Rue du Pont-Saint-Jaime

rue de Grenoble, en France

La rue du pont Saint-Jaime est une voie publique de la commune française de Grenoble. Située dans le quartier Notre-Dame, un des quartiers les plus anciens de la ville, réaménagé en zone semi-piétonne.

Rue du Pont Saint-Jaime
Image illustrative de l’article Rue du Pont-Saint-Jaime
Rue du Pont Saint-Jaime en 2019
Situation
Coordonnées 45° 11′ 38″ nord, 5° 43′ 52″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Grenoble
Quartier(s) Notre-Dame (Grenoble)
Début rue Chenoise
Fin place de Lavalette
Morphologie
Type rue
Géolocalisation sur la carte : Grenoble
(Voir situation sur carte : Grenoble)
Rue du Pont Saint-Jaime
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue du Pont Saint-Jaime
Géolocalisation sur la carte : Isère
(Voir situation sur carte : Isère)
Rue du Pont Saint-Jaime

Cette rue, très ancienne, abrite la Tour de Sassenage, tour de guet médiévale essentiellement constituée de briques, édifiée au XIIIe siècle.

Situation et accès

modifier
 
Angle de la rue du pont-Saint-Jaime et de la rue de Lorraine à Grenoble

Situation et description

modifier

Cette voie courte et assez étroite, devenue semi-piétonne dans les années 2010, débute rue Chenoise et se termine place de Lavalette, non loin du musée de Grenoble[1].

À pied

modifier

La rue, à la circulation automobile limitée aux riverains est accessible aux passants depuis n'importe quel point de ce quartier et du quartier Saint-Laurent, situé de l'autre côté de l'Isère.

Transport public

modifier

La rue du Pont Saint-Jaime est principalement desservie par la ligne B du réseau de tramway de l'agglomération grenobloise. La station la plus proche (située à moins de deux cents mètres) se dénomme Notre-Dame Musée.

Origine du nom

modifier
 
Ancien pont sur le Verdaret

Tout d'abord dénommée rue Saint-Jacques, puis par corruption, rue Saint Jaime avant de devenir rue du pont Saint-Jaime car elle enjambait le ruisseau du Verdaret, affluent de l'Isère, qui fut comblé petit à petit[2],[3].

Historique

modifier

En 1329, Jacques de Die, dit Lappe, donna à la ville une maison et un jardin situés dans cette rue pour y fonder l'hôpital Saint-Jacques La Confrérie Saint Jacques s'installa sur ce pont Saint Jayme où se trouvait une chapelle Saint Jacques servant de gîte et d'hôpital pour les pèlerins de passage[4]. L'établissement fut fondé le 11 janvier de cette même année, créant ainsi un des plus anciens établissements hospitaliers de la ville (avec l'hôpital Saint-Antoine) dont les archives de la ville aient gardé une trace[5].

La Confrérie des Pénitents blancs de Grenoble firent l'acquisition de la Maison Saint-Jaime en avril 1634 et prirent en charge la gestion et l'organisation de l'hôpital Saint-Jacques mais s'installèrent quelque temps plus tard dans l'ancien couvent des Dominicains[6].

La rue sera baptisée, au fil du temps, de nombreux noms; rue de l'Île, rue Saint-Jacques, rue de la Citadelle (durant la révolution française), puis rue Saint-Jaime.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

modifier
 
Tour de Sassenage depuis la montée de Chalemont

Hôpital Saint-Jacques

modifier

Tour de Sassenage

modifier

Autrefois dénommée « Tour du Verdaret », la tour de Sassenage est une ancienne tour de guet médiévale d'une hauteur de 22 mètres, plaque fixée sur un mur au niveau du n°5 de la rue, correspondant à l'entrée de l'hôtel de Montal. Elle a été édifiée au XIIIe siècle par la famille Chaulnais avant de devenir la possession de la famille de Sassenage[7].

Références

modifier

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Claude Muller, Grenoble, des rues et des hommes, Éditions Dardelet, Grenoble, 1975 (ISBN 2-900736-01-3)
  • Henry Rousset, Edouard Brichet, Histoire illustrée des rues de Grenoble ; éd. 1982, réédité par les éditions des régionalismes en 2010 (ISBN 9-782-846-187398)
  • Paul Dreyfus, Les Rues de Grenoble : l'histoire illustrée des 815 rues (page 165) ; éd Glénat. 1992 (ISBN 9782723414340)

Articles connexes

modifier