Saint-Étienne-au-Temple

commune française du département de la Marne

Saint-Étienne-au-Temple
Saint-Étienne-au-Temple
La mairie et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Cyril Pointud
2020-2026
Code postal 51460
Code commune 51476
Démographie
Gentilé Stéphanois, Stéphanoises
Population
municipale
819 hab. (2019 en augmentation de 3,02 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 32″ nord, 4° 25′ 28″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 151 m
Superficie 11,94 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-3
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Temple
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Temple
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Temple
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Temple

Saint-Étienne-au-Temple est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

Le village est traversé par la Vesle. L'ancienne route nationale 77 (RN 77), entre Châlons-en-Champagne et Suippes, contourne le village. Au nord de la commune passe par l'autoroute A4, la sortie 28 dessert Saint-Étienne-au-Temple[1].

Communes limitrophes de Saint-Étienne-au-Temple
Dampierre-au-Temple Cuperly La Cheppe
 
Saint-Martin-sur-le-Pré L'Épine

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Étienne-au-Temple est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,8 %), zones agricoles hétérogènes (7 %), forêts (6,5 %), zones urbanisées (4,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

Le village, ainsi que d'autres aux alentours, tient son nom, pour partie, de possessions templières. Au XIIIe siècle, cette seigneurie dépendait de la commanderie de La Neuville[9],[10]. On y connait un moulin templier en 1133, détruit en 1914, disparu de nos jours. Le lieu-dit Terme des Bornes fait allusion à des bornes placées par les templiers pour limiter leurs terres.

Les toponymes actuels comme Terme du Verroir, de la Carelle, des Hâves de Dampierre, de Vavrelle, des Champs Henry, des Hivards, du Mont Verain (Vérin), des Tournants, des Franches Hâves, de Colteres, la Finette, du Mont de l'Arbre, des Hautes Tournières, des Maises, de la Haie Goblet, du Haut de Chanteraine, du Pré Durand, et du Bas de la Noue de Forêt ont des racines anciennes avérées par des écrits du XVIIIe siècle.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Montvesle et de Temple-sur-Vesle[11].

Politique et administrationModifier

Rattachement administratifModifier

Lors de sa création, pendant la Révolution française, la commune rejoint le canton de Courtisols. En 1801, elle intègre le canton de Châlons. Depuis 1973, et la division du canton de Châlons-sur-Marne, Saint-Étienne-au-Temple faisait partie du canton de Châlons-en-Champagne-2[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Châlons-en-Champagne-3.

Liste des mairesModifier

 
La maison commune (mairie).
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1876   Joppé[12]    
1877   Machet[13]    
1929 ? G. Vitry    
déc. 2004 avr. 2014 Jean-Paul Thilly[14]    
avr. 2014[15] En cours
(au 4 juillet 2014)
Sophie Szulik    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2019, la commune comptait 819 habitants[Note 3], en augmentation de 3,02 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
277291288287313304300290305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304291281276269243223223211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205195194274199178203162180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
178193333415447458567583730
2017 2019 - - - - - - -
812819-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoineModifier

MonumentsModifier

L'église est placée sous le vocable de Saint-Étienne. Datant des XIIIe et XIVe siècles, elle est de style gothique. Elle appartient à la paroisse Saint Dominique Savio des Trois Rivières[19].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Carte IGN de Saint-Étienne-au-Temple » sur Géoportail (consulté le 15 mai 2013)..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques : Moyen Age, Renaissance, temps modernes, Volume 27. sur Google Livres, Hélène Maigret : La commanderie de la Neuville-au-Temple (Marne). Éditions du CTHS, 1999, page 31.
  10. Édouard de Barthélemy, Diocèse ancien de Châlons-sur-Marne, histoire et monuments : suivi des cartulaires inédits de la commanderie de la Neuville-au-Temple, des abbayes de Toussaints, de Monstiers et du prieuré de Vinetz., vol. 1, , 447 p. (lire en ligne), « Recueil des chartes de la commanderie du Temple de la Neuville-lèz-Chalons », p. 416.
  11. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Almanach historique administratif et commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims 1876, p130.
  13. Almanach historique administratif et commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims 1877, p162.
  14. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le ).
  15. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. « Vie religieuse - Saint Dominique Savio des Trois Rivières », sur site du Diocèse de Châlons-en-Champagne, (consulté le ).