Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gervais.

Saint-Gervais (Genève)
Saint-Gervais (Genève)
Quai des Bergues
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Ville Genève
Démographie
Population 4 802 hab. (2017 (St-Gervais-Chantepoulet))
Densité 10 217 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 23″ nord, 6° 08′ 40″ est
Superficie 47 ha = 0,47 km2
Cours d’eau Rhône

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Gervais (Genève)

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Saint-Gervais (Genève)

Géolocalisation sur la carte : Genève

Voir sur la carte administrative de Genève
City locator 14.svg
Saint-Gervais (Genève)

Saint-Gervais est un quartier de la ville de Genève (Suisse) situé sur la rive droite du Rhône. D'abord berceau historique de l'industrie horlogère genevoise, le quartier de Saint-Gervais est aujourd'hui un des centre économiques de la Ville de Genève.

GéographieModifier

Le quartier de Saint-Gervais est délimité par le boulevard James-Fazy, la Place des 22-Cantons, la rue de Chantepoulet, la rue du Mont-Blanc et la berge du Rhone, quai des Bergues, quai Turrettini. Il constituait, avec le secteur Cité-centre la vielle-ville médiévale fortifié. Associé à Chantepoulet, le quartier de Saint-Gervais fait aujourd’hui partie des quatre quartiers du secteur administratif Genève-Cité.

HistoireModifier

Le site de Saint-Gervais montre des traces d'occupation humaine dès le Néolithique. Un lieu de culte est installé au Ier siècle av. J.-C. à l'endroit où se trouve l'actuel Temple de Saint-Gervais. Le premier édifice chrétien, consacré aux saints Gervais et Protais, est construit à cet emplacement au IVe siècle, suite à un incendie qui mène à une restructuration de la localité[1].

Le bourg de Saint-Gervais est, jusqu'au XIIIe siècle, une entité indépendante de la cité de Genève[2].

Le bourg est rattaché à la ville de Genève au XIIIe siècle. Celle-ci est alors sous la juridiction de son évêque, qui possède à Saint-Gervais des domaines agricoles[3]. Le quartier est définitivement incorporé à Genève lors de l'autonomie de celle-ci en 1526, et inclus dans l'enceinte des remparts qui sont construits à cette époque. Situé de l'autre côté du Rhône et uniquement relié au reste de la ville par les ponts de l'Ile, le quartier conserve une identité propre et un caractère campagnard. Il se densifie fortement avec l'arrivée de réfugiés protestants au XVIe siècle puis au XVIIe siècle. L'urbanisme se développe alors verticalement avec l'ajout d'étages supplémentaires aux bâtiments existants[4]. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Gervais devient un important quartier artisanal, notamment horloger : les cabinotiers exercent jusqu'à quarante-six professions liées à la " fabrique "[5].

La destruction des remparts à partir de 1850 et l'aménagement de la ceinture fazyste ouvrent le quartier sur les voies environnantes et entraînent sa réorganisation spatiale[1]. Au cours du XXe siècle, plusieurs grands projets immobiliers viennent remplacer les anciennes habitations jugées vétustes et modifier profondément la physionomie de ce quartier populaire : l’Hôtel du Rhône (1948), Mont-Blanc Centre (1952) et les Terreaux-du-Temple (1953), et enfin la Placette en 1959. Ce dernier projet soulève l'opposition des Genevois car il implique de détruire de nombreux logements modestes, dont l'immeuble où Jean-Jacques Rousseau a passé une partie de son enfance[6]. C'est pour commémorer ce séjour de l'écrivain qu'une fresque monumentale de Hans Erni, représentant un épisode raconté par Rousseau dans la Lettre à d'Alembert, est installée sur la façade du bâtiment donnant sur la rue de Coutance[7]. À la fin du XXe siècle enfin, le quartier de Saint-Gervais devient un haut lieu de la culture squat genevoise, notamment avec la réhabilitation par les squatters des immeubles à l'abandon de la rue Lissignol[8].

Architecture et UrbanismeModifier

Rues, placesModifier

Époque médiévaleModifier

 
Plan du quartier Saint-Gervais en 1841.
  • Rue des Corps-Saints
  • Rue de Coutance
  • Rue des Étuves
  • Rue des Terreaux-du-Temple
  • Quai des Bergues
  • Quai du Seujet
  • Place du Chevelu
  • Place de Saint-Gervais
  • Ponts de l'Île
  • Jeu de paume

XIXe siècle et XXe siècleModifier

  • Rue de Chantepoulet
  • Rue du Mont-Blanc
  • Rue Lissignol
  • Boulevard James-Fazy
  • Place des Vingt-deux-Cantons
  • Place Grenus
  • Rue de-Grenus
  • Rue Vallin
  • Pont de la Machine

Edifices religieuxModifier

Edifices publicsModifier

 
Fontaine de Saint-Gervais

Espaces vertsModifier

  • Square du Mont-Blanc

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Anastazja Winiger -Labuda (coord.), Les monuments d’art et d’histoire de Genève , tome 2 : Genève, Saint -Gervais: du bourg au quartier (Les monuments d’art et d’histoire de la Suisse, t. 97), Berne, 2001. », sur ge.ch (consulté le 18 mars 2018)
  2. Palmieri, Daniel., Faubourg Saint-Gervais, mythes retrouvés, Saint-Gervais, (ISBN 2051014329, OCLC 716126534, lire en ligne), p. 12
  3. Corinne Walker, " Un pont, des maisons et des hommes ", L'autre Genève, Genève, 1992, p. 14-18.
  4. Palmieri, Daniel., Faubourg Saint-Gervais, mythes retrouvés, Saint-Gervais, (ISBN 2051014329, OCLC 716126534, lire en ligne), p. 13
  5. Palmieri, Daniel., Faubourg Saint-Gervais, mythes retrouvés, Saint-Gervais, (ISBN 2051014329, OCLC 716126534, lire en ligne), p. 21
  6. « Séisme à Saint-Gervais », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  7. « Quand Erni rencontre Rousseau », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  8. « Ainsi naquit la nouvelle Lissignol », Rue Lissignol,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier