Rue du Paon-Saint-André

ancienne voie de Paris

Anc. 11e arrt
Rue du Paon-Saint-André
(supprimée en 1866)
Situation
Arrondissement Anc. 11e (6e)
Début Rue du Jardinet
Fin Rue de l'École-de-Médecine
Historique
Création Avant 1246
Ancien nom Rue du Puon
Rue du Paon
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Paon-Saint-André (supprimée en 1866)

La rue du Paon-Saint-André, ou plus simplement rue du Paon, est une ancienne rue de Paris, qui était située dans le quartier de l'École-de-Médecine et qui a disparu lors du percement du boulevard Saint-Germain.

SituationModifier

Cette rue qui existait déjà sous le nom de « rue du Paon-Saint-André » en 1246, commençait aux 7-9, rue du Jardinet et finissait aux 22-24, rue de l'École-de-Médecine et était située dans l'ancien 11e arrondissement de Paris, quartier de l'École de Médecine[1].

Les numéros de la rue étaient noirs. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 8.

Origine du nomModifier

La rue doit son nom à une enseigne.

HistoriqueModifier

Cette rue existait déjà sous le nom de « rue du Paon-Saint-André » en 1246. Elle était alors tout près des murs de l'enceinte de Philippe Auguste.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue du Puon ».

Elle est citée sous le nom de « rue du Pan » dans un manuscrit de 1636.

Cette rue a disparu lors du percement du boulevard Saint-Germain en 1866.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Hôtel de ToursModifier

L'hôtel de Tours était initialement un hôtel qui fut transformé en maison garnie[2] et qui portait comme enseigne l'Hôtel de Tours. Il était situé vis-à-vis le cul-de-sac de la rue du Paon.

Henri Sauval indique que les archevêques de Tours avaient leur hôtel dans cette rue, mais il n'en indique pas l'époque.

Jean-Baptiste-Michel Renou de Chauvigné dit Jaillot ne trouve aucune preuve qu'ils aient acquis, ou vendu, une maison dans ce quartier, mais il cite un rôle de 1640 dans lequel on indique, « rue du Paon : maison appartenant à M. Bouthillier, surintendant des Finances, tenue par l'archevêque de Tours ». La demeure de ce prélat, et peut-être de l'un de ses successeurs, aurait pu faire donner à cet hôtel le nom qu'il a porté jusqu'à sa démolition.

Notes sources et référencesModifier

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 42e quartier « École de Médecine », îlot no 18, cote F/31/94/17, îlots nos 22 et 23, cote F/31/94/20, îlots nos 24 et 25, cote F/31/94/21.
  2. Une maison garnie est une maison où on loue des chambres, des appartements meublés.

BibliographieModifier

  • Jean Baptiste-Michel Renou de Chauvigné dit Jaillot, Recherches critiques : historiques et topographiques sur la ville…, vol. 5.
  • Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, 1724, 3 tomes, réédité sous le titre Paris ancien et moderne : tome 1, tome 2, tome 3.
  • Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.