Sérapéum d'Alexandrie

sanctuaire antique dédié à Sérapis, à Alexandrie (Égypte)
Sérapéum d'Alexandrie
Alex Sawary.jpg
Sphinx et colonne de Dioclétien du Sérapéum d'Alexandrie.
Temple de l’Égypte antique
Divinité
Époque
Constructeur
Ville
Coordonnées

Le Sérapéum d'Alexandrie (du grec : Σεραπεῖον, Serapeion) est dans l'Antiquité un sanctuaire dédié à Sarapis situé à Alexandrie, en Égypte.

Selon les sources antiques, le culte gréco-égyptien de Sarapis est établi par Ptolémée Ier, mais sans doute à Memphis[1]. Les fouilles archéologiques indiquent que le temple d'Alexandrie est fondé sous Ptolémée III. Il se trouvait dans le quartier égyptien de Rakôtis, au sud-ouest de la ville, sur un terrain surélevé qui le faisait surnommer l'« Acropole d'Alexandrie ». Il contenait une célèbre statue de Bryaxis, à l'origine représentation de Pluton qui se trouvait à Sinope et que Ptolémée Ier fit venir en Égypte en la réinterprétant comme Sarapis[2].

Les vestiges archéologiques indiquent que le culte y était très syncrétique : plaques de fondation bilingues où le nom de Sarapis apparaît aussi sous la forme égyptienne « Oser-Api » (Wsjr-Ḥp) ; statue du taureau Apis en granit noir, aujourd'hui au musée gréco-romain d'Alexandrie ; deux obélisques et deux sphinx en granit rouge.

On y installa aussi une annexe de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie qui, à l'époque romaine, était un centre d'études actif[3].

Il est détruit en 391[réf. nécessaire], sous l'impulsion de Théophile, évêque d'Alexandrie : à la suite d’une émeute sanglante entre chrétiens et païens, provoquée par la ridiculisation de statues de dieux païens par les chrétiens, les païens se réfugient dans le Sérapéum. Plus tard, la lettre de l’empereur, qui commence par une dénonciation enflammée des anciens dieux, autorise les chrétiens à saccager le temple et décrète sa démolition[4]. Il est entièrement rasé et remplacé par une église chrétienne. Il n'en reste que la colonne dédicatoire de Dioclétien, plus connue sous l'appellation de colonne de Pompée.

BibliographieModifier

  • Isis et Osiris[5] (« Περί Ίσιδος και Οσίριδος » - De Iside et Osiride)
  • Giuseppe Botti, L'Acropole d'Alexandrie et le Sérapeum d'après Aphtonius et les fouilles, Mémoire présenté à la Société archéologique d'Alexandrie à la séance du , Alexandrie, L. Carrière, 1895.
  • Alan Rowe, The Discovery of the Famous Temple and Enclosure of Sarapis of Alexandria, Le Caire, 1966.

Notes et référencesModifier

  1. Plutarque, De Iside et Osiride, 28 ; Tacite, Histoires, IV (83, 4 ; 84, 1)
  2. Voir textes note 1
  3. Aphthonios, Progymnasmata, § 12.
  4. Brown, Peter Robert Lamont, Pouvoir et persuasion dans l'Antiquité tardive : vers un Empire chrétien, Éditions du Seuil, (ISBN 2-02-062283-1 et 978-2-02-062283-7, OCLC 300230114, lire en ligne)
  5. Texte en ligne sur le site Lacus Curtius : Isis and Osiris

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :