Saint-Jean-de-la-Croix

commune française du département de Maine-et-Loire

Saint-Jean-de-la-Croix
Saint-Jean-de-la-Croix
Église Saint-Jean.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Communauté de communes Loire Layon Aubance
Maire
Mandat
Hugues Vaulerin
2020-2026
Code postal 49130
Code commune 49288
Démographie
Gentilé Jeanicrucien, Jeanicrucienne
Population
municipale
229 hab. (2018 en diminution de 2,97 % par rapport à 2013)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 38″ nord, 0° 35′ 32″ ouest
Altitude 20 m
Min. 12 m
Max. 19 m
Superficie 1,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Ponts-de-Cé
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Croix
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Croix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Croix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Croix
Liens
Site web Site de Saint-Jean-de-la-Croix

Saint-Jean-de-la-Croix est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

GéographieModifier

Commune angevine implantée sur une des îles de la Loire formées entre le bras principal du fleuve et le Louet, un bras de 25 km. Les quatre autres communes de l’île, Denée, Mozé-sur-Louet, Mûrs-Érigné et Les Ponts-de-Cé, sont situées à cheval sur l’île et une rive (pour les trois premières citées) ou les deux rives (pour la dernière). Saint-Jean-de-la-Croix se situe à 8 km au sud d'Angers[1], sur la route D 132, Denée - Les Ponts-de-Cé[2].

Bien qu'étant excentrée à l'ouest, elle fait partie de la communauté de communes Loire Layon Aubance.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Jean-de-la-Croix est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (63,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (53,3 %), prairies (26,2 %), eaux continentales[Note 3] (20,6 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

HistoireModifier

Au XVe siècle le village dénommé Croix de la Fosse était rattaché à la paroisse de Sainte-Gemmes. La dénomination actuelle fait référence au patron de la paroisse : saint Jean-Baptiste. La levée qui la relie aujourd'hui aux Ponts-de-Cé a été réalisée par des corvées en 1695 et 1783. À la Révolution, la commune prend le nom d’Île-Verte[10] qui rappelle le caractère insulaire de la commune.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Révolution   Jean Dolbeau   Premier maire
    .../...    
1989 mars 2008 Maurice Bornet Divers Droite  
mars 2008 en cours (réélu en 2014) Hugues Vaulerin[11] Divers Gauche Comédien
Les données manquantes sont à compléter.

IntercommunalitéModifier

La commune est membre de la communauté de communes Loire Layon Aubance depuis la disparition de la communauté de communes Loire Aubance[12], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 229 habitants[Note 4], en diminution de 2,97 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +1,96 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450366308377395400386361376
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351325321295311277269255244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
245234240204197180186182181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
178181178173179239237237236
2013 2018 - - - - - - -
236229-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 14,8 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 18,3 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 28,7 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Saint-Jean-de-la-Croix en 2008 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,1 
75 à 89 ans
4,3 
10,7 
60 à 74 ans
15,7 
21,5 
45 à 59 ans
17,4 
24,0 
30 à 44 ans
28,7 
16,5 
15 à 29 ans
15,7 
23,1 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

ÉconomieModifier

Sur 14 établissements présents sur la commune à fin 2010, 14 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 14 % du secteur de la construction, 43 % de celui du commerce et des services et 21 % du secteur de l'administration et de la santé[18]. Fin 2015, sur les 15 établissements actifs, 7 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour 11 % sur le département), 13 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 67 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[19].

Lieux et monumentsModifier

  • Le moulin de la Sauterelle (moulin à vent)[20].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, édifiée en 1704, reconstruite en 1860 et 1861 et consolidée en 1995. À droite de l'église se trouve la stèle de Léon Legault, généreux donateur de la commune
  • La chapelle Notre-Dame-du-Chanvre, également édifiée en 1704.
  • Quelques maisons typiques de la vallée de la Loire en schiste et chaux, comportant un étage refuge en tuffeau accessible pas un escalier intérieur lors des crues et comportant parfois encore l'anneau d'amarrage pour les galiotes (barques à fond plat).

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Saint-Jean-de-la-Croix (49), consulté le 21 octobre 2012 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Jean-de-la-Croix (49), consulté le 21 octobre 2012
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 11 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  12. Insee, Composition de l'EPCI de Loire Aubance (244901013), consulté le 14 août 2013.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Saint-Jean-de-la-Croix en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2012).
  17. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2012).
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Jean-de-la-Croix (49), consultées le 12 mai 2013.
  19. « Dossier complet - Commune de Saint-Jean-de-la-Croix (49288) », sur Insee, (consulté le 17 mai 2020).
  20. Patrimoine de France