Rumigny (Ardennes)

commune française du département des Ardennes

Rumigny
Rumigny (Ardennes)
Blason de Rumigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Intercommunalité Communauté de communes Ardennes Thiérache
Maire
Mandat
David Buridant
2020-2026
Code postal 08290
Code commune 08373
Démographie
Gentilé Rumignaciens, Rumignaciennes [1]
Population
municipale
311 hab. (2018 en diminution de 14,09 % par rapport à 2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 33″ nord, 4° 16′ 02″ est
Superficie 17,38 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Signy-l'Abbaye
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rumigny
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Rumigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rumigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rumigny

Rumigny est une commune française située dans le département des Ardennes en région Grand Est. Ce bourg a été le siège d’une importante baronnie, au Moyen Âge, importante à la fois par ses châtellenies, fiefs et mouvances, englobant une quarantaine de villages aux limites du Porcien et de la Thiérache, et importante également par sa position à la frontière du royaume de France. Les seigneuries de Rumigny et de Florennes font retour à la maison de Lorraine, puis aux Guise et ensuite aux Condé.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Voies de communicationModifier

La commune est desservie par l'ancienne route nationale 377 (actuelle RD 877).

Elle disposait de la gare de Rumigny, sur la ligne de chemin de fer d'Hirson à Amagne - Lucquy.

HydrographieModifier

Rumigny est baignée par l'Aube, un affluent gauche du Thon, c'est-à-dire un sous-affluent de la Seine par l'Oise, ainsi que par les ruisseaux des Bouvins et de Beaury.

 
L'Aube à Rumigny.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Rumigny est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,9 %), forêts (27,3 %), terres arables (19,1 %), zones agricoles hétérogènes (2,6 %), zones urbanisées (2,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

Le nom de Rumigny est probablement issu étymologiquement de Ruminiacum (c’est-à-dire la terre de Ruminius). Mais ce nom peut être rapproché également de composés gallo-germaniques tels que ruma (l’eau rapide) ou rume (le fossé). Il existe de nombreux Rumilly et un autre village en France s’appelant Rumigny, dans le département de la Somme. Pour ce village ardennais de Rumigny, ce nom est attesté en 1235, ainsi que des variantes : Rumegny en 1249, Romigni en 1243, Rumingni en 1253[9],[10],[11].

HistoireModifier

Rumigny fait partie au bas Moyen Âge du pagus de Porcien, dans une région forestière appelée Thiérache[12].

Le bourg devient ensuite le siège d’une seigneurie ou baronnie qui relève en fief du comté de Champagne. Un seigneur de Rumigny, Eilbert, est mentionné dans un acte en 920[9],[13].

D’après une charte de 1098, cette baronnie s’étend jusqu’à la châtellenie de Couvin. À la seigneurie de Rumigny est attachée notamment l’avouerie dite des Potées (de Potestatibus soit propriétés ou possessions), composée de 17 villages appartenant au chapitre métropolitain de la Cathédrale Notre-Dame de Reims : Aubigny, Blombay, Cernion, Chilly, Ecle (sous Marby), Étalles, Flaignes-les-Oliviers, Justine, Laval-Morency, Lépron, Logny, Marby, Marlemont, Maubert-Fontaine, Prez, Sévigny-la-Forêt, Vaux-Villaines[14].

Un prieuré de Bénédictins est créé à Rumigny en 1112, par Raoul le Vert, archevêque de Reims[9].

Par des alliances familiales, la seigneurie de Rumigny se trouve associé à l'important domaine de Florennes, à la fin du Xe siècle. Les seigneurs de Florennes et Rumigny figurent alors parmi les seigneurs les plus puissants de la Lotharingie[9].

Ils dotent plusieurs abbayes de la région et leur nom apparaît dans de nombreuses chartes où ils sont acteurs ou témoins.

Les seigneurs de Rumigny et de Florennes deviennent les maîtres de Rumigny (associé à Martigny et Aubenton) jusqu'à la Révolution française[15]. Nicolas IV (né vers 1150/1155-† 1205) peut être mentionné parmi les seigneurs de cette lignée, qui participe, entre autres, à la bataille de Noville-sur-Mehaigne (Belgique) le 1er août 1194 dans l’armée du comte de Hainaut, contre Henri, duc de Limbourg, bataille où il se couvre de gloire ainsi que son fils Baudouin.

En 1270, les seigneuries de Rumigny, de Florennes et de Boves près d'Amiens ( acquise par le mariage de Nicolas V avec Isabelle de Coucy, dame de Boves), passent dans la Maison de Lorraine par le mariage d’Isabeau/Isabelle/Elisabeth de Rumigny-Florennes avec Thibaut II, fils de Ferry, duc de Lorraine (Les deux époux n’ont que 13 et 7 ans. Par la suite, ils ont au moins huit enfants)[16], notamment dans la branche cadette de Vaudémont avec Ferry, fils puîné du duc Jean, dont le descendant direct René II accédera au duché en 1473. En 1487, le duc René II est amener à engager Rumigny, Martigny et Aubenton à Gratien d'Aguerre († entre 1512 et 1515) pour 22 000 florins ; mais Claude de Guise, fils puîné de René II, peut racheter le domaine de Rumigny à son fils Jean d'Aguerre en 1515[17].

Le château seigneurial a disparu à Rumigny. Un autre château y existe depuis le XVIe siècle, appelé Le Château de la Cour des Prés. La tradition, jugée vraisemblable par l’historien Henri Manceau[18], veut qu’un bourgeois, Louis Martin, ait payé de ses deniers cette construction, encouragé par le roi François Ier dans sa tournée d'inspection de en Ardennes, et qu'il ait obtenu en contrepartie, bien que simple bourgeois, la permission d'y adjoindre un donjon (disparu). Dans cette visite en ses terres du Nord-Est en 1546, le Roi de France a effectivement examiné les travaux de fortification lancés un an plus tôt dans cette région, notamment à Maubert-Fontaine (où il est passé, redescendant ensuite vers Liesse-Notre-Dame via Rumigny). Et il a encouragé chaque fois que possible la mise en place d'autres protections et édifices susceptibles de ralentir la progression d'un ennemi venant du Saint-Empire romain germanique[19]. Le nom de la Cour des Prés lui aurait été donné par un contemporain du roi François Ier[18].

La légende veut que ce soit au château de la Cour des Prés que le duc d'Enghien ait dressé les plans de la bataille de Rocroi. Le fait est que l'armée française a campé entre Bossus-lès-Rumigny et Rumigny à partir du , et que le futur vainqueur de Rocroi a dormi en ce château de la Cour des Prés[20] et qu'il y a été rejoint le sur place par Jean de Gassion.

Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, grâce à une surveillance renforcée de la Meuse et de la Semoy[21], la région est progressivement épargnée par les incursions ennemies et la situation interne du Royaume se stabilise, après les Guerres de religion et la période troublée de la Fronde. À la même époque, le château de la Cour des Prés est fortement aménagé et les parties résidentielles sont agrandies. Une tour au sud et le donjon disparaissent.

Le , le château est vendu à un avocat et notaire royal au bailliage ducal de Rumigny, Jean-Baptiste Piette. Celui-ci devient maire de Rumigny l'année suivante puis juge de paix, fonction alors élective. En , continuant son engagement politique pour les idées nouvelles, il est élu député-suppléant à la Convention nationale puis devient membre du Directoire du Département des Ardennes. À la suite de la démission du député titulaire, il est appelé à siéger à la Convention en .

Une certaine bourgeoisie de robe prend symboliquement la place de l’aristocratie au sein du village, et ceci d’autant que la seigneurie de Rumigny est désormais détenue par la maison de Condé , connue pour son attachement à l’Ancien Régime contre la Révolution. La légende veut toutefois que son ancien codiscipline au lycée d’Arras, Robespierre ait reproché à Jean-Baptiste Piette l’allure aristocratique de sa demeure. Toujours est-il que ce député conventionnel a continué les aménagements des propriétaires précédents du château de la Cour des Prés, agrandissant la partie méridionale au caractère plus résidentiel, comblant une partie des fossés[22] et supprimant le pont-levis. Il a aussi reconstruit une tour Sud en réutilisant des pierres d'une des églises de Rumigny, le prieuré Saint-Pierre, détruite en 1792[18].

Le petit-fils du député conventionnel est Édouard Piette, célèbre archéologue et préhistorien. Il a vécu plusieurs années au château de la Cour des Prés, et y est décédé. Il avait installé son cabinet de travail dans la partie méridionale[18].

Au XIXe et XXe siècles, le village subit comme la plus grande partie du département des Ardennes des occupations de troupes allemandes, pendant des périodes de durée variable, à partir de 1815, puis 1870, puis 1914 puis 1940. Le château de la Cour des Prés hébergent ainsi des officiers allemands durant la première Guerre mondiale et la seconde, au grand dam de ses propriétaires. Une partie des bâtiments a été détruite en 1918, ayant pour conséquence d'ouvrir davantage l'espace de la cour intérieure[18].

Politique et administrationModifier

Rumigny a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en [23] et à la communauté de communes de la Thiérache Ardennaise.

Liste des maires au XXIe siècleModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Jean-Paul Borgniet UMP  
avril 2014[24] mars 2020 Élisabeth Satabin   Agricultrice retraitée
mars 2020 En cours David Buridant[25]    

Élections localesModifier

Aux municipales de 2020, la maire Élisabeth Satabin ne se représentait pas. Deux listes ont été déposées[26], et c'est celle de David Buridant, conseiller municipal depuis 2001 et premier adjoint de la municipalité précédente qui est passée, au premier tour, emportant les 11 sièges[25].

Élections nationalesModifier

À titre indicatif, lors de l'élection présidentielle française de 2017, 8 candidats ont réunis plus de 1 % des 188 suffrages exprimés dans cette commune : François Asselineau de l'Union populaire républicaine (1,06 %), Benoît Hamon du Parti socialiste (1,06 %), Philippe Poutou du Nouveau Parti anticapitaliste (1,6 %), Nicolas Dupont Aignan de Debout la France (5,32 %), Jean-Luc Melenchon pour La France insoumise (8,51 %), Emmanuel Macron pour En Marche ! (15,96 %), Francois Fillon pour Les Républicains ( 17,55 %) et Marine Le Pen pour le Front national (parti français) (47,34 %). Le taux de participation est de 75,19 % pour ce 1er tour dans cette commune. Au second tour de cette même élection, Marine Le Pen obtient 70,98 % des suffrages exprimés à Rumigny, contre Emmanuel Macron qui rassemble sur sa candidature, en ce lieu, 29,02 % de ces suffrages[27].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[29].

En 2018, la commune comptait 311 habitants[Note 2], en diminution de 14,09 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740765831843783832766780820
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
858817798805813830761718682
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
661637621564603572564541522
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
472440378368369377349311-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de ce village s'est réduit sensiblement, à partir de la fin du XIXe siècle, une baisse qui s'est prolongée au XXe siècle et XXIe siècle.

EnseignementModifier

L'école primaire publique de Rumigny est une école maternelle et élémentaire public, située au 1 place Saint-Pierre. Cet établissement est rattaché à l'académie de Reims et se trouve en zone B pour le calendrier des vacances scolaires[32],[33]. Le collège le plus proche est situé sur le commune de Signy-le-Petit, à environ 11 km[32]. Les lycées les plus proches sont  le lycée et lycée professionnel Joliot-Curie à Hirson, dans le département de l’Aisne (Académie d’Amiens), à environ 19km et le lycée agricole de Maubert-Fontaine à 13,3 km[32].

ÉconomieModifier

La vie économique du bourg est adossée à l’agriculture et à l’élevage[9]. Un élevage de cheval de trait ardennais a existé. Il y a eu aussi différentes activités liées au monde agricole : brasseries, beurrreries, minoteries et sciage mécanique de bois. On y trouvait aussi des carrières de pierres de taille, et depierres à chaux. L’exode rural, l’absence d’industrie et le retrait progressif d’administrations diverses ont contribué à la réduction du nombre d ‘habitants. [9]. Le revenu fiscal net par foyer est, en 2010, dans cette commune, de 15 655 , pour une moyenne nationale de 23 782 [34].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-Sulpice de Rumigny[35]  

L'église est placée sur une motte. Le chœur et le transept datent du XVIe siècle et la nef du siècle suivant. Il faut remarquer également les fonts baptismaux du XIIe siècle, en pierre de Givet, ornés d'animaux et de figures humaines.
Le clocher de cette église Saint-Sulpice a été détruit vers 1750, et a été remplacé par un clocher moins haut, avec une flèche s'élevant d'une tour carrée.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une autre église, l'église Saint-Pierre, a existé en contrebas mais a été détruite en 1792[36].

Château de la Cour des Prés

Maison forte du XVIe siècle constituée d’un corps de logis en « L » dont la façade principale est flanquée de deux tours circulaires, s'organisant autour d’une cour intérieure ouverte vers les jardins et le parc.

Sa construction en 1546 par Louis Martin, prévôt de Rumigny, a été encouragée par le roi François Ier, en deuxième ligne des fortifications dressée le long de la Meuse, pour résister à une éventuelle agression des troupes de Charles Quint[37].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Buste de l'astronome La Caille à Rumigny.

HéraldiqueModifier

Présentation du blason

Les armes de Rumigny se blasonnent ainsi :

d’or au double trescheur fleurdelysé et contre fleurdelysé de sinople, à la bande de gueules brochant sur le tout[38].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Société Archéologique de Namur, tome 19, 1891, 304 pages et supplément, tome 20, 1893, 40 pages. Réimpression 1982.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. https://www.habitants.fr/ardennes-08
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b c d e f et g Pierre Vassal, « Rumigny », Revue Historique Ardennaise,‎ , p. 220-227
  10. Documents relatifs au comté de Porcien, 1134-1464,, Paris-Monaco,
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : formations non-romanes, formations dialectales, vol. 2, Librairie Droz, , 1368 p. (lire en ligne), p. 768
  12. Patrick Demouy, Genèse d'une cathédrale : Les archevêques de Reims et leur Église aux XIe et XIIe siècles, Langres, Éditions Dominique Guéniot, , 814 p. (ISBN 2-87825-313-2)
  13. Guide des Archives des Ardennes,
  14. Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Librairie Émile Nourry, , 410 p., p. 152-153
  15. Jacques Meurgey de Tupigny, « Les seigneurs de Rumigny (commentaire des "Mémoires généalogiques des seigneurs barons de Rumigny en Thiérache" rédigés par François-Etienne de Hangest en 1715) », Revue de la société archéologique de Vervins et de la Thiérache, t. XVIII,‎ , p. 78-79 (lire en ligne)
  16. C-G. Roland, Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, ASANamur, tomes 19, 1891 et 20, 1893.
  17. « L'épopée de Gratien d'Aguerre ; Ménaut et Gratien d'Aguerre, texte imprimé par Aubert, à Versailles, 1867 », sur Documents sur Blâmont et le Blâmontois
  18. a b c d et e Henri Manceau, « Le Château de la Cour des Prés », L'Automobiliste ardennais, no 98,‎
  19. Laurent Bourquin, Noblesse Seconde et Pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, , p. 17
  20. Jean-Baptiste Lépine, Histoire de la ville de Rocroi',
  21. Michel Desbrière, Chronique critique des lignes de défense de la Champagne septentrionale 1644-1748, Éditions Terres Ardennaises,
  22. Suzanne Briet -, Châteaux des Ardennes, Éditions de la Société des Écrivains Ardennais,
  23. Création du PNR des Ardennes
  24. « Elisabeth Satabin à la tête de la commune », Le Courrier La Gazette, no 2340,‎ , p. 39 (ISSN 0183-8415)
  25. a et b « Municipales 2020 : enjeux et résultats. Rumigny », sur Le Monde
  26. « Municipales 2020: deux listes pour conquérir la mairie de Rumigny », L'Ardennais,‎ (lire en ligne)
  27. « Résultats de l'élection présidentielle 2017. Rumigny (08290), Ardennes », sur L'Express
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. a b et c « Ecoles à Rumigny (08290) », sur Journal des Femmes (consulté le 15 septembre 2020)
  33. « École primaire de Rumigny », sur education.gouv.fr (consulté le 15 septembre 2020)
  34. « Ardennes : Rumigny », sur Libération
  35. Notice no PA00078495, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. G.A. Martin - Essai historique sur Rozoy-sur-Serre et les environs - 1863
  37. « Maison forte de la Cour des Prés à Rumigny » [PDF], Inventaire pédagogique des ressources patrimoniales des Ardennes, Académie de Reims (consulté le 23 juillet 2014)
  38. Banque du Blason