[17],[19] (un substrat utilisé jusqu'au début du XXe siècle par de nombreuses tuileries des environs)[17]. Saint-Just et les ateliers de Lyon, notamment ceux de la Muette et de la Manutention[20],[21], sont les seuls ateliers connus à produire des amphores de type Dressel 1 en Gaule[22]. L'atelier produit aussi des Dressel 2/4[23].

Moyen ÂgeModifier

 
Cave coopérative de Saint-Just-d'Ardèche.

Au Moyen Âge, le site (qui s'appelait alors Santus Justus) devient un castrum protégé par des remparts et des tours de garde, dont trois subsistent au centre du village. Au XIIIe siècle, les hospitaliers de Saint Jean possèdent un vaste domaine, qui s'étend de Trignan jusqu'au Bordelet et à Baladun ; la construction de l'église romane de Saint-Just commence à cette époque[12].

Époque moderneModifier

Vers 1764, un pont fut construit au-dessus de l'Ardèche, sur les terres de Saint-Just (appelé alors Santo Justo)[12] ; il en reste un vestige sur la rive de la commune de Pont Saint-Esprit, appelé actuellement le « Pont cassé »[12]. Ce pont fut terminer en 1786 et détruit par la crue de 1790. Seules les terres « Côte du Rhône » étaient cultivées, et elles appartenaient aux nobles, jusqu'à la Révolution en 1789[12]. Les terres dans les régions inondables étaient confiées soit pour la navigation soit aux habitants de Saint-Just-d'Ardèche avec un droit de passage et bousqueyage. Par la suite, le niveau de l'eau des terres inondables a été maîtrisé par les travaux d'aménagement du Rhône avec baisse de la nappe phréatique de 6 cm. Des forages ont dû être réalisés pour corriger le préjudice qui a été reconnu.

XXIe siècleModifier

Changement de nom

Saint-Just devient Saint-Just-d'Ardèche le [24].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1884 1887 Emile Piollenc    
1887 1894 Fernand Piollenc    
1894 1910 Auguste Ville    
1910 1927 Paul Coulange    
1927 1944 Simon Emile Guilhot    
1944 1945 Jean Laurent    
1945 1965 Auguste Chazel    
1965 1967 Robert Plat    
1967 1977 Georges Pradier    
1977 2004 Max Carriere PS Pharmacien, conseiller général
2004 mars 2014 Brigitte Pujuguet PS Attachée territoriale
mars 2014 juillet 2020 Pierre-Louis Rivier DVD Retraité de l'enseignement
4 juillet 2020 En cours
(au 4 juillet 2020)
Brigitte Pujuguet DVG Attachée territoriale

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[26].

En 2019, la commune comptait 1 688 habitants[Note 4], en augmentation de 0,66 % par rapport à 2013 (Ardèche : +2,47 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5306546548789619781 0031 0391 065
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1101 0911 1031 0931 1051 045977935900
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
908872881737749766714716724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7638337701 0091 0781 1611 4301 4691 677
2017 2019 - - - - - - -
1 6841 688-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

IndustrieModifier

  • Mine de lignite (active pendant le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle) avec un pic de production de 2 500 tonnes.
  • Cave coopérative crée en 1929 qui produit des vins côtes du Rhône.
  • Plusieurs carrières (Ballastières Pradier, Charpentier et Attard) qui extrayaient du gravier directement dans le lit de l'Ardèche.

Patrimoine religieuxModifier

  • Église Saint-Just du XIIIe siècle et sa porte romane
  • Oratoire du XIXe siècle
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Salette située au point culminant de la commune.

Lieux et monumentsModifier

  • Tour sarrasine
  • Vestige de l'ancien lavoir couvert (le toit et les parois ont été démolies).
  • Bas-relief du dieu Mithra
  • Pont cassé construit en 1764 et détruit par une crue en 1846 ; il ne reste qu'une arche de cet édifice, endommagé par une bombe américaine égarée qui a détruit une partie de ce qui restait du tablier.
  • Musée d'art moderne (mouvement Dada)
  • Pont de la voie ferrée en poutres en treillis construit en 1930.
  • Pont en arc de la route départementale D86 achevé en 1861; ingénieur : Alphonse Oudry

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Parti : au 1er d'azur à trois rocs d'échecs d'argent, au 2d d'azur au demi-vol d'argent ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé d'une croix cléchée, pommetée de douze pièces et vidée d'or, accostée des lettres capitales S et J du même[29].
Détails
Adopté le .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Laubenheimer et al. 1989, p. 297 donne un plan de situation. Le site est dans la pointe de la commune vers le territoire tout proche de Saint-Marcel-d'Ardèche[18].
Notes sur la démographie
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g « Saint-Just-d'Ardèche, carte interactive » sur Géoportail.
  2. a b c et d « Saint-Just-d'Ardèche », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « Les Plantades, carte interactive » sur Géoportail.
  11. [Laubenheimer et al. 1989] Fanette Laubenheimer, Thierry Odiot et Hugues Leclere, « Sous Auguste, un atelier de potiers italianisant à Saint-Just (Ardèche) », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, no 377 « Mélanges Pierre Lévêque. Tome 2 : Anthropologie et société »,‎ , p. 295-329 (lire en ligne [sur persee]), p. 298.
  12. a b c d e et f « Histoire », site Internet de la commune de Saint-Just-d’Ardèche, sur saintjustdardeche.fr (consulté le ).
  13. a et b [Fabre-Martin 1993] Claudiane Fabre-Martin, Églises romanes oubliées du Vivarais, Les Presses du Languedoc, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 221.
  14. Laubenheimer et al. 1989, p. 297.
  15. [Riou 2007] Michel Riou, Ardèche, terre d'histoire : histoire de l'Ardèche et de l'ancien Vivarais, La Fontaine de Siloë, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 38.
  16. Riou 2007, p. 26.
  17. a b et c Laubenheimer et al. 1989, p. 295.
  18. a et b « Saint-Just et le Merlançon, carte interactive » sur Géoportail. Le site de l'atelier est dans la pointe de la commune vers le territoire tout proche de Saint-Marcel-d'Ardèche
  19. « Saint-Just et le Merlançon, carte géologique interactive » sur Géoportail.
  20. Dangréaux et al. 1992, p. 37.
  21. Desbat & Dangréaux 1997, p. 75.
  22. [Desbat & Dangréaux 1997] Armand Desbat et Bernard Dangréaux, « La production d'amphores à Lyon », Gallia, no 54 « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2e partie : Les ateliers du Ier siècle apr. J.-C. »,‎ , p. 73-104 (lire en ligne [sur persee]), p. 84.
  23. [Meffre & Meffre 1992] Joël-Claude Meffre et Patricia Meffre, « L'atelier augustéen d'amphores et de céramiques de Sainte-Cécile-les-Vignes (Vaucluse) » (Table ronde internationale, Metz, 4-6 octobre 1990. CNRS, Ministère de la Culture et de la Communication, Service Régional de l'Archéologie de Lorraine), Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, no 474 « Les amphores en Gaule : production et circulation »,‎ , p. 25-36, p. 30.
  24. « Changement du nom de communes », décret no 2011-311 du 22 mars 2011, sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. « 07259 Saint-Just-d'Ardèche (Ardèche) », sur armorialdefrance.fr (consulté le )

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier