Sablière (architecture)

En charpente, une panne sablière est une poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture, sur le mur de façade. On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant, permettait à la poutre de prendre sa place lentement.

Maison d'Annonay (XVIe siècle) : au premier étage, « trois sablières superposées, jointives, sur lesquelles s'assemblent les montants » (Viollet-le-Duc).

DescriptionModifier

 
Tête de mandarin chinois sculptée sur la sablière surplombant une roue à carillons à l'église de Confort-Meilars.

Dans les églises, les sablières portent fréquemment des sculptures[1].

Dans un pan de bois, la sablière est la poutre horizontale appuyée sur les murs[2] qui sépare les étages entre eux et reprend les charges du plancher en plus des charges verticales transmises avec les décharges (poteaux de bois dans le mur) : poids des murs et planchers supérieurs plus toiture.

En charpente métallique, la sablière est une poutre qui relie les têtes des poteaux d'une même file (parallèle au long pan) entre elles. Cette poutre en bas de pente sert à transmettre les efforts de pression du vent (par l'intermédiaire d'une poutre au vent, ou des efforts du vent directement appliqué sur la façade) jusqu'aux palées de stabilité (croix de saint André ou portique de stabilité). Cette poutre travaille uniquement en compression.

On parle de panne sablière lorsque cette poutre reprend aussi une partie des charges de la couverture (toit). Dans ce cas, le rôle de cette poutre est de transmettre les efforts de compression/traction (vent) et de transmettre les descentes de charges (neige/poids propre du toit).

Notes et référencesModifier

  1. « Les sablières sculptées des charpentes bretonnes », sur paysan-breton.fr, Journal Paysan breton. Hebdomadaire technique agricole, (consulté le ).
  2. CAUE Midi-Pyrénées, « Glossaire des systèmes constructifs » [PDF], sur caue-mp.fr (consulté le ).