Ruth Belville

femme d'affaire britannique

Elizabeth Ruth Naomi Belville (née le à Londres et morte le dans la même ville), surnommée la Greenwich Time Lady, est une femme d'affaires britannique.

Ruth Belville
Image dans Infobox.
Ruth Belville devant la Shepherd gate clock de l'Observatoire royal de Greenwich en 1908.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
BeddingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Elizabeth Ruth Naomi BelvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Père
John Belville (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Comme son père et sa mère auparavant, elle vendait l'heure à des clients. En réglant une montre au temps moyen de Greenwich tous les jours, elle vendait le fait de regarder ladite montre[1] à des commerçants ou des particuliers[2].

HistoireModifier

 
Maria Belville en 1892.

Le père de Ruth Belville, John Henry Belville, avait déjà en 1836 une clientèle d'environ 200 personnes. Tous les matins, il se rendait à l'observatoire de Greenwich, où il travaillait comme assistant[3], et réglait sa montre au temps moyen de Greenwich. Il partait ensuite régler les horloges des clients qui avaient souscrit à ce service[4].

John Henry Belville continua ce travail jusqu'à sa mort en 1856. Sa femme, Maria Elizabeth Belville, prit la relève jusqu'en 1892 et sa fille, Ruth Belville, s'en chargea ensuite[5], jusqu'en 1940[1], alors même qu'elle avait 86 ans. Elle meurt à l'âge de 89 ans[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Épisode Green de la série QI. Diffusé pour la première fois le 26 mars 2010 sur la chaîne BBC One du réseau BBC.
  2. (en) « Ruth Belville: Time Lady of Greenwich », sur www.themarysue.com (consulté le 28 juin 2018)
  3. (en) Carlene E. Stephens, « Ruth Belville: The Greenwich Time Lady (review) », Technology and Culture, vol. 51, no 1,‎ , p. 248–249 (ISSN 1097-3729, DOI 10.1353/tech.0.0401, lire en ligne, consulté le 28 juin 2018)
  4. (en-US) John H. Lienhard, « No. 2070: TIME & RUTH BELVILLE » (version du 9 janvier 2017 sur l'Internet Archive), University of Houston: Engines of Our Ingenuity
  5. a et b (en) Trevor Mendham, « The Greenwich Time Lady » (version du 22 février 2010 sur l'Internet Archive), Horology Stuff

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) David Rooney, Ruth Belville: The Greenwich Time Lady, National Maritime Museum, (ISBN 0948065974)

Liens externesModifier