Ouvrir le menu principal

Rumigny (Ardennes)

commune française du département des Ardennes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rumigny.

Rumigny
Rumigny (Ardennes)
Blason de Rumigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton Signy-l'Abbaye
Intercommunalité Communauté de communes Ardennes Thiérache
Maire
Mandat
Élisabeth Satabin
2014-2020
Code postal 08290
Code commune 08373
Démographie
Gentilé Rumignaciens, Rumignaciennes
Population
municipale
346 hab. (2016 en diminution de 11,05 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 33″ nord, 4° 16′ 02″ est
Superficie 17,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rumigny

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Rumigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rumigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rumigny

Rumigny est une commune française située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Voies de communicationModifier

La commune est desservie par l'ancienne route nationale 377 (actuelle RD 877).

Elle disposait de la gare de Rumigny, sur la ligne de chemin de fer d'Hirson à Amagne - Lucquy.

HydrographieModifier

Rumigny est baignée par l'Aube, un affluent gauche du Thon, c'est-à-dire un sous-affluent de la Seine par l'Oise, ainsi que par les ruisseaux des Bouvins et de Beaury.

 
L'Aube à Rumigny.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Rumigny faisait jadis partie du pagus de Porcien, dans la région forestière appelée Thiérache.

Au Moyen Âge, c’était le siège d’une seigneurie ou baronnie qui relevait en fief du comté de Champagne. D’après une charte de 1098, cette baronnie s’étendait jusqu’à la châtellenie de Couvin (Belgique).

À la seigneurie de Rumigny était attachée l’avouerie dite des Potées (de Potestatibus soit les propriétés ou possessions), composée de 17 villages appartenant au chapitre métropolitain de Reims soit Aubigny, Blombay, Cernion, Chilly, Ecle (sous Marby), Étalles, Flaignes-les-Oliviers, Justine, Laval-Morency, Lépron, Logny, Marby, Marlemont, Maubert-Fontaine, Prez, Sévigny-la-Forêt, Vaux-Villaines[1].

Par de riches alliances et surtout par l’acquisition de l’important domaine de Florennes (Belgique) — à la fin du 10e siècle et transmis avec tout leur territoire en 1270 à la maison de Lorraine — les seigneurs de Rumigny figuraient parmi les seigneurs les plus puissants de la Lotharingie.

Ils dotèrent nombre d'abbayes de la région et leur nom apparaît dans de très nombreuses chartes où ils sont acteurs ou témoins.

Le premier seigneur connu, Godefroid Ier, est qualifié dans un écrit de 1017 de comte du pays de Hainaut par Gonzon, abbé de Florennes, qui a vécu dans l’intimité de la famille de Rumigny. Ce serait lui qui est cité dans un diplôme de l’empereur Othon Ier, daté du 13 juin 958. Il aurait remplacé — au moins sur une partie de son territoire — Regnier III, seigneur turbulent, dépossédé du Hainaut et envoyé en exil au-delà du Rhin.

Parmi les nombreux seigneurs de cette lignée, citons Nicolas IV, qui participa, entre autres, à la bataille de Noville-sur-Mehaigne (Belgique) le 1er  août 1194 dans l’armée du comte de Hainaut, contre Henri, duc de Limbourg, et où il se couvrit de gloire ainsi que son fils Baudouin.

On conserve aux archives Reims un document de 1236 portant le sceau de Nicholai de Rvmigniaco (Nicolas V de Rumigny, fils aîné de Nicolas IV et de Mathilde d’Avesnes) avec son bouclier à ses armes : un double trescheur fleuré, contrefleuré et une bande sur le tout. Ce seigneur mourut en 1256 et fut inhumé à l’abbaye de Bonnefontaine.

En 1270, la seigneurie de Rumigny-Florennes passe dans la Maison de Lorraine avec le mariage d’Isabeau de Rumigny-Florennes avec Thibaut II, fils de Ferry, duc de Lorraine. (Les deux époux n’ont que 13 et 7 ans… mais par la suite, ils auront au moins huit enfants)[2].

Politique et administrationModifier

 
La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Jean Mathieu FN  
mars 2001 avril 2014 Jean-Paul Borgniet UMP  
avril 2014[3] En cours
(au 10 avril 2014)
Élisabeth Satabin    

Rumigny a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[4] et à la communauté de communes de la Thiérache Ardennaise.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 346 habitants[Note 1], en diminution de 11,05 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740765831843783832766780820
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
858817798805813830761718682
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
661637621564603572564541522
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 -
472440378368369377349346-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-Sulpice de Rumigny[9]  .

L'église est placée sur une motte. Le chœur et le transept datent du XVIe siècle et la nef du siècle suivant. Il faut remarquer également les fonts baptismaux du XIIe siècle, en pierre de Givet, ornés d'animaux et de figures humaines.
Le clocher de cette église Saint-Sulpice a été détruit vers 1750, et a été remplacé par un clocher moins haut, avec une flèche s'élevant d'une tour carrée.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une autre église, l'église Saint-Pierre, a existé en contrebas mais a été détruite en 1792[10].

Château de la Cour des Prés.

Maison forte du XVIe siècle constituée d’un corps de logis en " L " dont la façade principale est flanquée de deux tours circulaires, s'organisant autour d’une cour intérieure ouverte vers les jardins et le parc.

Sa construction en 1546 par Louis Martin, prévôt de Rumigny, a été encouragée par le roi François Ier, en deuxième ligne des fortifications dressée le long de la Meuse, pour résister à une éventuelle agression des troupes de Charles Quint[11].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Buste de l'astronome La Caille à Rumigny.

HéraldiqueModifier

Les armes de Rumigny se blasonnent ainsi :

d’or au double trescheur fleurdelysé et contre fleurdelysé de sinople, à la bande de gueules brochant sur le tout[12].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Société Archéologique de Namur, tome 19, 1891, 304 pages et supplément, tome 20, 1893, 40 pages. Réimpression 1982.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Librairie Emile Nourry, , 410 p., p. 152-153
  2. Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, ASANamur, tomes 19, 1891 et 20, 1893.
  3. « Elisabeth Satabin à la tête de la commune », Le Courrier La Gazette, no 2340,‎ , p. 39 (ISSN 0183-8415)
  4. Création du PNR des Ardennes
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Notice no PA00078495, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. G.A. Martin - Essai historique sur Rozoy-sur-Serre et les environs - 1863
  11. « Maison forte de la Cour des Prés à Rumigny » [PDF], Inventaire pédagogique des ressources patrimoniales des Ardennes, Académie de Reims (consulté le 23 juillet 2014)
  12. Banque du Blason