Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Triton.

SO.6000 Triton
Vue de l'avion.
SO.6000 Triton no 3 exposé au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget

Constructeur Drapeau : France SNCASO
Rôle Avion expérimental
Premier vol
Nombre construits 5
Motorisation
Moteur Junkers Jumo 004 B2 (prototypes no 1 et 2)
Rolls-Royce Nene (prototypes no 3, 4 et 5)
Nombre 1
Type turboréacteur
Poussée unitaire (Jumo 004 B2) 910 kgp
(Rolls-Royce Nene) 2 270 kgp
Dimensions
Envergure 9,96 m
Longueur 10,41 m
Surface alaire 15 m2
Masses
Maximale 4 560 kg
Performances
Vitesse de croisière 860 km/h
Vitesse maximale 915 km/h
Vitesse de décrochage 180 km/h
Plafond 12 000 m
Vitesse ascensionnelle 3 000 m/min

Le SO.6000 Triton fut le premier avion à réaction français, construit par la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO).

Son étude commença en 1943 en secret à l'insu de l'occupant. Conçu par Lucien Servanty comme un avion expérimental, cinq prototypes furent commandés par l'État français.

Monoréacteur biplace, le prototype no 1 devait être équipé d'un réacteur français à compresseur axial: le Rateau-Anxionnaz GTS-65 de 1 800 kgf dont les études avaient démarré peu avant guerre, en 1939, et un prototype d'essais construit (Rateau SRA-1). Compte tenu du retard de mise au point, il fut équipé du réacteur allemand de récupération Junkers Jumo 004-B2 de 910 kgp, mais ce moteur peu fiable (durée de vie 25 heures) s'est rapidement révélé inadapté car beaucoup trop faible et sujet à la surchauffe du fait de son montage dans le fuselage. Piloté par Daniel Rastel et Armand Raimbeau, il fit son premier vol le à Orléans-Bricy. Le prototype no 2 fut réservé aux essais statiques.

Les trois autres prototypes furent équipés d'un réacteur Rolls-Royce Nene de 2 270 kgf fabriqué sous licence par Hispano-Suiza avec lequel ils atteignent un record mondial de vitesse pour biplace à 915 km/h[1].

Leurs dates de premier vol sont les suivantes :

Autres caractéristiquesModifier

  • Vitesse au décollage : 210 km/h.
  • Distance de décollage : 450 m.

BibliographieModifier

  • « Caractéristique et description du SO.6000 premier avion à réaction français », Décollage, no 10,‎
  • Pierre Gaillard et Alain Marchand, « SO.6000 « Triton » (1) », Le Fana de l'Aviation, no 121,‎ , p. 46-51.
  • Pierre Gaillard et Alain Marchand, « SO.6000 « Triton » (2) », Le Fana de l'Aviation, no 122,‎ , p. 46-51.
  • Pierre Gaillard et Alain Marchand, « SO.6000 « Triton » (3) », Le Fana de l'Aviation, no 123,‎ , p. 48-55.
  • Pierre Gaillard et Alain Marchand, « SO.6000 « Triton » (4) », Le Fana de l'Aviation, no 124,‎ .
  • Roger Receveau, « SO.6000 « Triton », la réaction française », Le Fana de l'Aviation, no 591,‎ , p. 46-48.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :