Ouvrir le menu principal

la Séveraisse
Illustration
La vallée de la Séveraisse à la hauteur de la Chapelle-en-Valgaudémar. Au fond, l'Olan.
Caractéristiques
Longueur 33 km
Bassin 223 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 5,2 m3/s (Chauffayer)
Régime régime nivo-pluvial
Cours
Confluence le Drac
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE, Géoportail

La Séveraisse est un torrent français du département des Hautes-Alpes dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et un sous-affluent du Rhône par le Drac et l'Isère.

Sommaire

GéographieModifier

La Séveraisse est un torrent situé dans la vallée du Valgaudemar qui prend sa source dans les glaciers du Massif des Écrins. Elle passe à proximité des villages du Bourg, du Casset, de la Chapelle-en-Valgaudémar, des Andrieux, de Villar-Loubière, de La Loubière, des Roux, de Saint-Maurice-en-Valgodemard, de la Chaup, du Séchier, de Saint-Jacques-en-Valgodemard, de Saint-Firmin et Combardenq puis se jette dans le Drac au niveau de La Trinité.

La partie haute de la vallée se trouve en plein cœur du Parc national des Écrins ; il s’agit d’une des dix réserves de biotope classée en France.

La longueur de son cours d'eau est de 33 km[1].

Communes et cantons traversésModifier

La Séveraisse traverse un département et six communes[1] d'un seul canton :

AffluentsModifier

La Séveraisse a vingt-neuf (29) affluents contributeurs référencés par le SANDRE[1].

Les plus importants sont, d'amont en aval :

  • le torrent du Gioberney (rd), 4,8 km ;
  • le ruisseau de Navette (rg), 8 km, qui descend du Pic de Mal-Cros, creuse les Oules du Diable, et traverse le village de la Chapelle ;
  • le torrent de Prentiq (rg), 5,3 km.

Le rang de Strahler de la Séveraisse est 5 par l'enchaînement :

  • Torrent de la Puyrelle
    • Torrent de la Parée
      • Torrent de Tempier
        • Torrent de Navette
          • La Séveraisse

AménagementModifier

La Séveraisse alimente en eau deux centrales de production hydroélectrique :

  • la centrale de Saint-Maurice, depuis une prise située à Villar-Loubière, via un canal enterré de 8 kilomètres, avec une chute (conduite forcée) sur l'usine de près de 100 mètres ;
  • la centrale de Saint-Firmin, alimentée par le canal de fuite de l'usine de Siant-Maurice.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier