Ruxolitinib

composé chimique

Ruxolitinib
Image illustrative de l’article Ruxolitinib
Ruxolitinib skeletal.svg
Identification
Nom UICPA (3R)-3-cyclopentyl-3-[4-(7H-pyrrolo[2,3-d]pyrimidin-4-yl)pyrazol-1-yl]propanenitrile
Synonymes

INCB018424, INC424

No CAS 941678-49-5
Code ATC L01XE18
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule C17H18N6
Masse molaire[1] 306,365 ± 0,0161 g/mol
C 66,65 %, H 5,92 %, N 27,43 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité >95%[2]
Excrétion

74 % urine, 22 % feces

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Antinéoplasique de la classe des inhibiteurs de protéine-tyrosine kinases
Voie d’administration Oral
Grossesse Contre-indiqué
Conduite automobile Effet sédatif nul ou négligeable.
Antidote Aucun connu

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Ruxolitinib
Noms commerciaux En France : Jakavi

Autre nom commercial : Jakafi

Classe Antinéoplasique de la classe des inhibiteurs de protéine-tyrosine kinases
Identification
DCI 9287Voir et modifier les données sur Wikidata
No CAS 941678-49-5 Voir et modifier les données sur Wikidata
Code ATC L01XE18
DrugBank 08877 Voir et modifier les données sur Wikidata

Le ruxolitinib, commercialisé en France sous le nom de Jakavi par le laboratoire Novartis, est un inhibiteur des Janus kinase 1 et Janus kinase 2 (JAK1 et JAK2)[3]. Il est indiqué dans le traitement de certains syndromes myéloprolifératifs[4]. Il a une certaine efficacité sur la splénomégalie myéloïde[5] et semble, en particulier, plus efficace que les traitements usuels dans cette indication[6]. Il est également efficace dans la maladie de Vaquez[7].

Les greffes de cellules souches allogéniques donnent lieu dans 50 % des cas à une maladie du greffon contre l'hôte (GVHD). Le traitement standard consiste en une administration à haute dose de glucocorticoïdes, mais certains malades ne répondent pas à ce traitement. Il n'y a pas de consensus sur un traitement alternatif. Le ruxolitinib est une alternative intéressante, mais au prix d'un risque de thrombopénie [8].

Le , la société Novartis a démarré un essai clinique pour tester le médicament sur les cas graves de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19)[9]. Finalement, le , un communiqué de Novartis a fait savoir que les essais (étude de phase III) ont conclu à l'absence d'amélioration des patients[10].

RéférencesModifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Shilling AD, Nedza FM, Emm T, Diamond S, McKeever E, Punwani N, Williams W, Arvanitis A, Galya LG, Li M, Shepard S, Rodgers J, Yue TY, Yeleswaram S, « Metabolism, excretion, and pharmacokinetics of [14C]INCB018424, a selective Janus tyrosine kinase 1/2 inhibitor, in humans », Drug metabolism and disposition, vol. 38, no 11,‎ , p. 2023-2031 (PMID 20699411, lire en ligne, consulté le ) modifier
  3. Vidal 2013, « Ruxolitinib », (consulté le )
  4. (en)(en) Quintás-Cardama A, Vaddi K, Liu P, Manshouri T, Li J, Scherle PA, Caulder E, Wen X, Li Y, Waeltz P, Rupar M, Burn T, Lo Y, Kelley J, Covington M, Shepard S, Rodgers JD, Haley P, Kantarjian H, Fridman JS, Verstovsek S, « Preclinical characterization of the selective JAK1/2 inhibitor INCB018424: therapeutic implications for the treatment of myeloproliferative neoplasms », Blood, vol. 115, no 15,‎ , p. 3109-3117 (PMID 20130243, lire en ligne, consulté le ) modifier
  5. (en)(en) Verstovsek S, Kantarjian H, Mesa RA, Pardanani AD, Cortes-Franco J, Thomas DA, Estrov Z, Fridman JS, Bradley EC, Erickson-Viitanen S, Vaddi K, Levy R, Tefferi A, « Safety and efficacy of INCB018424, a JAK1 and JAK2 inhibitor, in myelofibrosis », The New England journal of medicine, vol. 363, no 12,‎ , p. 1117-1127 (PMID 20843246, lire en ligne, consulté le ) modifier
  6. (en)(en) Harrison C, Kiladjian JJ, Al-Ali HK, Gisslinger H, Waltzman R, Stalbovskaya V, McQuitty M, Hunter DS, Levy R, Knoops L, Cervantes F, Vannucchi AM, Barbui T, Barosi G, « JAK inhibition with ruxolitinib versus best available therapy for myelofibrosis », The New England journal of medicine, vol. 366, no 9,‎ , p. 787-798 (PMID 22375970, lire en ligne, consulté le ) modifier
  7. Vannucchi AM, Kiladjian JJ, Griesshammer M et al. Ruxolitinib versus standard therapy for the treatment of polycythemia vera, N Engl J Med, 2015;372:426-435
  8. Zeiser R, von Bubnoff N, Butler J, Ruxolitinib for Glucocorticoid-Refractory Acute Graft-versus-Host Disease, N Engl J Med 2020; 382:1800-1810
  9. Bilan.ch. Novartis prévoit de tester son Jakavi sur des patients Covid-19. En ligne. Consulté le 2020-04-09
  10. « Échec du ruxolitinib pour les cas sévères de Covid-19 », sur Site-LeJournalDuMedecin-FR, (consulté le )