Saint-Damase (Les Maskoutains)

municipalité du Québec (Canada), en Montérégie

Saint-Damase
Saint-Damase (Les Maskoutains)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Les Maskoutains
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Christian Martin
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Damasien, ienne
Population 2 473 hab. ()
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 00″ nord, 73° 00′ 00″ ouest
Superficie 8 090 ha = 80,9 km2
Divers
Code géographique 2454017
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Damase
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Damase
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Damase
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Damase
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Damase est une municipalité située dans la municipalité régionale de comté des Maskoutains au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Elle est surtout connue pour son industrie agroalimentaire.

ToponymieModifier

Le vocable est donné par Monseigneur Plessis, archevêque de Québec, le 11 décembre 1820, jour de la fête de Saint-Damase.

Origine des noms de rangs et rues[1]Modifier

  • Rang Corbin : nommé en mémoire d'un petit-fils de David Corbin, constructeur des navires du roi, qui joua un rôle important dans l'acquisition du bois nécessaire à la construction du Séminaire de Saint-Hyacinthe entre 1850-1854.
  • Rang Saint-Louis: probablement nommé en l'honneur de Louis-Joseph Papineau, dont la soeur, Rosalie Papineau, avait épousé en secondes noces, Jean Dessaulles, seigneur de Saint-Hyacinthe.
  • Rang d'Argenteuil : nom donné par Hyacinthe-Marie Delorme, seigneur de Saint-Hyacinthe, en mémoire de Pierre-François Rigaud de Vaudreuil, premier propriétaire de la Seigneurie de Maska, qui était aussi propriétaire de la Seigneurie d'Argenteuil.
  • Rang du Cordon: nommé ainsi, car il servait de division entre la Seigneurie Debartzch et celle de Rouville. Le rang a aussi porté le nom de Sainte-Marguerite, en l'honneur de la fille de Pierre-Dominique Debartzch, Marguerite-Cordélia.
  • Rang de la Caroline: nommé en l'honneur d'une des filles de Pierre-Dominique Debartzch.
  • Rang Marie-Anne: autrefois appelé Sainte-Marianne. Nommé en mémoire de Marie-Anne Crevier-Descheneaux, mère de Hyacinthe-Marie Delorme, seigneur de Saint-Hyacinthe.
  • Rue Saint-Joseph: nommée ainsi puisque plusieurs riverains de cette rue portaient le prénom Joseph. Elle était parfois surnommée la rue des Jos ou encore la rue de la rivière.
  • Rue Saint-Laurent: nommée en référence à l'église romaine de San Lorenzo in Damaso (en français: Saint-Laurent-dans-la-Maison-de-Damase).
  • Rue Saint-Fabien: nommée en l'honneur de Monseigneur Fabien-Zoël Decelles, natif de Saint-Damase.

GéographieModifier

 
Dans la MRC : Les Maskoutains.

Le territoire de Saint-Damase est une grande plaine accidentée par le mont Rougemont au sud-ouest, dont la majeure partie est damasienne, et par la rivière Yamaska au sud-est.








Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

À l'origine, le territoire actuel de Saint-Damase faisait partie de l'immense Seigneurie de Maska, accordée par le roi Louis XV à Pierre-François Rigaud de Vaudreuil qui en sera le seigneur de 1748 à 1753. Pendant ces cinq années, le territoire sera laissé inexploité, le seigneur de Vaudreuil étant occupé aux services de Sa Majesté, d'abord par des expéditions militaires et par la suite par ses fonctions de gouverneur des Trois-Rivières et de Montréal[1].

En 1753, Jacques-Hyacinthe-Simon dit Delorme achète la seigneurie pour la somme de 4000 francs, soit environ 800 dollars. Ce dernier en modifiera le nom pour Seigneurie de Saint-Hyacinthe, son saint patron. Il faut cependant attendre 1795 pour trouver le premier acte d'une concession de terre dans ce qui deviendra Saint-Damase[1].

Le 23 septembre 1811, la seigneurie est partagée entre Hyacinthe-Marie Delorme (fils de Jacques-Hyacinthe-Simon) et son neveu, Pierre-Dominique Debartzch, avocat et homme politique du Bas-Canada, créant ainsi la Seigneurie Debartzch, qui, à peu de choses près, comprenait l'actuel territoire de Saint-Damase.

En 1820, la demande est faite auprès de Monseigneur Plessis à Québec pour la construction d'une chapelle et d'un presbytère. La première messe sera célébrée le 30 juin 1823 par le prêtre Antoine Girouard, fondateur du séminaire de Saint-Hyacinthe. Le décret pour l'érection d'une paroisse fut rédigé par Monseigneur Panet le 11 septembre 1829 et par le gouverneur Lord Matthew Whitworth-Alymer en 1835 pour une superficie de 32 000 arpents incluant 220 fermes[1].

DémographieModifier

Évolution démographique
2001 2006 2011 2016
2 5002 4862 5062 473

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts.[2].

Saint-Damase
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Jean-René Blanchard Voir
2005 Germain Chabot Voir
2009 Voir
2013 Christian Martin Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

AttraitsModifier

Chaque année, au début du mois d’août, se tenait le Festival du maïs qui attirait des milliers de visiteurs. Il a pris fin en 2019 après 30 ans d'existence. Chaque semaine, en été, des spectacles de musique ont lieu sur la place de la Fabrique, située tout près de l’église du village.

PersonnalitésModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Léo Traversy, La paroisse de St-Damase, , 888 p.
  2. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux

Liens externesModifier