Sœurs de Saint Joseph de Turin

Les sœurs de Saint-Joseph de Turin sont une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical faisant partie de la fédération italienne des sœurs de Saint Joseph.

Sœurs de Saint-Joseph de Turin
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 1823
par Mgr Chiaverotti
Approbation pontificale 31 décembre 1912
par Pie X
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité ignacienne
But enseignement, soins aux personnes âgées et aux malades, travail dans les missions.
Structure et histoire
Fondation 1823
Turin
Abréviation S.S.J
Patron saint Joseph
Branche(s) sœurs de Saint-Joseph de Rome (fusion en 1876 avec Chambéry) et les sœurs de Saint-Joseph de Novare (fusion en 2006 avec Turin).
Site web (it) site officiel
Liste des ordres religieux

HistoriqueModifier

La congrégation est liée à la fondation des sœurs de Saint-Joseph faite au Puy-en-Velay par le jésuite Jean-Pierre Médaille (1610-1669).

L'origine des sœurs de Saint-Joseph de Turin remontent au où trois sœurs de Saint Joseph de Chambéry ouvrent une maison à Turin ; Mgr Chiaverotti, archevêque de Turin rend la communauté turinoise autonome de la maison-mère de Chambéry en 1823.

Les sœurs s'installent dans le quartier populaire de Borgo Dora (it) où elles commencent à se consacrer aux soins des enfants des douaniers et des ouvriers de la poudrière ; Elles collaborent à l'œuvre commencée par la marquise de Barolo en faveur des prisonniers, des enfants malades, pour la réhabilitation des prostituées ; Elles contribuent à la formation des congrégations des pénitentes de Sainte Marie-Madeleine, des sœurs de Sainte-Anne de Turin et des sœurs missionnaires de la Consolata.

De la congrégation de Turin naissent les sœurs de Saint Joseph de Rome (qui fusionnent en 1876 avec les sœurs de Saint-Joseph de Chambéry) et les sœurs de Saint-Joseph de Novare, fondée en 1826. En juillet 2006 l'institut de Novare et celui des sœurs de Saint-Joseph de Suse (fondé en 1867 par les sœurs de Saint Joseph d'Aoste) fusionnent avec les sœurs de Saint-Joseph de Turin.

L'institut reçoit le décret de louange le et l'approbation définitive de ses constitutions religieuses le . En 1966, elle forme la fédération italienne des sœurs de Saint Joseph avec Aoste, Chambéry, Coni, Pignerol, Novare, Suse. (ces deux derniers fusionnent avec Turin en 2006)[1].

Activités et diffusionModifier

Les sœurs se consacrent à l'enseignement, aux personnes âgées et aux malades et travaillent dans les missions.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est à Turin.

En 2017, la congrégation comptait 272 sœurs dans 48 maisons[5].

Notes et référencesModifier

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Suore di San Giuseppe di Torino » (voir la liste des auteurs).