Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le pilote automobile. Pour l'architecte et écrivain, voir Sébastien Philippe (architecte).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe.
Sébastien Philippe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Sébastien Philippe, né le à Villeurbanne (Rhône), est un pilote automobile français.

BiographieModifier

Il découvre grâce à son père Gérard, les joies du pilotage d’un karting en 1986. Les premières compétitions auxquelles Sébastien prend part ne tardent pas à devenir fréquentes à partir de 1988.

Les compétitions s’enchaînent, avec comme point d’orgue le Championnat de France Cadets à Varennes-sur-Allier où la victoire est manquée de peu : Sébastien sort de la piste alors en tête de la finale.

Le talent de Sébastien prend toute sa dimension en 1991. Il est intégré tout d’abord à l’équipe du Groupe Moulet Immobilier (une des premières structures professionnelles dans le milieu du karting) et remporte, à l’issue d’une lutte acharnée, la Coupe du Monde Junior CIK à Laval (F), au volant de son Sodikart-Dino. S’ouvrent ensuite les portes des qualifications pour les Championnats du Monde Formule A qui se tiennent au Mans en 1991 et à Ugento (ITA) en 1992. Sébastien rapporte également une 6e du Championnat d’Europe ICA à Wigan (GB) en 1992.

C’est naturellement vers l’automobile que Sébastien continue son ascension dans le monde des sports mécaniques, et remporte pour sa première expérience en monoplace, la Coupe de France Formule Renault Campus FFSA en 1993.

La Filière Elf, gérée par Roland Reiss et le célèbre Henri Pescarolo, accueille Sébastien, pour participer aux Championnats de France de Formule Renault 1994 (meilleur débutant) & 1995 (6e).

Les portes de l’équipe ASM de Frédéric Vasseur s’ouvrent pour le Championnat de France de Formule 3 en 1996. Il termine cette première année de F3 en tant que meilleur débutant. 1997 est sa seconde saison de F3 : il termine 6e du Championnat de France, 5e du Grand Prix F3 de Monaco et 2e des réputés Marlboro Masters de Zandvoort.

La 3e saison de F3 française de Sébastien se termine avec un bilan sportif mitigé, malgré tous les efforts de Robert Cherbourg, artisan de l’étonnant châssis Elyse.

En 1999, le jeune pilote s’exile au Japon pour participer au réputé Championnat local de Formule 3 avec l’équipe Inging. Sébastien termine le Championnat à la 3e place et accède ainsi au titre de Champion du Japon de F3 l’année suivante, au sein de l'équipe Dome, avec 3 victoires, 4 pole positions et 9 podiums.

C’est en fait à partir de cette saison que Sébastien deviendra pilote professionnel. Il est donc sous contrat avec Honda Racing jusqu’en 2006 pour participer au grandissant championnat Japan GT devenu Super GT à partir de 2006. Au volant de la Honda NSX GT500 des équipes Dome Racing (de 2001 à 2004) puis de Raybrig Team Kunimitsu (2005 & 2006), Sébastien remporte 6 victoires (donc 2 fois les 1 000 kilomètres de Suzuka) et termine ainsi vice-champion en 2006 à 1 point du vainqueur.

Nismo (Nissan Motorsport International) le titularise au volant de la Nissan 350Z GT500 du team Hasemi Motorsport en 2007, puis de la Nissan GTR GT500 du Team Calsonic Impul en 2008 avec laquelle seront remportées 2 victoires (dont les 1 000 kilomètres de Suzuka).

Liens externesModifier