Ouvrir le menu principal

Séron

commune française du département des Hautes-Pyrénées
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seron.

Séron
Séron
Vue générale.
Blason de Séron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton d'Ossun
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Maire
Mandat
Jean Touya
2014-2020
Code postal 65320
Code commune 65422
Démographie
Gentilé Séronnais
Population
municipale
328 hab. (2016 en augmentation de 5,47 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 23″ nord, 0° 05′ 54″ ouest
Altitude Min. 290 m
Max. 386 m
Superficie 9,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Séron

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Séron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Séron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Séron

Séron est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Séronnais.

GéographieModifier

 
Localisation de Séron dans le département des Hautes-Pyrénées.
 
Séron vue 1.

SituationModifier

Comme Escaunets et Villenave, la commune de Séron est située dans une enclave[1] des Hautes-Pyrénées (région Occitanie) dans les Pyrénées-Atlantiques (région Nouvelle-Aquitaine). Une deuxième enclave voisine comprend les communes de Gardères et Luquet.

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

Communes limitrophesModifier

 
Carte de la commune de Séron et des proches communes.

ClimatModifier

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Le climat est tempéré de type océanique dû à l'influence proche de l'Océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Données climatiques à Séron.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[3].


UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 133[4].
Parmi ces logements, 94,0 % sont des résidences principales, 2,3 % des résidences secondaires et 3,8 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

 
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Séron dans les enclaves à l'ouest des Hautes-Pyrénées

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[5] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Seron.

HistoireModifier

Le village fait la une de l'actualité en août 1979, à l'occasion de l'affaire des feux : la ferme des Lahorre subit pendant ce mois 97 départs de « feux mystérieux », qui attirent sur place près de 200 journalistes[6].

Cadastre napoléonien de SéronModifier

Le plan cadastral napoléonien de Séron est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[7].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.
 
La Poste.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean Touya    

Historique administratifModifier

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de Vic, baronnie de Gardères, canton de Tarbes puis d'Ibos (1790), Ossun (1801])[8].

IntercommunalitéModifier

Séron appartient à la Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en janvier 2017 et qui réunit 86 communes.

Services publicsModifier

La commune de Séron dispose d'une agence postale.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11]. En 2016, la commune comptait 328 habitants[Note 1], en augmentation de 5,47 % par rapport à 2011 (Hautes-Pyrénées : -0,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
294256342429530480493512496
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
478452441508452433414406414
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
407402280281284295270248236
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
250247261240223264270324328
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Population et sociétéModifier

 
L’école maternelle.

EnseignementModifier

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[14].

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'Église Saint-Michel.

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

SportsModifier

Rugby à XV

L'Union sportive des enclaves et du plateau (USEP) Ger-Séron-Bédeille né de la fusion du Stade Gérois (Ger) et de l'Entente Séron-Bédeille

Héraldique et deviseModifier

  Blasonnement :
D'argent au mont de sinople chargé d'une lettre S capitale d'or, sommé de deux arbres aussi de sinople, au chef d'azur chargé d'une fleur de lys aussi d'or accostée de deux étoiles de six rais du même.

Voir aussiModifier

 
Le monument aux morts municipal.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Il est curieux de savoir que le village de Seron (Fernelmont) en Belgique a été pendant plusieurs siècles un village enclavé appartenant à la Principauté de Liège dans la Province de Namur
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 25 septembre 2016).
  4. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Séron
  5. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307).
  6. Sylvaine Guinle-Lorinet et Jean-François Soulet, Les feux « diaboliques » de Séron, Pau, Cairn, , 181 p. (ISBN 978-2-35068-370-6), notamment p. 16-22 (résumé succinct des événements) et 127 (nombre de journalistes de passage à Séron) et Pierre Cabanne, « Exorcistes, sorciers, radiesthésistes, parapsychologues et charlatans. Les 97 feux de Séron (Hautes-Pyrénées) », Les cahiers rationalistes, no 356,‎ , p. 105-119 (décompte des départs de feux).
  7. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Séron en 1817
  8. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  9. « Liste des juridictions compétentes pour Séron », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 juin 2017).