Saarbahn
Image illustrative de l’article Saarbahn

Réseau Regionalbahn
Ouverture 1997
Exploitant Saarbahn GmbH
Matériel utilisé Bombardier Flexity Link
Points d’arrêt 43
Longueur 43,36 km
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Fréquentation
(moy. par an)
13 millions

La Saarbahn est une ligne de tram-train transfrontalier, inaugurée le . Il relie Lebach — au nord de Sarrebruck (Sarre) —, à Sarreguemines (Lorraine). Il transporte 13 millions de voyageurs par an[1].

HistoriqueModifier

Les premières discussions concernant la mise en service d’un tram-train à Sarrebruck et ses environs commencent dans les années 1990. Le réseau de bus est saturé et la fréquence très élevée dans la capitale sarroise. Avec le succès du système de tram-train lancé à Karlsruhe en 1992, une réflexion sur la mise en place d’un modèle similaire en Sarre est lancée. Le projet comporte alors la construction de voies de tramway dans la ville de Sarrebruck et l’utilisation des voies de chemin de fer appartenant à la Deutsche Bahn AG à l’extérieur de la ville. Dès 1992 on loue un wagon du réseau de Karlsruhe pour effectuer le trajet de la gare de Fürstenhausen-Gersweiler à la Saarbrücken Messebahnhof.

Le 24 octobre 1997, la ligne est inaugurée. Elle utilise alors 5 kilomètres de portions urbaines de type tramway, de 13 kilomètres du réseau ferré existant et finit sa course au sud à la gare de Sarreguemines en France. Pour des raisons budgétaires, le chantier de la ligne est phasé.

 
SaarBahn à la gare de Sarreguemines

Réseau actuelModifier

 
Plan de la ligne 1 en 1999

Sur la partie sud, il utilise les infrastructures de DB Netz, en Allemagne, et de SNCF Réseau en France. Sur la partie nord, il est utilisé comme un tramway.

FréquenceModifier

Dans la section urbaine de Sarrebruck, le tramway passe toutes les 5 à 7 minutes en heure de pointe. La ville de Sarreguemines est desservie quant à elle toutes les 30 minutes en heure de pointe[2].

Le matériel roulantModifier

Saarbahn utilise 28 rames Bombardier Flexity Link[3]. Ces rames à plancher bas sont dotées de 3 caisses articulées et bicourant : 750 V en courant continu pour la section tramway et 15 kV en courant alternatif pour le reste du tracé.

ExtensionsModifier

En , une extension de 2,7 km de la ligne vers le Nord a été inaugurée. La ligne poursuit sa course jusqu'à Heusweiler Markt et compte quatre nouvelles stations.

La dernière phase d'extension de la ligne était prévue vers 2014. La ligne est ainsi prolongée jusqu'à la gare de Lebach, où elle est en correspondance avec le réseau DB, et compte 9 kilomètres et huit stations supplémentaires[4].

À terme, le Saarbahn devrait desservir la ville de Forbach (extension initialement prévue pour 2018)[5].

Menace sur la desserte de SarregueminesModifier

En septembre 2011, la Saarbahn menace de ne plus desservir la ville française terminus de son parcours, Sarreguemines[6]. En cause, un projet du gouvernement français d'augmenter la tarification applicable aux prestataires des sites frontaliers de son réseau ferroviaire dès 2012.
Sur ses 43 km, la ligne n'en parcours qu'un sur le réseau ferré français mais la hausse du péage entrainerait un surcoût annuel de près de 92 000  pour l'opérateur allemand, pour seulement 350 voyageurs par jour sur la gare de Sarreguemines.

À la suite d'un accord en janvier 2014[7], le maintien de la liaison est assuré jusqu'en 2016[8].

Notes et référencesModifier

  1. Newsletter Saarbahn Février 2010
  2. « Autres modes de transport », sur http://www.agglo-sarreguemines.fr
  3. « Tram-train de Sarrebruck », sur http://leportailferroviaire.free.fr
  4. (de) « Endhaltestelle Lebach kommt in Reichweite », (consulté le 11 décembre 2019).
  5. « Le tram-train devrait relier Forbach à Sarrebruck d'ici 2018 », sur loractu.fr, (consulté le 11 décembre 2019) ; cette page est une archive.
  6. Saarbrücker Zeitung, N° 207, p. B1, 06/09/11, 12 septembre 2011. http://rvp.nancy.cci.fr/index.cfm?fuseaction=archive&datt=2011-09-12
  7. Sénat 2014/01/23 : Avenir de la liaison ferroviaire entre Sarrebruck et Sarreguemines [1]
  8. La ligne train-tram assurée jusqu’à fin 2016 - Le Républicain lorrain - 17/01/2014 par Marie-Claire Föll

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier

Lien externeModifier