SELENE

sonde orbitale japonaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaguya.
image illustrant l’astronomie
Cet article est une ébauche concernant l’astronomie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

KAGUYA (かぐや?)
Caractéristiques
Organisation Agence d’exploration aérospatiale japonaise
Masse 2914 kg au décollage
Lancement h 31 min 1 s UTC
Lanceur H-IIA
Fin de mission 18 h 25 UTC
Autres noms SELENE
Périapside 100 km
Apoapside 100 km
Période 2h
Inclinaison 90°
Identifiant COSPAR 2007-039A
Site KAGUYA (SELENE)
Lancement de la sonde le .

SELENE ou KAGUYA (かぐや?) est une mission lunaire japonaise qui fut d’abord préparée par l’Institut des sciences spatiales et astronautiques pour le compte de l’Agence nationale de développement spatial du Japon (NASDA). Mais avec 4 ans de retard sur le programme initial, ces agences n’existaient plus et avaient été fusionnées en 2003, et c’est l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) qui reprit le programme sous le nom de KAGUYA.

Le lancement eut finalement lieu le à partir de la base de lancement de Tanegashima à h 31 min 1 s UTC.

Sommaire

ObjectifsModifier

L’objectif principal de la mission était d’obtenir des données scientifiques sur la géomorphologie de la Lune afin d’aider à préparer les futures missions lunaires. KAGUYA consistait en un satellite principal orbitant à 100 km d’altitude auquel étaient arrimés deux petits satellites (de 53 kg) dont un satellite relais « Rstar / Okina », conçu pour éviter les coupures de liaison avec la Terre lorsque la sonde principale passait au-dessus de la face cachée. Le second petit satellite s’appelait « Vstar / Ouna » et les deux furent insérés en orbite polaire.

 
Le pôle Sud de la Lune est à la droite de l’image et Kaguya à gauche.

La mission KAGUYA embarquait 13 instruments scientifiques dont une caméra haute définition (TVHD) fournie par la NHK.

Cette caméra fut d’abord testée vers la Terre alors que la sonde volait vers la Lune. Les images obtenues par cette caméra de la Terre puis de la Lune sont remarquables et d’une très grande finesse[1].

Caractéristiques techniquesModifier

Les instrumentsModifier

La sonde possédait 13 instruments scientifiques et avait une masse au décollage de 2 914 kg dont :

  • une caméra multi bandes ;
  • deux spectro-imageurs (X et Gamma) ;
  • un magnétomètre ;
  • un radar ;
  • un altimètre laser.

RésultatsModifier

KAGUYA devait effectuer des observations durant environ un an, mais l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) a prolongé la mission de sa petite sonde jusqu’au à 18 h 25 TU, moment où elle lui fit percuter la Lune près du cratère d’impact « Gill (es)[2],[3]. Les astronomes du Télescope anglo-australien purent observer l’impact en direct[3]», près du pôle Sud dans une région du Sud-Est de la face visible de la Lune.

Notes et référencesModifier

  1. Gilles Dawidowicz, « La Terre vue du Japon », L’Astronomie, Paris, Société astronomique de france, vol. 121,‎ (ISSN 0004-6302).
  2. (ja+en) Agence d’exploration aérospatiale japonaise, « KAGUYA (SELENE) — Communication – Information – KAGUYA Lunar Impact », sur http://www.kaguya.jaxa.jp (consulté le 10 mars 2017).
  3. a et b (en) « Japanese probe set to crash into moon » [« Une sonde spatiale japonaise va s’écraser volontairement sur la Lune »], sur http://www.newscientist.com, Newscientist (consulté le 10 mars 2017).

Article connexeModifier

Liens externesModifier