Tiāntóng Rújìng (chinois :天童如淨; japonais : Tendō Nyojō) ( - ) est un moine bouddhiste caodong établi au temple Qìngdé[1] (慶徳寺; japonais : Keitoku-ji) sur le mont Tiāntóng (天童山; japonais : Tendouzan) dans le district de Yinzhou (Ningbo). Il enseigne et donne la transmission du dharma à Dōgen, le fondateur, au Japon, du bouddhisme zen sōtō[1],[2] ainsi qu'à Jakuen (寂円 Jìyuán), premier moine sōtō.

Tiāntóng Rújìng

Son maître est Xuedou Zhijian[1] (雪竇智鑑, 1105–1192), descendant du dharma à la seizième génération de Huineng.

On voit en général dans Nyojō celui qui a introduit dans le zen les notions de shikantaza[3] (« seulement s'asseoir ») et shinjin-datsuraku (« abandonner le corps et l'esprit »).

Son poème le plus célèbreModifier

Ce poème, qui est le plus célèbre de Ruhjing[réf. nécessaire], est cité par Dôgen dans le chapitre « Maka Hannya Haramitsu » (perfection de la grande Sagesse) du Shôbôgenzô[4]. Il s'intitule « Une clochette » (chinois : Fûrin).

«Le corps tout entier, avec la bouche, suspendu à [l'espace vide]

Que lui importe que le vent souffle de l'Est, de l'Ouest, du Sud ou du Nord !

En toute égalité, il énonce les propos de la Sagesse au profit des autres.

Drelin ! Drelin !Drelin !Drelin !

Selon Yoko Orimo[4], ce poème montre que la Sagesse (Hannya) consiste à entrer en résonance avec touts les êtres de l'univers. Et l'univers, lui, résonne avec « le corps tout entier », « comme une clochette qui, suspendue dans l'air, résonne à tous vents. »

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Andrew E. Ferguson, Zen's Chinese Heritage : The Masters and Their Teachings, Wisdom Publications, , 518 p. (ISBN 978-0-86171-163-5, lire en ligne), p. 454
  2. Brad Warner, Sit Down and Shut Up (en), New World Library, , 272 p. (ISBN 978-1-57731-559-9 et 1-57731-559-6, lire en ligne), p. 10
  3. « Caodong Family Tree » [archive du ], caodongzazen.com (consulté le 17 mai 2012)
  4. a et b Eihei Dōgen (trad. par Yōko Orimo), Shôbôgenzô : la vraie loi, Trésor de l'Œil, Paris, Sully, , 1816 p. (ISBN 978-2-35432-328-8), p. 31

Voir aussiModifier

Liens externesModifier