Ouvrir le menu principal
Safi N'Diaye
Description de cette image, également commentée ci-après
Safi N'Diaye en 2014
Fiche d'identité
Nom complet Safi N'Diaye
Naissance (31 ans)
Taille 1,83 m
Poste Troisième ligne centre, deuxième ligne
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
2001-2004Castres rugby féminin
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2004-2011
2011-
Castres rugby féminin
Montpellier RC
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2012-Drapeau : France France68 (?)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 24 février 2019.

Safi N'Diaye, née le , est une joueuse de rugby à XV évoluant au poste de deuxième ligne ou troisième ligne centre au sein du Montpellier rugby club ainsi qu'en équipe de France. Elle est six fois championne de France de première division, et remporte trois fois le Tournoi des Six Nations en réalisant deux Grands Chelems.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Originaire de Castres, dans le Tarn[1], Safi N'Diaye naît le [2]. Elle est issue d'une famille de sportifs : son père est footballeur, sa mère volleyeuse, sa sœur pratique la gymnastique rythmique et sportive à haut niveau[3]. Safi se tourne vers le basket-ball. À 12 ans, alors qu'elle mesure déjà 1,80 m, elle rencontre un entraîneur de rugby féminin qui l'invite à assister à un entraînement : « J’ai découvert une bande de filles complètement barjots, avec une patate impressionnante, un esprit chaleureux. Elles m’ont dit : « Mardi, on joue contre les garçons, tu viens. Ne t’inquiète pas, on t’amène des affaires, tu prends le ballon et tu cours le plus vite possible » et je me suis éclatée ! Depuis, c’est toujours ma bande de copines[4]. » C'est ainsi que débute sa formation au Castres rugby féminin (qui fusionnera en 2015 avec le Castres olympique[5]). Avec ce club, elle est championne de France de Fédérale 3 en 2005[6].

Mesurant à présent 1,83 m[2], elle joue troisième ligne aile[7]. Le , à Guéret, elle devient championne de France de Fédérale 2 avec le Castres RF[8]. Elle obtient cette année-là son diplôme d'État de monitrice-éducatrice (DEME). Encouragée par son entraîneur Denis Bayle et par sa présidente Virginie Berthoumieu[6], elle quitte alors Castres pour le Montpellier rugby club[9], qui évolue en Top 10. À Montpellier, elle entame trois années de gros efforts d'entraînement et de stages. Elle remet en question sa manière de vivre, en particulier son alimentation[6].

InternationaleModifier

 
Safi N'Diaye durant le Tournoi des Six Nations 2014.

Dans le Tournoi des Six Nations 2012, le au Bridgehaugh Park de Stirling, elle monte en deuxième ligne pour honorer sa première cape, contre l'Écosse[7]. En septembre, elle devient éducatrice spécialisée dans un Itep de Montpellier, où elle introduit le rugby[10]. Elle s'occupe de jeunes de 6 à 20 ans présentant des troubles du comportement[4]. En 2013, elle est championne de France de Top 10 avec le Montpellier HR[11].

En mars 2014, avec les Bleues, elle remporte le Tournoi des Six Nations en réalisant le Grand Chelem[12]. Le , avec Montpellier, elle est à nouveau championne de France, à Arnas, en battant l'AC Bobigny (29-19)[13],[14]. En août, elle participe à la Coupe du monde, qui se déroule en France. Les Bleues terminent troisièmes[2]. Le , N'Diaye reçoit l'Oscar Midi olympique de la meilleure joueuse française. C'est la première fois qu'une femme entre dans le palmarès[15].

En 2015, avec Montpellier, elle est championne de France pour la troisième année consécutive. Elle est élue meilleure joueuse de la finale[16]. En mars 2016, avec l'équipe de France, elle remporte le Tournoi des Six Nations[17].

En 2017, elle est championne de France de première division pour la quatrième fois[18]. Elle est retenue dans le groupe pour disputer la Coupe du monde, en Irlande[19]. Troisième ligne centre, elle réalise d'abord, de son propre aveu, deux matchs de poule « moyens[20] » face au Japon (victoire française, 72-14[21]) et à l'Australie (victoire, 48-0[22]). Puis, selon la FFR, elle « explose les compteurs[20] » face à l'Irlande (victoire, 21-5[23]) : « un match XXL face à l’adversaire le plus difficile de la poule, évoluant qui plus est à domicile ». Elle est désignée meilleure joueuse de la rencontre[20]. La France termine troisième de la compétition[24]. À la reprise du Top 8, Gaëlle Mignot partie pour Richmond et le championnat professionnel d'Angleterre[25], N'Diaye lui succède comme capitaine de l'équipe de Montpellier[26]. En novembre, elle est nommée par World Rugby pour le titre de meilleure joueuse de l'année[27].

En 2018, avec l'équipe de France, elle réalise le Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations[26]. Avec Montpellier, elle est championne de France de première division pour la cinquième fois[28]. En novembre, elle est à nouveau nommée par World Rugby pour le titre de joueuse de l'année[29], mais c'est une autre française, Jessy Trémoulière, qui remporte la récompense[30]. Durant la tournée d'automne, elle rencontre les Blacks Ferns de Nouvelle-Zélande, championnes du monde en titre. Les Bleues essuient une défaite lors du premier test (0-14)[31]. Elles prennent leur revanche le , à Grenoble (30-27). C'est la première victoire officielle[32] des Françaises face aux Néo-Zélandaises. Toujours en novembre, N'Diaye fait partie des 24 premières joueuses françaises de rugby à XV qui signent un contrat fédéral à mi-temps[33]. Son contrat est prolongé pour la saison 2019-2020[34].

Le , elle est touchée à un muscle ischio-jambier lors d'Écosse-France, troisième rencontre du Tournoi des Six Nations. Elle ne peut jouer les deux derniers matchs, contre l'Irlande et l'Italie[35]. Après 68 sélections en équipe de France, c'est son premier forfait sur blessure[36]. Le , en finale du championnat, à la tête de l'équipe de Montpellier, elle marque un essai. Elle devient championne de France de première division pour la sixième fois[37].

PalmarèsModifier

Distinction personnelleModifier

Oscars du Midi olympique : Oscar de la meilleure joueuse française 2014 (elle est la première joueuse à recevoir un Oscar du Midi olympique)[39]

Implication au sein des institutionsModifier

Elle est secrétaire générale de Provale, le syndicat des joueurs de rugby professionnels depuis le [40]. Le , elle est réélue au sein du comité directeur.

Le 9 décembre 2017, elle est élue au comité directeur de la Ligue régionale Occitanie de rugby au sein de la liste menée par Alain Doucet et soutenue par le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte[41].

Notes et référencesModifier

  1. Fessoil Abdou, « Humans of Montpellier no 74 », sur lenouveaumontpellier.fr, 2 décembre 2018 (consulté le 13 mars 2019).
  2. a b et c « Safi N’Diaye : « Notre salaire, c’est de gagner des titres ! » sur womensports.fr, 9 août 2017 (consulté le 12 mars 2019).
  3. « La double vie de Safi N'Diaye », sur leparisien.fr, 12 août 2014 (consulté le 12 mars 2019).
  4. a et b « Safi N'Diaye : « Refuser une sélection en équipe de France parce que votre employeur ne vous libère pas, c’est compliqué ! » sur elle.fr, 27 juillet 2017 (consulté le 11 mars 2019).
  5. « Le Castres rugby féminin devient Castres olympique », sur ladepeche.fr, 3 juin 2015 (consulté le 11 mars 2019).
  6. a b et c Serge Boulbès, « Safi : « Mon club de cœur, c'est Castres », sur ladepeche.fr, 14 août 2014 (consulté le 12 mars 2019).
  7. a et b Jacques Auclert, « Une Castraise en équipe de France », sur ladepeche.fr, 18 février 2012 (consulté le 12 mars 2019).
  8. Jacques Auclert, « Les Castraises sont championnes », sur ladepeche.fr, 6 juin 2011 (consulté le 14 mars 2019).
  9. Pauline Brassart, « Safi N'Diaye : « Les Castrais sauront répondre au défi physique », sur ladepeche.fr, 31 mai 2018 (consulté le 11 mars 2019).
  10. « Challenge 2018 Montpellier », sur rugbyitep.com, mai 2018 (consulté le 13 mars 2019).
  11. « Rugby féminin : les joueuses de Montpellier championnes de France », sur midilibre.fr, (consulté le 31 mai 2014).
  12. « Le Grand Chelem pour les Bleues », sur www.lequipe.fr, (consulté en 1e mai 2014).
  13. « Montpellier conserve son titre », sur midilibre.fr, (consulté en 1e mai 2014).
  14. « Coccs 29 – 19 Bobigny : championnes de France », sur montpelliersports.fr, (consulté le 19 mai 2014).
  15. « Safi N'Diaye, Oscar de la meilleure joueuse française », sur jeanne-magazine.com, 19 novembre 2014 (consulté le 13 mars 2019).
  16. « Et de trois pour les filles du MRC championnes de France ! » sur midilibre.fr, 3 mai 2015 (consulté le 14 mars 2019).
  17. « Six Nations féminin : la France s'offre l’Angleterre et le Tournoi ! » sur ouest-france.fr, 18 mars 2018 (consulté le 6 février 2019).
  18. « Top 8 (finale féminines) : Montpellier c'est champion ! » sur lequipe.fr, 29 avril 2017 (consulté le 14 mars 2019).
  19. « France féminines : Le groupe pour la Coupe du monde », sur www.ffr.fr, Fédération française de rugby, (consulté le 13 juin 2017).
  20. a b et c « Safi, la force tranquille », sur ffr.fr, 21 août 2017 (consulté le 13 mars 2019).
  21. « France bat Japon 72-14 », sur ffr.fr, 9 août 2017 (consulté le 13 mars 2019).
  22. « France bat Australie 48-0 », sur ffr.fr, 13 août 2017 (consulté le 13 mars 2019).
  23. « France-Irlande 21-5 », sur ffr.fr, 17 août 2017 (consulté le 13 mars 2019).
  24. « France féminines : La victoire du sourire », sur ffr.fr, 27 août 2017 (consulté le 12 mars 2019).
  25. « Gaëlle Mignot part en Angleterre », sur rugbyrama.fr, 27 septembre 2017 (consulté le 12 mars 2019).
  26. a et b Cédric Nithard, « Safi N’Diaye, une affamée de victoire en quête d’un troisième titre consécutif », sur e-metropolitain.fr, 13 avril 2018 (consulté le 12 mars 2019).
  27. « Les nominés pour les Joueurs et Joueuses de l'Année », sur le site de World Rugby, 15 novembre 2017 (consulté le 18 novembre 2017).
  28. « Les Montpelliéraines championnes de France », sur rugbyrama.fr, 14 mai 2018 (consulté le 14 mars 2019).
  29. « 4 Françaises parmi les 5 meilleures joueuses d l'année ! », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 25 novembre 2018).
  30. Emmanuel Massicard, « Jessy Trémoulière sacrée meilleure joueuse de l'année », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 25 novembre 2018).
  31. « France-Nouvelle Zélande féminines : 0-14 », sur ffr.fr, 9 novembre 2018 (consulté le 13 février 2019).
  32. Le , les Françaises battent les Néo-Zélandaises par 3 à 0 dans un match pour la troisième place de la Coupe du monde. Ce match n'étant pas prévu au départ, son résultat n'est pas officialisé. « Les Bleues remportent la première victoire officielle de leur histoire face à la Nouvelle-Zélande », sur lequipe.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  33. « 24 joueuses de l'équipe de France sous contrat fédéral à mi-temps », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 23 janvier 2019).
  34. « 26 Affamées ! », sur www.ffr.fr, Fédération française de rugby, (consulté le 11 août 2019).
  35. « Les Bleues privées de Safi N'Diaye face à l’Irlande », sur sport24.lefigaro.fr, 28 février 2019 (consulté le 11 mars 2019). — « XV de France féminin : le groupe pour l'Italie », sur ffr.fr, 12 mars 2019 (consulté le 13 mars 2019).
  36. Jean Abeilhou, commentaire du match Irlande-France féminin, France 4, 9 mars 2019.
  37. AFP, « Rugby féminin : Montpellier conserve son titre », sur lefigaro.fr, 18 mai 2019 (consulté le 20 mai 2019).
  38. Justine Saint-Sevin, « Les cinq Bleues à suivre », sur sport24.lefigaro.fr, 2 février 2019 (consulté le 13 mars 2019).
  39. « Oscars Midi Olympique: Bastareaud meilleur Français », sur rugbyrama.fr, .
  40. « Robins Tchale-Watchou élu président de Provale », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 17 mars 2017).
  41. « Elections régionales - Ligue Occitanie », Fédération française de rugby, (consulté le 9 décembre 2017).

Liens externesModifier

Ressource relative au sport  :

Sur les autres projets Wikimedia :