Ouvrir le menu principal

Le sébum est un film lipidique sécrété par les glandes sébacées de la peau. Il sert à la protéger et sélectionne des microorganismes plutôt anaérobies et lipophiles[1]. Mélangé à la sueur il protège la peau du dessèchement. C'est aussi l'une des sources de nourriture du biome cutané humain (microbiote cutané humain). Il est stocké ou progressivement altéré durant de son transit dans le canal sébacé, puis délivré à la surface de la peau et résorbé[2] par la couche cornée de la peau et en partie consommé par le microbiome cutané ou un micro-organisme (Demodex[3]). Son taux d'excrétion sur la peau diffère du taux de sécrétion par la glande[1] ; sa surproduction est dite « séborrhée ». Dans un environnement pollué, il absorbe certains polluants, liposolubles notamment, et on a montré que la hausse des PM2.5, des PM10 et du N02 dans l'air augmente la production de sédum[4].

Sommaire

RôleModifier

Le sébum est une barrière protectrice qui protège la peau de la dessiccation et de certains microbes, en l'acidifiant (présence d'acide lactique et en la graissant, ce qui lui conserve une certaine imperméabilité, tout en contribuant au maintien de sa souplesse.

Il est également présent sur les poils et les cheveux (les « cheveux gras » sont dus à une grande quantité de sébum).

CompositionModifier

C'est un biofluide légèrement cireux surtout composé de lipides. le sébum est riche en acides gras

PathologiesModifier

  • Un excès de sébum (qui peut être induit par l'excès de certains produits de soins corporel) est l'une des causes d'acné. Les crèmes solaires peuvent interférer avec sa production [5];
  • Un manque de sébum est la cause des peaux et de cheveux trop secs.

Recherche et sébumModifier

De nombreux travaux, souvent en lien avec l'industrie des cosmétiques ont porté sur la séborrhée et l'acné, mais ont aussi par exemple visé :

Sébum et odeur humaineModifier

Depuis l'antiquité, des médecins utilisent l'odeur de l'haleine, de la salive, du sang, de l'urine, des excréments ou de la peau pour diagnostiquer certaines maladies (maladie infectieuse ou maladie métabolique principalement)[26].

En 2019 des chercheurs ont trouvé par hasard une personne hyperosmique (particulièrement sensible aux odeurs) capable de détecter la maladie de Parkinson uniquement à l'odeur des malades parkinsoniens[27].

Après avoir étudié des métabolites volatils venant d'échantillons de sébum prélevés dans le haut du dos de 64 personnes (21 sujets témoins et 43 sujets parkinsoniens), ces chercheurs ont montré que c'est le sébum de la peau de ces malades qui est la source de cette odeur, due à des substances volatiles qui altèrent l'odeur normale de la peau via des niveaux modifiés d'aldéhyde et d'éicosane périlliques, que la personne hypersonique a ensuite jugée très proche de l'odeur qu'il avait associé à la maladie de Parkinson[27]. La maladie avait déjà été associée à une anomalie de production de sébum[28], mais c'est la première fois qu'on associe une maladie dégénérative à une odeur[27].

Une anomalie de production de sébum était l'un des symptômes non-moteur connus de la maladie[29],[30], et on sait depuis peu que la peau des patients parkinsoniens contient une synucléine phosphorylé α. qui est une caractéristique moléculaire de la MP[31],[32]. Cette découverte pourrait peut-être aboutir à un outil de dépistage précoce et rapide et précoce de la maladie, mais aussi fournir des données sur les changements métaboliques/moléculaires lors de son évolution. C'est un encouragement à explorer le volatilome du sébum[27].


Notes et référencesModifier

  1. a et b Piérard-Franchimont C, Lesuisse M, Courtois J, Ritacco C & Piérard G.E (2017) Sebum production. Textbook of aging skin, 739-751
  2. Blanc D, et al. (1989) An original procedure for quantitation of cutaneous resorption of sebum. Arch Dermatol Res.;281:346–50.
  3. a et b Porta Guardia CA. (2015) Demodex folliculorum: its association with oily skin surface rather than rosacea lesions. Int J Dermatol.;54:e14–7
  4. a et b Moyal, D., & Seite, S. (2017) Effect of Air Pollution on Sebum Rate and Acne: How to Manage Acneic Skin in a Polluted Environment. SKIN The Journal of Cutaneous Medicine, 1(3.1), s47
  5. Piérard-Franchimont C, et al. (2013) Sun addiction, its death blow and the multitude of sunscreens. Rev Med Liege. ;68:321–5.
  6. Akaza N, et al. (2014) Fatty acid compositions of triglycerides and free fatty acids in sebum depend on amount of triglycerides, and do not differ in presence or absence of acne vulgaris. J Dermatol. ;41:1069–76.
  7. Boncheva M. (2014) The physical chemistry of the stratum corneum lipids. Int J Cosmet Sci. ;36:505–15.
  8. Lovászi, M., Szegedi, A., Zouboulis, C. C., & Törőcsik, D. (2017). Sebaceous-immunobiology is orchestrated by sebum lipids. Dermato-endocrinology, 9(1), e1375636.
  9. Nordstrom KM, et al. (1986) Measurement of sebum output using a lipid absorbent tape. J Invest Dermatol.;87:260–3.
  10. Piérard GE, et al. (1987) Patterns of follicular sebum excretion rate during lifetime. Arch Dermatol Res.;279(Suppl):S104–7.
  11. Piérard GE (1987) Rate and topography of follicular sebum excretion. Dermatologica.;175:280–3.
  12. Pagnoni A, et al. An improved procedure for quantitative analysis of sebum production using Sebutape. J Soc Cosmet Chem. 1994;45:221–5.
  13. Black D, et al. (1998) An improved method for the measurement of scalp sebum. Curr Probl Dermatol.;26:61–8.
  14. Piérard-Franchimont C, et al. (1990) Seasonal modulation of sebum excretion. Dermatologica.;181:21–2.
  15. Youn SW, et al. (2005) Regional and seasonal variations in facial sebum secretions: a proposal for the definition of combination skin type. Skin Res Technol.;11:189–95.
  16. Verschoore M, et al. Circadian variations in the number of actively secreting sebaceous follicles and androgen circadian rhythms. Chronobiol Int. 1993;10:349–59.
  17. Piérard GE, et al. (1993) Kinetics of sebum excretion evaluated by the Sebutape – Chromameter technique. Skin Pharmacol.;6:38–44.
  18. Piérard-Franchimont C, et al. (1991) Rhythm of sebum excretion during the menstrual cycle. Dermatologica.;182:211–3.
  19. Rosenfield RL, et al. (1998) Mechanisms of androgen induction of sebocyte differentiation. Dermatology.;196:43–6.
  20. Piérard-Franchimont C, et al. Sebum rheology evaluated by two methods in vivo. Split-face study of the effect of a cosmetic formulation. Eur J Dermatol. 1999;9:455–7. ;
  21. Grice EA (2014) The skin microbiome: potential for novel diagnostic and therapeutic approaches to cutaneous disease. Semin Cutan Med Surg.;33:98–103
  22. Jahns AC et al. (2015), Propionibacterium species and follicular keratinocyte activation in acneic and normal skin. Br J Dermatol.;172:981–987
  23. Hunt D.W & al. (2017). Inhibition of sebum production with the acetyl coenzyme a carboxylase inhibitor olumacostat glasaretil. Journal of Investigative Dermatology, 137(7), 1415-1423.
  24. Spittaels K.J & Coenye T (2018) Developing an in vitro artificial sebum model to study Propionibacterium acnes biofilms. Anaerobe, 49, 21-29
  25. Yang, S., Li, L., Lu, M., Chen, T., Han, L., & Lian, G. (2019) Determination of solute diffusion properties in artificial sebum. Journal of pharmaceutical sciences (résumé).
  26. Shirasu, M.; Touhara, K (2011) The scent of disease: volatile organic compounds of the human body related to disease and disorder. J. Biochem, 150 (3), 257– 266, DOI: 10.1093/jb/mvr090
  27. a b c et d Drupad K & al. (2019) Discovery of Volatile Biomarkers of Parkinson’s Disease from Sebum|ACS Cent. Sci.201954599-606 |Publication Date:March 20, 2019 |https://doi.org/10.1021/acscentsci.8b00879
  28. Martignoni E, et al. (1997) Is seborrhea a sign of autonomic impairment in Parkinson’s disease ? J Neural Transm.;104:1295–304.
  29. Krestin, D. The Seborrhoeic Facies as a Manifestation of Post-Encephalitic Parkinsonism and Allied Disorders. QJM 1927, os-21 (81), 177– 186, DOI: 10.1093/qjmed/os-21.81.177
  30. Ravn Jørgensen, A.-H.; Thyssen, J. P.; Egeberg, A. Skin disorders in Parkinson’s disease: potential biomarkers and risk factors. Clin., Cosmet. Invest. Dermatol. 2017, 10, 87– 92, DOI: 10.2147/CCID.S130319
  31. Zange, L.; Noack, C.; Hahn, K.; Stenzel, W.; Lipp, A. Phosphorylated alpha-synuclein in skin nerve fibres differentiates Parkinson’s disease from multiple system atrophy. Brain 2015, 138 (Pt 8), 2310– 2321, DOI: 10.1093/brain/awv138
  32. Donadio, V.; Incensi, A.; Leta, V.; Giannoccaro, M. P.; Scaglione, C.; Martinelli, P.; Capellari, S.; Avoni, P.; Baruzzi, A.; Liguori, R. Skin nerve alpha-synuclein deposits: a biomarker for idiopathic Parkinson disease. Neurology 2014, 82 (15), 1362– 9, DOI: 10.1212/WNL.0000000000000316

Articles connexesModifier

BibliographieModifier