Saint-Barnabé (Côtes-d'Armor)

commune française du département des Côtes-d'Armor

Saint-Barnabé [sɛ̃baʁnabe] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France. La commune du Centre-Bretagne est connue notamment pour son église, qui est la seule de son secteur étant maintenue par des piliers latéraux. Elle est également connue pour le dicton comportant son nom et celui des communes de Saint-Médard.

Saint-Barnabé
Saint-Barnabé (Côtes-d'Armor)
Église de Saint-Barnabé durant l'été.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Loudéac Communauté − Bretagne Centre
Maire
Mandat
Georges Le Franc
2020-2026
Code postal 22600
Code commune 22275
Démographie
Gentilé Barnabéen, Barnabéenne
Population
municipale
1 214 hab. (2021 en diminution de 3,11 % par rapport à 2015)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 18″ nord, 2° 42′ 05″ ouest
Altitude 150 m
Min. 72 m
Max. 173 m
Superficie 22,75 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loudéac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Barnabé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Barnabé
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
Saint-Barnabé
Géolocalisation sur la carte : Bretagne (région administrative)
Voir sur la carte administrative de Bretagne (région administrative)
Saint-Barnabé

Géographie

modifier

Localisation

modifier

Saint-Barnabé est une commune limitrophe du département du Morbihan. La commune est située en pays gallo mais la frontière avec la Bretagne bretonnante est toute proche (une dizaine de kilomètres à l'ouest) et près de la moitié des écarts portent un nom d'origine bretonne : Coëtmeur (le Grand Bois), Kerbert, Kerditio, Ker Launay, Kermasson (village du dénommé Masson), Kerménan, Le Quillio (le Bocage), Magouët.

Paysage et relief

modifier

La commune appartient à l'unité paysagère de la plaine de Loudéac que borde au nord les collines du Mené et les monts d'Uzel et qui se prolonge en direction du sud dans le Morbihan avec la plaine de Pontivy. Cette plaine est caractérisée par un relief faiblement vallonné, une orientation générale des pentes vers le sud, un bocage à l'état résiduel et un habitat dispersé[1]. Le centre-bourg est à une altitude de 137 mètres au niveau de la mer. La commune culmine à 175 mètres d'altitude près du village de Magouët. Le point le plus bas (72 mètres), est situé à l'extrémité Est de la commune au niveau de la vallée du Lié. Outre le bourg qui constitue l'agglomération principale on compte de nombreux petits villages et hameaux.

Hydrographie

modifier

La commune est située en totalité dans le bassin versant de l'Oust. Les cours d'eau qui drainent la commune sont des affluents ou des sous affluents de cette rivière. Le plus important cours d'eau de la commune est le Lié qui borde la commune à l'Est.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Finistère nord, caractérisée par une pluviométrie élevée, des températures douces en hiver (°C), fraîches en été et des vents forts[3]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur Est », avec des hivers frais, des étés chauds et des pluies modérées)[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 844 mm, avec 13,6 jours de précipitations en janvier et 6,5 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Loudéac à 6 km à vol d'oiseau[5], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 922,6 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Saint-Barnabé est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,8 %), zones agricoles hétérogènes (11,5 %), prairies (9,4 %), zones urbanisées (5,2 %), forêts (0,1 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme « Villa de Kermelennan in Locduriac » vers 1075[14], aujourd’hui le village de Kermenan en Saint-Barnabé.

Saint-Barnabé est formée des villages : Kermenan, Blanlin, Biolo, le Relay, Couëmeur, le Bourgdio, le Fossé, le Plessisgour, la Ville-Guimart, Langoyet, la Ville-Gouéno, Magouet, Estuer, Bocaudrin, etc.[15].

Saint-Barnabé tire son nom de Saint-Barnabé[15].

Sant-Barnev en breton[16].

Histoire

modifier

Le XXe siècle

modifier

La Première Guerre mondiale

modifier

Trois prisonniers de guerre allemands, emprisonnés dans un camp à Saint-Barnabé, évadés, furent arrêtés par des gendarmes à Saint-Allouestre en mai 1915[17].

Le monument aux morts de Saint-Barnabé porte les noms de 58 soldats morts pour la Patrie pendant la Première Guerre mondiale[18].

La Seconde Guerre mondiale

modifier

Le monument aux morts de Saint-Barnabé porte les noms de 9 personnes mortes pour la France durant la Seconde Guerre mondiale[18].

Une plaque commémorative apposée sur le mur du cimetière honore la mémoire de Lionel Floch, né à Saint-Barnabé, réfractaire du STO, résistant du maquis de la Malfourée (en Le Cambout), fusillé par les Allemands le [19].

Politique et administration

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Mathurin Boscher    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Ange Cadoret SE Retraité
mars 2001 mars 2014 Roger Gautier SE Retraité
mars 2014 En cours Georges Le Franc DVG[20] Agriculteur
Ancien Président de Loudéac Communauté − Bretagne Centre (2017-2020)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2021, la commune comptait 1 214 habitants[Note 2], en diminution de 3,11 % par rapport à 2015 (Côtes-d'Armor : +1,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1331 0651 1181 0761 0471 054981973972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9409319767591 0051 0251 0581 0671 083
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0731 0521 0921 0271 002975925964931
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
9228779481 2491 4591 3411 2721 2521 265
2018 2021 - - - - - - -
1 2471 214-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

modifier
 
Église de Saint-Barnabé, la Cène.
  • Église de Saint-Barnabé.
  • La Cène - église de Saint-Barnabé.
  • Le lavoir des lavandières.
  • Croix et statue de la Vierge Marie - rue des Lavandières
  • Monument aux morts.

Jumelages

modifier

  Saint-Barnabé (Québec) (Canada)

Notes et références

modifier
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. « La plaine de Loudéac », sur paysages.cotesdarmor.fr (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Saint-Barnabé et Loudéac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Loudeac » (commune de Loudéac) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Loudeac » (commune de Loudéac) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Loudéac », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Dans le cartulaire de Redon.
  15. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Barnabé ».
  16. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  17. « Arrestation de prisonniers évadés », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , page 3 (lire en ligne, consulté le ).
  18. a et b « Saint-Barnabé. Monument aux Morts (Relevé n° 55501) », sur www.memorialgenweb.org, (consulté le ).
  19. « Saint-Barnabé. Plaque commémorative LE FLOCH Joseph (Relevé n° 67004) », sur memorialgenweb, (consulté le ).
  20. « Résultats des élections législatives 2022 à Saint-Barnabé 22600 », sur lemonde.fr (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :