Ouvrir le menu principal

Le sadisme et le masochisme sont deux thèmes présents dans le septième art. Plutôt que de parler de sadomasochisme ou BDSM au cinéma, cet article sépare le sadisme du masochisme, ce qui permet de traiter l'ensemble des films, qu'ils abordent la seule thématique du sadisme, ou bien celle du masochisme, et sans qu'il soit forcément et uniquement question de jeux sexuels contractuels.

Sommaire

DistinctionModifier

 
Bette Davis et Joan Crawford dans Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?

Traiter le sadisme et le masochisme au cinéma, n'est pas traiter uniquement le BDSM, dont le but est la quête du plaisir sexuel. Selon la pure tradition hollywoodienne le masochisme au cinéma est acceptable « s’il évacue toute notion de plaisir sexuel : s’il peut incarner l’exaltation du martyre dans le plus pur style judéo-chrétien[1]. » De même qu'aucune censure ne frappera les films historiques au sadisme exacerbé. Films où l'on met en images des scènes de fouet à peine soutenables : Les Révoltés du Bounty. Ou encore, Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? qui met en scène un sadisme social terrifiant, à travers un couple sadique[2] et victime, incarné par deux sœurs.

En revanche, « que le héros vienne à succomber aux avances capiteuses de cet archétype hétaïrique qu’est la vamp, et celle-ci le conduira à l’humiliation et à la déchéance[1]. »

L'énigme Marlon BrandoModifier

 
Un Tramway nommé Désir

Tout au long de sa carrière, Marlon Brando a accumulé les rôles de personnages troubles ou ambigus, anti-héros ou au contraire pervers cruels et effrayants. Acteur aux mille facettes, il avait aussi « quelque chose de dangereux, comme un parfum noir qui émanait de lui. Détestable ? Non. Au contraire, séduisant, attirant. Il avait la beauté du diable. »[3] Si bien que certains ont pu parler de lui comme d'un « monstre », donnant l'impression que « l’écran n’est pas assez grand pour lui. »[4]

« Brando, ce fut la contradiction même : une voix douce sur un corps de colosse une virilité féminine - ah, cette lenteur douloureuse de Sur les quais -, un sadisme alternant avec le pire des masochismes - Colombani en fait un autodestructeur compulsif - et une violence qui n'aura de cesse de tendre vers le zen, jusqu'au bouddha Kurtz dans Apocalypse Now. Des contradictions résolues très tard avec ce film-culte, mais aussi avec Le dernier tango à Paris, où il se dépouille comme jamais. C'est à la fin que le “Roi Brando” est nu. »[5]

Parmi ses incarnations de personnages humiliés, frappés :

  • Viva Zapata ! (1952) de Elia Kazan : Emiliano Zapata (Marlon Brando) est promené corde au cou comme un animal[6].
  • Sur les quais (1954) de Elia Kazan : dans ce film, qui reprend le « topos » de l'homme seul dressé contre une puissante organisation (un gang qui a la haute main sur un syndicat de dockers du port de New York), une scène de passage à tabac montre un Marlon Brando, « torturé et inspiré[7] », se faisant littéralement massacrer[6].
  • La Vengeance aux deux visages (1961), film qu'il réalise et dans lequel il apparaît fouetté par son ancien ami, joué par Karl Malden[6]. Jean Tulard fait ce commentaire : « Brando ne donne pas dans la simplicité, c'est le moins qu'on puisse dire, mais il est si visiblement content de se faire martyriser devant la caméra qu'on est content pour lui. »[8]
  • La Poursuite impitoyable (1966) de Arthur Penn : brutale scène de passage à tabac dont est victime le shérif incarné par Brando[9].
  • L'Homme de la Sierra (The Appaloosa, 1966) de Sidney J. Furie : Marlon Brando est pendu [10].
  • Reflets dans un œil d'or (1967) de John Huston : Brando y joue le rôle d'un officier de l'armée qui refoule son homosexualité et est cravaché par Elizabeth Taylor[11]. « Un film sur la folie et les déviations [...] catalogue de perversions, de l'automutilation au fétichisme[12] ».

Personnages cruels ou sadiques :

  • Un tramway nommé Désir (1951) est un film d’Elia Kazan. « Tout droit sorti de l’Actors Studio Brando devient par ce film le sexe-symbol américain rêvé, aux côtés de la déjà célèbre Vivien Leigh de Autant en emporte le vent, à cette époque déjà légèrement atteinte de la tuberculose qui l’emportera. Elia Kazan : “Brando possède vulgarité, cruauté, sadisme, et il a en même temps quelque chose de terriblement attirant.” La vieille Amérique du Sud est détruite par la nouvelle et jeune Amérique, et le film remporta un immense succès malgré le scandale qu’il suscita dans certains milieux bien-pensants. »[13]
  • Le Corrupteur (1972) de Michael Winner : dans une grande demeure bourgeoise, le domestique irlandais Quint, vulgaire, brutal, négligé et pervers, impose son autorité sur les occupants d'une grande demeure bourgeoise, et en particulier sur la jeune gouvernante qui se soumet totalement à sa domination, se faisant ligoter et fouetter[10]. Jean Tulard souligne « l'atmosphère pesante et étouffante [du film] malgré les échappées dans la campagne anglaise et [la] présence écrasante de Marlon Brando. »[14]
  • Missouri Breaks (1976) de Arthur Penn : dans un face à face tendu avec Jack Nicholson, Brando campe un « régulateur » tueur de voleurs, aussi fantasque et impitoyable que pervers[15].
  • Apocalypse Now (1979) de Francis Ford Coppola : Brando y joue le rôle de l'effrayant et violent colonel Kurtz, génie du mal aussi séduisant qu'inquiétant, « souverain des ténèbres » qui, caché dans la jungle, règne par la terreur sur un groupe d'indigènes[16].

MasochismeModifier

Article détaillé : masochisme.

À propos de masochisme au cinéma Michel Etcheverry nous dit : « Ce penchant pour le supplice cinématographique constitue le versant respectable du fantasme masochiste masculin »[1]

Un des personnages principaux est masochisteModifier

 
Boulevard du Crépuscule

Boulevard du crépuscule (Sunset Boulevard, 1950) : un film de Billy Wilder, avec William Holden, Gloria Swanson, Erich von Stroheim. Norma Desmond, interprétée par Gloria Swanson, fut une grande gloire du cinéma muet. Elle vit désormais enfermée dans une somptueuse demeure et continue à se conduire comme une idole. Elle a perdu son physique de jeune première, mais son caractère s'est durci : capricieuse, autoritaire, narcissique, dominant et manipulant son valet, etc. Elle aurait, selon Georges de Coulteray, « la gifle mondaine »[22]

  • Jeanne Moreau aux pieds d'Ettore Manni dans Mademoiselle de Tony Richardson (1966) ː « La vengeance d'une masochiste éconduite peut devenir redoutable. C'est ainsi qu'après avoir passé une journée dans les bois à se traîner (au sens propre du terme) dans son ombre, à ramper à ses pieds, à embrasser ses chaussures, à le lécher comme une chienne et à répondre aux coups de sifflet en aboyant, l'institutrice d'un petit village de Corrèze (Jeanne Moreau) fera chasser le bel ouvrier saisonnier italien (Ettore Manni) en l'accusant de viol »[23].
  • Malicia (Malizia, Salvatore Samperi, 1973) ː « une bonne très docile »[25].
  • Liza (La Cagna, 1972) Prête à tout pour séduire, quitte à tuer le chien du maître pour devenir sa chienne (cagna). « (Catherine Deneuve), jeune femme ayant quitté sa croisière sur un coup de tête et s'accrochant à lui désormais. Seulement les minauderies et caprices de Liza ne trouvent guère d'échos chez un Giorgio qui s'il n'est pas insensible à ses charmes préférera toujours la compagnie et la conversation de son chien... Qu'à cela ne tienne la belle va provoquer la mort du canin pour susciter plus d'attention, jusqu'à se substituer à lui dans un jeu d'amour et de soumission étrange et dangereux. »[26]
  • Histoire d'O (Just Jaeckin, 1975), inspiré du roman éponyme de Pauline Réage (1954) est « d'abord un cri d'amour, celui d'une femme qui veut appartenir corps et âme à son amant »[27].
  • Sick: The Life & Death of Bob Flanagan, Supermasochist (1997) est un film documentaire réalisé par Kirby Dick ː « Un portait visionnaire et déconcertant d'un homme atteint de mucoviscidose. En l'occurrence, un artiste performeur qui explore avec un masochisme extrême les frontières de la douleur, de la sexualité et de la mort[28]. »[29]
  • Erik Lamens, Domination (nl)[30] (2009). Le film retrace de façon romancée l'histoire authentique du juge Koen Aurousseau, qui accède aux désirs masochistes de sa femme Magda[31].

Un des personnages a subi des violences non consenties et bascule vers le masochisme charnelModifier

  • Portier de nuit (1974) de Liliana Cavani avec Dirk Bogarde et Charlotte Rampling : une ancienne déportée retrouve son ancien bourreau SS, avec qui elle a eu une relation amoureuse, et renoue avec lui des rapports contractuels[32]. Le film suscita de nombreuses polémiques, en raison des flash-back dérangeants qui exposent la relation sadomasochiste entre Max et Lucia, totalement déconnectée de la réalité atroce de l'univers concentrationnaire. En particulier, Michel Foucault critiqua sévèrement cette vision sexualisée du nazisme, s'étonnant que tout un « imaginaire érotique de pacotille [soit] placé maintenant sous le signe du nazisme »[33].
  • Attache-moi ! (1990) de Pedro Almodóvar avec Antonio Banderas et Victoria Abril. « Marina [une actrice porno] finit par être troublée par l’amour que cet homme [Ricky, qui la séquestre] lui porte. Dans un monde conventionnel, les journaux feraient leur une avec cet exemple de syndrome de Stockholm [...] Attache-moi! est insolite et intrigant, mais aussi provocant et drôle, passionnel et violent, dans la lignée de La Loi du désir. C’est sans doute le plus optimiste des films sadomasochistes. »[34]
  • Elle (film) (2016) de Paul Verhoeven avec Isabelle Huppert et Laurent Lafitte ː « Une femme d'affaires, victime un soir, dans sa belle maison bourgeoise, d'un viol perpétré par un homme cagoulé, qui la roue de coups. Une scène digne des jeux vidéos qu'elle produit pour son travail Michèle (Isabelle Huppert) en touche à peine un mot à ses proches et ne va pas se plaindre à la police. Elle s'achète une bombe de gaz lacrymogène, dort avec un marteau. Et continue sa vie, entre une mère botoxée, un ancien mari déprimé, un fils en mal de paternité et un futur ex-amant qui n'est autre que le mari de sa meilleure amie. Elle soupçonne un temps son violeur d'être lié à l'histoire qui a brisé son enfance: celle d'un père massacreur d'enfants, qu'elle n'a jamais voulu revoir, et qui ressurgit à la faveur de sa demande de libération conditionnelle. (…) Fille d'un monstre, Michèle devra subir un nouveau viol avant de démasquer son agresseur, qui la violera à nouveau, cette fois avec son plein consentement, dans une scène mémorable où humour et perversité s'entremêlent. Jusqu'à l'orgasme. »[35]

Films contenant une ou plusieurs scènes BDSMModifier

DominatricesModifier

Films où une ou plusieurs dominatrices sont mises en scèneModifier

  • Maîtresse (1975) de Barbet Schroeder : une plongée dans l'univers d'une dominatrice professionnelle.
  • L'Empire des sens (1976) est un film franco-japonais de Nagisa Ōshima inspiré d'un fait divers authentique qui défraya la chronique en 1936 : « l’histoire d’un couple, un maître d’auberge et sa servante, entraîné dans une spirale érotique et sadique extrême qui mène à leur autodestruction et à la mort d’un des amants[39]. » Passion érotique, jusqu'à la mort donc, liant une ancienne geisha, devenue prostituée, Sada Abe, et son amant, qu'elle finit par tuer en l'étranglant, avant de l'émasculer. Elle sera ensuite arrêtée, errant hallucinée dans les rues, tenant à la main les attributs de Kichizo. Ce film montre des échanges de gifles, de coups demandés et acceptés, interrogeant ainsi sur les limites de l'érotisme ; censuré au Japon pour obscénité, il suscita de vives polémiques, notamment du fait que les scènes érotiques ne sont pas simulées, comme dans un film pornographique. Comme le titre original en japonais l'indique (Ai no corrida, littéralement « Corrida d'amour »), Oshima considère qu'entre la passion physique, la jouissance née du plaisir sexuel et la mort, il y a « un lien indissoluble. Dans l'extase de l'amour, ne s'écrit-on pas : “Je meurs ?” »[40]
  • La Femme flambée (Die flambierte Frau, 1983), drame de mœurs allemand de Robert van Ackeren, coécrit avec Catharina Zwerenz, avec Gudrun Landgrebe et Mathieu Carrière, est le portrait d'une jeune femme qui décide de devenir dominatrice professionnelle. Tout va « bien » jusqu'au moment où elle tombe amoureuse d'un escort-boy bisexuel et dominateur à ses heures. Peu à peu ce « gigolo qui se prénomme Chris [...] a du mal a supporter les activités d’Eva qui prend un certain plaisir à être une dominatrice sadomasochiste »[41].
  • Tokyo décadence (1992) de l'écrivain et réalisateur Ryu Murakami : « itinéraire d'une prostituée spécialisée dans le sadomasochisme »[42] qui souffre des fantasmes de ses clients (domination, nécrophilie) et, repliée sur elle-même, rêve de son amour perdu, tout en se liant avec une dominatrice. Celle-ci aussi insensible et sardonique que les autres lui permet malgré tout de sortir de sa solitude.
  • Preaching to the Perverted (1998) de Stuart Urban : un jeune homme est chargé, par les censeurs vertueux, d'enquêter dans le milieu des sexualités plurielles à Londres. Il tombe amoureux d'une dominatrice[43].
  • Mr. et Mrs. Smith (2005) de Doug Liman : dans une scène, le personnage interprété par Angelina Jolie se fait passer pour une dominatrice pour accomplir une mission[44].
  • Une histoire d'amour (2013) : « Premier long-métrage de l'actrice Hélène Fillières. Une histoire d'amour met en scène Benoît Poelvoorde et Laetitia Casta en amants sulfureux. Une jeune femme trompe son mari vieillissant avec un autre homme qui l'initie aux armes et au sado-masochisme. L'argent s'y mêle et plonge le couple dans les affres du pouvoir. Un drame noir et intense, inspiré du roman Sévère de Régis Jauffret, porté par un duo d'acteurs au sommet. »[45]
  • My Mistress (2014) est un film australien réalisé par Stephen Lance avec Emmanuelle Béart, Harrison Gilbertson, Rachael Blake. Une folle passion entre un adolescent et une dominatrice française[46].

Les femmes fatalesModifier

« À bien des égards, [la femme fatale] apparaît comme l’archétype de la femme dominatrice recherchée par le masochiste [...] elle est surtout la créature du masochiste, davantage que sa tortionnaire. Le rôle de la femme dominatrice dans le fantasme masochiste a été parfaitement résumé par Gilles Deleuze dans sa célèbre introduction à La Vénus à la fourrure, de Sacher-Masoch »[1], écrit Michel Etcheverry. Et selon lui, une lecture attentive de Basic Instinct (film de Paul Verhoeven, 1992) et Body (film d'Uli Edel, 1993) en est la parfaite illustration[1].

  • Dans Johnny Guitare, film de Nicholas Ray de 1954, la rivalité s'attise entre deux femmes ː l'une mal-aimée des habitants, l'autre convaincue que le compagnon de cette dernière est responsable de la mort de son frère. « Les deux femmes en question sont d’ailleurs loin de correspondre à l’image véhiculée au milieu des années 50. Pugnaces, violentes et ambitieuses, elles ne sont jamais considérées comme des potiches, mais bien comme des êtres volontaristes et doués de rouerie pour parvenir à leurs fins. En cela, le choix de Joan Crawford est un coup de génie tant l’actrice au fort tempérament est crédible en femme dominatrice et castratrice »[47].
  • Comme un clin d'œil au fantasme de Masoch qui rêvait de « femmes gros chats »[48], Tim Burton nous offre dans Batman : Le Défi (1992) une Catwoman particulièrement féline, incarnée par Michelle Pfeiffer, véritable nemesis[49] de Batman sous l'image d'une dominatrice en combinaison de vinyle brandissant son fouet[50].
  • Chicago (Rob Marshall, 2002) : à Chicago, dans les années 1920, les meurtrières Roxie Hart (qui a tué son amant) et Velma Kelly (qui a tué son mari et sa sœur) sont prêtes à tout, l'une pour éviter la peine capitale (Velma), l'autre pour éviter aussi la peine capitale et... devenir célèbre (Roxie). Aidées par un célèbre et brillant avocat, Billy Flinn, les deux meurtrières vont enchaîner coup bas sur coup bas pour parvenir à leurs fins. Elles découvriront qu'à Chicago, même la popularité des meurtres est passagère[51],[52].
  • Le diable s'habille en Prada (film de David Frankel, 2006) est une adaptation du roman éponyme de Lauren Weisberger, montrant « Meryl Streep dans le rôle de la rédactrice en chef sadique »[53].
  • Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017) : inspiré de la série télévisée éponyme, l'histoire se situe avant que Diana ne devienne Wonder Woman. La menace d'une guerre effroyable lui fait prend conscience de ses pouvoirs, qu'elle va utiliser pour l'enrayer[54].
  • My Wonder Women (Angela Robinson, 2018) : biopic consacré à William Marston, créateur du personnage de Wonder Woman, que lui inspira son goût pour le bondage[55].
Marlene DietrichModifier

Josef von Sternberg

 
L'Ange Bleu

« Appelé en Allemagne par E. Pommer, directeur de la UFA, il se voit proposer une vie de Raspoutine, qu'il refuse, et une adaptation du Professor Unrat d'Heinrich Mann, qu'il accepte : c'est L'Ange bleu (Der blaue Engel, 1930), qui marque sa rencontre avec celle dont il va faire, film après film, un mythe universel, Marlene Dietrich. La version anglaise de l'œuvre ne sortira aux États-Unis qu'après le deuxième film de Sternberg et Marlene, Morocco : Cœurs brûlés. L'Ange bleu comme Cœurs brûlés sont des films marqués par une fatalité trouble, que Sternberg, dont le style flamboyant ne s'est pas encore totalement affirmé, traduit en images raffinées jusqu’à la plus extrême sophistication. En 1931, le cinéaste fait de Marlene Dietrich une espionne dans le style de Mata Hari [...] Il retrouve peu après Marlene Dietrich dans une aventure exotique, Shanghaï Express (1932), lointainement inspirée de Boule de Suif. Femme fatale, Marlene s'y sacrifie pour sauver les passagers d'un train arraisonné par des brigands, et Sternberg nous parle, avec élégance et raffinement, des rapports de l'homme et de la femme, rapports entachés de sadisme et de masochisme, qui constituent son thème de prédilection. »

— Extrait du Grand Larousse encyclopédique[56]

  • L'Ange bleu (film, 1930), réalisé par Josef von Sternberg : le professeur Immanuel Rath (Emil Jannings) tombe amoureux fou de Lola-Lola (Marlene Dietrich), une artiste de cabaret. Il l'épouse, mais il devient victime de cette femme fatale qui l'humilie de plus en plus, et causera sa perte. Dans sa descente aux enfers, il se trouve réduit au rôle de bouffon. Licencié de son poste d’enseignant, bafoué, trompé, humilié, ridiculisé, il se suicide dans sa salle de classe tant regrettée[57].
  • La Femme et le Pantin (1935) est un autre film de Josef von Sternberg avec Marlene Dietrich, dont le titre original est The Evil is a Woman, « le Mal est une Femme »[58].
 
Gilda
Rita HayworthModifier
  • Gilda (film de Charles Vidor, 1946) ː « L'une des scènes les plus célèbres de Gilda est celle où Rita Hayworth débute un séduisant strip-tease sur la chanson Put the Blame on Mame. Elle se contente cependant de retirer ses longs gants noirs, mettant ainsi ses bras à nu »[59].
  • La Dame de Shanghai (film de Orson Welles, 1947) ː « Si Rita Hayworth y interprète un archétype de la femme fatale, le cinéaste remplit son personnage d’annotations autobiographiques, sur la trahison, la dépendance et la déception amoureuse [...] L’idée de sacrifier la longue chevelure rousse de « la plus belle femme du monde » pour une coupe courte blonde oxygénée passa pour un sacrilège, voire un règlement de compte. Il n’empêche que Rita Hayworth est somptueuse – et vénéneuse – dans La Dame de Shanghai »[60].

TravestissementModifier

Le masochisme peut prendre les diverses formes du travestissement. Ainsi, à propos du « masochisme dans le cinéma comique », Jean Streff écrit : « Le ridicule ne tue pas, il fait même jouir[61] . » Selon lui, il y aurait un masochisme conscient ou inconscient chez le héros travesti au cinéma. Il remarque dans son livre que « l’aspect délibérément parodique de ce travestissement et son origine le plus souvent impérative (nécessité de la situation ou caprice de la « maîtresse ») assigne au héros cinématographique et au masochiste civil une fonction rigoureusement identique : être contraint et forcé, en butte au rire sarcastique des spectateurs[62]. » Par ailleurs, le neuro-psychiatre André Brousselle, partant des travaux de Sigmund Freud, « nous mène à prendre en compte l’importante problématique de l’identité, et d’autres culpabilités – celle du travestissement de l’identité sexuée »[63].

  • Mam'zelle Charlot (1915) de Charlie Chaplin : « Chaplin se travestit en jeune fille. Tant qu’il conserve sa moustache, ce n’est guère convaincant (!) mais dès qu’il la rase, on peut dire que le résultat est assez… trompeur »[64].
  • Entr'acte (1924) de René Clair : une surréaliste ballerine en tutu… barbue. « Quelle beauté et quelle grâce dans le mouvement aérien de ces sveltes guibolles dont on s’aperçoit lors d’un changement de plan qu’elles sont celles d’un homme à la barbe fournie travesti en ballerine : Picabia himself. Sur la toile comme à la scène, l’artiste est toujours là pour prendre le bourgeois fat au piège de son propre désir »[65].
  • Viktor und Viktoria (1933) de Reinhold Schünzel : la version originale du film de Blake Edwards, dans un Berlin décadent en voie de disparition. « C’est un film de transition entre la République de Weimar qui vit s’épanouir une forme de liberté sexuelle et un relâchement des mœurs – Viktor Viktoria est une comédie de travestis – et le nouveau régime nazi qui encourage les films rassurants et divertissants, porteurs d’une morale petite bourgeoise »[66].
  • L'Impossible Monsieur Bébé (1938) de Howard Hawks : Cary Grant dans son déshabillé vaporeux criant « because I'm gay ». « Avec cet air de surprise perpétuelle devant les désastres qui l'assaillent, Cary Grant joue les passifs : à la suite d'une machination, il est contraint de revêtir le déshabillé de cette Susan qu'il ne veut pas reconnaître comme son âme soeur »[67].
  • La Règle du jeu (1939) de Jean Renoir : « Après s'être érotisé dans la palpation des bas de soie, Jean Gabin demande à un jeune soldat de se travestir. Le jeune homme s'exécute et surgit bientôt en fille. Un silence général s'ensuit. C'est le silence du désir. Et Renoir le filme sur le visage interdit des hommes tandis que le jeune homme travesti avance indécis en répétant: «Ça fait drôle, ça fait drôle» »[68].
  •  
    Allez coucher ailleurs
    Allez coucher ailleurs (1949) de Howard Hawks : Cary Grant en épouse de guerre, jouant les jeunes filles en uniforme. « Clin d’œil : l’acteur a recours à toutes sortes d’objets d’élévation mécanique de substitution et semble plutôt vouloir éviter le passage à l’acte, contrairement à son personnage… Comment ne pas voir de sous-entendu dans ses efforts vains pour introduire une poignée cassée dans le trou de la porte de sa fiancée ? Pour couronner le tout, l’armée l’enregistre sous un nom féminin, et l’acteur devra se travestir… »[69]
  • Psychose (1960) de Alfred Hitchcock : Anthony Perkins dans le rôle du fils à maman, et celui de maman. « Dans mon roman, fidèle aux préceptes freudiens, j'ai fait de Norman Bates un travesti qui portait une perruque et les vêtements de sa mère pour commettre ses crimes »[70].
  • Un, deux, trois (1961) de Billy Wilder : Hanns Lothar, sa robe à pois et ses faux seins Yankees go home. « Le directeur récupérera l’époux ébouriffé en lâchant aux mains des Russes une secrétaire aussi sexy que coopérative, voire pour plus de sûreté un travesti qui la remplace »[71].
  •  
    Les Damnés
    Les Damnés (1969) de Luchino Visconti - « Deuxième acte, deuxième dîner, point culminant du film, « la nuit d’orgie des SA, la kermesse kaki, la messe noire » (Le Nouvel Observateur). C’est la « nuit des Longs Couteaux » (juin 1934), l’élimination physique des SA, qui marque la fin de toute opposition à Hitler, libre désormais de gouverner avec l’armée et les SS. Cet évènement marque aussi « la prise de conscience de Friederich Bruckman (Dirk Bogarde), donc d’une certaine intelligentsia collaboratrice, d’avoir été joué », constate Positif. L’Express note par ailleurs à quel point Visconti renouvelle l’illustration de cet « épisode » historique, en « assimilant la ferveur nazie à la partouze, dans cette métamorphose des beaux aryens en travestis, ce mélange de poésie malsaine, de violence et d’écœurement »[72].
  • La Lettre du Kremlin (1970) de John Huston : George Sanders en espion travesti à San Francisco. « Le film à costumes convenait merveilleusement à son élégance naturelle, mais on l'a beaucoup aussi aimé dans des films d'espionnage comme Le Secret du rapport Quiller (The Quiller Memorandum) et surtout La Lettre du Kremlin (The Kremlin Letter) où il se parodiait en travesti inquiétant »[73].
  •  
    Fans du Rocky Horror Picture Show au New York Comic Con 2014
    Pink Flamingos (1972) de John Waters : « Une Castafiore décatie s'agenouille à côté d'un caniche en train de tranquillement déféquer sur un trottoir. Le travesti, car c'en est un, ramasse la crotte avec une mine goulue et la gobe promptement, avant de consciencieusement la laisser fondre sur sa langue. »[74].
  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander (1972) de Woody Allen : « Sam adore se déguiser en femme »[75].
  • The Rocky Horror Picture Show est un film musical américain de Jim Sharman, sorti en 1975 et adapté de la comédie musicale de Richard O'Brien, The Rocky Horror Show créée à Londres en 1973. « Après une panne de voiture, ils arrivent lors d'une nuit orageuse dans un château peuplé de créatures étranges, dont un scientifique «travesti de Transylvanie», le Dr Frank-N-Furter (Tim Curry) et Rocky (Peter Hinwood), un «homme idéal» créé dans son laboratoire »[76].

Laurel et HardyModifier

Pour Jean Streff, Laurel et Hardy « représentent certainement l'expression comique la plus accomplie des rapports dominant/dominé en milieu homosexuel » Toujours selon Jean Streff, dans le tandem Laurel et Hardy « La plus outrageante domination est, sans conteste, la catégorie des épouses. Elles mènent leur mari à la baguette et sont « hurlantes, violentes, dévastatrices, castratrices[77] ».

Dans un collectif préfacé par Jean Dutourd de l’Académie française, Alain Paucard nous dit qu’ils étaient désignés « sous le vocable neutre de tandem pour ne pas avoir à dire qu’ils formaient un couple, un vrai… » « Dans Twice two (1933), Hardy est marié avec Laurel travesti en femme et Laurel fait de même avec un Hardy tout aussi grimé.[…] La preuve absolue est le nombre de fois où ils se sont montrés dormant ensemble dans un lit nullement jumeau »[…] « Voilà deux hommes qui expliquent « qu’avoir un bon copain c’est plus fidèle qu’une blonde », qui se livrent à des activités fort ambigues, qui manifestent une misogynie épouvantable et les éducateurs se taisent, sont donc « objectivement complices ».[…] Ils sont bêtes et le royaume du second degré leur est fermé… »[78]

Pour Jean-Yves Alt, « Comment ces deux "abrutis" de Laurel et Hardy ont pu échapper aux bistouris de la censure ? Parce que, dans leurs films, ça y va franchement : des mollets poilus aux talons aiguille, des pantalons envoyés en l'air, des nuits blanches transpirées dans le même lit, et même, des envie de faire un bébé ensemble… »[79]

  • Il était un petit navire : Stan Laurel travesti en vamp « emperlousée » selon l'expression de Jean Streff, flirte avec le commandant du bateau, un personnage rude et brutal : Oliver Hardy[77].
  • Drôles de locataires (Another Fine Mess) est une comédie sortie le . Le film est réalisé par James Parrott avec Laurel et Hardy sur une production de Hal Roach. Laurel incarne Agnès, la femme de chambre de Hardy, selon Jean Streff, la garde-robe de Laurel, perruque blonde, collerette en dentelle et petit tablier de soubrette, la panoplie du rituel masochiste est au complet. Et il n'y a pas que face à son complice que se manifeste le goût délibéré de Stan pour la soumission[80].
  • Le valet casse tout (Early to Bed) est un film d'Emmett Flynn sorti en 1928. Stan est le valet de chambre de Hardy, qui se complaît à l'humilier et à en faire son souffre-douleur[80].
  • Scram est un film de Raymond Mc Carey sorti en 1932. « Une très belle séquence de masochisme chevalin ː Laurel en robe de chambre (censure oblige ǃ) "monté" et dressé par Vivien Oakland sous l'œil inquiet, (jaloux ?) d'Hardy (…) Le dominateur (Les jeux de l'orgueil) aime parfois inverser la situation et tenir à son tour le rôle du dominé" »[80].

En 2018, sort sur grand écran le biopic Stan et Ollie, réalisé par Jon S. Baird, et qui retrace la vie des deux artistes, et leur complicité tant amicale qu'artistique[81].

Mimétisme caninModifier

Sous cette appellation, Jean Streff intègre le film suivant dans son analyse de régression masochiste[82] : Un mari en laisse (1962) de Henry Levin : Micheline Presle traite son époux en chien, lui apprend à marcher comme un chien tenu en laisse, la patte levée pour se soulager.

Masochisme religieuxModifier

Roman Polanski et l'ambiguïté du malModifier

« Aucun film de Polanski n'est directement autobiographique. Pourtant, tous ont à voir avec son enfance troublée, confisquée, violentée : la domination d'un être, parfois d'une communauté, sur un autre, avec ce que cela implique de sadisme et de masochisme, de réversibilité et de trouble de l'identité, y occupe une place centrale »[89].

  • Cul-de-sac (1966) : « (Donald Pleasance) affublé d'une chemise de nuit appartenant à sa femme Françoise Dorléac et coiffé d'un fichu, il se fait maquiller et ridiculiser par cette dernière au cours d'une longue séquence »[90].
  • Dans Le Bal des vampires (1967), « Roman Polanski, en y adjoignant le voyeurisme, avait voulu rendre à la fessée son plein sens charnel »[91]. Par ailleurs, il « connaît bien et utilise la panoplie du parfait amateur de vampirisme (ail , croix, épieu pointu pour vaincre, les mœurs des vampires, la lâcheté, la terreur soumise, et l’envie sadique qu’ils répandent autour d’eux) »[92].
  • Macbeth (1971) : « Premier film réalisé après le meurtre de Sharon Tate, l'adaptation cinématographique de Macbeth (1971) est la plus sanglante jamais réalisée. Mais elle ne se résume pas à un exercice cathartique. Macbeth incarne un Mal absolu qui renvoie moins à l'Écosse du XIe siècle qu'au monde en proie à la folie hitlérienne et au nôtre aussi peut-être, puisque, contrairement à la pièce de Shakespeare, le film laisse supposer que cette histoire n'a pas de fin »[93].
  • Chinatown (1974) : Polanski joue le rôle d'un petit truand à la fois bouffon et sadique : « le voyou au canif, sorte de nabot sadique et difforme, n'est autre que Polanski lui-même, qui entaille profondément l'appendice nasal du détective (Jack Nicholson) avant de menacer de le couper en entier pour le donner à manger à ses poissons — énorme moment de terreur bouffonne. »[94]
  • Le Locataire (1976) : « Le petit appartement parisien triste et insalubre que loue Trelkovsky (interprété par Polanski lui même), de la fenêtre duquel l’ancienne locataire a voulu se suicider, devient le théâtre de l’horreur paranoïaque d’un homme que l’on transforme, que l’on travestit »[95]. De ce film effrayant, aussi étrange qu'inquiétant, où l'on voit peu à peu le locataire être persécuté par ses voisins, un critique écrivit à sa sortie que « ces hésitations entre la xénophobie (vraie) et les délires des persécutés, ces échanges entre victime imaginaire et bourreaux supposés ne sont pas seulement les jeux de l'esprit. Polanski a eu quelques expériences de l'antisémitisme en Pologne, de la tragédie sanglante aux Etats-Unis et de la xénophobie ordinaire en France. »[96]
  • Lunes de fiel (1992) inclut une brève scène de rapport sado-masochiste, accessoire au récit. « Oscar se travestit en petit cochon pour exciter Mimi... Quelle dérision ! Car cochon, on l'est peut-être, mais petit cochon, sûrement pas. Alors, on hurle de rire devant le spectacle de soi qu'on donne à l'autre. A ce stade du plaisir, heureusement, le rire peut sauver le désir. Et puis, il ne sauve plus rien. Du rire, le couple passe à la douleur. Oscar décompose Mimi, qui se recompose pour mieux le décomposer à son tour. Et quand, même ça, ça ne marche plus, restent les autres avec qui, de qui, on peut jouer. C'est à ce stade de la passion que le film de Polanski commence : lorsque tout est fini, ou presque... »[97].
  • La Jeune Fille et la Mort (1994) montre un duel saisissant entre une victime (Sigourney Weaver) et son ancien tortionnaire (Ben Kingsley), qu'elle retrouve par hasard et séquestre, dans un esprit de vengeance la conduisant à son tour à des actes de sadisme.
  • Le Oliver Twist de 2005, adaptation très fidèle du roman éponyme de Charles Dickens, raconte l'histoire d'un orphelin qui subit des privations et des humiliations dans l'hospice paroissial où il est né et réside. « Oliver n'est ni bon, ni mauvais, il est ce qu'on fait de lui, ce qu'on veut qu'il soit. Oliver ne se considère pas comme une victime et s'emploie à surmonter tout ce qui lui arrive. Il doit être émouvant mais en aucun cas inspirer la pitié. A l'inverse, Fagin est un vieux pervers sadique qui a toutefois un côté pathétique, contrairement à la brute redoutable et insensible qu'est Sykes. Et Polanski a su trouver des acteurs dont le physique, la gestuelle et l'allure pouvaient correspondre à l'époque et aux descriptions de Dickens »[98].
  • La Vénus à la fourrure (2013) est une adaptation de la pièce de David Ives, elle-même inspirée du roman érotique de Sacher-Masoch[99]. « Le plaisir de la contrainte vient mettre au défi l'instinct de survie du réalisateur et de ses personnages, autant au niveau d'un scénario fignolé à partir du texte d'Ives qu'au niveau de la mise en scène sadique qui prend plaisir à montrer sans détour l'origine des pulsions. Or que peut-il bien arriver lorsqu'un sadique filme un masochiste ? »[100]

SadismeModifier

Listes, évidemment non exhaustives, de quelques films emblématiques :

Films autour du sadismeModifier

  •  
    Tapis de femmes dans Casanova (1927)
    Sadique, Casanova ? En tout cas, dominateur sûrement ː dans ce film de 1927 réalisé par Alexandre Volkoff, le célèbre séducteur s'affiche avec, à ses pieds, un tapis fait de femmes nues et enlacées[101].
  • Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (What Ever Happened to Baby Jane?, 1962) de Robert Aldrich met en scène deux monstres sacrés du cinéma, incarnant deux sœurs rivales, dans un face à face inoubliable : Bette Davis et Joan Crawford, la première donnant libre cours à son aigreur, sa jalousie en martyrisant la deuxième, clouée sur son fauteuil roulant. « Monstrueux, c'est le mot qui convient, écrit Jean Tulard. L'affrontement des deux sœurs est monstrueux, les deux sœurs sont monstrueuses comme d'ailleurs leurs interprètes qui se détestaient mutuellement à la ville, et monstrueuse enfin est la mise en scène[102] ». Plus critiques, Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier estiment que ce film est le « symbole […] d'un cinéma malade, qui se survit dans l'exploitation du sordide et des bas-instincts »[103].
  • The Servant (1963) : domination, soumission et manipulation sous le regard naturaliste de Joseph Losey, le scénario étant signé par Harold Pinter, d'après le roman éponyme (publié en 1948) de Robin Maugham. The Servant retrace les rapports conflictuels entre deux hommes, un jeune aristocrate et son domestique, celui-ci prenant un malin plaisir à manipuler son maître, suivant la dialectique du maître et de l'esclave de Hegel[104], et parvenant peu à peu à le dominer jusqu'à sa déchéance inexorable. En relation avec les rapports de domination et de servitude, le film évoque aussi la différence des classes « – l'une pourrissant quand l'autre se rebiffe – l'ambiguïté sexuelle et la perversion… Dans cet affrontement social, et sadomasochiste, entre Tony, un jeune lord anglais, qui croit encore vivre au XVIIIe siècle et Barrett, un domestique machiavélique et dépravé, Losey voit "une sorte d'histoire de Dorian Gray" mâtinée de mythe faustien. »[105]
  • Dans Chut... chut, chère Charlotte (Hush... Hush, Sweet Charlotte, 1964), le réalisateur Robert Aldrich retrouve Bette Davis, mais à la différence de Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, tourné deux ans plus tôt, cette fois-ci l'actrice campe un personnage de vieille femme recluse et considérée par tous comme une folle, victime des cruelles manigances de sa cousine (Olivia de Havilland) destinées à la rendre véritablement folle. « Sequel du fabuleux succès de Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? [...] au suspense habile[106] ».
  • Confession à un cadavre (The Nanny, 1965) est un film britannique réalisé par Seth Holt, dans lequel Bette Davis incarne encore un personnage particulièrement sadique et cruel, en la personne d'une nourrice qui tourmente les enfants dont elle a la charge. « Un drame psychologique où l'horreur est distillée peu à peu grâce à un remarquable scénario de Jimmy Sangster et à une parfaite direction d'acteurs[107]. »
  • Dans Une femme dans une cage (Lady in a Cage, 1964) de Walter Grauman, film particulièrement violent et angoissant, une femme, interprétée par Olivia de Havilland, veuve et accidentée, se retrouve coincée dans l'ascenseur de sa luxueuse demeure et devient alors la proie d'un groupe de délinquants (parmi lesquels James Caan, dont c'est le premier rôle important), qui la terrorisent, après avoir pillé et dévasté sa maison.
  • Jeux pervers (The Magus, 1968), réalisé par Guy Green sur un scénario écrit par John Fowles (basé sur son roman éponyme) met à l'épreuve un écrivain anglais (Michael Caine), devenu professeur sur une île grecque, tourmenté par un mystérieux personnage, surnommé le « Magus » ou magicien (Anthony Quinn), qui l'entraîne dans un jeu de manipulation psychologique, entre réalité et cauchemar, en une « sorte de labyrinthe dont la sortie n'est pas indiquée à la fin[108]. »
  • Le Limier (Sleuth, 1972), dernier film de Joseph L. Mankiewicz, est un huis-clos dans lequel un aristocrate anglais, manipulateur et malicieux auteur de romans policiers (Laurence Olivier), prend un malin plaisir à torturer, psychologiquement, l'amant de sa femme (Michael Caine), suscitant un scabreux jeu du chat et de la souris - « une œuvre élégante, cynique et raffinée, le chant du cygne d'un maître[109]. »
  • La Planète des singes : (Planet of the Apes) est un film américain réalisé par Franklin J. Schaffner et sorti en 1968. Il est inspiré du roman La Planète des singes de Pierre Boulle, publié en 1963. Avec Charlton Heston : Le capitaine Taylor, Roddy McDowall : Cornélius, Kim Hunter : Dr Zira, Maurice Evans : Dr Zaius, ministre de la Science. Apocalypses, l'humanité réduite en esclavage, les Hommes capturés, mis en cage et dominés par des singes évolués. Pour Gérard Lenne, c'est une vision hallucinée du roman de Pierre Boulle. D'après Gérard Lenne tout fut mis en œuvre pour éviter le ridicule dans la transformation des acteurs et figurants en chimpanzés, gorilles. « Quant aux humains, auprès d'un Charlton Heston, qui prototype du héros viril, n'a pas hésité à entrer dans ce fantasme masochiste[110].
  •  
    Orange mécanique
    Orange mécanique (A Clockwork Orange) est un film britannique de Stanley Kubrick, sorti sur les écrans en 1971. « Au XXIe siècle, où règnent la violence et le sexe, Alex, jeune chef de bande, exerce avec sadisme une terreur aveugle. Après son emprisonnement, des psychanalystes l’emploient comme cobaye dans des expériences destinées à juguler la criminalité[111] ».
  • Les Chiens de paille (Straw Dogs, 1971) de Sam Peckinpah, film emblématique de l'ultra-violence dans le cinéma américain des années 1970, montre un jeune mathématicien américain et sa femme, qui, après s'être installés dans une ferme dans la campagne anglaise, se retrouvent confrontés à la violence croissante d'un groupe d'hommes issus du village voisin[112].
  • Duel (téléfilm à l'origine, premier long-métrage de Steven Spielberg, 1971), avec Dennis Weaver. Au volant d'une voiture quelconque, un représentant de commerce est amené à doubler un énorme poids lourd transportant des matières inflammables. Le routier, qui a gonflé le moteur de ce monstre, ne va plus lâcher David Mann, le talonnant, le percutant, zigzaguant devant lui, le guettant après trois arrêts dans des stations-service, sans que jamais Mann ne puisse voir son visage. Il va devoir trouver une stratégie pour remporter ce duel à mort[113]. « Mais le conducteur du camion, lui, reste dans l’ombre. En ne révélant pas son identité, Spielberg ouvre ce film très efficace à la fable. Qui est ce chauffard sadique, ce persécuteur ? Il n’a pas de visage. Il a tous les visages. »[114]
  • The Offence (1972) de Sidney Lumet met en scène un inspecteur de police usé, irascible, incarné par Sean Connery dans « l'un des contre-emplois les plus risqués de sa carrière »[115], se livrant à un interrogatoire musclé, qui tourne mal, sur la personne d'un homme arrêté et soupçonné de viols d'enfants.
  • Délivrance, film de John Boorman (1972). L'escapade en kayak de quatre amis dans les montagnes tourne au cauchemar lorsque des autochtones particulièrement pervers s'acharnent sur eux[116].
  • Salò ou les 120 Journées de Sodome (1975) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini et sorti en France le 19 mai 1976. Libre adaptation, transposée au XXe siècle, de la grande œuvre du marquis de Sade, Les Cent Vingt Journées de Sodome, le film se veut une dénonciation du fascisme, autant que de la société de consommation, et se déroule en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1943, dans la république de Salò, où un groupe de notables âgés se livre aux pires tortures sur leurs prisonniers, des jeunes garçons et femmes : viols, coprophagie, mutilations, meurtres. Particulièrement éprouvant, le film suscita de vives polémiques à sa sortie et déchaîna les commentaires critiques ; parmi eux, Roland Barthes estime qu'il s'agit d'« un objet proprement sadien : absolument irrécupérable »[117].
  • Marathon Man (1976), film de John Schlesinger, contient une fameuse scène de torture dans laquelle le Dr Christian Szell, ancien nazi inspiré du docteur Mengele (joué par Laurence Olivier), torture le personnage interprété par Dustin Hoffman en lui transperçant une dent avec l'aide d'une perceuse, en répétant « Is it safe? » (« c'est sans danger ? » dans la version française, où le double-sens est perdu, puisqu'il est question de « safe » = coffre-fort en anglais) - cette scène fut d'ailleurs écourtée car l'assistance de la projection-test s'en montra choquée[118].
  •  
    Paul L. Smith, qui joue le rôle du gardien tortionnaire Hamidou dans Midnight Express
    Midnight Express (1978) est un film de Alan Parker« Billy Hayes (Brad Davis), un jeune américain, se fait emprisonner en Turquie pour avoir tenté de quitter le pays avec 2 kilos de haschich. Il est condamné à 4 ans de prison au premier jugement. Une fois en prison, il est battu et torturé par un gardien en chef pervers et sadique (Paul L. Smith) »[119].
  • Hitcher (1986) est un film de Robert Harmon, interprété par C. Thomas Howell et Rutger Hauer. Alors qu'il fait route pour la Californie, un jeune américain prend un auto-stoppeur s'avérant être un véritable psychopathe. Pour le héros, Jim Halsey, c'est le début d'un long voyage vers l'horreur, à la fois traqué par le tueur et pris pour cible par la police qui le rend responsable des meurtres qu'il n'a pas commis[120].
  • Dune (1984) est un film de science-fiction de David Lynch, adapté du célèbre roman du même nom (1965) de Frank Herbert, dans lequel plusieurs personnages se montrent particulièrement sadiques, notamment à travers le raffinement de leurs tortures, en premier lieu le baron Harkonnen, incarné par Kenneth McMillan, habitué des rôles de méchants.
  • Liaison fatale (1987) : Alex Forrest (Glenn Close), une jeune femme célibataire, va transformer en enfer, sous forme de harcèlements, la vie de Dan Gallagher (Michael Douglas), un homme marié avec lequel elle a eu une brève relation[121]. « Le comportement sadique d'Alex, par exemple, dans le film d'Adrian Lyne, Liaison fatale (qui en guise de repas offre à son partenaire son lapin domestique), nous laisse sans voix ! » [122].
  • Boxing Helena (1993) est un film américain réalisé par Jennifer Chambers Lynch. Fils d'un père chirurgien et d'une mère qui collectionne les amants, Nick Cavanaugh grandit dans le culte de l’argent et de la réussite. Devenu un brillant et riche chirurgien, il nourrit un amour obsessionnel pour Helena, une personnalité charmeuse et sadique[123], qui va peu à peu le conduire à libérer ses fantasmes. À la fin du film, elle apparaît sur un autel entourée de fleurs comme une divinité, mais elle n’a plus de bras. Le public imagine alors, qu’après l’avoir amputé des jambes, Nick lui a coupé les bras.
  • Sleepers (1996) est un « film de prison » de Barry Levinson, inspiré de faits réels, et adapté du roman éponyme de Lorenzo Carcaterra paru en 1995. Il relate l'enfermement et les tortures, humiliations subies par un groupe d'adolescents (parmi lesquels Brad Pitt) emprisonnés et victimes de leurs cruels gardiens (dont Kevin Bacon).
  • La version filmée des 101 Dalmatiens (de Stephen Herek, 1996) remplace une Cruella pitoyable et paumée par son pendant hautain, méprisant et sadique, incarné par Glenn Close[124].
  • Pusher (1996) de Nicolas Winding Refn est une peinture, violente et glauque, de la mafia à Copenhague, dominée par Milo, un seigneur de la drogue serbe, qui ne recule devant aucune cruauté. Les deux autres volets de la trilogie du cinéaste (Pusher 2 : Du sang sur les mains et Pusher 3 : L'Ange de la mort) offrent aussi des scènes de torture particulièrement violentes.
  • 8 millimètres (1999) de Joel Schumacher traite du snuff movie et donc de crimes sadiques[125] : un détective privé, joué par Nicolas Cage, enquête dans les milieux du cinéma pornographique.
  • The Girl next door (Gregory Wilson, 2007) : Dans une petite banlieue paisible des années 50, Meg et Susan, deux sœurs récemment rescapées d’un terrible accident qui coûta la vie à leurs parents, sont accueillies chez leur tante Ruth. Mentalement instable, celle-ci va transformer leur vie en véritable enfer. « Attouchements, humiliations, tortures, viol, The Girl Next Door explore l’ensemble des sévices les plus ignobles que nous redoutons tous avec un réalisme qui nous fait l’effet d’un crochet du gauche en pleine poitrine »[126].
  • Les Nuits rouges du Bourreau de Jade (2011) est un film franco-hongkongais écrit et réalisé parJulien Carbon et Laurent Courtiaud. La scène d'ouverture montre un meurtre par asphyxie érotique.
  • La Planète des singes : Les Origines (2011) : « le gardien de zoo sadique qui déteste les animaux et qui a clairement du mal à évaluer les rapports de force »[127].
  • De l'eau pour les éléphants (2011) est un film de Francis Lawrence dans lequel « la prestation de Christoph Waltz [...] apparaît comme un tel copié-collé (mines cyniques et sadiques) de ce qu'il faisait avec brio en officier nazi dans Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino, que l'on peut se demander s'il sait faire autre chose »[128].
  • Killer Joe (2011) de William Friedkin oscille entre comédie noire et thriller horrifique, en mettant en scène un inspecteur de police qui se trouve être tueur à gages à ses heures perdues, Killer Joe (Matthew McConaughey), un être dont la violence n'a d'égale que le cynisme.
  • Prisoners (2013) de Denis Villeneuve met en scène un père de famille (Hugh Jackman) qui pour retrouver sa fillette, ainsi que celle de ses voisins, toutes deux soudainement disparues, va connaître une dévastatrice montée de violence sadique en séquestrant et torturant un jeune homme, pressenti coupable, dans le réduit obscur d'une maison en chantier.

Tueurs en série sadiquesModifier

Article détaillé : Liste de films de tueurs en série.

Le cinéma a abondamment traité le thème des tueurs en série, dont le profil est très variable, même si ils apparaissent très souvent comme des psychopathes se caractérisant par leur manque d'empathie et leur sadisme, leur boulimie de meurtres, le plaisir de satisfaction et le sentiment de supériorité qu'ils tirent de leurs crimes. Parmi une multitude de films, quelques références emblématiques :

  • M le maudit (Fritz Lang, 1931) raconte l'histoire d'une grande ville allemande terrifiée par la présence d'un tueur d'enfants. « Maîtrisant d'emblée tous les éléments sonores, choisissant un réalisme social qu'il habille encore de quelques allusions expressionnistes, le cinéaste ne raconte pas simplement l'histoire d'un sadique dont les meurtres mettent en émoi une ville entière, mais réalise une métaphore impressionnante sur l'Allemagne en crise du début des années 30 »[129].
  • La Nuit du chasseur (1955) : il s’agit d’une adaptation du roman de Davis Grubb, qui fut un succès littéraire. Le film réalisé par Charles Laughton est un échec commercial. L’homme d’église (incarné par Robert Mitchum) est en fait un tueur en série. « Un homme sadique et angoissant qui se cache derrière sa parure élégante et son éloquence envoûtante. Un vrai grand méchant loup avec une peau d’agneau sur ses épaules. Cette figure absolue du mal… »[130]. La Nuit du Chasseur de Charles Laughton était le troisième film proposé dans le cadre du festival de films « La Nuit au cinéma »[131] du Musée d’Orsay.
  • Le Voyeur (Peeping Tom), film britannique réalisé par Michael Powell et sorti en 1960, suit le parcours macabre d'un jeune homme énigmatique et solitaire (joué par Karlheinz Böhm), jeune cinéaste, passionné d'image jusqu'à l'obsession du voyeurisme qui, « hanté par la peur, filme l'agonie de ses victimes qu'il attire dans son studio. [...] Le thème de l'œil (l'œil de Mark, ceux des caméras, ceux des victimes...) devient le leitmotiv d'un fantastique quotidien qui nous révèle que le voyeurisme se trouve partout. Constat d'horreur qui glace le spectateur parce que incidemment il peut se retrouver dans tel ou tel personnage[132]. » Ce film à l'« épouvante glacée » est connu pour être l'un des tout premiers longs-métrages à parler de ce que l'on nommera plus tard les Snuff movies, ces vidéos mettant en scène de véritables scènes de meurtres. Il est aussi souvent désigné comme étant le précurseur des Slashers, films où les serial killers sont mis en avant et pourchassent de jeunes gens.
  • Le Vampire de Dusseldorf (film de Robert Hossein, 1965). L’homme animé d’un sadisme terrifiant hante les rues alors que l’Allemagne Düsseldorf de 1930 : en pleine crise économique et sociale bat son plein et que les son au pouvoir. la police traque un tueur psychopathe surnommé «  Le vampire  » en raison de son sadisme terrifiant. Peter Kurten, est un homme timide et poli, un ouvrier méprisé. Il est fortuné la nuit lorsqu’il erre, seul, dans les boîtes de nuits... « La ville de Dusseldorf est en transes, un sadique s'attaque aux femmes, les assassine et se plaît à raconter ses crimes à la police. Un ouvrier du nom de Peter Kuerten, d'apparence irréprochable et de bonne renommée est le coupable »[133]
  • The Killing Kind (en) (1973) de Curtis Harrington met en scène le tout jeune John Savage dans un de ses premiers rôles marquants, celui d'un jeune homme, fragile et frustré, qui, après deux ans passés en prison, se laisse envahir et dominer par ses pulsions sadiques et meurtrières, les assouvissant sur les femmes qui l'entourent et qu'il finit par tuer. Le film oscille entre « horreur, suspense et cruauté sadique[134] ».
  • La Corde raide (1984) est un film américain réalisé par Richard Tuggle. L'inspecteur Wes Block (Clint Eastwood) poursuit un serial killer sadique qui assassine des prostituées et qui, ayant été arrêté par lui quelques années plus tôt, par vengeance, s'arrange pour laisser planer le doute sur la culpabilité de l'inspecteur[135].
  • Dans Blue Velvet (David Lynch, 1986), avec Isabella Rossellini et Dennis Hopper, « la paisible petite bourgade de Lumberton abrite des individus louches aux mœurs douteuses, comme Frank Booth, par exemple, un tueur sadique qui se dope à l’oxygène »[136].
  • Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs, 1991) de Jonathan Demme met en scène le personnage fictif d'Hannibal Lecter, brillant psychiatre cannibale interprété par Anthony Hopkins. « Réussite exemplaire du film de terreur. [...] Cette adaptation du best-seller de Thomas Harris glace le sang, parce que la barbarie naît ici de la plus haute intelligence. Le suspense tient autant dans le jeu de pistes macabre que dans l'affrontement psychologique entre Hannibal le cannibale, ogre moderne, psychopathe luciférien, et Clarice, flic séduisante, proie virtuelle, tour à tour malléable, angoissée, courageuse[137]. »
  • C'est arrivé près de chez vous, film de 1992, met en scène une petite équipe d'apprentis réalisateurs qui tournent un documentaire sur Ben, un tueur en série, qui assassine aussi bien des enfants que des vieilles femmes[138].
  • Seven (1995) est un thriller américain de David Fincher[139] « avec Brad Pitt et Morgan Freeman [...] chargés d'une enquête sur un tueur psychopathe sadique qui planifie méthodiquement ses meurtres en fonction des sept péchés capitaux »[140].
  • No Country for Old Men (2007) de Joel et Ethan Coen : Javier Bardem y incarne un tueur à gages psychopathe particulièrement effrayant.
  • The Chaser (2008) du réalisateur coréen Na Hong-jin s’inspire de l'histoire réelle du tueur en série sud-coréen Yoo Young-chul qui assassina plusieurs femmes, surtout des prostituées ou hôtesses de bar, de manière particulièrement sauvage.
  • Alleluia (2014), thriller franco-belge de Fabrice Du Welz : nouvelle adaptation du parcours criminel de Raymond Fernandez et Martha Beck, l'odyssée de deux amants qui s'abîment dans leur folie meurtrière.
  • Ted Bundy : Autoportrait d'un tueur (Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes, 2019) est un documentaire Netflix qui retrace l'histoire du serial killer Ted Bundy sur la base des cent heures de conversations qu'il a enregistrées avec le journaliste Stephen Michaud lors de sa détention dans le couloir de la mort[141].
 
Affiche des Révoltés du Bounty (version 1962)

Films d'aventures : les classiquesModifier

Luis BuñuelModifier

  • Le Journal d'une femme de chambre (1964), d'après le roman éponyme d'Octave Mirbeau ː « Célestine elle-même, malgré sa lucidité et son dégoût, finit par devenir maîtresse à son tour et par houspiller ses bonnes, dans “le petit café” de Cherbourg où elle a suivi le jardinier-cocher Joseph, antisémite et sadique, enrichi par le vol audacieux de l’argenterie des Lanlaire, et dont elle s’est persuadée qu’il a violé et assassiné une petite fille, Claire »[149].
  • Belle de jour (1967), avec Catherine Deneuve, est tiré du roman éponyme, Belle de jour, de Joseph Kessel : Buñuel y souligne le caractère fondamentalement masochiste de la prostitution[150], à travers la figure de Séverine, épouse très réservée d'un chirurgien parisien, qui, en proie à d'étranges fantasmes masochistes, est baptisée « Belle de jour ». Selon Joël Magny, « mêlant volontairement réalité, souvenirs et rêves éveillés, Buñuel nous introduit dans l'univers mental de Séverine pour se livrer à une étude clinique du masochisme, lié pour lui aux valeurs chrétiennes comme à la société bourgeoise. »[151]
  • La Voie lactée (1969) est un film franco-germano-italien de Luis Buñuel articulé autour des diverses hérésies du christianisme. On y voit des religieuses crucifier à l'aide de clous la mère Marie Desanges[152].
  • Le Fantôme de la liberté (1974) présente une scène de flagellation hilarante[153].
  • Cet obscur objet du désir (1977), avec Fernando Rey, Carole Bouquet et Ángela Molina est une libre adaptation de La Femme et le Pantin de Pierre Louÿs. À travers les aventures amoureuses et malheureuses d'un homme, à qui échappe sans cesse la femme qu'il désire, Buñuel fait une peinture de « l'obsession masochiste de l'amour qui rend esclave, le refus, l'impossible consommation de l'acte sexuel. »[154]

Henri-Georges ClouzotModifier

 
Henri-Georges et Vera Clouzot en 1953

« Il était détesté autant qu’estimé, il aimait lui-même se peindre en misanthrope, tyran sadique et tortionnaire d’actrices et d’acteurs, et en démiurge obsessionnel. Henri-Georges Clouzot était tout cela à la fois, et bien plus encore : l’Hitchcock français, maître du suspense, le peintre de la noirceur de l’âme humaine, était un perfectionniste fétichiste, un pessimiste angoissé, grand satiriste de la France de l’après-guerre et de ses veuleries misérables »[155].

  • L'Assassin habite au 21 (1942) « est un film amusant au possible, découpé par un chirurgien « di primo cartello ». Son dialogue, non pas écrit, mais parlé, cadre parfaitement avec le mouvement des acteurs. L’atmosphère de l’ouvrage, dans l’ensemble, nous restitue les nuits de naguère, où vingt mille taxis cousaient et décousaient dans la capitale les lignes de l’aventure personnelle, que jalonnent des bistros pleins d’orateurs délavés et de filles étranges. Le métro regorgeait de géants, de sadiques, de bossus, de femmes nues, de doukhobors, de papes privés, de gorilles… »[156]
  • Le Corbeau (1943) : « On ne compte plus les corps contraints, malades, alités, assujettis, bandés, plâtrés, ligotés ; on ne compte plus les rapports violents et sadiques »[157].
  • Le Salaire de la peur (1953) : pour quatre employés d'une compagnie pétrolière envoyés pour une mission extrêmement périlleuse, le salaire de la peur deviendra le salaire de leur mort : aucun ne survivra. « Jusque dans son sadisme systématique, Clouzot reste génial. Son souffle dramatique se révèle assez puissant pour hausser le mélodrame qu’il talonne jusqu’à la tragédie qu’il effleure. Enfin, sa recherche un peu maniaque du détail [...] lui permet d'instruire un univers fictif plus vrai que la réalité »[158].
  • Les Diaboliques (1955) : « c'est un film effroyable sur la laideur et la noirceur humaine, le sadisme et la cupidité de Delassale, la sinistre Nicole, monstre calculateur, la bêtise des personnages de second plan – excellents Larquey, Serrault et Brochard -, et le retournement de la pieuse Mexicaine (Véra Clouzot) qui abandonne ses préceptes chrétiens en partie imbibés de religiosité superstitieuse, finalement la plus sympathique parce qu'on la sent manipulée par son tyran de mari et la garce de Nicole »[159].

Alfred HitchcockModifier

« Ses films ont marqué des générations de spectateurs et son style ne cesse d’être copié et parodié. Derrière les classiques intemporels (Psychose, Sueurs froides, Fenêtre sur cour) se cache une personnalité décriée, un sadique qui n'hésitait pas à torturer (psychologiquement) son entourage »[160].

  • L'Inconnu du Nord-Express (1951) : « Un grand suspense sadique bourré de scènes légendaires comme le match de tennis ou le meurtre légendaire pendant la fête foraine »[161].
  • Le crime était presque parfait (1954) : « Entre claustrophobie et sadisme, Alfred Hitchcock fait une nouvelle démonstration parfaite du cinéma-jouissance »[162].
  • Les Oiseaux (1963) : « C’est le premier des deux films consécutifs d’Hitchcock interprétés par Tippi Hedren, jeune actrice blonde qui eut le douteux privilège de succéder à Grace Kelly devant la caméra du cinéaste anglais, et qui souffrit beaucoup – selon ses dires et ceux de nombreux observateurs – du comportement sadique et obsessionnel d’Hitchcock à son égard »[163].

Sergio LeoneModifier

Le western regorge de personnages cruels, plus ou moins sadiques, et parmi une filmographie abondante, les films de Sergio Leone, considéré comme le père du western spaghetti, présentent toute une galerie de personnages violents et sadiques.

  • Dans Le Bon, la Brute et le Truand (Il buono, il brutto, il cattivo, 1966), Lee Van Cleef, habitué des rôles de méchants, interprète celui de la « brute »[164], un mercenaire insensible et sans pitié qui s'appelle dans les versions italiennes et françaises Sentenza, nom devenu dans la version américaine Angel Eyes (« Yeux d'ange »). Il n'hésite pas à éliminer froidement tous ceux qu'il rencontre dans sa course au trésor. Avec son style habituel, le réalisateur accentue la violence hyperbolique par un usage accru des gros plans extrêmes (scènes de duel), souvent sur les seuls yeux d'un personnage.
  • Il était une fois dans l'Ouest (Once Upon a Time in the West -- C'era una volta il West, 1968) est une vaste saga, sorte de « western-opéra »[165], dans lequel Henry Fonda incarne un impitoyable tueur, hors-la-loi, chef de bande et rebelle à toute légalité, qui n'hésite pas à tuer des enfants.
  • Dans Impitoyable (1992), film de et avec Clint Eastwood, dédié à Sergio Leone (les crédits s'achèvent par "Dedicated to Sergio and Don", en hommage aux mentors du cinéaste, Leone et Don Siegel), Gene Hackman joue le rôle de « Little Bill » Daggett, un « terrifiant shérif sadique[166] », ancien tueur qui fait régner l'ordre dans la ville par la terreur.

Brian De PalmaModifier

  •  
    Paul Williams, interprète de Swan dans Phantom of the Paradise
    Phantom of the Paradise (1974) : dans ce remake contemporanéisé du Fantôme de l’Opéra de Rupert Julian, l’auteur-compositeur-interprète Winslow Leach (William Finley) se fait spolier sa musique par un producteur, Swan (Paul Williams), qui a vendu son âme au Diable. Dans son combat pour recouvrer ses œuvres, Leach sera piégé, emprisonné, se verra arracher les dents et, lors de sa fuite, se faire défigurer lorsque sa tête se retrouvera coincée dans une presse à disques. Swan le fera ensuite emmurer, mais il réussira à s’évader de ce cachot. Et lorsqu’il découvrira que Swan lui a volé la chanteuse Phoenix (Jessica Harper) dont il est tombé amoureux, plus rien ne pourra arrêter sa soif de vengeance[167]. « Swan, producteur à succès qui a connu « son premier disque d'or à 14 ans ». Un producteur dont on découvre vite le cynisme, quand il vole la musique du jeune compositeur Winslow Leach et envoie ce dernier en prison. La satire est frontale et assumée, puisque la maison de disques appartenant à Swan s'appelle « Death Records », nom funèbre qui insiste sur la brutalité avec laquelle le show business détruit le travail des artistes. Mutilant l'oeuvre et la chair des créateurs et se nourrissant de leur énergie, Swan fait défiler les chanteurs à la chaîne. »[168]
  • Pulsions (1980) : « Bobbi semble par de nombreux aspects avoir une personnalité perverse, c’est à dire une “tendance à faire du mal intentionnellement, à manipuler délibérément autrui ou à commettre des actes immoraux en toute connaissance de cause” (Xavier Pommerau), actes qui s’accompagnent d’une jouissance sur le moment (taillader au rasoir une victime à mille endroits durant plusieurs minutes en savourant l’horreur dont la victime fait montre de se voir la paume tranchée), mais aussi dans la narration de leur récit (Bobbi au Dr Elliott via le répondeur téléphonique). »[169]
  • Outrages (Casualties of War, 1989), qui se passe pendant la guerre du Vietnam, narre le parcours de soldats américains (parmi lesquels Sean Penn) qui kidnappent et violent une jeune paysanne vietnamienne.
  • Le Dahlia noir (2006) : film relatant l’histoire vraie d’une comédienne dont le corps a été retrouvé atrocement mutilé dans un terrain vague de Los Angeles en 1947. « Comme d'une petite madeleine hawksienne surgissent nos souvenirs oniriques du Grand Sommeil et consorts. Sauf que les sous-entendus de l'époque sont ici explicites : lesbianisme, nécrophilie, sadisme et perversions se révèlent au grand jour »[170].

Michael HanekeModifier

Michael Haneke ouvre une expérience de spectateur inédite et dérangeante, parfois traumatique dans la dureté des scènes exposées ou la manifestation d'une brutalité insoutenable, y compris hors-champ[171],[172]. La radicalité de ses films a souvent divisé la presse et le public : les adjectifs « pervers », « culpabilisant », « manipulateur » et « sadique » ont régulièrement été employés[171].

  • Funny Games (1997) est un film autrichien : « Haneke excelle dans la monstration du sadisme sans doute parce qu’il a des fantasmes sadiques – la répétition du même petit scénario, le fait que les victimes soient une famille bourgeoise cultivée, confirmeraient ce diagnostic. Ce qui ne nous pose aucun problème. C’est même très intéressant. Mais ce qui est insupportable, c’est que ce sadisme ne soit pas assumé, et qu’Haneke nous serve à la place une leçon de morale sur l’abjection de la violence des images. C’est cela qui est abject dans ce Funny Games U.S. : pas son sadisme, mais sa tartufferie [173] ».
  • La Pianiste (Die Klavierspielerin, 2001) est un film franco-autrichien avec Isabelle Huppert : « Partant du sadisme incestueux présent dans les relations mère-fille, Haneke glisse sur l'importance du rapport de force dans l'érotisme (occidental ?), et sa dégradation potentielle en saloperies gratinées. »[174]
  • Le Ruban blanc (weiße Band-Eine deutsche Kindergeschichte, 2009). Dans un village de l'Allemagne du Nord protestante à la veille de la Première Guerre mondiale, la vie au quotidien d'un pasteur tyrannique et de ses enfants. « Le soir, le pasteur punit Martin et Klara, ses enfants les plus grands, d'être rentrés si tard et d'avoir inquiété leur mère sans fournir d'excuse valable. Ils seront punis le lendemain de dix coups de fouets et à l'humiliation de porter le ruban blanc comme du temps de leur prime jeunesse pour leur rappeler qu'ils doivent atteindre à cette pureté »[175].
  • Amour (2012), avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert : « ces perturbations sont autant de petites et grandes violences faites au spectateur, avec le sadisme que l’on a toujours connu à Haneke »[176]. « En tout cas, le sadisme n’épargne pas l’acteur, Trintignant semblant physiquement affecté par les contorsions imposées à son personnage »[177]

Ken RussellModifier

  •  
    Pete Townshend, compositeur de l'opéra rock Tommy
    Le film musical Tommy de Ken Russell (1975), adapté de l'opéra rock éponyme des Who, raconte l'histoire d'un adolescent aveugle, sourd et muet, mais doté d'une intuition hors du commun. Entre autres mésaventures, il sera la proie de son oncle pédophile Ernie, ainsi que de son cousin Kevin qui le torturera et le brutalisera[178].
  • Les Jours et les nuits de China Blue (Crimes of Passion, 1984) est un film américain réalisé par Ken Russell, avec Kathleen Turner (Joanna Crane / China Blue), Bruce Davison (Donny Hopper), Gordon Hunt (Group Leader), Dan Gerrity (Group Member #1) Anthony Perkins. China Blue est souvent cité comme un film BDSM en raison de la scène dans laquelle China Blue domine un policier menotté, qu'elle sodomise avec sa matraque de flic. Parallèlement, « la prostituée China Blue est constamment déchirée entre le personnage qu’elle joue la nuit face à ses clients et la très respectable styliste qu’elle est le jour. Victime du fanatisme du faux prêcheur qui la persécute, elle apparaît comme la victime masochiste (ligotée sur une table) avant que son persécuteur ne renverse les rôles en la contraignant à le tuer après lui avoir fait revêtir le col blanc et le costume noir du clergyman »[1].
  • La Putain (Whore, 1991) « nous parle de ces clients et de leur manie, ce qui donne lieu à plusieurs saynètes hilarantes. Comme celle du vieil amateur d'avocat (le fruit) qui se fait flageller par une Theresa harnachée en SM jusque dans sa maison de retraite ou celle du fétichiste amateur de chaussures ! En même temps qu'elle se confie à la caméra Liz doit aussi essayer d'échapper à un souteneur particulièrement sadique qui la poursuit »[179].

Quentin TarantinoModifier

  • Reservoir Dogs (1992) ː « Il faut dire que le futur réalisateur de Pulp Fiction n'y allait pas avec le dos de l'oreille : flingage, sang, torture, sadisme, dialogues plein d'ironie, amoralité... »[180]
  • Pulp Fiction (1994) : « Le sadisme va droit au but : Il s’agit d’obtenir le plaisir par le violence ou par la domination. Voilà tellement longtemps que les films hollywoodiens flattent en nous cette recherche du plaisir sadique qu’ils le font désormais avec un humour sophistiqué comme dans le film Pulp Fiction »[181].
  • Kill Bill (Vol.1 ː 2003, Vol 2. ː 2004) ː une ex-tueuse à gages (Uma Thurman) est bien déterminée à éliminer ses ex-complices, responsables d'une attaque à l'issue de laquelle elle vient de passer quatre années dans le coma. « Tarantino mise cette fois-ci davantage sur un registre émotionnel en appuyant subtilement la tristesse souterraine des protagonistes, déjà palpable dans le premier volet (la scène où Black Mamba se réveille, s’apercevant qu’elle n’a plus son enfant ; un long cri de douleur bouleversant). Kill Bill 2, ballet iconoclaste et délirant, festin sadique, romance intense où se mêlent des morts sublimes, des dialogues aux petits oignons et des monts de surprises. Du sang, du rire et des larmes. Du cinéma, encore et toujours » [182].
  • Inglourious Basterds (2009) ː « Quentin Tarantino a un don pour réaliser la scène d’ouverture de ses films. Ici, on assiste a un interrogatoire du sadique et vicieux Colonel Hans Landa (Christoph Waltz) dit “Le Chasseur de Juifs” face au père d’une famille française, Monsieur LaPaditte (Denis Ménochet). Dès ces premières minutes, la performance de Christoph Waltz arrive à créer une tension chez le spectateur »[183].
  • Django Unchained (2012) ː « Ces justiciers de western sont armés d’une énergie vengeresse, comme va pouvoir le vérifier Calvin Candie, un propriétaire blanc qui règne sur ses sujets noirs avec une morgue et un sadisme naturels »[184].
  • Les Huit Salopards (2015) ː « Têtes qui explosent en gros plan, membres arrachés, gerbes de sang qui giclent partout, plans cradingues au possible, Tarantino verse alors dans le Grand-Guignol amusé, pas loin d’un second degré bouillonnant où chaque effusion salvatrice donne des envies d’applaudissements sadiques. »[185]

Lars von TrierModifier

  •  
    La Barque de Dante de Delacroix, recréée en tableau vivant dans The House That Jack Built. Le personnage de Verge évoque Virgile guidant Dante à travers les Enfers de la Divine Comédie.
    Breaking the Waves (1996) « atteint des sommets de violence psychologique et de sadisme »[186] et « décrit l'éveil d'une femme que le puritanisme a littéralement dépecée »[187].
  • Dogville (2003) « décrit sans concessions l’âme noire des habitants de Dogville, leur lâcheté, leur cynisme et leur sadisme, parfois jusqu’à la limite du supportable »[188]. « Il ne faut rien espérer de l´espèce humaine, nous assène Dogville »[189].
  • Antichrist (2009) : après la mort de leur enfant, un couple se retire en forêt pour tenter de guérir les souffrances qui en résultent. Mais les choses vont mal tourner, jusqu'au stade où « Charlotte Gainsbourg nous offre alors une magnifique performance, mêlant folie, méchanceté, sadisme, et sexe. Elle va s’en prendre à son mari, à tel point qu’elle va l’émasculer, dans tous les sens du terme »[190]. Charlotte Gainsbourg remportera la Palme d'Or pour la meilleure interprétation féminine au Festival de Cannes 2009.
  • Nymphomaniac (2013) est un film dans lequel « on découvre l'actrice Charlotte Gainsbourg à demi-nue, au bord des larmes, prête à se faire fouetter par Jamie Bell. » [191]. Mais « après un passage masochiste, l'héroïne joue un rôle de dominatrice »[192].
  • The House That Jack Built (2018) ː « Nous assistons là à une très vieille histoire qui va de Sade à Pasolini en passant par Flaubert ou ̟Baudelaire. Il y a toujours eu face aux œuvres d'art qui explorent les limites de ce qui peut être dit ou pensé dans une époque donnée une réaction de refus, de déni, parfois violente, qui va de l'envie de pénal à la médicalisation de l'artiste ː bon à enfermer ou fou comme Sade, qui passa sa vie en prison »[193]. A sa présentation au Festival de Cannes, le film a inspiré du dégoût, au point que « des dizaines de festivaliers sont sortis, écœurés, de la salle de projection »[194]. « L'un des plans du final du film représentant Jack et Verge sur une barque s'inspire directement du tableau La Barque de Dante de Delacroix, peint en 1822. C'est sur les conseils du peintre danois Per Kirkeby, disparu depuis, que Lars von Trier s'est intéressé à cette peinture pour représenter l'enfer : "[...] nous n'avons pas eu recours aux effets spéciaux. Il s'agit uniquement d'une toile de fond, de quelques ventilateurs et d'une barque qui flotte sur une piscine." (propos extraits de La Septième Obsession, n°18) »[195].

Adaptations des œuvres de Stephen KingModifier

  • Shining (Stanley Kubrick, 1980) : « Trois ans après la parution du livre de Stephen King, Kubrick se lança dans son adaptation. Le résultat, époustouflant, va au-delà du livre et l’éclipse totalement. Le réalisateur prit un certain plaisir (sadique ?) à dépouiller l’œuvre de King pour ne garder que la trame du récit afin de construire son chef-d’œuvre. Kubrick s’est volontairement écarté du roman de Stephen King »[196]. « On découvre un Jack Nicholson au sommet de sa forme. Une consécration dans sa carrière. Il nous joue un personnage, qui va sombrer dans la folie pure. Il devient alors un homme sadique, malade et effrayant. »[197].
  • Cujo (Lewis Teague, 1983) : Triste jour pour Donna et son fils Tad. Leur voiture est tombée en panne au beau milieu d'une cour déserte. Les secours arrivent sous la forme d'un Saint-Bernard enragé qui les assaille inlassablement[198]. « Lewis Teague a parfaitement su mettre en scène la terreur que vivent ses personnages et cette voiture, qui au départ sonne comme un sanctuaire inviolable, finit par de plus en plus ressembler à un piège sadique duquel il faut sortir pour survivre »[199].
  • Dead Zone (David Cronenberg, 1983) : après plusieurs années passées dans le coma, Johnny Smith se réveille doté d'étranges pouvoirs. « Le shérif désespéré de ne trouver un assassin sadique qui agit dans la ville fait appel à lui »[200].
  •  
    La Plymouth Fury qui a « tenu le rôle » de l'automobile impitoyable dans Christine.
    Christine (John Carpenter, 1983) raconte l'histoire d'une automobile surnaturelle et malveillante qui prend petit à petit le contrôle de l'adolescent qui l'a achetée et qui tue ceux qui essaient de les séparer[201].
  • Running man (Paul Michael Glaser, 1987) : « la télévision, contrôlée par l’État a créé un jeu sadique faisant fureur : “Running man”. L’art, la musique, les communications sont censurés. Aucune révolte n’est tolérée. Pourtant, un petit groupe de résistants a réussi à rester caché et agir dans l’ombre. Quand les gladiateurs “High Tech” ne suffisent plus à maitriser la population de son désir de liberté, des méthodes plus radicales s’imposent... »[202]
  • Misery (Rob Reiner, 1990) : « Dans Misery, le monstre est donc une femme, ancienne infirmière de profession, qui, fervente admiratrice des romans du héros, va se révéler être une véritable folle psychopathe qui ira jusqu’à séquestrer et violenter physiquement l’écrivain Paul Sheldon d’une manière choc et sadique »[203].
  • Les Évadés (1994) de Frank Darabont, avec Tim Robbins et Morgan Freeman : « Voici ce vice-président d’un important établissement bancaire brutalement exposé à la barbarie à peine réglementée de l’univers carcéral. L’amitié d’un détenu, Red, le soutient tout d’abord avant qu’un conseil fiscal, donné au sadique chef des gardiens, Hadley, ne mette en lumière ses capacités et ne lui vaille l’attention du directeur, Norton »[204]. « Bob Gunton et Clancy Brown sont géniaux et terrifiants, respectivement, en directeur de prison fourbe et cruel et en capitaine de prison sadique et violent »[205].
  • La Ligne verte (Frank Darabont, 1999) : « L'histoire est rapidement devenue un best-seller, adaptée au cinéma un an après sa sortie, en 1997. Au casting, on retrouve bien entendu Tom Hanks et Michael Clarke Duncan, inoubliable. La Ligne verte décrit un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisée par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore, et Caffey »[206]. « Entre condamnation à mort, surnaturel, amour, bonté et sadisme, le film est une pure réussite d'ailleurs validée par le King lui-même. Pourtant, si les deux oeuvres frôlent la perfection, certaines (petites) différences sont notables »[207].
  • Ça (Andrés Muschietti, 2017) évoque « une bande de sept copains surnommés “Les Losers”, qui rencontre une créature étrange présente sous la forme d’un clown sadique. Appelé “Pennywise”, le clown martyrise les enfants, faisant surgir leur pire peur »[208]. « Concentré de terreur pour cette histoire construite sur les peurs des enfants et qui a changé à jamais notre regard sur les clowns »[209].

Sadisme, horreur et sorcellerieModifier

Sadisme religieuxModifier

Châtiments corporelsModifier

FesséesModifier

Selon Georges de Coulteray, « la fessée est devenue la forme privilégiée de ce que l'on nomme le petit sadisme[217] ».

Canne anglaiseModifier

  • If.... - Lindsay Anderson - Palme d’or, 1969, Cannes, non seulement l’acteur principal prend une gifle monumentale par une fille dans la cafétéria, mais il y a dans ce film une scène de châtiment à la canne anglaise (caning), où l’élève victime est placé penché sur une table, poitrine collée à la table[228].

FouetModifier

AutresModifier

Sadisme et masochisme dans les séries téléviséesModifier

  • Dans Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers, saison 4 et 5, de 1965 à 1967), Emma Peel (Diana Rigg) incarne la femme à la fois dominante et dominatrice. Elle mène ses combats dans une combinaison de cuir, et apparaît en réelle tenue de dominatrice, guêpière, bottes, gants longs et collier à pointes, dans l'épisode Le club de l'enfer (A touch of brimstone, 1966)[231].
  • Dallas (1978) : manipulateur et cynique, J. R. Ewing (Larry Hagman) n'hésitera jamais à duper ou faire souffrir n'importe quel membre de sa famille ou a fortiori n'importe quel concurrent commercial lorsque des milliers ou des millions de dollars, ou encore la réputation de son entreprise, sont en jeu. Marié à Sue Ellen Ewing (Linda Gray), il n'hésite pas à lui être très souvent infidèle (y compris en la trompant avec sa jeune sœur), la délaissant totalement voire la méprisant la plupart du temps[232].
  • Dans la série télé française PJ (1997), le lieutenant Bernard Léonetti (Charles Schneider) tombe amoureux d'une femme, Mathilde (Isabelle Petit-Jacques), qui s'avère être une dominatrice. Ne trouvant ni intérêt ni plaisir dans cette relation BDSM, il prend ses distances avec elle. Elle finit par se suicider[233].
  • Dans New York, unité spéciale (1999), les inspecteurs sont confrontés aux agressions sexuelles intra-familiales, aux crimes passionnels, à la traite d'êtres humains, aux violences contre les femmes par les groupes criminels, aux réseaux de pédophiles[234].
  • Dans Les Experts (2000), le superviseur Gil Grissom (William Petersen) nourrit pendant longtemps une attirance pour une dominatrice, Lady Heather (Melinda Clarke), dont il a fait connaissance dans une enquête, et qui l'aidera quelques fois à en résoudre d'autres[235].
 
Signature des crimes de John le Rouge
  • Esprits criminels (2005) : le bureau d'analyse des comportements du FBI enquête sur des tueurs en série, la plupart d'entre eux s'étant rendus coupables de crimes sadiques[236].
  • Mentalist (2008) : le tueur en série John le Rouge a assassiné près de 20 personnes, essentiellement des femmes, ainsi que l'épouse et la fille du medium Patrick Jane. John le Rouge, dont l'identité ne sera pas révélée avant sa mort, s'avère être « un tueur qui signe ses crimes d’un smiley ensanglanté, un sadique remarquablement intelligent et capable de manipuler ses interlocuteurs pour faire d’eux ses complices, comme autant d’adeptes d’une secte dont il serait le gourou »[237]. En quête de retrouver John le Rouge, Jane devient consultant pour le Bureau Californien d'Investigations. Au milieu des affaires spécifiques à chaque épisode, les meurtres barbares du tueur en série se multiplieront, John le Rouge ayant un penchant à se délecter du regard et de la panique de ses victimes pendant leur agonie[238].
  • Les Beaux Mecs (2011) : le personnage d'Olga, interprété, selon les époques, par Victoria Abril et par Juana Acosta, gagne sa vie comme dominatrice. « Soit toutes les femmes de la vie de Tony : sa mère, la putain tragique (la touchante Karine Lyachenko) ; son premier amour ; sa maîtresse dominatrice (l'amusante Victoria Abril »[239].
  • La série Person of Interest (2011) met en scène un système de surveillance massive développé par un informaticien de génie, Harold Finch (Michael Emerson), mais qui a été remis à des entités sans scrupules. Epaulé par quelques agents de terrain qu'il a recrutés, Finch devra affronter les manipulations des services du renseignement et de la sécurité nationale, un réseau de policiers corrompus et meurtriers, ainsi qu'un dangereux mégalomane, John Greer (John Nolan), prêt à sacrifier la majeure partie de l'humanité pour faire régner sur terre une intelligence artificielle concurrente de celle de Finch[240].
  • Le Sherlock Holmes contemporain de la série télé Elementary (2012) entretient des relations ambigües avec des femmes adeptes du sadomasochisme : une dominatrice qui lui a servi d'indic, deux compagnes de jeu, Athena et Minerva, avec lesquelles il reconstitue des scènes de crimes sexuels passés, etc[241].
  • Banshee (2013) : le choix des personnages est particulièrement caricatural : « l’ancien repris de justice qui devient shériff. L’homme d’affaires retors et sadique, capable de donner un homme à dévorer par ses chiens mais incapable d’affronter sa nièce. La petite garce qui a le feu au cul parce que son éducation a été trop stricte. »[242]
  • The Fall (2013) : jeu du chat et de la souris entre Stella Gibson (Gillian Anderson), commissaire de police, et Paul Spector (Jamie Dornan), psychologue et père de famille, qui traque, puis ligote, viole et assassine des jeunes femmes. Même se sachant traqué par la police, et même une fois identifié puis arrêté, il n'aura cesse de se comporter en manipulateur, poussant son sadisme jusqu'au suicide, afin de ne pas être jugé, et donc de ne pas donner d'explications sur ses crimes aux familles de ses victimes[243].
  •  
    Raymond Reddington (James Spader) dans The Blacklist
    The Blacklist (2013) : Raymond Reddington (incarné par James Spader), criminel le plus recherché des États-Unis, se livre spontanément au FBI après plus de 20 ans de cavale. À la faveur d'un accord d'immunité qu'il négocie lui-même avec le Département d'Etat, il livre à une unité spéciale des criminels particulièrement cruels, parmi lesquels : un homme qui dissout les corps dans des mélanges chimiques de façon à les faire complètement disparaître (épisode : Le Marmiton), une humanitaire qui s'avère être à la tête d'un cartel de trafic d'êtres humains (épisode : Le freelance), un pervers qui dépèce les corps humains pour les empailler (épisode : Le Cartel de Mombasa), un collecteur de dettes qui obtient le « dédommagement » de ses clients en faisant mourir les cibles dans des circonstances atroces (épisode : Le Collecteur de dettes), ou encore un US Marshal corrompu qui broie des corps dans une déchiqueteuse à bois (épisode : Ian Garvey). Dans son organisation, Reddington lui-même dispose d'un associé, Teddy Brimley, spécialiste de la torture sophistiquée pour obtenir des informations des adversaires[244].
  • Orange Is the New Black (2013) est une série télévisée américaine créée par Jenji Kohan et diffusée depuis le sur Netflix. La vie en prison d’une bourge américaine « Mention particulière également aux deux sœurs ennemies, cheffes de gangs qui ne cessent de s’affronter: Barb et Carol (Mackenzie Phillips et Henny Russell). Un tandem sadique et manipulateur à souhait »[245].
  • Stalker (2014) : Beth Davis (Maggie Q) dirige une unité de police spécialisée dans la lutte contre le harcèlement. Un jeune psychopathe va s'immiscer dans sa vie et en retracer le passé, pour se connecter à l'ex-compagnon de Beth, qu'elle avait fui en changeant d'identité[246].
  • Dans Mr Robot (2015), le personnage de Joanna Wellick (Stephanie Corneliussen), femme de pouvoir qui contrôle tout dans la vie et les affaires, s'adonne à des séances de bondage exécutées à sa demande par son époux, lui ordonnant ce qu'elle veut exactement[247].
  • La Servante écarlate (2017) : dans cette série les femmes « sont asservies et violées pour donner un enfant aux dominants stériles. Une fiction féministe montrant la fragilité des droits des femmes. [...] Le féminisme de la série est donc à double détente. Dans l’organisation de Gilead, s’exerce la domination d’une classe de femmes dominées, égoïstes et parfois sadiques, sur d’autres femmes, mises à leur service : le nom de handmaid désigne bien les “femmes toutes mains”. Les formes de service et de servitude [...] font aujourd’hui vivre les sociétés occidentales aux dépens d’une armée invisible d’aidant.e.s. “Armée”, c’est le terme que reprend June : car une armée peut aussi se mobiliser, et agir. “Quand ils ont massacré le Congrès, on ne s’est pas réveillés, quand ils ont tout mis sur le dos des terroristes et suspendu la Constitution, on ne s’est pas réveillés non plus.” »[248]. Un des personnages parmi les plus sadiques de la série est bien "Aunt Lydia", elle est terrifiante, elle organise des scènes de lapidation « La violence emmagasinée par les servantes ressurgit dans un rituel collectif, orchestré par leur gardienne sadique Aunt Lydia (Ann Dowd), quand les femmes sont encouragées à lyncher un homme qui aurait violé une des leurs. Alors même que nous venons de voir un viol autorisé par le système »[249].

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Michel Etcheverry : Le Pouvoir de la victime [1]
  2. Gérard Camy, « Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich - (1962) - Film - Drame, Drame sentimental », sur Telerama (consulté le 1er décembre 2018) : « Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? est une œuvre grandiose et cruelle. [...] Le meurtre de la domestique noire vu par Jane à travers les yeux de Blanche immobilisée sur son siège, ou encore Jane, hideuse dans sa robe enfantine, chantant et dansant sur la plage : autant de morceaux de bravoure hallucinants, dégoulinant de rancœur sadique. Continuellement sur le fil du rasoir, Robert Aldrich filme au plus près les rapports exacerbés des deux femmes : la douce Joan Crawford, pathétique, et la monstrueuse Bette Davis, le visage déformé par la haine. »
  3. François Forestier, Un si beau monstre, Albin Michel, 2012, p. 9.
  4. « Marlon Brando : le "Monstre" antisystème », sur Cinéma Choc,
  5. . François-Guillaume Lorrain, « Marlon Brando mis à nu »,
  6. a b et c Streff 1990, p. 239.
  7. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 3093.
  8. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 3457.
  9. Streff 1990, p. 240.
  10. a et b Streff 1990, p. 238.
  11. Streff 1990, p. 74.
  12. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 2733.
  13. Thierry Frémaux, « Un tramway nommé désir », sur Institut Lumière
  14. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 1, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 777.
  15. « Qui aurait pu se douter qu’un personnage aussi élégant et sentant bon l’eau de Cologne vingt-quatre heures par jour, était un parfait sadique, n’aimant rien de plus que de tuer à petit feu – comme un enfant méchant faisant fumer un crapaud. Est-il besoin de dire que Brando s’installe dans ce personnage comme dans une deuxième peau, lui conférant une stature qui commande le respect, autant que la peur. », « Marlon Brando, cowboy crépusculaire » par Robert Daudelin, Hors Champ, 14 avril 2010 [2]
  16. « L’apocalypse des systèmes de valeurs. Dilemmes moraux dans Au cœur des ténèbres et Apocalypse Now » par Toni Pape, Université de Montréal, septembre 2014 [3]
  17. Streff 1990, p. 154.
  18. Streff 1990, p. 178.
  19. Streff 1990, p. 155
  20. Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis (1886), trad. 8e édition allemande (1893), É. Laurent et S. Csapo, G. Carré, Paris, 1895.
  21. Nomination aux Oscars en 1939
  22. Coulteray 1964, p. 250.
  23. Streff 1990, p. 107.
  24. Streff 1990, p. 113
  25. Streff 1990, p. 110.
  26. « Liza - La Cagna, Marco Ferreri (1972) », sur Chronique du cinéphile stakhanoviste,
  27. « La soumission sexuelle en 10 films », sur Selenie,
  28. « Sick: The Life and Death of Bob Flanagan, Supermasochist sur Cinebel », sur cinebel.dhnet.be (consulté le 29 novembre 2018)
  29. Cahiers du cinéma, no 525, juin 1998
  30. (en) SM-rechter sur l’Internet Movie Database.
  31. AlloCine, « Domination » (consulté le 1er décembre 2018)
  32. « Portier de nuit », DVDClassik.com,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  33. Michel Foucault, « Anti-Rétro », entretiens avec P. Bonitzer et S. Toubiana, Cahiers du cinéma, no 251-252, juillet-août 1974 ; repris dans Dits et Écrits, vol. I 1954-1975, Gallimard, coll. « Quarto », 2001, p. 1520-1521.
  34. « Attache-moi ! - Manifestations », sur 2014.festival-lumiere.org (consulté le 30 novembre 2018)
  35. Olivier Delcroix, « Elle », sur Le Figaro,
  36. Streff 1990, p. 115
  37. « Le Grand Frisson - film 1977 », sur Allociné
  38. « Le grand frisson - Photos d'exploitation », sur Affiches - Photos d'exploitation - Bandes-annonces
  39. https://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/l-empire-des-sens
  40. Interview de Nagisa Ōshima, in Écrits 1956-1978. Dissolution et jaillissement, trad. du japonais par Jean-Paul Le Pape, Gallimard, coll. « Cahiers du cinéma », 1980, repris dans le livret du DVD, édition Argos Films, Arte vidéo, 2003, p. 11.
  41. « Avis sur le film La femme flambée (1983) par Eric31 - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le 1er décembre 2018)
  42. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 3189.
  43. « Preaching To The Perverted »
  44. « "Mr & Mrs Smith" : deux stars pour une comédie paresseuse », TéléObs,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  45. « Une histoire d'amour - film 2013 - Hélène Fillières - Cinetrafic », sur www.cinetrafic.fr (consulté le 30 novembre 2018)
  46. AlloCine, « Bande-annonce : Emmanuelle Béart en dominatrice SM dans My Mistress », AlloCiné,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018) :

    « Un film qui s'annonce sulfureux, dans lequel Emmanuelle Béart incarne une maitresse aux penchants SM entrainant un jeune homme dans une histoire passionnelle et dangereuse... »

  47. « Johnny Guitare - la critique du film », sur A voir à lire
  48. Léopold Von Sacher-Masoch (« Quand je suis emmitouflée sous ma fourrure, je crois être un gros chat, me dit-elle un jour, et il me prend une envie diabolique de jouer avec une souris, mais alors une grosse souris. »), Fouets et fourrures, Le Castor Astral, coll. « Les Inattendus », 157 p., p. 27
  49. « nemesis — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 30 décembre 2018)
  50. « Catwoman, l'itinéraire d'une dominatrice », sur La Parisienne,
  51. « Chicago - film 2002 », sur Allociné
  52. « Chicago - Official Trailer (HD) - Renee Zellweger, Catherine Zeta-Jones », sur YouTube
  53. « Le diable s'habille en Prada », sur Marie Claire (consulté le 10 janvier 2019)
  54. « Wonder Woman - film 2017 », sur Allociné
  55. « "My Wonder Women": ménage à trois, bondage et super-héroïne (critique) », sur France Soir, France Soir,
  56. Grand Larousse encyclopédiqueÀ propos de Josef von Sternberg[4]
  57. Streff 1990, p. 70.
  58. Streff 1990, p. 63.
  59. « Anecdotes du film Gilda », sur Allociné
  60. Olivier Père, « La Dame de Shanghai de Orson Welles », sur Arte,
  61. Streff 1990, p. 221
  62. Streff 1990, p. 216
  63. André Brousselle, « Masochisme masculin, masochisme féminin », sur Société Psychanalytique de Paris,
  64. « A Woman », sur L'œil sur l'écran Le Monde,
  65. « Entr´acte (1924) - Il était une fois le cinéma », Il était une fois le cinéma,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  66. « Viktor Viktoria de Reinhold Schünzel », sur Arte,
  67. « L'Impossible Monsieur Bébé », sur Télérama
  68. Gérard Lefort, « RENOIR, LA FETE HUMAINE », sur Libération, (consulté le 6 décembre 2018)
  69. Marine Landrot, « Allez coucher ailleurs ! », sur Télérama
  70. Robert Graysmith, « La fille derrière le rideau de douche », sur Google Books
  71. « Pour les orphelins de Marx et du Coca-Cola »
  72. Véronique Doduik est chargée de production documentaire à la Cinémathèque française., « Les Damnés Luchino Visconti, (1968) », sur Cinémathèque française,
  73. « Dictionnaire amoureux du cinéma », sur Google Books
  74. « John Waters, 53 ans. L'auteur du film culte undergound «Pink Flamingos» se reconvertit dans le conte moral avec «Pecker». La cerise sur le scato. », sur Libération,
  75. « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe... sans jamais oser le demander », sur Allociné
  76. « The Rocky Horror Picture Show ressort en France pour ses 40 ans », sur Le Figaro,
  77. a et b Streff 1990, p. 221-224.
  78. Alain Paucard, Notre amie la femme, L'Age d'Homme, , 102 p. (ISBN 2-8251-0270-9, lire en ligne), p. 63-64-65-66-67
  79. Jean-Yves Alt, « Laurel & Hardy : couple le plus gay de l'histoire du cinéma ? - Contribution subjective à une mémoire gaie : littérature, cinéma, arts, histoire... », Contribution subjective à une mémoire gaie : littérature, cinéma, arts, histoire…,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  80. a b et c Streff 1990, p. 222
  81. « Stan & Ollie », sur Allociné
  82. Streff 1990, p. 230.
  83. Streff 1990, p. 25
  84. Streff 1990, p. 161.
  85. Selon Otto Rank, le sujet cherche à retrouver au travers de son immobilisation la situation voluptueuse de l'immobilité intra-utérine, Le Traumatisme de la naissance (1924), Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2002, p. 54.
  86. Streff 1990, p. 165
  87. Streff 1990, p. 166.
  88. « Da Vinci Code - Film 2006 », sur Allociné
  89. « Roman Polanski, la victime et son bourreau », sur Universalis
  90. Streff 1990, p. 38
  91. Streff 1990, p. 133
  92. Marc Martin, « Le bal des vampires », sur Cinéma le France, (consulté le 5 janvier 2019)
  93. Joël Magny, « La victime et son bourreau », sur Universalis (consulté le 5 janvier 2019)
  94. Thaddeus, « Les anges du péché », sur Sens critique, (consulté le 2 juillet 2012)
  95. Delarge, « D’après une histoire vraie de Roman Polanski – Critique », sur Le Monde (consulté le 3 novembre 2017)
  96. Jean-Louis Tallenay, Télérama, juin 1976, repris dans le livret du DVD édition Paramount 2011, p. 29.
  97. Pierre Murat, « Lunes de fiel de Roman Polanski - (1992) - Film - Drame », sur Télérama (consulté le 2 décembre 2018)
  98. Esther Castagné, « Oliver Twist, entre passivité et innocence », sur Cinéchronique
  99. Festival de Cannes : Soderberg, Sorrentino et Refn en lice pour la palme d'or sur Libération.fr, consulté le 10 mai 2013
  100. Mathieu Li-Goyette, « La Vénus à la Fourrure », sur Panorama Cinéma
  101. Streff 1990, p. 99
  102. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 2662.
  103. Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier, 50 ans de cinéma américain, Nathan, , 1248 p., p. 241
  104. Voir Michel Ciment, Joseph Losey : l'œil du Maître, Institut Lumière/Actes Sud, 1994.
  105. Mathilde Blottière, « The Servant de Joseph Losey : la grande histoire d'un film au parfum de soufre », Telerama, 22 août 2014.
  106. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 1, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 660.
  107. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 1, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 746.
  108. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 2, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 1754.
  109. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 2, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 1885.
  110. Gérard Lenne, Cinéma fantastique, éd. Seghers
  111. « Objectif Cinéma : Analyse d’Orange mécanique de Stanley Kubrick », sur www.objectif-cinema.com (consulté le 29 novembre 2018)
  112. « Les Chiens de paille - Film 1971 », sur Allociné
  113. « Duel - film 1971 », sur Allociné
  114. « Duel de Steven Spielberg - (1971) », sur Télérama
  115. Jean-Baptiste Thoret, Le Cinéma américain des années 70, Cahiers du cinéma, 2006, p. 109.
  116. Bruno Deruisseau, « Les 12 films qui montrent pourquoi il ne faut pas se perdre à la campagne », sur Les Inrocks,
  117. Roland Barthes, Le Monde, 16 juin 1976.
  118. Making of de l'édition DVD Paramount Pictures, 2002, interview de Dustin Hoffman.
  119. Nicolas Botti, « Midnight Express (1978) », sur Cinéma de Rien,
  120. « Hitcher - film 1986 », sur Allociné
  121. « Liaison fatale - film 1987 », sur Allociné
  122. Martin Desseilles, Bernadette Grosjean et Nader Perroud, « Manuel du borderine », sur Google Books
  123. Marie Aimée, « Les grandes passions destructrices au cinéma », Vanity Fair,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018) :

    « Boxing Helena met en scène un chirurgien obsédé par une femme aussi fatale que sadique, qui se refuse à lui et qu’il va donc finir par séquestrer avant de lui couper les jambes et les bras, histoire de la statufier. »

  124. « Bientôt un film sur Cruella d’Enfer! », sur Flair
  125. « Définition snuff movie | Dictionnaire définition français | Reverso », sur dictionnaire.reverso.net (consulté le 1er décembre 2018) : « snuffmovie (nm) : film d'horreur dans lequel une victime est réellement torturée ou exécutée »
  126. « The Girl Next Door », sur Films-Horreur.com
  127. AlloCine, « Avis sur le film La Planète des singes : les origines » (consulté le 29 novembre 2018)
  128. Francis Lawrence, « De l'eau pour les éléphants », sur Le Monde,
  129. Gérard Camy, « M le Maudit de Fritz Lang », sur Télérama
  130. PatrycjaT, « Un conte noir », sur Just Focus
  131. « Les astres s’animent à Orsay pour La Nuit au cinéma », sur Just Focus
  132. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 3, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 3565.
  133. « Le Vampire de Dusseldorf (1965) », sur DVDFr
  134. DVD Artus Films, 2011, suppléments : présentation du film par Frédéric Thibaut, spécialiste du Cinéma-Bis.
  135. « La Corde raide de Richard Tuggle - (1984) - Film - Film policier » (consulté le 1er décembre 2018)
  136. Aurélien Ferenczi, « Blue Velvet de David Lynch », sur Télérama
  137. Jacques Morice, Télérama, .
  138. « C'est arrivé près de chez vous - film 1992 », sur Allociné
  139. Jean Serroy et Gilles Lipovetsky, L'Ecran global. Cinéma et culture-médias à l'âge hypermoderne, Le Seuil, (ISBN 9782021008852, lire en ligne)
  140. « Les 25 meilleurs films de ces 25 dernières années », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  141. (en) « Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes », sur IMDb
  142. a et b Coulteray 1964, p. 105.
  143. Coulteray 1964, p. 298.
  144. Coulteray 1964, p. 293.
  145. Coulteray 1964, p. 257.
  146. Coulteray 1964, p. 254.
  147. Coulteray 1964, p. 269.
  148. Coulteray 1964, p. 256.
  149. Yannick Lemarié, « Le Journal d'une femme de chambre | Oeuvres », sur mirbeau.asso.fr (consulté le 1er décembre 2018)
  150. Streff 1990, p. 107.
  151. Buñuel aujourd'hui, Les Cahiers du cinéma, no 464, février 1993.
  152. Streff 1990, p. 167.
  153. Streff 1990, p. 57.
  154. Michel Delain, L'Express, 8 août 1977, p. 13.
  155. « Henri-Georges Clouzot et ses mystères », sur France Culture,
  156. « L'assassin habite au 21 », sur Mon Cinéma à Moi,
  157. Bertrand Schefer, « Le corbeau de Henri-Georges Clouzot », sur L'Avant-Scène Cinéma
  158. Marcel Huret, « Le salaire de la peur », sur Clouzot.org
  159. « Les Diaboliques - Une histoire de coeur », sur DVDToile,
  160. Jérôme Lachasse, « Les secrets d’Alfred Hitchcock, le cinéaste le plus sadique de Hollywood »,
  161. « Hitchcock Top 53 films », sur Télérama Vodkaster
  162. « Le crime était presque parfait », sur Critikat
  163. « Les Oiseaux de Alfred Hitchcock », sur Arte
  164. The Bad en version anglaise et Il cattivo en version italienne signifient en fait « le mauvais ». Pour la confusion avec le faux-ami italien "brutto", voir la section sur le doublage.
  165. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 2, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 1633.
  166. Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, vol. 2, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 1651.
  167. « Phantom of the Paradise – Film 1974 », sur Allociné
  168. « Pourquoi Phantom of the Paradise est un chef d'œuvre indémodable », sur Première
  169. « Une critique psychiatrique de "Pulsions" ("Dressed to Kill") de Brian De Palma », sur Profondeur Champs
  170. Aurélien Ferenczi, « Le dahlia noir », sur Télérama
  171. a et b (fr) Article de l'encyclopédie Universalis sur Michael Haneke, consulté le 19 octobre 2012.
  172. Télérama, « Comment peut-on se repaître de la souffrance d’autrui, même à travers un écran » [5]
  173. « Funny games US sur les Inrocks », sur les Inrocks (consulté le 29 novembre 2018)
  174. « La pianiste »
  175. Jean-Luc Lacuve, « Ciné-club ː le ruban blanc », sur Ciné-club de Caen,
  176. « Etudes 2012/11 (Tome 417) », sur Cairn.info
  177. « Revue Etudes », sur Revue Etudes
  178. « Tommy - film 1975 », sur Allociné
  179. « La Putain », sur Psychovision
  180. Éric Libiot, « Le film à (re)voir ce mercredi : Reservoir Dogs », sur L'Express,
  181. Anita Phillips, « Défense du Masochisme », sur Google Books
  182. Romain Le Vern, « Kill Bill 1 et 2 ː à quand la synthèse ? », sur A voir à lire,
  183. Elkanthar, « Avis sur le film Inglourious Basterds (2009) - Juste : Christoph Waltz - SensCritique », sur www.senscritique.com,
  184. « Django Unchained de Quentin Tarantino », sur Telerama
  185. « Les Huit Salopards », sur Mondocine,
  186. « [Classique du cinéma]: « Breaking the waves » de Lars von Trier », sur La Dent Dure
  187. Marine Landrot, « Breaking the Waves », sur Télérama
  188. « Dogville », sur Spectacles Sélection
  189. Philippe Royer, « La Croix - Dossier Dogville », sur La Croix,
  190. « Antichrist », sur Horror-ScaryWeb
  191. « Nymphomaniac : Charlotte Gainsbourg se met au sadomasochisme », Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  192. Eléonore Prieur, « Nymphomaniac: Charlotte Gainsbourg du masochisme au sadisme », sur Le Figaro,
  193. Jérôme Leroy, « C'était écrit Lars von Trier, quel sadique ǃ », sur PressReader,
  194. Constance Jamet, « «Ignoble», «répugnant», «sadique»: le Lars von Trier donne la nausée au Festival de Cannes », sur Le Figaro,
  195. « Anecdotes du film The House That Jack Built », sur Allociné
  196. Vincent Ruozzi, « Kubrick, The Shining King », sur Sens Critique
  197. « Shining », sur Horror Scaryweb
  198. « Cujo », sur Allociné
  199. « Cujo », sur Lavisqteam,
  200. « Dead Zone, le film », sur Club Stephen King
  201. « Christine - film 1983 », sur Allociné
  202. « Avis sur le film Running Man », sur Sens Critique
  203. Bruce Wayne, « Misery », sur Allociné,
  204. « Les Évadés », sur Stephen King 999
  205. « Les Évadés », sur Allociné
  206. Antoine Oury, « La Ligne verte, indémodable succès de Frank Darabont et Stephen King », sur ActuaLitté,
  207. « La ligne verte (ce soir sur NT1) : les différences entre le roman de Stephen King et le film », sur Télé-Loisirs,
  208. « "Ça": Le clown sadique de Stephen King adapté au cinéma », sur HuffPost,
  209. Marion Guilhen, Louise Henaff et Lucie Marsaud, « Le top 4 des morts les plus jubilatoires et excentriques de Stephen King », sur France Inter,
  210. AlloCine, « Le Corps et le Fouet » (consulté le 29 novembre 2018)
  211. Philippe, « MAISON ENSORCELÉE .LA », sur cinememorial.com (consulté le 29 novembre 2018)
  212. Streff 1990, p. 166
  213. « La censure de », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  214. « Le couvent de la bête sacrée, l'ode sadomasochiste de Norifumi Suzuki (1974) », sur Deuxième Page
  215. « Des soeurs à l'essoreuse », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  216. « La Lapidation de Soraya M. - Film 2008 », sur Allociné
  217. Coulteray 1964, p. 93
  218. « La Huitième Femme de Barbe-Bleue », sur DVDclassik
  219. « Ciné-club : Capitaine mystère de Douglas Sirk », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 29 novembre 2018)
  220. chrischambers86, « L'Assommoir », sur Allociné,
  221. Coulteray 1964, p. 100
  222. Coulteray 1964, p. 99.
  223. Coulteray 1964, p. 252.
  224. « Le Grand McLintock : le western où John Wayne met... des fessées », tvmag.lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  225. Agnès Giard, « Je t'ai dans la fesse », sur Libération,
  226. « ORIGINAL VS REMAKE : 100 DOLLARS POUR UN SHÉRIF d’Henry Hathaway (1969) / TRUE GRIT de Joel et Ethan Coen (2011) », L'EMPIRE DES IMAGES,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  227. Cécile Mury, « La Secrétaire de Steven Shainberg - (2002) », sur Telerama
  228. Streff 1990, p. 40.
  229. « "Huit et demi", de Federico Fellini », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  230. Coulteray 1964, p. 267
  231. « Le club de l'enfer », sur Le Monde des Avengers
  232. « Dallas - Série TV 1978 », sur Allociné
  233. « P.J. - Série TV 1997 », sur Allociné
  234. « New York Unité Spéciale - Série TV 1999 », sur Allociné
  235. « Les Experts - Série TV 2000 », sur Allociné
  236. « Esprits criminels - Série TV 2005 », sur Allociné
  237. Fanny Lombard Allegra, « C’était il y a 10 ans … Mentalist, à la poursuite de John Le Rouge », sur VL,
  238. « Mentalist - Série TV 2008 », sur Allociné
  239. « "Les Beaux mecs" remettent ça », TéléObs,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  240. « Person of Interest - Série TV 2011 », sur Allociné
  241. « Elementary - Série TV 2012 », sur Allociné
  242. Pierre Sérisier, « Banshee », sur Le Monde (consulté en 2013-02-2013)
  243. « The Fall - Série TV 2013 », sur Allociné
  244. « Blacklist - Série TV 2013 », sur Allociné
  245. Vanessa Vansuyt, « Orange Is The New Black », sur Moustique, (consulté le 16 décembre 2018)
  246. « Stalker - Série TV 2014 », sur Allociné
  247. « Mr Robot - Série TV 2015 », sur Allociné
  248. Sandra Laugier, « The Handmaid's Tale », sur Libération,
  249. Iris Brey, « La série la plus terrifiante », sur Cheek Magazine, (consulté le 16 décembre 2018)

BibliographieModifier

  • Georges de Coulteray, Le Sadisme au cinéma, Paris, Éditions Le Terrain Vague, 1964, 175 p. + 136 p. photos, ill.
  • Jean Streff, Le Masochisme au cinéma, Paris, Henri Veyrier, (1re éd. 1978), 270 p. (ISBN 2-85199-5243)
  • Jean Tulard (sous la dir. de), Guide des films, 3 vol. (1re éd. 1990), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », nouvelle édition, 2005.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Article de Michel Etcheverry professeur agrégé d’anglais à l’université de Paris IV-Sorbonne - Le pouvoir de la victime [6]