Roqya

exorcisme islamique.
(Redirigé depuis Ruqiya)

La Roqya (arabe : الرقية), ou Ruqiya, est un exorcisme propre à l'Islam.

C'est un ensemble de méthodes spirituelles qui consisteraient selon ses adeptes à guérir des maladies occultes, comme la possession, par la récitation de versets coraniques et l'utilisation d'autres substances (eau, huile, miel, herbes…).

D'après le Coran :

« Et Nous faisons descendre (par révélation) du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Mais cela ne fait qu'accroître la perdition des injustes. »

— [17.82]

ÉtymologieModifier

L'expression ruqiya provient du verbe raqa qui signifie s'élever.[réf. nécessaire]

Cette expression s'utilisait dans l'Arabie préislamique pour désigner les paroles ou actes utilisés par ceux qui apaisaient les maladies occultes.[réf. nécessaire]

PratiqueModifier

La ruqiya permettrait, par la permission d'Allah, d'annuler les effets de la magie (appelée sihr) et d'exorciser les possessions démoniaques.

En pratique, elle consiste en une lecture soutenue et répétitive de versets choisis du Coran. Il s'agit soit de versets glorifiant la puissance et l'unicité d'Allah (e.g 2.255 āyatu-l-kursī, Surât Al-Ikhlâs), soit de versets parlant de magie (La Vache.102, Ta Ha.68 → 70, El-Araf.117 → 122, Jonas.81 → 82 + Surât Al-Falaq et Surât Al-Nâs).

Exemples de RuqiyaModifier

Ruqiya bi-l-FâtihatModifier

C'est l'incantation par la Fatiha, première Sourate du Coran.

Ibn Qayyim al-Jawziyya rapporta dans son livre at-tibb an-nabâwî (médecine prophétique) sa propre histoire de talisman à base coranique :

« Il m'est arrivé de tomber malade alors que j'étais à la Mecque. En l'absence de médecin et de médicaments, je me suis soigné de la façon suivante : j'ai pris une gorgée d'eau de zemzem et j'ai récité sur elle plusieurs fois la fatiha avant de la boire. J'ai retrouvé une santé complète. Puis, j'ai pris l'habitude de procéder ainsi la plupart du temps quand j'éprouvais des douleurs, j'obtenais le résultat souhaité »

— Albert de Surgy[1].

Les sourates protectricesModifier

La sourate 113 al-Falaq et la sourate 114 al-Nâs sont appelées sourates protectrices. Elles sont récitées conjointement comme protection contre la sorcellerie et les djinns[2].

Procès et controversesModifier

D'après le magazine Marianne, la ruqyia est pratiqué par des milieux radicaux - salafistes ou Tabligh notamment - pour en faire un marché lucratif et se livrer à des violences sexuelles et physiques, dont plusieurs personnes sont mortes[3]. En 2019, la Miviludes a mené une enquête sur les dérives liées à la ruqiya en France, qui toucheraient principalement des jeunes femmes d'origine maghrébine et de classe populaire.

Affaire LouisaModifier

Mohammed Kerzazi, l'ancien imam de Roubaix a tué une jeune fille de 19 ans, Louisa Lardjoune, au cours d'une séance d'exorcisme, a été condamné le à sept ans d'emprisonnement par la cour d'assises du Nord[4]. D'après la journaliste Lou Syrah, le jeune imam s'était récemment formé en Arabie saoudite à l'université islamique de Médine et auprès d'un maître exorciste[5].

Affaire Latifa HachmiModifier

Jeune fille de 23 ans, Latifa Hachmi est décédée le après avoir subi, pendant un mois, des séances violentes d'exorcisme musulman. Six accusés, dont le prédicateur marocain Abou Chayma, ont été reconnus coupables pour acte de torture et de cruauté sur Latifa Hachmi[6].

Affaire LaylaModifier

Le , Layla, 18 ans, habitante d’Anvers est retrouvée morte de graves brûlures sur les pieds, les genoux et la poitrine. Layla aurait été brûlée à mort lors d’une séance d’exorcisme[7]. D'après une partie de sa famille, l'exorcisme aurait été voulu par les parents après que la jeune femme a révélé son homosexualité[8].

Affaire à Pavillons-sous-BoisModifier

En , un couple a été placé en garde à vue, pour actes de torture et mauvais traitements qu'ils auraient infligés à une femme de 47 ans. Des suites de l’exorcisme cette dernière a séjourné dans le coma plusieurs jours[9].

Affaire de l’Imam KhattabiModifier

Fin 2019, une jeune femme a porté plainte contre l'imam de Montpellier Mohamed Khattabi, proche de Tariq Ramadan, pour des agressions sexuelles et des viols qui se seraient produits lors de séances d'exorcisme. [10]

Janvier 2021, Mohamed Khattabi est poursuivi en justice par sa belle-fille qui porte plainte. Elle l’accuse de l'avoir agressée sexuellement durant 2 ans lorsqu'elle avait 14 ans, lors de séances de roqya. Le jugement est de nouveau renvoyé en correctionnel devant une juridiction plus compétente en matière de viol au vu de la gravité des faits.[11].

Notes et référencesModifier

  1. Albert de Surgy, Religion et pratiques de puissance, L'Harmattan, coll. « Anthropologie, Connaissance des hommes », (ISBN 2-7384-5035-0 et 978-2-7384-5035-7).
  2. Constant Hamès, « L'usage talismanique du Coran », Revue de l'histoire des religions, Armand Colin, vol. 218, no 1 « Les usages du Livre saint dans l'islam et le christianisme. »,‎ , p. 83-95 (ISSN 0035-1423, lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016).
  3. Timothée De Rauglaudre et Jade Serrano, « "Roqya" : les dérives de l’exorcisme islamique », sur www.marianne.net, 2021-01-31utc07:30:00+0000 (consulté le 20 février 2021)
  4. Brigitte Vital-Durand, « Le procès de l'imam Kerzazi aux assises du Nord : Sept ans de prison et la promesse de ne plus exorciser », sur Libération, (consulté le 7 janvier 2021).
  5. Lou Syrah, Louisa, (ISBN 979-10-96906-18-5, OCLC 1143465585, lire en ligne)
  6. Belga News, « Procès d'exorcisme : Abdelkrim Aznagui était convaincu que Latifa était possédée », sur RTBF, (consulté le 7 janvier 2021).
  7. J. La., « Layla, brûlée à mort lors d’un exorcisme », sur La Libre, (consulté le 7 janvier 2021).
  8. Timothée De Rauglaudre et Jade Serrano, « "Roqya" : les dérives de l’exorcisme islamique », sur www.marianne.net, 2021-01-31utc07:30:00+0000 (consulté le 20 février 2021)
  9. Carole Sterlé, « Pavillons-sous-Bois : dans le coma après une séance de médecine occulte », sur Le Parisien, (consulté le 7 janvier 2021).
  10. Nejma Brahim, « A Montpellier, un imam sera jugé pour agressions sexuelles sur mineure », sur mediapart.fr, (consulté le 16 décembre 2020)
  11. « les dérives de l’exorcisme islamique »,

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier