Ouvrir le menu principal

Saint-Escobille

commune française du département de l'Essonne

Saint-Escobille
Saint-Escobille
Mairie de Saint-Escobille.
Blason de Saint-Escobille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Canton Étampes
Intercommunalité Communauté de communes de l'Étampois Sud-Essonne
Maire
Mandat
Yves Villate
2014-2020
Code postal 91410
Code commune 91547
Démographie
Gentilé Saint-Escobillois
Population
municipale
550 hab. (2016 en augmentation de 21,68 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 46″ nord, 1° 58′ 02″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 156 m
Superficie 12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Escobille

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Escobille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Escobille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Escobille
Liens
Site web saintescobille.fr

Saint-Escobille[1] (prononcé [sɛ̃ ɛskobij] Écouter) est une commune française située à cinquante-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Escobillois[2].

GéographieModifier

SituationModifier

 
Position de Saint-Escobille en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 2,5 % 30,50
Espace urbain non construit 0,9 % 11,32
Espace rural 96,5 % 1 161,11
Source : Iaurif[3]

Saint-Escobille est située à cinquante-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, quarante-deux kilomètres au sud-ouest d'Évry[5], quatorze kilomètres à l'ouest d'Étampes[6], onze kilomètres au sud-ouest de Dourdan[7], vingt-sept kilomètres au sud-ouest d'Arpajon[8], vingt-neuf kilomètres au sud-ouest de La Ferté-Alais[9], trente-deux kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[10], trente-sept kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[11], trente-sept kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[12], quarante-deux kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[13].

HydrographieModifier

Relief et géologieModifier

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Saint-Escobille, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,5 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine de la banlieue par rapport à Paris, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an, toutefois un peu inférieur au nord du département par la présence plus fréquente de brume à proximité des cours d'eau et des champs. Les précipitations sont réparties également sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Saint-Escobille.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[14],[15].


Voies de communication et transportsModifier

Le village est situé à 5 km de l'Autoroute A10 et est traversé par la route départementale D838. Les lignes de bus suivantes desservent l'arrêt de bus du village :

Une voie de chemin de fer, dont la construction débuta en 1890, traversait auparavant le village et une gare de transport de personnes et de marchandises a été construite le 5 juin 1893 dans le lieu-dit la Gare. Cette ligne passait notamment par Étampes, Auneau et Dreux. Le service voyageur fut interrompu en 1939 et le transport de marchandises en 1964[17].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

 
Panneau d'agglomération du hameau de Guillerville.

Saint-Escobille comporte trois hameaux : Paponville, Guillerville, et le lieu-dit la Gare.

ToponymieModifier

Attestée sous les formes Sanctus Scubilius, Sanctus Scubiculus au XIIIe siècle, Saint Escobile[18].

Le village tire son nom de saint Scubicule (Scubiculus) plus tard déformé en Escobille. Au IIIe siècle, le sous-diacre Scubicule accompagnait l'évêque Nicaise et le diacre Quirin, envoyés en Gaule par le pape Clément, en même temps que saint Denis. Selon d'autres traditions, l'époque serait le IIIe siècle, Tous trois auraient subi le martyre par le gouverneur Fescennius, pour avoir refusé d'adorer les idoles[19]. La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[20].

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Les premières traces d'occupation humaine à Saint-Escobille remontent à la préhistoire. Dans les champs avoisinant la commune, des objets du paléolithique et du néolithique ont ainsi été découverts, tels des haches, pierres polies et des meules[21]. Au nord du village, des prospections aériennes ont permises le repérage de traces d'enclos circulaires avec fosses internes, estimés comme datant de l'âge de bronze[22]. Au sud, des traces attribuables à un enclos protohistorique ont également été mises en évidence[23].

Des traces de plusieurs villas gallo-romaines ont été découvertes au hameau de Guillerville ainsi qu'au bois de Vierville. L'actuelle Rue du Stade de Saint-Escobille est construite sur le tracé d'une antique voie romaine[21].

Moyen ÂgeModifier

La construction de l'église du village débuta au XIIe siècle, et la première mention du château du village date de 1462, tout comme le premier seigneur connu du village, Guillemot de la Vallée[24].

RenaissanceModifier

 
Carte de Cassini de Saint-Escobille, seconde moitié du XVIIIe siècle.

En octobre 1628, le village a reçu la visite du roi Louis XIII, qui passa une nuit au château du village, appartenant alors au seigneur Monsieur le Venier. Louis XIII venait alors de Paris et se rendait à La Rochelle, peu après la fin du siège de 1627-1628, afin de régler le sort de la ville vaincue, soit notamment d'imposer la destruction des remparts, la reconstructions des églises ainsi que l'exercice libre et public du culte catholique[25].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27].

En 2016, la commune comptait 550 habitants[Note 1], en augmentation de 21,68 % par rapport à 2011 (Essonne : +5,07 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
454427416406441424388382369
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
389398387358364350307334334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
332322322296298313267257255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
255231210325429492469460540
2016 - - - - - - - -
550--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Saint-Escobille en 2009 en pourcentages[29].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,3 
75 à 89 ans
5,3 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
25,8 
45 à 59 ans
26,4 
18,5 
30 à 44 ans
16,3 
18,9 
15 à 29 ans
15,0 
20,6 
0 à 14 ans
24,2 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[30].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administrationModifier

Politique localeModifier

La commune de Saint-Escobille est rattachée au canton d'Étampes, représenté par les conseillers départementaux Marie-Claire Chambaret (DVD) et Guy Crosnier (UMP), à l'arrondissement d’Étampes et à la troisième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Michel Pouzol (PS).

L'Insee attribue à la commune le code 91 1 07 547[31]. La commune de Saint-Escobille est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 105 475. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[32].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[33].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1993 2014 Alain Maindron DVD  
2014 En cours Yves Villate    

Tendances et résultats politiquesModifier

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

EnseignementModifier

Les élèves de Saint-Escobille sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire d'une école élémentaire publique[51]. Cette école comprend une classe de CE1 ainsi qu'une classe de CE2, les autres classes du primaire étant partagées entre les communes de Authon-la-Plaine, Mérobert et Plessis-Saint-Benoist. La restauration scolaire se déroule dans la commune de Authon-la-Plaine.

En 2013, l'école a été rebaptisée en l'honneur de Niki de Saint Phalle, dans une initiative commune aux écoles du regroupement pédagogique. Ainsi, les élèves des écoles primaires de Saint-Escobille, Authon-la-Plaine, Mérobert et Plessis-Saint-Benoist ont fait des recherches et voté pour leur artiste préféré, avec pour contrainte que la première lettre du prénom de l'artiste devait être la même que celle du village. Une fresque illustrant le travail de l'artiste a été inaugurée le 5 juillet 2014[52].

Services publicsModifier

La commune dispose sur son territoire d'un centre de secours[53].

JumelagesModifier

La commune de Saint-Escobille n'a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Saint-EscobilleModifier

CultureModifier

L'association locale SEHP (Saint-Escobille Histoire et Patrimoine) est chargée des recherches historiques sur le village ainsi que de la valorisation du patrimoine et organise à ce sujet des animations culturelles, telles des concerts, des expositions, et des promenades[54].

Chaque année, pour la Saint-Jean, un feu de bois est organisé sur la place du village.

SportsModifier

Des cours de Judo et des séances de Gymnastique sont organisés à la salle polyvalente du village.

La commune possède un terrain de football et est traversée par des chemins de randonnée[55].

Lieux de culteModifier

 
Église Saint-Denis de Saint-Escobille.

La paroisse catholique de Saint-Escobille est rattachée au secteur pastoral de Dourdan et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Denis[56].

Le clocher de l’église Saint Denis est une flèche octogonale en pierre du XIIe siècle. Il abrite aujourd'hui trois cloches, fondues en 1902:

  • «Berthe Victoire», sonnant le sol et pesant 600 kg. Elle a en décoration la mention « Sacré cœur de Jésus ; Saint Escobille ; Sainte Barbe ».
  • «Alice Marie Pauline», sonnant le la et pesant 420 kg. Elle porte en décoration « Saint Escobille ; Sainte Cécile ; Saint Antoine de Padoue ».
  • «Emilie Germaine», sonnant le si et pesant 290 kg. Elle porte comme inscription « Saint Escobille ; Sainte Julienne ; Sainte Jeanne D’Arc »[57].

Les fonds nécessaires à la rénovation de l'église sont régulièrement réunis par l'association locale de défense du patrimoine ainsi que par le conseil municipal[54].

Jusqu'à la Révolution, il y avait un temple protestant à Guillerville, hameau de Saint-Escobille.

MédiasModifier

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. La commune édite également un journal d'informations municipales, nommé Saint-Escobillois[58].

ÉconomieModifier

Emplois, revenus et niveau de vieModifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 059 €, ce qui plaçait la commune au 3 209e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au 156e rang départemental[59].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Saint-Escobille - - - - - -
Zone d’emploi d’Étampes 1,8 % 6,2 % 15,1 % 24,9 % 27,2 % 24,8 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Saint-Escobille - - - - - -
Zone d’emploi d’Étampes 2,9 % 16,1 % 6,7 % 14,8 % 9,2 % 5,8 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[60],[61],[62]

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine environnementalModifier

Les bosquets boisés répartis sur le territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[63].

Patrimoine architecturalModifier

L'église de Saint-Escobille date du XIIe siècle.

Un château, construit au XIVe siècle ou au XVe siècle, était auparavant présent au bout de l'actuelle l'Impasse du Château. Il a été détruit au XIXe siècle[24].

Personnalités liées à la communeModifier

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Saint-Escobille :

HéraldiqueModifier


Les armes de Saint-Escobille se blasonnent : D'argent au chevron d'azur, accompagné de trois coquelicots au naturel, les deux du chef affrontés.

Saint-Escobille dans les arts et la cultureModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Fiche de Saint-Escobille dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 06/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Orthodromie entre Saint-Escobille et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  5. Orthodromie entre Saint-Escobille et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  6. Orthodromie entre Saint-Escobille et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  7. Orthodromie entre Saint-Escobille et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  8. Orthodromie entre Saint-Escobille et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  9. Orthodromie entre Saint-Escobille et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  10. Orthodromie entre Saint-Escobille et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  11. Orthodromie entre Saint-Escobille et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  12. Orthodromie entre Saint-Escobille et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  13. Orthodromie entre Saint-Escobille et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 19/11/2012.
  14. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  16. « Transports - Saint-Escobille - Site officiel de la commune », sur www.saintescobille.fr (consulté le 2 mai 2018)
  17. Jean-Pierre Liénasson, « Les Gadoues », sur saintescobille.fr, (consulté le 2 mai 2018)
  18. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  19. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud ; Bénédictins de Ramsgate, Dix mille saints, dictionnaire hagiographique, Brepols
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. a et b Jean-Pierre Lienasson, « Les voies Gallo-Romaines » [PDF], sur saintescobille.fr (consulté le 30 avril 2018)
  22. D. GIGAGNON, Archéologie aérienne du Sud Ouest de Paris, Revue 102, , p. 23-26
  23. F. BESSE, Rapport, , p. 120-121
  24. a et b Jean-Pierre Liénasson, « Le château de Saint-Escobille », sur saintescobille.fr (consulté le 2 mai 2018)
  25. « Histoire - Saint Escobille », sur saintescobille.fr (consulté le 2 mai 2018)
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  29. Pyramide des âges à Saint-Escobille en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 06/08/2012.
  30. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  31. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 13/01/2010.
  32. Fiche entreprise de la commune de Saint-Escobille sur le site verif.com Consulté le 21/04/2011.
  33. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 09/06/2009.
  34. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  35. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  36. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  37. « Résultats de l'élection présidentielle 2018 sur le site du ministère de l'Intérieur. », sur interieur.gouv.fr (consulté le 26 avril 2018)
  38. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  39. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  40. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  41. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le 30 juillet 2018)
  42. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  43. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  44. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  45. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/04/2010.
  46. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  47. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  48. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  49. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 20/08/2009.
  50. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  51. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  52. « École de Saint-Escobille », sur saintescobille.fr (consulté le 26 avril 2018)
  53. Carte d'organisation des centres de secours en Essonne sur le site du SDIS 91. Consulté le 23/02/2011.
  54. a et b « SEHP - Saint-Escobille », sur saintescobille.fr (consulté le 2 mai 2018)
  55. « Sports à Saint-Escobille », sur saintescobille.fr (consulté le 2 mai 2018)
  56. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 02/12/2009.
  57. Jean-Pierre Liénasson, « SAINT-ESCOBILLE Eglise Saint Denis du XII° s. au XVI° s. » [PDF], sur saintescobille.fr, (consulté le 28 avril 2018)
  58. « Éditions numériques du Saint-Escobillois », sur saintescobille.fr (consulté le 28 avril 2018)
  59. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  60. « %5CCOM%5CDL_COM91547.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 17/06/2010.
  61. « %5CDL_ZE19901147.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Étampes sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 20/05/2010.
  62. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  63. Carte des ENS de Saint-Escobille sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 14/02/2013.