Ouvrir le menu principal

Rue des Boutiques obscures

roman de Patrick Modiano
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le livre de Patrick Modiano. Pour la rue de Rome, voir Via delle Botteghe Oscure.

Rue des Boutiques obscures
Image illustrative de l’article Rue des Boutiques obscures
À la recherche des traces de son passé

Auteur Patrick Modiano
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Date de parution
Nombre de pages 213
ISBN 2070283836

Rue des Boutiques obscures est le sixième roman de Patrick Modiano. Paru le , il a été récompensé la même année par le prix Goncourt.

Historique du romanModifier

Rue des Boutiques obscures vient de paraître à la rentrée littéraire 1978, lorsque son auteur est invité par François Mitterrand et Bernard Pivot pour une conversation autour de la littérature lors d'une émission spéciale d'Apostrophes le 15 septembre 1978 — réunissant également Emmanuel Le Roy Ladurie, Michel Tournier, Paul Guimard — où l'homme politique parle de ses goûts littéraires et donne son sentiment sur le dernier roman de Patrick Modiano dont il tient l'œuvre, à cette date, pour « importante dans la littérature française »[1].

Le roman reçoit le le prix Goncourt au troisième tour de scrutin avec six voix contre trois pour Diane Lanster de Jean-Didier Wolfromm et une pour La Vie mode d'emploi de Georges Perec[2],[3]. De façon exceptionnelle, le jury précise que le prix est remis à Modiano également « pour l'ensemble de son œuvre »[3] qui fut les années précédentes presque systématiquement retenue dans les dernières sélections de l'académie Goncourt.

RésuméModifier

Guy Roland est un détective qui après la retraite de son patron, Hutte, décide de partir en 1965 à la recherche de sa propre identité qu'il a perdue après un accident mystérieux qui l'a laissé amnésique depuis plus de 15 ans. Remontant les pistes ténues de son passé qui semble s'arrêter pendant la Seconde Guerre mondiale, il apprend qu'il se nomme Jimmy Pedro Stern, un grec-juif de Salonique vivant à Paris sous un nom d'emprunt, Pedro McEvoy, et travaillant pour la légation de la République dominicaine. Ce Pedro McEvoy était entouré d'amis, Denise Coudreuse un mannequin français qui partage sa vie, Freddie Howard de Luz un Anglais de l'île Maurice, Gay Orlow une danseuse américaine d'origine russe, André Wildmer un ancien jockey anglais, qui tous ensemble décidèrent en 1940 de se rendre à Megève afin de fuir un Paris devenu de plus en plus oppressant sous l'Occupation allemande. Denise et Pedro avaient décidé de partir au Portugal via la Suisse en payant des passeurs (Oleg de Wrédé, un russe et Robert Besson, un moniteur de ski) lesquels les abandonnèrent dans la montagne, les laissant seuls, chacun de leur côté, perdus dans la neige.

Guy Roland décide de retrouver Freddie qui est allé vivre en Polynésie après la guerre. Au moment où il arrive à Bora Bora, il apprend que celui-ci a disparu dans un naufrage quelques jours plus tôt. Il ne reste plus à Guy-Pedro Stern qu'une dernière piste pour renouer les fils de son passé : une adresse qu'il aurait occupée à Rome, dans les années 1930, au 2, rue des Boutiques obscures (Via delle Botteghe Oscure).

Quelques personnagesModifier

  • Guy Roland : le narrateur
  • Constatin von Hutte dit Hutte : son patron, détective privé
  • Jimmy Pedro Jimmy Stern, McEvoy : alias de Guy Roland, tente de passer en Suisse en 1943
  • Denise Coudreuse : fiancée du narrateur, elle l'aurait épousé en 1939 à Paris, tente de passer en Suisse en 1943
  • Sonachitzé : barman Russe
  • Heurteur : restaurateur
  • Paul Sonachitzé : premier interlocuteur de Guy Roland
  • Stioppa de Djagoriew
  • Galina dite Gay Orlow : née à Moscou elle est apatride, elle est l'épouse de Waldo Blunt, puis fiancée de Freddie Howard de Luz
  • Freddie Howard de Luz : fils d'une riche famille de l'Île-Maurice, confident de John Gilbert
  • Waldo Blunt : pianiste, né en 1910 à Chicago
  • Hélène Pilgram : ancienne amie de Denise
  • Jean-Michel Mansoure: photographe
  • Alexandre Scouffi : homme de lettres égyptien
  • André "Dédé" Wilmer: ancien jockey
  • Les faux "passeurs"
    • Bob Besson : moniteur de ski
    • Oleg de Wrédé : "gigolo" russe
  • Rubirosa : diplomate
  • Kyril Orlow et Irène Giorgiadzé : parents Gay Orlow

MusiquesModifier

Au chapitre XXXIII est évoqué deux airs que Rubirosa avait l'habitude de jouer à la guitare : El Reloj et surtout Tu Me Acostumbraste. Il s'agit de deux airs interprétés respectivement par Los Panchos[4] et Olga Guillot[5].

ÉditionsModifier

Liens externesModifier

  • Mariko Bando, La mémoire et la fiction dans les œuvres romanesques de Patrick Modiano, Limoges, Université de Limoges, , 357 p. (lire en ligne), p. 104-128

Notes et référencesModifier