Ouvrir le menu principal

Saint-Joseph-de-Beauce

ville du Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Joseph.

Saint-Joseph-de-Beauce
Saint-Joseph-de-Beauce
Le presbytère de l'ensemble institutionnel de Saint-Joseph-de-Beauce
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale Robert-Cliche
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Pierre Gilbert
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Joselois, oise
Population 4 858 hab. ()
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 00″ nord, 70° 53′ 00″ ouest
Superficie 11 600 ha = 116 km2
Divers
Code géographique 2427043
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Joseph-de-Beauce

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Joseph-de-Beauce

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte administrative de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Saint-Joseph-de-Beauce

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte topographique de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Saint-Joseph-de-Beauce
Liens
Site web www.vsjb.ca

Saint-Joseph-de-Beauce est une ville dans la municipalité régionale de comté de Robert-Cliche au Québec (Canada), située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches[1]. La municipalité obtint le statut de ville le 6 octobre 1965. Environ 4 600 personnes y habitent[2].

GéographieModifier

Dans la MRC : Robert-Cliche.

Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

Les origines de Saint-Joseph-de-Beauce remontent à l'époque de la Nouvelle-France, alors que la seigneurie de Saint-Joseph est concédée à Pierre Rigaud de Vaudreuil en 1736. Cependant, c'est à Joseph Fleury de la Gorgendière que l'on doit l'établissement d'une véritable seigneurie, à la suite d'un échange avec Rigaud. Joseph Fleury y installe des premiers colons puis y fait construire un moulin à farine et une chapelle dès 1739. La fondation de Saint-Joseph-de-Beauce remonterait ainsi à 1737, ce qui en fait une des plus anciennes localités de la Beauce. C'est d'ailleurs du prénom de Joseph Fleury de la Gorgendière que provient le nom de la municipalité[3].

Saint-Joseph, première paroisse de la Beauce, a été fondée en 1736. Mais c'est sa désignation comme chef-lieu judiciaire de la Beauce en 1857 qui explique le nombre très élevé de belles constructions pour une ville de 4600 habitants seulement. Le palais de justice a amené plusieurs notables à s'installer dans le village et accéléré la création de nouveaux commerces.

Grâce à cette prospérité économique, entre 1865 et 1911, on a pu faire appel à des architectes reconnus pour la construction d'une église, d'un presbytère, d'un couvent, d'un orphelinat et d'un collège. Ces bâtiments forment un ensemble architectural classé site historique depuis 1985.

Les prestigieux bâtiments publics du village ont incité les notables de l'endroit à se faire construire des résidences cossues dans les rues avoisinantes. Le tout forme un parc immobilier d'une rare diversité et d'une grande richesse, qui a valu à la ville le titre de capitale culturelle du Canada en 2006.

ChronologieModifier

  • 1er juillet 1845 : Érection de la paroisse de St. Joseph de Beauce.
  • 1er septembre 1847 : Fusion de plusieurs entités municipales et érection du comté de Dorchester
  • 1er juillet 1855 : Division du comté de Dorchester en plusieurs entités municipales dont la paroisse de St. Joseph de Beauce.
  • 3 octobre 1889 : Érection du village de Saint-Joseph.
  • 9 février 1957 : La paroisse de St. Joseph de Beauce devient la paroisse de Saint-Joseph-de-Beauce.
  • 30 octobre 1965 : Le village de Saint-Joseph devient la ville de Saint-Joseph-de-Beauce.
  • 27 janvier 1999 : Annexion de la paroisse Saint-Joseph-de-Beauce à la ville de Saint-Joseph-de-Beauce.

DémographieModifier

Évolution démographique
1861 1871 1881 1891 1901 1911 1921 1931 1941
3 0792 9812 8383 1633 2973 2723 0053 1252 934
1951 1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991
3 4513 6033 5323 7133 6924 1094 3233 3484 331
1996 2001 2006 2011 2016 - - - -
4 3614 4874 4544 7224 858----

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts[4].

Saint-Joseph-de-Beauce
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 André Spénard Voir
2005 Michel Cliche Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Pierre Gilbert Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Maisons patrimonialesModifier

Saint-Joseph-de-Beauce possède plus de 45 maisons patrimoniales, bien préservées et encore habitées. Regroupées pour la plupart dans l'avenue du Palais, l'avenue Sainte-Thérèse, la rue de la Gorgendière et la rue Martel, ces demeures témoignent de l'évolution de l'architecture Beauceronne. L'histoire et les particularités de chacune de ses maisons sont répertoriées[5].Ces bâtiments sont classés site historique depuis 1985[6].

L'église de Saint-Joseph-de-Beauce fait partie de cet ensemble architectural. Elle fut construite entre 1865 et 1876. Sur la façade en pierre, un imposant portail en saillie d’inspiration néoromane et son fenêtrage reprennent le motif de la rosace de la tour centrale du clocher en saillie. L'intérieur de l’église est de style néoclassique. Son décor en bois sculpté comprend trois sections: une nef centrale et deux bas-côtés avec des plafonds à caissons séparés de la nef par de hautes colonnes surmontées d’un entablement. Les trois autels sont dessinés et sculptés par Francis Dion dans un style plus moderne et éclectique. Un orgue Casavant y est installé en 1913[7].

Carrière de marbreModifier

On a extrait une serpentinite carbonatée (ophicalcite) du Groupe de Caldwell, au début du XXe siècle dans les environs de Saint-Joseph-de-Beauce : il fut utilisé pour la fabrication de granules à terrazzo, de gravier à volaille et de granules pour bardeaux de toiture. Une petite partie de la pierre extraite a servi à la production de blocs de marbre décoratif. Cette roche est gris clair rosé, ou rouge foncé, à grains fins, avec veinules de calcite blanche et jaune[8].

PersonnalitésModifier

  • Jean-Marc Cormier Écrivain québécois a fait ses études secondaires à Saint-Joseph.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier