Saint-Basile (Ardèche)

commune française du département de l'Ardèche

Saint-Basile
Saint-Basile (Ardèche)
Village de Saint-Basile.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lamastre
Maire
Mandat
Michel Landrein
2021-2026
Code postal 07270
Code commune 07218
Démographie
Gentilé Basiliens
Population
municipale
346 hab. (2019 en augmentation de 7,12 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 25″ nord, 4° 34′ 19″ est
Altitude Min. 413 m
Max. 878 m
Superficie 17,85 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Haut-Vivarais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Basile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Basile
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Basile
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Basile
Liens
Site web Saint-Basile et ses hameaux

Saint-Basile est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune est constituée de quatre hameaux : Saint-Basile, Mounens, Lapras et Cluac.

Ses habitants sont appelés les Basiliens et les Basiliennes[1].

La commune est intégrée dans le Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche[2].

GéographieModifier

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

  • Le hameau de Saint-Basile est le hameau où se situe le siège de la mairie, il se trouve aux alentours de 670 m d'altitude.
  • Le hameau de Cluac se trouve aux alentours de 800 m d'altitude et est à 5,2 km du hameau de Saint-Basile. La route D 21 qui traverse Cluac relit la commune de Vernoux à celle de Saint-Agrève.
  • Le hameau de Lapras se trouve aux alentours de 450 m d'altitude et est à 3,1 km du hameau de Saint-Basile. La route D 578 qui traverse Lapras relit la commune du Cheylard à celle de Lamastre.
  • Le hameau de Mounens se trouve aux alentours de 560 m d'altitude et est à 5,1 km du hameau de Saint-Basile.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Le sol est composé principalement de gneiss.

ClimatModifier

Le climat local est un climat tempéré avec quatre saisons qui varie en fonction de l’altitude des divers lieux de la commune. L'hiver est rigoureux avec des gelées dès le mois de novembre. Les premières chutes de neige apparaissent aussi durant cette période. Les mois de décembre, janvier et février sont généralement très froids. Les températures peuvent descendre jusqu'à -10/-12 °C et ne pas passer au-dessus de 0 °C même au plus chaud de la journée. Le vent du nord soufflant en hiver accentue cette impression de froid. Les chutes de neige sont fréquentes en hiver mais depuis une décennie, la quantité (5 à 10 cm/chute) et la durée ont diminué. Les derniers flocons peuvent se voir jusqu'à Pâques. Le printemps est doux, souvent pluvieux. L'été est lui relativement chaud. L'automne est très pluvieux, avec des nappes de brouillard fréquentes sur les collines alentour.

Quant aux précipitations, le département de l’Ardèche est touché régulièrement par de fortes pluies, accompagnées de vents violents, appelées « pluies cévenoles ». Ce phénomène saisonnier découle de la combinaison des facteurs climatique et topographique particuliers de cette zone géographique: la présence de reliefs le long de la vallée du Rhône, ce qui concentre la dépression ; les remontées d’air chaud de la mer Méditerranée; les descentes d’air froid des anticyclones mobiles polaires et la présence d’un anticyclone sur l’Europe centrale.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Basile est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (61,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (61,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (59,6 %), zones agricoles hétérogènes (25,4 %), prairies (13,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

ToponymieModifier

La commune de Saint-Basile eut différentes toponymies durant le passé[10].

En 1179, la commune s'appelait Sanctus Basilius puis Saint Bausile en 1464 avant de devenir Saint Basilidus en 1516. Durant la Révolution française, la commune prit le nom de Basile Marron avant de prendre son nom définitif de Saint-Basile en 1801[11].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Marcel Félix[12] SE Agriculteur
Michel Pascal SE Forgeron
Roger Rostaind PCF Chef d'entreprise

(décès)[13]
Olivier Duhoo[14] SE Infirmier dans la fonction publique hospitalière[13]
Vice-président de la communauté de communes du Pays de Lamastre chargé des questions numériques et environnementales[13]
2021 En cours ?    

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2019, la commune comptait 346 habitants[Note 2], en augmentation de 7,12 % par rapport à 2013 (Ardèche : +2,47 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8081 0801 1801 1221 1381 2671 4731 3701 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4011 3591 3941 3071 2721 2681 2761 2991 319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1951 2211 058951879793719603533
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
450416367314273279313318323
2017 2019 - - - - - - -
353346-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier


Patrimoine civilModifier


Personnalités liées à la communeModifier

  • André-Ferdinand Hérold, fils de Ferdinand Hérold, avocat à la cour de cassation qui, sur le hameau de Lapras, possédait le château de Lapras ou Maison Hérold.
  • Maurice Ravel séjourna à Lapras, dans la Maison Hérold, pendant l'hiver 1919-1920 et y composa La Valse.
  • Le château de Maisonseule a été racheté par l'humoriste Yves Lecoq, déjà propriétaire d'autres châteaux qu'il restaure. Le 8 septembre 2013, le château est touché par la foudre et les toitures sont la proie d'un incendie[19].
  • La congrégation de Saint Basile dont le siège est à Toronto au Canada, doit son nom au village de St Basile (le chateau de Maisonseule abritait au XIXème siècle une école de la congrégation)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. Nom des habitants de Saint-Basile sur le site habitants.fr de la société Patagos (consulté le 13 février 2019).
  2. « Annuaire des communes - Saint Basile - Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche », sur www.parc-monts-ardeche.fr (consulté le )
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne), n° 28301.
  11. Bulletin des lois de la République française, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 550.
  12. « Saint-Basile - Deux anciens maires honorés », sur hebdo-ardeche.fr (consulté le ).
  13. a b et c Dolores Mazzola, « Ardèche : le maire de Saint-Basile, victime d'un accident domestique », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  14. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. « Un château d'Yves Lecoq touché par un incendie », sur Sud-Ouest, .